Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Ce qu’il faut savoir avant de partir pour le pays du soleil levant !

De Samuel, publié le 04/04/2018 Blog > Langues > Japonais > Le Guide pour Voyager au Japon !

Un proverbe dit : « si tu n’as pas étudié, voyage ! »

Effectuer un voyage au Japon est en effet une merveilleuse façon d’apprendre le japonais sans prendre des cours de langue japonaise durant sa scolarité.

Le nombre de voyageurs Français sur l’archipel nippon est en constante augmentation depuis une dizaine d’années – avec un fléchissement en 2011 dû à l’accident nucléaire de Fukushima suite au puissant tsunami – : de 147 500 visiteurs en 2008, la fréquentation touristique française au Japon est passée à 268 500 personnes en 2017, soit 82 % d’augmentation.

D’un point de vue global, l’afflux touristique des visiteurs étrangers a été multiplié par 3,44 (8,35 millions en 2008 contre 28,69 millions en 2017).

La société japonaise fascine, attire et brille par sa capacité à mêler traditions et modernité.

Voici notre guide complet pour savoir comment et où voyager au Japon.

Comment voyager au Japon ?

La destination Japon est l’une des plus en vogue actuellement : un séjour au Japon est en effet exotique pour un européen et le pays des samouraï – souvent réputé trop cher – abrite mille et une merveilles à ciel ouvert.

Découvrir l'archipel nippon : les papiers, l'assurance, conseils avant de partir.. Passeport prêt ? Visa reçu ? On prend la carte du Japon pour faire son itinéraire !

Bien entendu, qu’il s’agisse de se payer des vacances au Japon ou de partir vivre au Japon, il faut bien préparer son voyage et un certain nombre de formalités administratives sont à effectuer.

La première des choses à faire est évidemment de réserver son billet d’avion pour l’une des villes de l’archipel nippon : Tokyo, Osaka, Kyoto, Sapporo, Nagoya, etc.

Parmi nos conseils aux voyageurs au Japon : tester sur Skyscanner – un comparateur de vols – les prix des billets à dates flexibles (mois entier).

Au lieu de prendre un vol direct pour Tokyo, une escale dans un pays d’Asie tel que la Thaïlande, Taïwan ou la Malaisie s’impose parfois pour voyager moins cher. D’autant que se loger sur place sera on ne peut plus dispendieux et explosera votre budget voyage.

Ensuite, il est important de souscrire à une assurance santé internationale si la banque n’offre pas déjà des garanties avec la carte bancaire (rapatriement, maladie, accident, etc.).

Pour un séjour de courte durée – 90 jours -, les ressortissants Français et de nombreux pays sont exemptés de visa : on peut donc découvrir le Japon, ce si beau pays et ses principales îles sans subir les drastiques conditions d’immigration du gouvernement.

Des séjours plus longs sont parfois nécessaires : pour travailler au Japon, pour étudier dans une université japonaise ou pour motif de rapprochement familial.

Dans ce cas, il faut se déplacer en personne à l’ambassade du Japon en France et déposer une demande de visa pour le Japon.

S’expatrier au Japon ou pratiquer une activité marchande – quelle qu’elle soit – nécessite en effet d’acquérir un visa selon sa situation :

  • Visa travail,
  • Visa études,
  • Visa stage,
  • Visa rapprochement familial,
  • Visa époux et descendants de japonais,
  • Visa JSPS (Japan Society for the Promotion of Science),
  • Visa activités culturelles,
  • Visa Rotary Club,
  • Visa boursiers du gouvernement japonais,
  • Visa Vacances-Travail, ou PVT Japon.

En sus, tout ressortissant étranger doit aussi se munir du COE, le Certificate of Eligibility (Certificat d’éligibilité) pour prouver que son entrée sur le territoire pour des raisons non frauduleuses.

Des quotas peuvent être mis en place par les autorités nippones, comme c’est le cas par exemple pour le visa vacances-travail.

Ce visa – autrement dénommé programme vacances-travail (PVT) – permet aux jeunes Français âgés de 18 à 30 ans de partir vivre au Japon pendant une année, de se déplacer librement et de travailler au Japon pour subvenir à leurs dépenses.

Cela permet de partir au Japon pour vivre une expérience d’expatriation temporaire et ainsi de découvrir la vie au Japon ainsi que la culture japonaise dans toute sa splendeur (culture bouddhiste et shinto, cuisine japonaise, formules de politesse japonaises.

Découvrez également comment prendre des cours japonais Paris !

Villes du Japon : les 10 plus grandes agglomérations nippones !

Mon prochain voyage est le Japon ? Billet d’avion en poche, certificat d’éligibilité et visa obtenus, il faut maintenant trouver un logement au Japon.

Ce pays est si loin de notre culture occidentale qu’il garantit un dépaysement total.

Les agglomérations japonaises en un mot : impressionnantes. Shibuya, Tokyo : une fourmilière à quelques kilomètres de la campagne calme, zen, ressourçante.

La population japonaise compte 127 millions de personnes réparties sur quatre grande îles (Hokkaido, Honshu, Kyushu, Shikoku) de « seulement » 377 962 km² (la France métropolitaine fait 543 965 km² pour 65 millions d’habitants) et pourtant, la Japon est un des pays les plus sûrs du monde.

Plus d’une dizaine de villes du Japon dépassent le million d’habitants : voici notre top 10 des plus grandes mégalopoles japonaises :

  1. Tokyo-Kawasaki-Yokohama (42,8 millions d’habitants),
  2. Osaka-Kyoto-Kobé (20 millions d’habitants),
  3. Nagoya (10 millions d’habitants),
  4. Fukuoka-Kitakyushu (2,5 millions d’habitants),
  5. Sapporo (2 millions d’habitants),
  6. Hiroshima (1,2 millions d’habitants),
  7. Sendai (1 million d’habitant),
  8. Shizuoka (716 000 habitants),
  9. Saitama (1,2 millions d’habitants),
  10. Niigata (808 268 habitants).

La capitale du Japon est l’une des plus grandes villes du monde. Elle est réputée pour être étourdissante, ahurissante, impressionnante et faire un tour dans ses quartiers centraux (Shibuya, Akihabara, Asakusa, etc.) promet une immersion dans l’univers tokyoïte unique au monde.

Ne manquez pas d’arpenter les routes avoisinant le mont Fuji, visible sur toutes les cartes postales et proche de la capitale japonaise.

A Kyoto, l’ancienne capitale impériale du Japon de 794 à 1868 (du Shogunat à la restauration de Meiji), c’est un musée à ciel ouvert qui se dévoile devant les visiteurs.

Hors des sentiers battus de Tokyo, il faudra savoir parler japonais cours, du moins quelques bases (ne serait-ce que pour faire ses courses ou prendre le train). Et la bonne nouvelle, c’est qu’évidemment, chaque aire urbaine japonaise possède ses écoles de langue japonaise où prendre des cours.

Le Japon est tristement connu du monde entier pour le risque sismique : on a tous le souvenir (au moins médiatique) du tremblement de terre (magnitude 9,0) du 11 mars 2011 survenu dans la région de Sendai et de Fukushima.

Le tsunami qui survint après le séisme meurtrier tua 18 079 personnes (trois fois plus que celui de Kobé en 1995).

Histoire du Japon : les grands empereurs nippons

Quoi de mieux, en allant visiter le Japon, que de découvrir son Histoire ? Qui a gouverné le pays depuis la nuit des Temps ? Quels ont été les régimes du Japon ayant bâti sa puissance culturelle et économique actuelle ?

Connaître dans le détail les époques, les ères et les dates de règne des grands empereurs nippons peut être intéressant, notamment pour enrichir sa culture générale avant de partir en voyage au Japon.

Faire un beau voyage dans la société nippone est aussi découvrir son passé historique. Les samouraïs japonais : on imagine la rigueur des codes sociaux à l’ère du Shogunat.

Voici un petit focus sur l’Histoire de l’archipel nippon.

Le Japon est une monarchie constitutionnelle avec répartition tripartite des pouvoirs (exécutif, judiciaire et législatif) depuis 1947.

C’est le Cabinet du Japon qui gouverne le pays et non pas l’empereur – Akihito -, qui a un titre honorifique. Et oui, car l’Empereur du Japon est à la fois le chef de l’État, le symbole de l’État et le chef de la religion shintoïste.

Le cabinet – chargé de diriger la politique de la nation – est composé des ministres d’Etat et du Premier Ministre, chef du gouvernement. Au Cabinet actuel, le 97ème de l’Histoire du Japon, on trouve Shinzō Abe, élu Premier Ministre le 24 décembre 2014.

Mais remontons aux anciens temps : le premier empereur et fondateur légendaire du Japon fut Jinmu (-711 ; -585). Ses successeurs auraient été :

  • Suizei : -581 -549,
  • Annei : -549 -511,
  • Itoku : -510 -477,
  • Kosho : -475 -393,
  • Koan : -392 -291,
  • Korei : -290 -215,
  • Kogen : -214 -158,
  • Kaika : -157 -98,
  • Sujin : -97 -30,
  • Suinin : -29 +70,
  • Keiko : 71 – 130,
  • Seimu : 131 – 191,
  • Chuai : 192-200.

Le règne des empereurs dont on est sûr des dates remonte au 3ème siècle de notre ère : le premier est Ojin (201-310).

L’Antiquité japonaise s’étale de 400 à 1198, date à laquelle le pays bascule dans le Shogunat, à l’époque féodale. Soixante-cinq empereurs se succèdent sous cette période antique, et 32 empereurs se partagent le trône de 1198 à 1611.

Le Shogun est un « grand général pacificateur des barbares », désignant le dirigeant du Japon.

L’époque pré-moderne se retrouve sous le célèbre nom d’époque d’Edo, qui vit 16 empereurs gouverner et dura de 1611 à la restauration de Meiji, en 1868. Ce dernier devint le premier empereur de l’Empire du Japon : une monarchie absolue droit divin, et dictature militaire durant la Seconde Guerre Mondiale.

Le dernier empereur de l’Empire du Japon fut Hirohito (1901-1989). Il y a donc eu des empereurs à pouvoir absolu (jusqu’en 1945) pendant plus de 1700 ans !

Nombreux sont les cas de succession à l’époque féodale, où ce ne fut pas le premier fils aîné qui héritait du trône impérial, tel que c’était le cas dans la plupart des pays d’Europe. En effet, le trône pouvait aussi bien être légué au cousin, au frère, à l’oncle.

Quels sont les plus grands monuments japonais ?

Parmi les lieux touristiques du Japon, on recense de nombreux sites et monuments historiques à voir absolument.

Que découvrir d'Okinawa à Sapporo ? Chercher des choses à voir absolument : et la nature n’est-elle pas un monument en elle-seule ?

Voici une présentation de ceux-ci :

  1. Le Palais Impérial de Tokyo,
  2. La Skytree de Tokyo,
  3. Le siège du gouvernement de Tokyo,
  4. Senso-ji à Tokyo,
  5. Le pavillon d’or de Kyoto,
  6. Le palais impérial de Kyoto,
  7. Fushimi Inari Taisha à Kyoto,
  8. Le Parc Mémorial de la Paix à Hiroshima,
  9. Le château d’Osaka,
  10. Le château de Himeji.

Que l’on fasse un premier voyage ou que l’on retourne régulièrement au Japon, un constat global prédomine : on ne peut tout visiter en une seule fois.

Car de cette liste, ne figurent que les monuments les plus réputés.

Pourtant, se balader autour du mont Fuji vaut son petit détour après une visite de la capitale.

On pourrait aussi évoquer le Sanctuaire d’Itsukushima, ce célèbre torii flottant sur l’eau – construit en 1168 -, un portail shinto représentant la frontière entre monde profane et monde sacré sur l’île de Miyajima (dans la baie d’Hiroshima).

Ou encore, le château de Nagoya, construit de 1610 à 1619 pour devenir la résidence de la famille Tokugawa jusqu’à l’ère Meiji en 1868.

On pense également aux monuments historiques de Kyoto, inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO : le Kiyomizu-dera et le Daigo-ji. Temple bouddhiste ou complexe shinto, ce sont des symboles du Japon à ne pas manquer.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar