Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Prendre des cours de FLE : quelle durée optimale d’apprentissage ?

De Samuel, publié le 15/04/2019 Blog > Langues > FLE > Combien de Temps Faut-il Pour se Perfectionner en Français ?

« Le malheur de l’autre est toujours une langue étrangère. » Michaël Jones (né en 1952).

Se demander quelle est la durée nécessaire pour apprendre le français et en maîtriser tous ses ressorts – vocabulaire français, grammaire française, conjugaison, phonétique, prononciation, accentuation, expression écrite et expression orale -, est une question sans réponse fermée.

Les prévisions d’évolution des espaces linguistiques – pour l’espagnol, l’arabe, le français, le portugais et l’allemand – donnent au français une croissance quasi-exponentielle.

Selon l’observatoire de la francophonie, la langue française trouverait aujourd’hui 421 millions de locuteurs contre 451 millions d’hispanophones et 402 millions d’arabophones, mais le français passera devant l’espagnol vers 2022, et l’on atteindra même 1 milliard de locuteurs en 2060 !

Le français deviendra ainsi la deuxième ou la troisième langue la plus usitée du monde !

Voici une bonne raison pour les non francophones d’apprendre le français ! Mais en combien de temps devient-on francophone ?

Le nombre d’heures nécessaire pour apprendre le français

Tout d’abord, précisons-le d’entrée de jeu : il est absolument impossible de quantifier la durée optimale d’apprentissage de la langue française, car celle-ci n’est pas homogène, et diffère d’un individu à l’autre.

Pendant combien de semaines prendre des cours de FLE ? Certains nécessiteront 3 mois, d’autres plusieurs vies pour être francophone !

Toutefois, selon un rapport de l’Institut américain du service extérieur (FSI) – spécialiste de l’enseignement des langues aux diplomates et aux militaires aux États-Unis -, la langue française figurerait parmi les langues vivantes du monde les plus faciles à appréhender.

En effet, l’institut a cherché à estimer en combien de temps les anglophones pouvaient apprendre une langue étrangère, jusqu’à acquérir un niveau de compétences professionnelles avancées.

Il s’agit en fait du niveau 4 d’apprentissage des langues sur l’échelle Interagency Language Roundtable, l’échelle d’évaluation standard d’évaluation des compétences linguistiques du gouvernement fédéral américain.

En Europe, son équivalent est le cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL).

Celui-ci définit six niveaux de langue de l’initiation (A1) au niveau de langue maternelle C2 en passant par le niveau B2 (niveau avancé, ou courant), généralement requis pour entrer dans les universités françaises ou pour enseigner le français dans la fonction publique (pour être admis au Capes de Lettres Modernes, par exemple).

Le FSI classe donc les langues vivantes selon quatre catégories de la langue la plus facile à la plus difficile à assimiler, correspondant au temps d’apprentissage nécessaire pour en devenir locuteur de niveau avancé :

  • Groupe 1, 24 à 30 semaines d’apprentissage : français, danois, hollandais, italien, norvégien, portugais, roumain, espagnol, suédois,
  • Groupe 2, 36 semaines de cours : allemand, indonésien, malais,
  • Groupe 3, 44 semaines de cours : arménien, birman, tchèque, farsi, finlandais, grec, hébreu, hindi, russe, serbo-croate,
  • Groupe 4, 88 semaines de cours : arabe, chinois, japonais, coréen.

Partant, il faudrait – toujours selon les recherches du FSI – prendre des cours de français langue étrangère (FLE) durant 480 heures pour acquérir un niveau de base correspondant au niveau débutant (A1 et A2), c’est-à-dire pour avoir la compréhension orale des besoins de base de la vie courante.

Les niveaux de langue A1 et A2 mesurent la capacité à comprendre un discours simple si le locuteur parle lentement et distinctement, à décrire des situations avec des mots français simples.

Selon le FSI, les anglophones nécessiteraient entre 600 et 750 heures réparties sur 24 à 30 semaines pour atteindre un niveau B2 à C1 en français langue seconde.

Cela représente 6 à 7 mois de cours, à raison de 25 heures de cours de FLE par semaine, afin d’avoir une compétence communicative avancée.

Le français, deuxième langue internationale dans 30 ans ? L’évolution de l’aire d’influence du français sera fulgurante : grâce à la croissance démographique en Afrique francophone !

C’est colossal, car peu d’étudiants étrangers peuvent se permettre de prendre des cours de langue et culture françaises à plein-temps pendant 6 mois !

De plus, cela prévaut pour des locuteurs anglophones qui ont déjà une bonne capacité d’apprentissage des langues.

En revanche, qu’en est-il d’un apprenant non francophone ne connaissant rien de la langue française, par exemple ?

On comptera davantage d’heures de cours de langue : sur le web, certains avancent 900 à 1 000 heures pour que les étudiants internationaux puissent tendre vers un niveau B2 ou C1 en français.

On résume : il faudrait, avec un niveau intermédiaire, 48 jours à raison de 10 heures par jour pour acquérir un niveau de base en français.

Le temps se rallonge si l’on souhaite aller plus loin pour acquérir un perfectionnement linguistique, si l’on ne travaille pas durant les weekends et les jours fériés, ou encore si l’on ne fait que 4 ou 5 heures de leçon de français par jour…

Les variables d’apprentissage du français

Bien entendu, l’acquisition du français pour étrangers dépend du temps qu’ils y passent et de la volonté. Mais plusieurs autres facteurs entrent en ligne de compte.

La méthode

Tout d’abord, le travail méthodologique : la méthode avec laquelle on acquière les dispositions langagières varie selon la façon dont on apprend la langue.

Nul besoin d'être dans un grand groupe : juste parler français avec deux ou trois personnes suffit ! Sur un groupe Facebook, j’ai pu rencontrer des francophones à Paris !

L’apprentissage du français parlé dans une école de langue ou au sein d’un cursus universitaire se fera bien plus rapidement que si l’on choisit l’autoformation pour connaître la langue en France.

C’est bien logique : en écoutant et en suivant des cours dispensés par un professeur de français (ou une professeure) apporteront à l’apprenant un apprentissage plus complet – sur la culture française, l’histoire de France, la place du français dans le monde ou encore la didactique du FLE – tout au long de l’année universitaire.

Toutefois, il faut bien réviser régulièrement ses cours, car même une formation linguistique ne fera pas progresser si l’on travaille en dilettante.

Le cadre des études en France

Il est primordial de pratiquer la langue au quotidien : l’immersion linguistique permet de parler français plus rapidement.

Si à l’inverse l’apprenant ne côtoie que des étudiants de sa langue maternelle, alors l’effort risque bien d’être contre-productif.

Tout dépend des ambitions : pour préparer le DELF DALF ou le TCF (test de connaissance du français), on optera pour des cours intensifs en présentiel : c’est même une des conditions pour venir étudier en France.

Le second semestre touche à sa fin et vous balbutiez encore sur de nombreux mots ?

Plusieurs sites permettent de réviser gratuitement : Campus France, Le Point du FLE, Bonjour de France, le Cned ou l’Alliance Française.

Alternativement, prenez des cours particuliers, un tutorat à domicile avec nos professeurs Superprof !

Le type de mémoire

Apprendre le français dépend également du processus de mémorisation du cerveau, ce qui revient à questionner ses motivations.

En travaillant sur place, par exemple, on va mémoriser le vocabulaire français spécifique au secteur d’activité concerné (hôtellerie, restauration, service au bar, bâtiment, tourisme, etc.).

Inversement, si l’on ne consacre pas ou que peu de temps au français, si l’on n’utilise pas régulièrement ce que l’on a lu, vu ou entendu, l’apprentissage tend à s’oublier mécaniquement : les synapses et connexions neuronales ne sont plus stimulées.

Dès lors, on en perd son latin ! Les langues répondent à un adage anglais : « use it or loose it » (littéralement, « utilise-le ou perd-le ») !

Une étude neuropsychologue menée par Harry P. Bahrick a conclu que sans pratiquer, les personnes ayant étudié l’espagnol ont oublié 60 % de leur vocabulaire dans les 3 ans qui ont suivi la phase d’apprentissage.

Il est donc important de stimuler ses fonctions cognitives supérieures pour devenir francophone !

Vivre en France pour devenir francophone

Au cours de mes voyages, j’ai rencontré plusieurs personnes qui savaient parler français couramment. Des Australiens, Taïwanais, Espagnols, Allemands, qui avaient vécu à Paris pendant un an, ou qui étaient venus plusieurs fois en France

Etudier en France : le lieu où apprendre le français ! Acquérir un niveau B2 dans la capitale en 6 mois : défi relevé !

Selon le linguiste et neurlogiste Eric Lenneberg (1921-1975), qui a développé le concept d’inné pour étayer des idées sur l’acquisition du langage et sur la psychologie cognitive, acquérir l’accent d’un natif après la puberté est impossible si l’on a baigné exclusivement dans les phonèmes de sa langue maternelle et si ceux-ci sont éloignés de la langue à assimiler.

Cela s’appelle l’élagage synaptique, le fait que l’on perde des dispositions langagières au fil du temps si l’on n’a pas une immersion totale dans la langue d’un pays.

En d’autres termes, plus on se trouve immergé dans un milieu francophone dès l’enfance, plus on pourra parler comme un natif de France ou d’un des pays francophones.

Il faut donc apprendre le français dès l’enfance !

Mais on n’apprend pas le français aussi rapidement selon son niveau de langue dans sa propre langue maternelle, et selon les âges d’avancement dans la vie.

Sur le plan neurologique, la langue étrangère est considérée comme une extension de la langue maternelle.

Il est dit, en sciences du lanagage, que l’expertise dans un domaine donné diminue la charge cognitive nécessaire à l’acquisition d’un nouveau domaine connexe ou apparenté : plus on connaît les langues, moins on nécessite de temps pour les apprendre !

Aussi, un apprenant aura d’autant plus de facilités à apprendre le français que sa propre langue natale lui est proche : l’italien, l’espagnol, le portugais par exemple.

La durée de l’apprentissage va donc se réduire si la personne se rend en France pour apprendre la langue française, et cela d’autant plus s’il est locuteur d’une langue romane.

Alors, dans cette acception, combien de temps faut-il apprendre le français en France ?

La réponse, en substance, provient de vous !

Mais on peut se donner 6 mois ou une année universitaire pour suivre une formation FLE dans une école de français, et baigner un maximum dans un milieu francophone !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar