Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Prendre des cours de français langue étrangère pour apprendre comme un natif de France : le guide complet !

De Samuel, publié le 16/04/2019 Blog > Langues > FLE > Nos Conseils pour Parler Français en tant qu’Etranger !

« Le langage fabrique les gens bien plus que les gens ne fabriquent le langage. » Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832)

De nombreux étudiants internationaux rêvent d’apprendre le français dans le monde : langue et culture françaises jouissent d’une aura internationale, en vertu d’un patrimoine national qui séduit et qui attire.

Mais l’apprentissage du français pour étrangers requiert du temps, de la motivation et du budget, surtout si l’on vient apprendre le français en France.

Près de 60 % des locuteurs francophones résident en Afrique du Nord et en Afrique Subsaharienne : depuis 2014, le nombre de locuteurs parlant français en tant que langue seconde dans le monde a progressé de 17 %.

Comment prendre des cours de FLE pour les étudiants étrangers ? Voici nos pistes de réflexion.

Quel budget prévoir pour apprendre le FLE ?

Quand on part étudier à l’étranger, la question du budget est toujours, pour chaque apprenant, une question fondamentale.

La question du budget pour la formation linguistique peut être compliquée ! Combien ça coûte d’apprendre le français ? J’ai déjà les poches vides !

Or étudier en France, outre l’école de français ou les frais d’inscription administrative et pédagogique dans les universités françaises, occasionnera nombre de dépenses, car le coût de la vie est plutôt élevé.

Voici rapidement les postes budgétaires à considérer pour apprendre la langue en France :

  • L’inscription à l’école de langue,
  • Le loyer,
  • les factures d’énergie,
  • Les transports (métro, tram, bus),
  • L’alimentation,
  • La sécurité sociale,
  • Les dépenses de loisirs.

Lors d’un précédent article sur le coût de la formation linguistique en français, nous avions référencé l’ensemble des lieux où prendre des cours de langue française en France.

Il s’agit du Grand Répertoire des centres de FLE.

On y trouve des universités françaises et des structures d’apprentissage de la langue française dans de nombreuses villes : Chambéry, Paris, Nice, Aix-en-Provence, Lyon, Marseille, Montpellier, Rouen, Strasbourg, Montreux (Suisse), Caen, Vichy, Poitiers, Annecy, Saint-Etienne, Nouméa, Perpignan, Grenoble, Cannes, Biarritz, Bordeaux, La Rochelle, Tours, Rennes ou encore Toulouse et Lille.

Dans ces villes, les lieux d’enseignement des langues se prénomment Alliance Française, France Langue, Paris Sorbonne, Université Grenoble Alpes, entre autres, et l’offre de formation est plutôt vaste : expression orale, expression écrite, compréhension écrite, compréhension orale, préparation aux examens de français (TCF, DELF DALF), etc.

Côté tarifs des cours, il faut compter en moyenne 20 € par heure pour des cours particuliers avec un professeur de français sur Superprof.

Prévoir entre 290 €/semaine et jusqu’à 1 010 €/semaine selon l’offre choisie avec France Langue, et de 800 € à 1 250 € par semaine auprès de l’Alliance Française selon les villes :

 Prix
Français LangueDe 290 € à 1 010 € par semaine
Alliance FrançaiseDe 800 € à 1 250 € par mois selon les villes
Cours sur SuperprofEntre 17 € et 25 € par heure en moyenne selon les villes
Universités françaisesLicence : 170 €
Master : 243 €
De 530 € à 2 150 € selon les formules et forfaits de cours
Budget mensuel à Paris1 000 € à 1 500 €
Budget mensuel ailleurs en France800 € à 1 200 €

En somme, c’est le cursus universitaire, de la licence à l’école doctorale, qui demeure la solution la moins chère : à partir de 270 € l’année universitaire (sans compter la sécurité sociale étudiante).

Mais, pour apprendre le français à l’université, il faut attester de compétences linguistiques et d’un niveau de langue intermédiaire : souvent, les formations diplômantes recrutent sur les niveaux de langue B1 à B2 du cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL).

Les étudiants non francophones doivent donc passer le test de connaissance du français (TCF) (parfois, un test en ligne) pour pouvoir s’inscrire dans une formation universitaire.

Si vous choisissez de prendre des cours intensifs pour attester d’un niveau A2, B1 ou B2, si tel ou tel diplôme universitaire vous attire tant, il peut être efficace de recourir à nos cours du Superprof.

Pourquoi ?

Parce qu’avec un professeur particulier, on peut prendre des cours du soir, suivre un stage intensif, pour bénéficier d’un perfectionnement linguistique de qualité avant de remplir un dossier d’inscription à la faculté (Ufr Lettres Modernes, sciences du langage, Master sciences, etc.).

Bon soit dit en passant, si vous lisez et comprenez ces lignes, c’est que vous avez déjà une bonne compréhension écrite en français !

FLE : quel niveau est conseillé pour vivre en France ?

Se faire comprendre auprès des Français natifs – qui souvent, ont un anglais à couper au couteau -, faire des études universitaires, ou encore pouvoir être communicatif dans sa famille d’accueil, ça prend un certain niveau.

Acquérir le vocabulaire de France : quelles sont les exigences ? Pour vivre en France, un bon niveau est requis : par exemple, il vaut mieux être plurilingue pour travailler dans la restauration ou le tourisme.

Nul besoin d’un niveau avancé, mais il faudra toutefois quitter le niveau débutant car les Français(es) parlent vite et font peu d’effort (sauf cercle d’amis restreint) dans les commerces, dans la rue ou dans les administrations.

Alors voilà le commencement pour venir en France : la remise à niveau ou le perfectionnement en FLE s’avèrent primordiaux.

Chaque étudiant doit solliciter une demande de visa pour tout séjour supérieur à 90 jours : il s’agit du visa « long séjour ».

Mais avant cela, il faut respecter trois étapes :

  • S’inscrire dans un établissement d’enseignement supérieur,
  • Préparer et passer les épreuves éventuelles (test de connaissance du français),
  • Vérifier les conditions s’il s’agit de faire un stage pour étudiants étrangers.

Pour demander un visa pour suivre des études en France, il faut se renseigner auprès du site officiel des visas pour la France.

Le site Campus France offre par ailleurs pas mal d’informations fécondes sur les conditions d’entrée en France, et sur la formation FLE à suivre.

Alors ensuite, quel niveau de français est requis pour venir vivre en France ?

Souvent, c’est le niveau intermédiaire B2 qui est requis par les organismes de formation.

Pour l’atteindre, plusieurs solutions :

  • Le programme d’échange linguistique, avec hébergement en famille d’accueil : c’est le principe de l’immersion linguistique totale,
  • Les études universitaires pour avoir un bon niveau de français parlé,
  • Les tests de langue : DILF, DELF DALF,
  • Les centres de didactique du FLE,
  • Les cours à domicile avec Superprof.

Ainsi en un semestre (ou deux), la grammaire française, la conjugaison, le vocabulaire et la prononciation n’auront plus de secrets pour vous !

Combien de temps faut-il pour se perfectionner en français ?

Mais alors, en combien de temps peut-on acquérir ce niveau de langue B1, B2 ou C1 (niveau avancé) ?

Quelle durée pour apprendre l'idiome de Paris ? Bon, voilà : dans 6 mois je saurai parler la langue de Molière !

Qui peut m’enseigner le français pour que je puisse parler couramment ? Peut-on devenir plurilingue rapidement ?

Il est bien difficile de quantifier le nombre d’heures de cours pour apprendre la langue française.

Pourquoi ?

Parce que le temps d’apprentissage du français n’est pas figé dans le marbre et varie d’un individu à l’autre !

Selon un institut américain spécialiste de l’enseignement des langues aux diplomates et aux militaires aux États-Unis, il faudrait 480 heures de français pour tendre vers les niveaux de langue A1 et A2.

Ceux-ci correspondent à un niveau d’initiation, la compréhension orale des besoins vitaux et le discours simple.

Pour avoir un bon niveau de français langue seconde, les anglophones non francophones auraient besoin d’un volume de 600 à 750 heures de cours, soit 6 à 7 mois de cours de langue répartis sur 24 à 30 semaines d’apprentissage.

Cela est fluctuant selon l’investissement personnel de chacun et les disponibilités : tous les étudiants ne peuvent logiquement consacrer plus de 20 heures de cours par semaine à l’apprentissage des langues.

Le temps de formation en langues varie également selon le type de mémorisation du cerveau (visuelle, auditive, kinesthésique) et les degrés de motivations interpersonnels : plus on est déterminé et mieux on réussit !

Aussi, les expériences scientifiques en neurosciences ont montré que d’un point de vue sociolinguistique, les étudiants sachant déjà parler une ou deux langues vivantes acquièrent plus rapidement les dispositions langagières (du français, en ce qui nous concerne) que d’autres ne sachant parler aucune langue.

Et puis enfin, il est essentiel de pratiquer la langue française pour l’apprendre : les anglophones disent « use it or loose it ».

Un mécanisme d’élagage synaptique est aussi à l’oeuvre, qui contribue à faire en sorte que les cellules du cerveau humain – nommées « cellules microgliales » détruisent les synapses les moins utiles pour permettre aux autres, plus essentielles, de se renforcer : soit, du darwinisme neuronal (concept théorisé par le biologiste américain Gerald Edelman (1929-2014).

C’est ainsi que l’explique un article du blog Pour la Science, en comparant le cerveau à une vaste jungle au sein de laquelle les jardiniers élaguent les branchages pour veiller au développement des arbres (les synapses).

Ainsi un apprenant perdrait-il les capacités à parler comme un natif de France s’il ne se trouve pas en immersion linguistique.

En conséquence, il vaut mieux apprendre le français dès l’enfance !

Cela est d’autant plus vrai que sa langue maternelle jouit d’un fort degré de similarité lexicale avec le français.

Plus une langue est proche d’une autre, plus son coefficient de similarité lexicale tend vers 1 (100 %).

Alors que l’anglais n’a que 29 % de similarité lexicale avec la langue de Molière et tandis que l’allemand n’est proche du français qu’à 29 %, l’italien a un coefficient de similarité de 0,89 (89 %), le portugais et l’espagnol 0,75 (75 %).

La durée d’apprentissage du français pour un italophone, un lusophone ou un hispanophone est donc moindre, en théorie, que celle d’un anglophone ou d’un germanophone.

Fascinant, non ?

Comment travailler son accent français ?

Vous savez un peu parler français après 6 mois de cours intensifs ? Comment stimuler son oreille et parler avec l’accent dit « neutre » d’un parisien ?

Le sud et le nord : les différences de prononciation à dompter ! « La première fois que je suis arrivé en Provence, je ne comprenais rien ! » Ici, à Marseille.

La France renferme tant de diversités et de spécificités régionales que la langue, produit de l’histoire de France et de la culture française, n’est pas uniforme sur tout le territoire.

Loin de là, la phonétique n’est pas là même à Lille, Caen, Genève (Suisse francophone), Toulouse ou Marseille.

Il y a en France, quatre grands groupes d’accents différents :

  • L’accent du nord (breton, normand, picard, wallon, lorrain),
  • L’accent parisien, modèle de la langue d’oïl,
  • L’accent du sud (provençal, occitan, languedocien, marseillais),
  • L’accent lyonnais.

Et cela ne prévaut que pour la France Métropolitaine : dans les autres pays francophones (Québec, Mali, Maroc, etc.), on rencontre encore d’autres accents.

Ce qui compose l’accent d’une langue est la prononciation, l’accentuation et l’intonation.

Travailler l’accent français est donc un triptyque qu’il faut pouvoir dompter.

Et en ce domaine, il n’y a pas mille remèdes miracles : il faut apprendre en France, pratiquer avec des francophones et s’immerger dans leur milieu.

Plusieurs solutions complémentaires, outre prendre des cours de FLE :

  • Regarder des films et séries en français,
  • Ecouter de la chanson française (G. Brassens, J. Brel, Renaud, Mano Solo, J. Ferrat, J. J. Goldman, E. Piaf, Y. Montand, C. Aznavour, A. Bashung, etc.),
  • Imiter l’accent français,
  • Chercher à rencontrer des natifs pour échanger avec eux.

Le coût immatériel (temps) et matériel (budget) pour progresser en français ne vous font pas peur ?

Partez à l’aventure en France !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 2 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar