Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Pourquoi se lancer dans l’étude de la langue de Jules César ?

De Samuel, publié le 26/09/2017 Blog > Soutien scolaire > Latin > Top 10 des Raisons d’Apprendre le Latin !

Les langues vivantes d’aujourd’hui sont les héritières des langages de jadis. Ainsi arrive-t-il que nous en incorporions les expressions idiomatiques.

C’est le cas – parmi une infinité – du proverbe latin « ad vitam æternam« , qui signifie « pour l’éternité », et que nous employons très souvent dans les expressions usuelles françaises.

Par exemple, doit-on prendre des cours de latin ad vitam æternam pour être capable de traduire un texte, lire les textes littéraires de Cicéron, Ovide, Tite Live, Horace, ou pour apprendre le dictionnaire latin français de Gaffiot ?

Le cours de latin pour débutants et le cours de grec ancien sont en voie d’extinction dans l’enseignement secondaire au collège.

Alors autrefois enseigné comme une option à part entière – l’option latin, c’était deux heures de cours latin par semaine en classe de cinquième -, l’apprentissage du latin est remplacé – depuis la réforme du Collège, entrée en vigueur à la rentrée scolaire 2016 – par l’enseignement pratique interdisciplinaire (EPI).

L’option latin devient un enseignement de complément facultatif, nommé « Langues et cultures de l’Antiquité » : un changement dans l’enseignement des langues européennes, une mesure dangereuse qui selon certains professeurs de latin, risque de faire décliner le niveau de connaissances des jeunes élèves.

Savoir parler latin, par Toutatis, à quoi ça sert en 2017 après J-C ?

Les anciens latinistes se souviennent-ils des six cas (nominatif, vocatif, accusatif, génitif, datif, ablatif) de la première déclinaison latine du mot rosa (le mot en latin pour dire « rose ») ?

Apprendre les lettres classiques est souvent décrié comme un cours de langue inutile, désuet, soporifique et rétrograde.

Dans cet article, Superprof tente de prouver le contraire : voici un top 10 des raisons d’apprendre à parler latin.

1. Apprendre le latin pour lire de belles lettres et de jolies locutions

Dans l’actualité récente relative aux débats sur la politique éducative à mener, et notamment le statut réservé aux cours de latin par la réforme du Collège (initiée par le ministère de l’Education Nationale de Najat Vallaud-Belkacem), les détracteurs se focalisent souvent sur l’utilité ou l’inutilité de ces derniers.

Rares sont ceux qui mettent l’accent sur la beauté de la langue latine.

De belles lettres, des sons qui chantent. Cette phrase latine illustre toute la beauté de cette langue…on aime ou on n’aime pas.

Apprendre une langue, c’est toujours tout un art : mais encore plus qu’apprendre le japonais ou la langue arabe, parler latin couramment permet de mêler dans un texte français ou une conversation, une locution latine tirée d’un texte latin.

L’on peut privilégier la locution latine aux mots français pour produire un texte authentique, savant, plein d’érudition. Employer des mots latins donne en effet du cachet et sublime le sens des mots.

Les locutions ex ante (au préalable), ex post (après coup), ex nihilo (à partir de rien), mare nostrum (notre mer), magna est vis consuetudinis (« Puissante, est la force de l’habitude ») ne sont-elles pas jolies ?

La lecture de l’idiome latin amène à une forme de latin parlé chanté, des intonations de voix qui enluminent ce que l’on a devant les yeux.

Certes, tout cela est très subjectif.

2. Etudier le latin pour stimuler ses dispositions cognitives

Apprendre le latin requiert de se libérer plusieurs heures hebdomadaires pour travailler et approfondir ses acquis.

Cependant, quand on apprend à conjuguer le verbe latin, l’étude du système grammatical et la lecture de textes dans la langue de Jules César permettent véritablement – peut-être davantage encore qu’une autre langue non romane – d’étendre ses capacités cognitives.

En clair, apprendre le latin incite à se servir des deux hémisphères du cerveau simultanément.

L’on ne devient pas nécessairement plus intelligent.

Toutefois, le latin est une langue flexionnelle qui comporte un nombre important de déclinaisons, et de cas : les apprendre stimule les fonctions mémorielles du cerveau.

En outre, le jeune apprenant développe son raisonnement logique et son esprit critique, ce qui lui sera d’une aide féconde dans la vie future.

3. Apprendre la langue latine pour acquérir rigueur et méthode

En vulgarisant un peu, apprendre le latin, ça permet de paraître intelligent et de briller en société.

Dans l’imaginaire collectif, le latiniste est un vieil universitaire grisonnant, droit, nostalgique d’un temps révolu, et dont le mode de vie rigoriste est aussi austère que l’intérieur d’une église.

Choisir un bon dictionnaire pour l'apprentissage de la langue latine. A la bibliothèque, un dictionnaire étymologique sera une précieuse arme de poing pour apprendre le latin.

Pourtant, l’étude de la langue latine n’est pas uniquement réservée aux gens de l’élite sociale, et cela ne sert pas à lire uniquement de la littérature liturgique.

En effet, le latin ne se retrouve pas uniquement sur le perron des églises ni dans la littérature des pères de l’Église, mais aussi dans les livres savants.

Car de nombreux termes vernaculaires scientifiques sont des mots d’origine latine : en médecine, botanique, géologie, histoire, etc.

L’apprentissage méthodique de la langue latine aide à gagner en précision, sans forcément être un érudit.

La bibliothèque et un grand dictionnaire français latin sont alors les nouveaux amis de l’apprenant.

4. Accroître sa culture générale en apprenant le latin

La langue latine, c’est aussi l’idiome de l’Empire Romain, or la civilisation romaine a dominé l’Europe, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient pendant près de 800 ans.

La connaissance du latin – et les publications d’histoire et d’archéologie – aidera à mieux comprendre la vie quotidienne des romains, les mœurs, les normes, l’histoire de la littérature romaine ou encore la vie politique de l’empire, de César à Caligula en passant par Vespasien, Trajan ou M. Aurèle.

Le latin était la langue véhiculaire de Rome dans tous les territoires passés sous sa domination, et même après la chute de la Rome antique.

Ainsi, pendant plus de dix siècles, la langue latine a-t-elle été en contact permanent avec d’autres cultures non latines – que les Romains nommaient Barbares -, donnant lieu à des transferts linguistiques entre chaque dialecte aux confins de l’empire.

En un sens, cet apprentissage du latin est un cours d’histoire de l’Europe spécialisé, une ouverture sur le passé pour comprendre notre présent.

5. Mieux apprendre les langues vivantes

Et puisque devenir latiniste ou parler couramment le latin aide à mieux appréhender langue et culture du monde romain à l’époque antique, l’on comprend facilement un corollaire positif induit par cette compétence.

Le latin vulgaire – celui usité dans les provinces annexées par Rome -, à travers le passage du temps, a donné naissance à de nombreuses langues en Europe.

Ces héritages successifs sont aujourd’hui des langues officielles d’États européens et américains, parlées par plus d’un milliard d’individus sur Terre : les langues romanes (italien, français, espagnol, portugais, roumain).

Connaître le latin permet d’observer directement, et sans n’avoir pris aucun cours de français, d’espagnol ou d’italien, des similitudes avec la racine des mots latins, avec le vocabulaire latin et la grammaire latine dans l’écriture des langues vivantes européennes.

Autre argument de poids :

Lors d’un éventuel voyage dans des pays latins en Europe occidentale ou en Amérique Latine, une formation de latiniste favorisera grandement son immersion culturelle et linguistique pour comprendre plus rapidement les locuteurs locaux.

6. Apprendre le latin pour mieux connaître la langue française ?

La majorité du lexique français – 80 % des mots français – provient du latin : c’est la langue mère qui a donné naissance à notre langue maternelle.

Le latin, pour mieux comprendre notre langage maternel. Comme les Romains, nos ancêtres les Gaulois influencèrent la langue française, mais on ne sait dans quelles proportions.

De nombreux mots latins ou expressions ont été incorporés dans le vocabulaire français sans même que l’orthographe ne s’en trouve modifiée :

  • Alibi,
  • Bonus,
  • Index,
  • Curriculum Vitae,
  • Omnibus,
  • Lavabo,
  • Veto,
  • Aquarium,
  • Agenda,
  • Lapsus,
  • A priori,
  • In extenso,
  • In extremis,
  • In situ,
  • Et cetera.

En fait, dans une certaine mesure, les collégiens et lycéens se rendront compte que l’on parle tous latin sans le savoir et sans l’avoir appris. Car nous l’utilisons dans notre propre langue.

De nombreux mots d’ancien français sont des calques du latin vulgaire, et ont été francisés au fil du temps, à l’instar des mots « bon » (bonum), « eau » (aquam), « facile » (facilis), etc.

Connaître la langue latine permet donc de mieux comprendre la grammaire française, les racines étymologiques des mots français, d’augmenter ses connaissances et son champ lexical français, le tout produisant un double effet positif : améliorer son expression écrite, et accroître son élocution.

7. Améliorer ses résultats scolaires avec les cours de latin

Au college latin, l’apprentissage du latin – ou apprendre le grec – est une option facultative, un enseignement d’exploration. Mais les élèves qui décident de suivre cet enseignement obtiennent des points bonus pour le Brevet des Collèges et le Baccalauréat.

Le diplôme national du brevet est désormais sanctionné de mentions, comme au bac. Or l’on peut avoir jusqu’à 100 points sur 700 au titre de l’épreuve orale des enseignements optionnels (EPI), correspondant à l’option latin.

Si l’élève obtient de bons résultats dans la discipline « Langues et cultures de l’Antiquité », son enseignant peut lui octroyer 10 points supplémentaires s’il/elle a répondu aux objectifs requis par les nouveaux programmes officiels, et 20 points de supplément si ceux-ci ont été dépassés.

Et au lycée, l’option latin peut permettre de contrebalancer de fébriles aptitudes dans d’autres matières où l’on a davantage de difficultés : apprendre la culture humaniste, le nec plus ultra (plus que parfait) pour se faire bien voir aux conseils de classe et décrocher une mention facilement !

8. Apprendre le latin : un atout pour les études supérieures ?

L’apprentissage des langues anciennes, dites langues mortes, peut constituer un prérequis à l’entrée dans certaines études supérieures.

En master de lettres classiques ou en lettres modernes, en cursus Khâgne Hypokhâgne, par exemple, les humanités représenteront un atout non négligeable à tout(e) étudiant(e) inscrit dans un tel cursus, surtout pour passer l’Agrégation.

En effet, connaître le latin peut aider à analyser les textes anciens rédigés par les auteurs de la civilisation gréco romaine, et à rapprocher leur contenu dans le contexte socio-historique du monde antique (Aristophane, Homère, Sénèque, Platon, Pline le Jeune et Pline l’Ancien, etc.).

Dans les domaines scientifiques, une kyrielle de mots ont une racine latine : les noms latins ont en effet été conservés pour de nombreux termes vernaculaires : en biologie, en mathématiques, en médecine, en botanique, en science et vie de la terre, en géologie.

9. S’offrir des débouchés professionnels insoupçonnés grâce au latin ?

L’apprentissage des langues anciennes permettent une ouverture sur la culture et les mythes fondateurs de la civilisation occidentale : littérature, philosophie, sciences, idées politiques.

Découvrir des vestiges gallo-romains impose de savoir parler latin. Le rêve de tous les enfants : devenir archéologue pour étudier Athènes, Rome, la Méditerranée.

De fait, les latinistes – non sans pâtir de l’aspect élitiste que l’on attribue aux cours de latin – pourront booster leur carrière professionnelle, mais à condition de faire partie des meilleurs.

Voici les métiers compatibles avec le latin :

  • Professeur de français,
  • Professeur d’université,
  • Enseignant chercheur sur le monde antique,
  • Historien,
  • Sociologue spécialiste de la latinité,
  • Archéologue,
  • Ethnologue,
  • Linguiste,
  • Écrivain,
  • Professionnel de la philologie des langues anciennes.

10. Comprendre les films et séries sur l’empire romain

Rien n’a jamais plus fasciné les cinéastes et les scénaristes que l’empire romain. D’innombrables films sont réalisés sur la Grèce antique, la mythologie et la civilisation romaines.

Souvent, films et séries ciblent leur scénario sur une période donnée de l’histoire antique, sur une guerre punique – par exemple – ou sur tel ou tel empereur.

Les films Pompéi, Astérix et Obélix ou Gladiator sont désormais mondialement connus. On connaît aussi la bande dessinée Astérix, et il en existent de nombreux autres.

Parler latin n’aideront pas à comprendre le film mieux qu’un autre spectateur non latiniste, cependant, les compétences linguistiques et l’étude des humanités aideront à voir d’éventuelles erreurs historiques ou anachronismes, cela peut arriver.

Qui a dit qu’apprendre le latin était une entreprise archaïque, dépourvue de sens ?

Pour approfondir ses acquis, l’association « Arrête ton char » offre des cours de latin en ligne (on a même des bandes annonces de films traduites en latin).

Comme quoi, le latin n’est pas si mort que cela.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 4,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar