Page d'accueil
Donner des cours

Trouvez le parfait professeur de japonais

16 cours japonais Marseille

Quel est votre niveau ?

Cours particuliers avec Superprof

Notre sélection de professeurs
de japonais à Marseille

Voir plus de professeurs

17 €/h

Les meilleurs prix : 100% des professeurs offrent le 1er cours et l'heure coûte en moyenne 17€

6 h

Rapide comme l'éclair, nos professeurs vous répondent en moyenne en 6h.

01

Trouvez votre
professeur parfait

Consultez librement les profils et contactez votre fantastique professeur selon vos critères (tarifs, diplôme, avis, cours à domicile ou par webcam)

02

Organisez vos
cours

Echangez avec votre professeur pour lui préciser vos besoins et vos disponibilités. Programmez vos cours et réglez-les en toute sécurité depuis votre messagerie.

03

Vivez de nouvelles expériences

L'incroyable Pass Élève vous donne un accès illimité à tous les professeurs, coachs et masterclass pendant 1 an. Une année pour découvrir de nouvelles passions avec des personnes fabuleuses.

Nos anciens élèves de Marseille
évaluent leurs profs de japonais

Parcourez tous nos cours de japonais

Cours de japonais à domicile et leçons de japonais

Cours de japonais Marseille

Fasciné(e) par langue et culture japonaise, attiré(e) par l’esthétique et la finesse de la calligraphie japonaise ? Vous avez envie de voyager au Japon ? Il serait bon de prendre des cours de japonais pour être à l’aise dans la langue nippone et connaître quelques phrases avant de partir.

Apprendre le japonais semble à première vue relatif à gravir le mont Fuji un jour d’entorse de la cheville…Pourtant, vous verrez que pour un francophone, cette nouvelle langue est bien plus aisée qu’on ne le pense à aborder, c’est plus facile qu’apprendre le chinois mandarin.

Près de la basilique Notre Dame, du stade Vélodrome ou du Fort Saint Jean, il est tout à fait possible de devenir bilingue rapidement dans le département des Bouches du Rhône.

Pour vous qui, résident de la cité Phocéenne, avez le regard tourné vers le pays du soleil levant, voici une courte monographie de l’offre de nos cours de japonais sur Superprof à Marseille.

Le japonais : une langue insulaire mais très influente dans le monde

Contrairement à la langue anglaise – qui évoque tous les pays du monde anglophone du Canada à la Nouvelle-Zélande, de la Grande-Bretagne à l’Australie et l’Afrique du Sud -, la langue japonaise ne se referre de prime abord qu’au Japon.

Sur l’archipel nippon, environ 127 millions de locuteurs Japonais ont la langue nippone – nihongo, 日本語- comme langue maternelle. Est-ce à dire que l’idiome du levant ne se parle que d’Hokkaido à Ishigaki, de Sapporo à Okinawa ? Bien évidemment, non. Plusieurs millions de personnes d’origine japonaise vivent en dehors de l’archipel.

Ces populations expatriées résultent des migrations des 19ème et 20ème siècles, au cours desquels les Japonais durent quitter leur terre natale pour des raisons économiques, politiques ou sociales. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est le Brésil qui a accueilli le plus de personnes issues de la diaspora japonaise, soit entre 1,3 et 1,5 millions de Japonais, appelés nissei – Brésiliens d’origine japonaise, de deuxième génération - dans la langue nippone.

L’immigration japonaise s’amorça dès les années 1870, sous l’ère Meiji : l’entrée du Japon dans les échanges internationaux favorisait les départs, que la politique migratoire japonaise valorisait afin de soulager les tensions sociales liées au déséquilibre entre la demande d’une population croissante et l’offre de terres nippones, constante.

Alors que les États-Unis – terre de choix des Japonais – bloquèrent l’immigration nippone, les migrants du pays du soleil levant s’installèrent massivement au Brésil à l’aune des années 1910-1920.

Aujourd’hui, la diaspora japonaise regrouperait près de 3 millions de personnes dans divers pays : Brésil, Pérou, États-Unis, Chine, Australie, Royaume-Uni, Canada, Thaïlande, Allemagne, France, Corée du Sud, Singapour, Taïwan, etc.

La double compétence portugais-japonais, espagnol-japonais ou anglais-japonais peut donc être un atout majeur.

En outre, le Japon est un pays très développé dont l’indicateur de développement humain (IDH) fait partie des plus élevés de la planète.

C’est la troisième puissance économique mondiale après les États-Unis et la Chine, et est membre de nombreuses organisations internationales : l’Organisation des Nations Unies (ONU), l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le G8, l’APEC (Coopération économique pour l’Asie-Pacifique) et l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est plus trois (ASEAN-plus trois).

Une intégration économique et politique qui devrait motiver à étudier le japonais, perfectionner son niveau de langue et étendre son vocabulaire japonais !

Une courte histoire de la communauté japonaise à Marseille

Marseille possède une façade maritime de 57 kilomètres et se trouve au carrefour des routes commerciales qui relient l'Europe à l'Afrique, au Moyen-Orient mais aussi à l'Asie par le truchement du canal de Suez (depuis 1869).

Depuis l’Antiquité – les Phocéens accostèrent en -600 av. J-C au Vieux-Port et fondèrent la ville -, le port de Marseille a toujours joué un rôle prépondérant dans l’économie de la ville.

C’est aussi par voie maritime que l’immigration japonaise s’effectua, avant que l’aviation ne s’impose comme principal mode de transport. Et de fait, Marseille était un point de passage stratégique des Japonais pour arriver en Europe occidentale.

Les premiers migrants nippons transitaient au port de Marseille via les trajets réguliers reliant le Japon à la France. Mais en ce 20ème siècle naissant, ces populations débarquaient pour s’installer à Londres ou à Paris.

C’est à partir de la Première Guerre Mondiale que les premières populations d’origine japonaise s’installèrent à Marseille, dont certaines étaient déçues des conditions de vie rencontrées en Angleterre ou dans la capitale française.

Pour nombre de Japonais ayant tenté et réussi l’expatriation, s’installer dans la deuxième ville de France permettait de s’adonner à des activités commerciales et de services, la ville étant ouverte sur l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et fréquentée par les navires de pavillon japonais.

On peut recenser plusieurs motivations au fondement de l’apprentissage du japonais. D’abord, avoir un objectif bien défini permet de progresser rapidement dans les cours pour apprendre la langue japonaise. Et oui, l’on a d’autant plus d’endurance physique lorsque l’on sait où se trouve le sommet de la montagne que l’on est en train d’arpenter.

Pourquoi prendre des cours de japonais, quels intérêts ?

Pour apprendre à parler japonais, c’est la même chose : votre concentration et votre disponibilité cognitive seront décuplées si vous vous focalisez sur les opportunités potentielles que peuvent amener les cours de langue japonaise.

L’apprentissage des langues est toujours un catalyseur d’externalités positives : en suivant une formation linguistique, des effets positifs inattendus se produisent, et permettent d’apprendre plus rapidement.

En d’autres termes, plus on apprend, plus on apprend vite. Apprendre à parler japonais peut donc conférer un sentiment gratifiant, une satisfaction d’avoir étendu sa culture générale (la connaissance de l’Histoire du Japon, de la cuisine japonaise, la culture du Japon, d’un maximum de kanji japonais, etc.).

A condition que le processus n’interfère pas avec la difficulté d’apprendre le système d’écriture japonaise (hiragana, katakana, kanji et romaji) et son architecture grammaticale : d’où la nécessité de recourir à nos professeurs particuliers marseillais.

Parfois, la routine d’un emploi peu stimulant ou une situation précaire peut mener à un sentiment de stress et de mal-être. Apprendre à parler japonais couramment comme un natif peut ouvrir de nouveaux horizons, une nouvelle insertion professionnelle.

Ainsi, apprendre une langue étrangère comme le japonais peut aider à changer de métier : partir à l’étranger pour travailler au Japon, devenir professeur de français langue étrangère auprès de Japonais expatriés dans la ville de Marseille, se lancer en tant que traducteur français-japonais indépendant (freelance) – une compétence rare auprès des entreprises alors que la majorité des prestataires sont traducteurs français-anglais ou français-espagnol -, travailler auprès d’une maison des associations, à la Maison de la culture, à la Maison franco-japonaise pour développer les échanges culturels et scientifiques entre la France et le Japon, etc.

Si vous souhaitez partir au Japon, une activité très en vogue est encore pratiquée par les Français au Japon : enseigner le français (donner des cours de français et de culture française aux élèves Japonais), un moyen de travailler au Japon – à Tokyo, Osaka ou Kyoto - en étant à l’abri du rythme harassant imposé par le « marché du travail » de la société japonaise.

La langue japonaise : alphabet japonais et grammaire

Dans la langue nippone, le plus difficile est certainement l’apprentissage de l’alphabet japonais. Il y a de nombreux idéogrammes à apprendre par cœur – il y aurait plus de 50 000 kanji -, bien que la mémorisation de seulement 2000 suffirait à une bonne compréhension de l’idiome nippon.

Les kanji sont des caractères chinois utilisés depuis l’Antiquité pour décrire la racine des mots japonais. Les hiragana, au nombre de 47, sont un syllabaire japonais, usité pour la transcription des syllabes des mots. Ils peuvent représenter une voyelle seule (a, e, i, o, u) ou une consonne suivie d’une voyelle (ka, ki, ku, ko, ke, ta, chi, tsu, fu, ro, ri, etc.).

Enfin, l’apprenant doit assimiler les 47 katakana, utilisés pour transcrire les mots étrangers, les noms propres étrangers, les termes vernaculaires scientifiques (plantes et animaux) ainsi que les onomatopées japonaises.

Ce sont des formes simplifiées de sinogrammes, créés à l’époque Heian (8ème-12ème siècle) pour rendre accessible l’écriture japonaise à celles et ceux qui ne maîtrisaient pas le chinois mandarin. Ils résultent d’une pratique des moines bouddhistes, qui avaient pour habitude de noter tous les caractères chinois dont la prononciation leur était inconnue.

Ensuite, vient la bête noire de tout apprenant en langues vivantes : prononcer le japonais et construire la phrase japonaise. L’intonation de l’idiome de Mishima n’est pas si difficile à prononcer : ce n’est pas une langue tonale comme le chinois mandarin, et nombre de phonèmes sont similaires à ceux de la langue française.

Notons que le verbe japonais ne se conjugue pas selon la personne et le nombre. Le japonais étant une langue dite SOV – les phrases s’ordonnancent selon un ordre sujet-objet-verbe -, le verbe est placé après le sujet et le complément.

On ne vous a pas perdu ? Alors ultime étape, celle du choix d’un professeur particulier !

Nos cours particuliers de japonais à Marseille avec Superprof

Il n’y a que 9 professeurs de japonais dans la ville de Marseille, avec des tarifs allant de 12 € à 30 € pour une heure de cours, et un prix moyen de 18 €.

Nos professeurs marseillais se déplacent tous pour des cours à domicile. Une formule idéale pour parvenir à vos ambitions d’augmenter votre niveau de langue japonaise.

Voici ce que chaque cours peut apporter :

  • Cours de calligraphie japonaise,
  • Cours de japonais des affaires,
  • Cours d’expression et de compréhension orale,
  • Cours tous niveaux (primaire, collège, lycée, enseignement supérieur, cours adultes),
  • Cours de préparation au test d’aptitude JLPT (Japanese Language Proficiency Test),
  • Apprentissage des syllabaires (kana – hiragana, katakana - et kanji), de l’écriture japonaise.

Et si vous révisiez vos nouveaux cours de japonais dans le parc national des Calanques, à côté de l’Hôtel Dieu ou à Notre Dame de la Garde ?

Pour choisir votre enseignant ou enseignante, il faut comparer les profils selon leur expérience (natif ou Français(e) ayant vécu au Japon, diplômé de langue japonaise, etc.), leur tarif, leur diplôme/qualification et bien sûr, la localisation des cours (Joliette, Canebière, Prado, Belle de mai, Corniche, Cours Julien, 1er arrondissement, 7ème, quartiers nord ou quartier du Panier, etc.).

En travaillant avec régularité et persévérance, vous devriez déjà vous débrouiller après quelques cours !

Nos meilleurs articles
sur le japonais

Les questions fréquentes

Quel est le tarif moyen d’un cours de japonais à Marseille ?

Le prix moyen d’un cours de japonais à Marseille est de 17 €.


Les tarifs sont variables en fonction

  • l’expérience du professeur de japonais
  • le lieux du cours (en ligne ou à domicile) et la situation géographique 
  • de la durée et la fréquence des cours

97% des professeurs offrent la 1ère heure de cours.


Découvrez les tarifs des professeurs proches de chez vous (13000).

Pourquoi prendre un cours de japonais à Marseille ?

Des cours de japonais avec un professeur expérimenté sont l’occasion de progresser plus rapidement. 


Vous choisissez votre professeur et vous planifiez en physique ou à distance vos cours en toute liberté ! 


Une messagerie vous permet d’échanger directement avec le professeur pour choisir et organiser vos cours en toute sérénité.


Un moteur de recherche vous permet de trouver la perle rare parmi des centaines de professeurs particuliers à Marseille .


Lancez facilement votre recherche en 1 clic.

Combien de profs disponibles pour donner des cours de japonais à Marseille ?

16 profs de japonais proposent de vous aider en japonais.


Vous pouvez parcourir leurs profils et choisir celui qui conviendra le mieux à vos attentes à Marseille.


Choisissez votre cours parmi + de 16 profils.

Quelle note moyenne est attribuée aux profs de japonais à Marseille ?

Sur un échantillon de   notes, les élèves attribuent une note moyenne de sur 5.


En cas de problème avec un cours, un service client est disponible pour trouver une solution rapide (par téléphone ou par mail 5J/7).


En savoir + sur les questions les plus fréquentes.