Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Parler l’idiome de Jules César au 21ème siècle : pour quoi faire ?

De Samuel, publié le 16/10/2017 Blog > Soutien scolaire > Latin > Pourquoi Apprendre le Latin ?

En France, entre 1996 et 2016, le pourcentage de latinistes – toutes classes confondues dans l’enseignement secondaire -, a enregistré une baisse continuelle de la cinquième à la terminale.

Seule une poignée d’irréductibles élèves des filières S et ES ont été plus nombreux en 2016 à choisir l’option latin que vingt ans plus tôt.

Plus le temps passe, plus l’enseignement des langues anciennes tend à se réduire comme une peau de chagrin en France : tandis qu’autrefois, plus de 25 % des collégiens de 5ème suivaient des cours latin, ils ne sont plus que 18 % à suivre cet enseignement de nos jours.

Les lettres classiques sont de plus en plus frappées de nullité, et l’aversion pour ce cours de langue grandit. Apprendre le grec ancien et le latin seraient désuet, inutile, long et fastidieux.

Qui en effet, se réjouit à l’idée d’apprendre une langue morte ?

Pourtant, les détracteurs de la récente réforme du Collège ont réaffirmé leur goût pour les belles lettres et les mots latins – langue de la civilisation romaine, ayant bercé l’enfance protohistorique de l’Europe -, criant haro sur la possible disparition future des enseignements optionnels de culture humaniste.

Dans ce contexte où le débat sur le rôle du latin à l’école est aussi tumultueux qu’un volcan actif, la rédaction de Superprof a tenté d’y voir plus clair en se posant en défenseur de l’apprentissage du latin.

Voici les raisons d’apprendre le latin, et surtout ce à quoi cela mène de savoir lire, écrire et parler latin.

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Apprendre le latin pour le baccalauréat

La langue latine figure, au cycle terminal du baccalauréat, en enseignement complémentaire interdisciplinaire (EPI) sous l’appellation « Langues et Cultures de l’Antiquité » (LCA).

Viser l'excellence grâce au latin. Le latin : vers la mention TB et la meilleure des facs !

Les nouveaux programmes officiels de la voie générale – de la 2nde à la Terminale – affichent l’ambition d’initier les élèves à l’étude de la langue latine à travers une approche pluridisciplinaire :

  • Lecture de textes anciens et découverte de l’histoire de la littérature (Tite-Live, Ovide, Plaute, Horace, Cicéron, Sénèque, Phèdre, etc.),
  • Cours de grammaire latine et syntaxe (verbe latin, déclinaison latine et désinence (infinitif, nominatif, accusatif, génitif, datif, vocatif, ablatif), temps et modes (présent, passé, imparfait, etc.), pronom personnel et prépositions, etc.),
  • Découverte de la mythologie romaine, de la vie quotidienne des Romains, etc.

En seconde générale, on apprend le latin en enseignement d’exploration. Les lycéens découvrent alors l’homme romain, le monde antique et les figures héroïques et mythologiques de la Rome antique.

Au lycée, la rhétorique des penseurs latins et l’étude de textes littéraires font leur apparition au programme.

Travailler régulièrement ses cours de latin peut aider l’élève à décrocher une mention au baccalauréat ou combler des lacunes dans d’autres matières.

Au lycée, seuls comptent les points au-dessus de la moyenne. Ce détail n’est pas négligeable car parfois, le moindre petit bout de point est bon à prendre quand on en manque…

Les épreuves des séries L, ES et S prennent la forme d’un oral de 15 minutes, avec une demi-heure de préparation. Les étudiants doivent traduire l’extrait d’un texte latin et en analyser un autre avec sa traduction français latin.

Parfois, une question sur un point grammatical de la langue latine peut être demandée au candidat : cela peut être pas mal de bien réviser sa grammaire pour glaner des points bonus.

Comment y parvenir ?

Il faudra être bien préparé, autant mentalement que physiquement (alimentation saine, hydratation correcte, gestion du stress) pour bien préparer l’épreuve de latin au bac.

Apprendre le latin pour être dans les meilleures classes !

Ah ! Si mon enfant pouvait être admis dans la section européenne à la rentrée ! S’il pouvait faire partie des bons élèves, les meilleurs du collège…

L’enseignement du latin n’a pas écharpé que les fonctionnaires de l’Éducation Nationale : de nombreux sociologues se sont aussi emparés du sujet.

Faire partie des meilleurs élèves avec l'option LCA. Nicolas était dans les meilleures classes et est devenu enseignant de langue latine.

Ils ont montré que le latin a toujours, dès la Renaissance et le mouvement Humaniste, été l’apanage de l’élite économique et sociale, lettrée et fortement dotée en capitaux culturels.

Les familles issues de catégories aisées voyaient dans l’apprentissage des langues anciennes un instrument de valorisation de leur prestige, un instrument de distinction et de domination sociale sur les catégories moins favorisées.

Apprendre le latin était donc un moyen de parvenir aux rangs les plus élevés de la société, d’autant plus que les latinistes étaient ceux qui comprenaient aussi la langue de l’Église catholique.

Mais depuis le milieu du 20ème siècle, le recrutement de l’élite sociale se fait désormais par les mathématiques, les sciences regroupant les filières les plus prestigieuses par excellence.

La réforme du Collège donnerait à l‘option LCA latin un aspect plus égalitariste – puisque tout le monde peut s’y inscrire.

Mais d’un autre côté, la réduction du latin au rang d’option facultative parmi 7 autres matières au choix en EPI, légitime d’autant plus le marqueur de l’origine sociale.

Le latin est vu comme un passeport pour l’apprentissage des langues vivantes.

Pourtant, l’on retrouve bel et bien les latinistes parmi les meilleurs élèves, dans les meilleures classes :

44 % des élèves latinistes de 5ème sont des enfants d’enseignants, 39 % sont des enfants de cadres et professions intellectuelles supérieures, tandis que seulement 15 % des latinistes sont des enfants d’ouvriers.

Étudier la civilisation gréco-romaine, le drame de Pompéi (l’éruption du Vésuve en 79 de notre ère), la première déclinaison latine, le lexique latin ou la conjugaison latine, seraient finalement un miroir de calculs utilitaristes des familles aisées pour que leur progéniture soit admise dans les classes prestigieuses…

En caricaturant vulgairement, l’on peut comprendre qu’un(e) fils/fille d’ouvriers à l’usine sera moins incité(e) à apprendre une langue morte qu’un enfant d’enseignante de français.

Des héritages statutaires intergénérationnels qui, in fine, reproduisent les inégalités sociales dans l’institution scolaire.

Apprendre le latin pour mieux comprendre la langue française

Nous employons tous les jours l’alphabet latin. Notre langue maternelle en est l’héritière, et c’est indirectement parce que la Gaule fut soumise à l’Empire Romain pendant plus de cinq siècles.

Maîtriser la langue française grâce à l'idiome de la Rome antique ? Faire du latin : une voie pour devenir écrivain ?

Faire du latin, même si plus personne n’a cet idiome comme langue maternelle, n’est pas une pratique œcuménique où l’on récite inlassablement des chants de la liturgie chrétienne.

C’est pouvoir mieux comprendre notre propre langue : notre lexicographie, l’orthographe, l’étymologie des mots français et la grammaire française.

L’alphabet français provient directement de l’alphabet latin, même si des différences de graphie sont apparues au fil de l’Histoire.

Par exemple, les signes diacritiques et les majuscules n’existaient pas chez les Romains, le latin vulgaire étant à l’époque antique, une langue monocamérale.

La langue-mère (latin) et la langue-fille (français) ont de fortes ressemblances d’un point de vue des racines étymologiques : de nombreux mots latins sont restés tels quels dans le lexique français.

Par exemple, la langue française a fait choir la consone du suffixe latin et ajouté un « s » muet sur certains mots : tempus est devenu « temps », corpus s’est mué en « corps », decorum est devenu  » décor », etc.

Mais le vocabulaire français témoigne aussi des influences d’autres peuples que les Romains, à l’instar des Celtes, des Gaulois, des Wisigoths, des Anglais, des peuples aux langues germaniques, etc.

Il suffit, pour chaque mot du vocabulaire français usuel, de jeter un œil sur la racine étymologique latine pour s’apercevoir que la proximité est grande, de façon quasi systématique.

Apprendre la langue latine est un bon outil pour progresser en grammaire et en expression écrite. En effet, puisque nombreux sont les mots qui se ressemblent, l’on peut facilement se constituer un champ lexical solide avec ses cours de latin au collège.

Par la lecture d’un texte latin, le cerveau va accumuler des graphies que l’on va plus facilement réemployer en écrivant en français : d’où une progression aussi en orthographe.

Apprendre le latin pour maîtriser d’autres langues étrangères

Par ailleurs, la latinité regroupe 80 % des langues romanes usitées par plus d’un milliard d’individus dans le monde. De nos jours, la langue universelle est l’anglais, c’était le latin à l’époque de Rome.

Le continent latino-américain à portée grâce aux compétences linguistiques ! Les latinistes sont favorisés : ils seront à l’aise partout de l’Espagne à la Colombie !

L’anglais n’est pas une langue romane comme le français, l’italien, l’espagnol, le roumain ou le portugais. Toutefois, 70 % de son lexique est d’origine latine.

De plus, ces langues romanes sont des langues officielles dans toutes les institutions intergouvernementales des pays occidentaux.

Étudier la langue latine aide à mieux se débrouiller en langues européennes, car celle-ci a influencé toute l’Europe au Moyen-Âge : puisqu’il était impossible pour les élites de comprendre toutes les nombreuses langues régionales, le latin était la langue de communication du nord de l’Angleterre aux pays des Balkans.

Elle a donc impacté toutes celles qui se sont unifiées au cours des siècles après le passage de Rome : les langues romanes.

Par exemple, en ce qui concerne la traduction d’un nom, d’un adjectif, d’un adverbe ou d’un verbe entre l’espagnol, le français, le portugais et le latin, la proximité est frappante.

Il est plus facile pour nous, locuteurs francophones, d’apprendre l’espagnol plutôt qu’apprendre l’allemand, car connaître la désinence et la conjugaison latine permet de déduire la composition syntaxique et grammaticale de la phrase espagnole.

Dans ces langues, les noms, adjectifs et verbes s’accordent en genre et en nombre, or l’on conjugue de façon analogue dans la langue latine.

Les anciens élèves en cours de latin n’auront peut-être pas à se demander pourquoi l’italien standard – c’est du toscan – est différent du latin, pourtant originaire du même endroit : la péninsule italique.

De la fondation de Rome à l’apogée de son empire, les Romains ont diffusé la langue latine dans toute l’Italie. Mais celle-ci comptait des dizaines de dialectes plus ou moins proches : latin, mais aussi ombrien, osque, grec ancien, èque, volsque, étrusque, messapien.

C’est pourquoi l’italien est proche de la langue latine, mais cependant pas similaire. Un dictionnaire latin français et italien permet de s’en rendre compte.

Étudier le latin et toute la civilisation latine

Dans les nouveaux programmes de l’option latin au collège et au lycée, on s’aperçoit que l’objectif est moins d’apprendre à parler latin qu’acquérir une vision globale de la civilisation romaine dans son ensemble.

Connaître le latin pour mieux maîtriser le passé et l'origine de notre civilisation. 1229 ans d’histoire romaine, ça laisse des traces…

En cours, les élèves pourront étudier tout l’héritage laissé par les Romains, tant au niveau linguistique qu’historique, politique, scientifique, culturel, social et artistique.

L’enseignement de langue et cultures de l’Antiquité (LCA) vise donc davantage la connaissance de la vie quotidienne des Romains, que l’aptitude à traduire un texte latin, ou à réciter par cœur les déclinaisons d’un verbe latin.

La civilisation romaine, c’est 13 siècles d’histoire, de la fondation de Rome sur les rives du Tibre (Latium) en 753 av. J-C à la chute de l’Empire Romain d’Occident en 476. Seuls trois régimes politiques se sont succédés :

  • La monarchie : de -753 à -509,
  • La république : de -509 à -27,
  • L’empire : de -27 à 476.

Les historiens considèrent que le latin archaïque fut enfanté pendant toute la période de la monarchie romaine : en l’absence de traces écrites, l’on sait que les derniers rois de Rome empruntèrent l’alphabet étrusque tandis que le latin archaïque demeurait dans la bouche des résidents.

On résume souvent la Rome antique à une panoplie de qualificatifs peu envieux : crimes fratricides ou parricides, trahisons, opulence, lucre, violences, pillages, guerres, assassinats, complots, domination…

Mais les techniques et savoir-faire des Romains – parmi les plus avancés de l’Antiquité – ont de quoi laisser pantois bon nombre d’admirateurs.

Apprendre le latin, c’est aussi ouvrir un œil sur la production littéraire, la peinture, la sculpture, l’architecture ou la décoration en mosaïque du monde romain et qui, d’une certaine façon, perdure encore.

Nombre de bâtiments encore debout aujourd’hui témoignent de l’ingéniosité des bâtisseurs romains et de l’opiniâtreté des gens de l’époque : toute une société fondée sur le labeur pour le faste et la puissance de l’empire.

Comment, par exemple, pouvait-on percer les montagnes pour construire ponts et aqueducs, construire des ponts artificiels, alimenter une ville entière en eau potable et en eau de chauffage, etc. avec les procédés technologiques rudimentaires de l’époque et en peu de temps ?

Il ne fallut que dix ans pour construire le Colisée de Rome, de l’an 70 à 80 ap. J-C…

La civilisation romaine aura de quoi fasciner plus d’un élève de cinquième en enseignement d’exploration !

Top 10 des raisons d’apprendre le latin

On termine avec en bonus dix raisons d’apprendre le latin, pour celles et ceux qui ne seraient toujours pas convaincus :

  1. Apprendre de belles locutions latines à réutiliser,
  2. Stimuler ses capacités cognitives,
  3. Être plus rigoureux et méthodique,
  4. Accroître sa culture générale,
  5. Mieux comprendre les langues européennes,
  6. Mieux connaître la langue française
  7. Avoir de meilleurs résultats scolaires,
  8. Faciliter son parcours d’études supérieures,
  9. Avoir davantage de débouchés professionnels,
  10. Comprendre le cinéma dédié à la civilisation romaine.

Apprendre une langue décuple toujours les facultés intellectuelle de l’apprenant.

Le latin n’y déroge pas, puisque la mémorisation de son squelette morphologique (grammaire et conjugaison) amène à une gymnastique de l’esprit, d’où vont se former des automatismes pour être plus rapide dans l’acquisition des savoirs.

Et pourquoi les latinistes seraient-il plus méthodiques ?

Parce qu’ils auront mobilisé beaucoup de temps de cerveau disponible à l’apprentissage de la langue latine, avec une faculté à développer un travail assidu sur le long terme qui se retrouvera dans d’autres activités.

Qui aurait pensé qu’un élève plutôt moyen en classe de 2nde, se mette au latin et devienne plus tard professeur de lettres classiques à l’université, ou archéologue chercheur spécialisé sur l’Antiquité romaine ?

Le latin est une langue morte, mais son étude linguistique et culturelle offre encore beaucoup de possibilités.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar
Ordre:   Les plus récents | Les plus anciens | Les plus populaires
Christophe
Invité
Christophe

Bonjour Samuel, merci pour cet éclairage sur le Latin. Je découvre après un séjour à Pompéi ces jours derniers à quel point nous sommes encore au quotidien dans un environnement Romain et Latin… Je regrette presque que notre prof de français n’ait pas dissimulé un latin ludique dans ses cours pour nous faire découvrir ! Peut-être aurais-tu un conseil d’ouvrage pour la découverte de Latin ? Je suis Montpellierain, merci encore.