Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Comment enrichir son vocabulaire en langue japonaise ?

De Alexia, publié le 19/07/2017 Blog > Langues > Japonais > Améliorer son Vocabulaire Japonais

Comme nous le savons probablement tous, la culture japonaise fait largement la part belle à la politesse.

Avant de partir pour un séjour linguistique ou en tant que simple touriste curieux de découvrir cette magnifique culture ou de côtoyer les lieux les plus mythiques du mont Fuji à la très belle ville de Kyoto en passant par les recoins d’Hokkaido ou d’Osaka, il est important de maîtriser certains principes élémentaires.

C’est d’autant plus vrai pour ceux ayant pour but de travailler au Japon et d’y vivre pour une durée plus ou moins longue.

Au travers de cet article, nous proposons le B.A.BA pour se débrouiller en japonais. Une sorte d’initiation et d’introduction à la langue avec toutes les composantes que cela peut générer : prononciation phonétique, écriture en kanji et les kana associés (hiragana katakana), transcription en romaji.

Bien que l’alphabet japonais soit radicalement différent de l’alphabet latin et que de fait les idéogrammes changent le système d’écriture de la langue japonaise, il ne faut pas se décourager !

Se présenter en japonais

Peut-on partir au Japon sans savoir parler nippon ? Si écrire le japonais est compliqué, le parler est abordable.

Tout d’abord, lorsque l’on rencontre une personne pour la première fois, on utilisera la formule « Haijimemashite » (はじめまして) » que l’on peut transcrire et traduire littéralement en français par « Enchanté ». Il est de coutume de s’incliner légèrement lorsque l’on le prononce (phonétiquement : « hadjimémachité »).

C’est une certaine manière de remercier son interlocuteur pour la nouvelle relation nouée.

S’il existe une formule pour commencer à se présenter en japonais face à quelqu’un que l’on rencontre pour la première fois, il existe aussi une manière précise de clore la conversation.
Ainsi, on utilisera « Yoroshiku onegaishimasu » (よろしくお願(ねが)いします), expression qu’il est impossible de traduire en français mais qui se rapprocherait de l’idée que l’on est heureux d’avoir noué contact avec son interlocuteur.

Pour répondre, il est possible d’utiliser « kochira koso yoroshiku onegaishimasu » (こちらこそよろしくお願いします) pour témoigner de la réciprocité du sentiment.

Un exemple concret de présentation :

  • Hajimemashite. (Enchanté),
  • Watashi no namae wa Paul desu. (Mon nom est Paul),
  • Watashi wa ni-juu go sai desu. (J’ai 25 ans),
  • Bordeaux ni sunde imasu. (J’habite à Bordeaux),
  • Gakusei desu. (Je suis étudiant),
  • Douzo yoroshiku onegaishimasu. (Je suis honorée de faire votre connaissance).

Vocabulaire japonais de base : saluer, demander, remercier

Lorsque l’on apprend une langue étrangère, se présenter fait partie des premières thématiques abordées. Au pays du soleil levant, une bonne présentation suit certaines règles est primordiale.

Les déclinaisons pour saluer selon le moment de la journée

A l’instar d’autres langues étrangères, il existe de nombreuses manière de saluer quelqu’un selon le moment de la journée. Ainsi, on retrouvera en premier lieu « Konnichiwa » (こんにちは et 今日は en kanji) qui est une sorte de passe-partout et qui pourra s’utiliser à n’importe quel moment de la journée, mais attention pas dans toutes les situations ! A proscrire lors d’un entretien d’embauche par exemple !

Apprendre à parler japonais est facile. Connaître quelques phrases en japonais pour se présenter est la base de l’apprentissage de la langue.

Les méthodes pour saluer plus spécifiquement sont les suivantes :

  • Bonjour (le matin) : « Ohayo Gozaimasu » (お早うございます). Petite spécificité, on utilisera aussi cette locution pour saluer ses collègues de bureau, quelque soit l’heure de la journée,
  • Bonjour (l’après midi) : « Konnichiwa » est beaucoup utilisé dans ce cas de figure. Une forme plus familière et moins polie existe également (« Osu ») que l’on pourra par exemple utiliser avec des amis,
  • Bonsoir : Après 18 heures, on dira « Konbanwa » (こんばんは et 今晩は en kanji),
  • Bonne nuit : « Oyasumi » (お休み) ou encore « Oyasumi nasai » (おやすみなさい) pour la forme plus polie, qu’on utilisera dans un cadre plus formel.

Au revoir en japonais

Il existe également plusieurs façons de dire au revoir en japonais, comme nous pourrions trouver des distinctions en France selon le contexte. En effet, à plus tard et adieu signifient par exemple deux choses bien différentes.

  • Au revoir (ou adieu en certains cas) : sayônara (さようなら),
  • A plus tard : atodéné (あとでね),
  • A demain : mata ash’ta (また明日),
  • A la semaine prochaine : mata raïshû (また来週),
  • Dire au revoir à ses collègues de travail : osakini shitsurè shimass’ (お先に失礼します).

Remercier en japonais

La locution la plus célèbre pour dire merci en japonais est « aligatô » que l’on peut décliner en « aligatô gozaimasu » pour accentuer le trait et remercier plus chaleureusement. Néanmoins, comme nous ne le trouvons pas systématiquement dans les langues latines, il existe plusieurs locutions différentes pour remercier. En français, on aurait plutôt tendance à faire passer une émotion différente selon l’intonation du « Merci ». En langue nippone, on préfèrera l’utilisation de plusieurs thèmes.

Par exemple, dans la région du Kansai, on dira « ôkini » (大きに) pour dire merci. Pour remercier quelqu’un de sa bienveillance ou de son aide, on utilisera «o-séwani nalimash’ta (お世話になりました) ». Et il existe même une façon de remercier et de s’excuser par la même occasion : sumimassèn (すみません)

En japonais, on trouvera couramment « onégaïshimass » (お願いしま) » pour dire s’il vous plaît, « onégaï-itashimass’ » étant sa déclinaison plus honorifique.

Quelles phrases en japonais sont indispensables ? Être poli au Japon est obligatoire pour ne pas commettre d’impair !

Les chiffres en japonais

Ici, pour ceux ayant déjà commencé à apprendre le chinois, le processus d’apprentissage n’en sera que plus simple. En effet, la numérisation japonaise est empruntée du mandarin. De fait, les caractères chinois (ou sinogrammes) que l’on retrouve en numérisation chinoise sont les mêmes que les kanjis japonais, à quelques rares exceptions près.

Saviez-vous qu’avec seulement 11 mots différents on est capable de compter jusqu’à 999 en japonais ? Le tableau suivant consigne l’essentiel de 0 à 9 avec toutes les déclinaisons possibles, des différentes écritures, à la traduction, en passant par la façon de prononcer.

ChiffreKanjiHiraganaRomajiPrononciation
0れいreireye
1いち/いつichi / itsuitchi / itsu
2nini
3さんsansanne
4し / よんshi / yonchi / yonne
5gogo
6ろくrokurokou
7しち / ななshichi / nanachitchi / nana
8はちhachihatchi
9きゅう/くkyū / kukyou / kou

Pour se débrouiller correctement dans l’articulation des nombres entre eux, le tableau suivant est utile pour pouvoir compter jusqu’à 1000.

NombreKanjiHiraganaRomajiPrononciation phonétique
10じゅうjou-
20二十にじゅうnijūnijou-
30三十さんじゅうsanjūsanjou-
100ひゃくhyakuhyakou
1000せんsensenne
1 0000 (dix mille)まんmanmanne
10 0000 (cent mille)十万じゅうまんjūmanjou-manne
100 0000 (un million)百万ひゃくまんhyakumanhyakoumanne
1000 0000 (dix millions)一千万いっせんまんissenmanissennemanne
1 0000 0000 (cent millions)おくokuokou
10 0000 0000 (un milliard)十億じゅうおくjūokujouokou

On constate par exemple que pour 30, on aura le kanji du chiffre 3 associé au kanji du nombre 10, comme pour dire que 30 est égal à 3 fois 10. C’est selon cette logique que s’articulent les nombres en japonais.

Pour ne pas faire d’erreur sur la décomposition des nombres, il est primordial de savoir que les nippons segmentent leurs nombres par groupe de quatre chiffres et non de trois comme nous le trouvons en France. Ainsi, cent mille qui est décomposé en langue latine comme 100 fois 1000 se décomposera en japonais comme dix fois dix mille. On retrouve aussi cela sur l’écriture de cent mille :

  • Langue latine : 100 000
  • Japonais : 10 0000

La décomposition suivra systématiquement ces règles, à quelques exceptions près, qui le sont surtout pour faciliter la prononciation. C’est le cas par exemple de 800, ou on dira « happyaku » au lieu de « hachihyaku ».

Bien entendu, les chiffres ou les nombres peuvent être utilisés dans un tout autre contexte que compter et qu’en cours de japonais. Ainsi, on retrouvera en japonais beaucoup de compteurs différents (avec souvent des suffixes) selon ce que l’on compte. Par exemple, pour compter des personnes on utilisera le kanji « 人 » qui désigne, à l’instar du chinois, une personne.

Pour parler d’une personne, on utilisera alors « 一人 », ce qui d’un point de vue de l’écriture n’a rien d’anormal. En revanche, la prononciation change. On ne retrouvera pas la sonorité « itchi » ou « itsu » qui désigne un, car on prononcera « hitoli ». C’est le même principe qui prévaut pour désigner deux, trois ou dix personnes.

Les compteurs spécifiques sont nombreux et peuvent désigner des objets aussi variés que des boissons, des livres, des vêtements, des petits animaux ou des bâtiments, ou même les mois. Il convient donc de les apprendre car il ne saurait exister de règle applicable ni de moyen mnémotechnique.

Quelques repères temporels : heure, jours, mois et année

L’heure en japonais

Lorsque l’on cherche à apprendre l’anglais, on voit rapidement l’heure et la distinction entre A.M et P.M. Les japonais utilisent le même principe, « gozèn » (午前) désignant les heures entre minuit et midi, et « gogo » (午後), faisant référence aux heures de midi à minuit.

Quelques phrases utiles :

  • « ma (wa) nan’ji dèss’ka ? » (今 (は) 何時 ですか), qu’un dictionnaire franco japonais traduirait par « Quelle heure est il maintenant ? »,
  • « ima wa gozèn go-dji dèss’ » (今は 午前 5時) : Il est cinq heures du matin.

Gardons aussi en mémoire qu’au niveau de l’écriture, le kanji 分 désigne les minutes, tandis que 時 désigne les heures.

Comment apprendre une langue rapidement ? Parler japonais passe aussi par l’apprentissage de mots japonais pour dire l’heure.

Les dates : jours, mois et année

Là aussi, pas de mystère, il faudra travailler la mémorisation de l’écriture et la prononciation de chaque jour de la semaine ou de chaque mois de l’année en japonais.

Les jours de la semaine :

JourKanjis associésPhonétiqueSens étymologique
Dimanche日曜日nitchi-yôbile jour du soleil
Lundi月曜日guètsu-yôbile jour de la lune
Mardi火曜日ka-yôbile jour du feu
Mercredi水曜日sui-yôbile jour de l'eau
Jeudi木曜日moku-yôbile jour du bois
Vendredi金曜日kin-yôbile jour de l'or
Samedi土曜日do-yôbile jour de la terre

Les mois de l’année :

FrançaisRomajiHiraganaIdéogrammes (Kanjis)
Janvierichigatsuいちがつ一月
Févriernigatsuにがつ二月
Marssangatsuさんがつ三月
Avrilshigatsuしがつ四月
Maigogatsuごがつ五月
Juinrokugatsuろくがつ六月
Juilletshichigatsuしちがつ七月
Aoûthachigatsuはちがつ八月
Septembrekugatsuくがつ九月
Octobrejūgatsuじゅうがつ十月
Novembrejūichigatsuじゅういちがつ十一月
Décembrejūnigatsuじゅうにがつ十二月

A noter que la semaine au Japon, à l’instar d’autres pays comme les Etats-Unis, commence le dimanche et non le lundi ! On remarquera que le kanji « 日 » est celui du jour. 

Les années ont d’ailleurs en Japonais une spécificité, qu’on apprend notamment en cours de japonais en ligne. En effet, la double écriture des années peut se faire selon le modèle grégorien, mais également selon l’ère actuelle, chaque ère correspondant au début du règne de l’empereur. Actuellement, nous sommes dans la 29 ème année de l’ère heisei, qui a débuté le 7 Janvier 1989 avec l’empereur Akihito. 月est le kanji du mois. On remarque que pour Octobre, on parle du 10 ème mois de l’année dans l’écriture kanji. Le kanji de l’année est le suivant : 年.

En synthèse :

  • Cette fiche n’a pas pour objectif d’apprendre le japonais aux néo-apprenants, pas plus qu’elle ne se fixe comme objectif la connaissance de l’écriture japonaise. Néanmoins, elle peut apporter une première pierre et de premiers outils à l’apprentissage du japonais qui pourront être complétés plus tard par des cours de japonais plus intensifs.
  • C’est avant tout un guide pratique, pour quiconque souhaite entreprendre un voyage au Japon et y voir de plus près briller de mille feux la culture locale. C’est un outil de communication sur des thématiques basiques tout autant qu’un outil d’intégration pour commencer à discuter avec des locuteurs japonais.
  • Maintenant, vous êtes normalement aptes à vous présenter devant un japonais, aptes à comprendre le montant d’une addition quand vous irez boire un verre ou commander un plat traditionnel au restaurant ou encore maîtriser les repères temporels les plus utilisés.

Alors, prêt à devenir ceinture noire dans la maîtrise du japonais ? C’est en tout cas une première étape !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 4,67 sur 5 pour 3 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar