Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Nos meilleurs conseils et méthodes pour l’épreuve terminale de langue latine

De Samuel, publié le 28/09/2017 Blog > Soutien scolaire > Latin > Apprendre le Latin pour le Baccalauréat

En France, selon le rapport Repères et références statistiques du Ministère de l’Éducation Nationales paru en 2014, entre 4 à 5 % seulement des élèves candidats au baccalauréat général étaient inscrits à l’option latin à la rentrée scolaire 2013.

En 1984, 17 % des élèves de Seconde, 10 % de ceux en Première et 8 % en Terminale choisissaient cet enseignement.

Pire, en 2013, sur 100 inscrits au cours de latin en classe de cinquième dans un collège public, seulement 22 élèves poursuivaient en classe de Seconde.

Dans l’enseignement privé, l’option langue latine résiste mieux puisque 40 % des élèves latinistes en cinquième continuent en classe de Seconde.

Des chiffres qui traduisent une nette tendance : plus la scolarité avance, plus la déperdition est grande en ce qui concerne le choix d’enseignement de ces lettres classiques.

L’option latin au lycée est un module intitulé LCA, « Langues et Cultures de l’Antiquité« .

Apprendre une langue morte ? Pour quoi faire ?

Facultative, cette option permet aux latinistes de se doter d’un certain nombre de compétences :

  • Apprendre une langue qui autrefois domina toute l’Europe occidentale (grammaire latine, syntaxe, vocabulaire latin),
  • Avoir un regard nouveau sur la civilisation romaine,
  • Étudier l’histoire de la littérature romaine (Phèdre, Cicéron, Plaute, Tite Live, Ovide, Horace, Pline l’Ancien, Pline le Jeune, etc.),
  • Découvrir la mythologie romaine,
  • S’entraîner à parler latin (phonétique),
  • Être à l’aise dans la lecture de textes anciens,
  • Pouvoir traduire un texte latin,
  • Mieux envisager le processus de formation des langues vivantes, dont le français, l’anglais ou l’espagnol (LV1 et LV2 au lycée).

On pourrait encore énumérer d’autres vertus que permet l’apprentissage du latin.

Connaître les mots latins et leurs racines étymologiques – et aussi les racines grecques des mots français -, c’est un peu comme poser les fondations d’une maison.

De la même manière que de bonnes fondations empêchent de créer des fissures aux murs, une étude de la langue latine sérieuse et rigoureuse, construit la connaissance future de l’apprenant.

Pour les apprenants les plus téméraires qui ont poursuivi dans cette formation interdisciplinaire, Superprof leur livre ses meilleurs conseils pour se préparer au mieux à l’épreuve de latin au bac.

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Les nouveaux programmes officiels de latin au bac

Les programmes officiels de référence de l’Éducation Nationale – dont Najat Vallaud Belkacem était la ministre d’août 2014 à mai 2017 – datent d’avril 2013 pour toutes les séries confondues.

Le cours de latin au lycée est ouvert aux lycéens préparant le baccalauréat général.

L’option est un peu plus dense en filière L, les sections S et ES ne requérant qu’un oral de quinze minutes.

Bien réviser de septembre à juin pour ne pas "perdre son latin". Il faudra connaître les programmes officiels pour bien étudier le monde antique au lycée.

Le cours de langue latine en Seconde

En classe de Seconde générale, il est possible de suivre ce que l’on appelle un « enseignement d’exploration » au choix.

Outre les modules sciences économiques et sociales, santé et social, sciences et laboratoire, littérature et société, sciences de l’ingénieur ou encore arts du cirque – et tant d’autres -, les élèves fraîchement adoubés de leur diplôme du brevet, peuvent opter pour l’option « Langues et Cultures de l’Antiquité » en latin et en grec ancien.

Durant l’année de Seconde, les élèves parcourront trois chapitres :

  • L’homme romain : le citoyen, l’esclave, l’affranchi, la famille, les pratiques religieuses,
  • Le monde romain « Mare nostrum » : les grandes étapes de la conquête romaine,
  • Les figures héroïques et mythologiques : Énée, Romulus, Horatius, Hannibal, Alexandre le Grand, Jules César.

Le programme de latin au cycle terminal

En classe de Première, le programme est divisé en trois chapitres :

  • Récits et témoignages : formes narratives et romanesques, lettres et épigrammes,
  • La rhétorique, l’orateur et la puissance de la parole : rhétorique, parole et liberté, les grands orateurs romains,
  • Le théâtre : textes et représentations,
  • La poésie latine : désir et séduction, passions et tourments, amour et harmonie, passions fatales.

En Terminale :

  • Interrogations philosophiques : construction de soi, épicurisme et stoïcisme,
  • Interrogations scientifiques : sciences de la vie, astronomie,
  • Interrogations politiques et juridiques : idéaux et réalités politiques, mythe de l’âge d’or et idéalisation du passé, mutations culturelles et religieuses,
  • Une oeuvre au programme : pour les années scolaires 2017-2018 et 2018-2019, il s’agit de : Ménandre, Le Dyscolos et Pétrone, « Le festin chez Trimalcion », tiré de Satiricon, § 27 à 78.

L’épreuve de latin au baccalauréat

Au lycée, cet enseignement est une option facultative, et seuls tous les points au dessus de la moyenne comptent.

Il s’agit d’un bonus non négligeable pour quiconque souhaite décrocher une mention ou compenser des lacunes dans d’autres matières.

Les épreuves de l’examen terminal en série L, S et ES consistent en un oral de 15 minutes. Un temps de travail préparatoire est accordé aux candidats, il dure 30 minutes.

Le baccalauréat : lecture, traduction, raisonnement, réflexion, rigueur et logique. Sujet de bac du 22 juin 2017 : « En quoi le texte permet-il de visualiser les gestes, les actions, les rapports entre les personnages et d’imaginer des mises en scène ? » Vous avez 3 heures.

Durant l’examen, une version latine est donnée à l’étudiant : quelques lignes à traduire d’un texte latin, qui a été étudié durant l’année scolaire.

S’en suit un texte latin avec sa traduction littéraire, à préparer en guise de bonus.

Il sera demandé de présenter l’auteur, l’œuvre et le document donné, d’en faire une belle traduction, de commenter le texte.

Ne pas oublier d’inclure une problématique en rapport avec le programme (par exemple, en quoi cet extrait présente-t-il le mythe de l’âge d’or de l’Empire Romain ?) et de se référer au texte par des citations latines.

L’examinateur peut poser une question grammaticale : bien réviser la grammaire française et latine (les 6 cas : nominatif, vocatif, accusatif, génitif, datif, ablatif et la fonction en français : sujet, apostrophe, COD, COI, complément du nom, complément circonstanciel).

Pour les latinistes en série L qui ont choisi cette option en spécialité, l’épreuve est écrite, dure 3 heures et comporte un coefficient 4.

Le sujet se divise comme suit :

  • Un texte latin et sa traduction correspondant à un chapitre du programme,
  • Trois questions sur le texte : il est attendu une réponse rédigée et structurée sur la langue latine (vocabulaire, grammaire, comparer les traductions, commenter, interpréter, le tout sur 60 points),
  • Un exercice de version latine : une traduction d’une cinquantaine de mots.

Conseils pour bien préparer l’épreuve de latin

Le bac peut être anxiogène et stressant, surtout si l’on va à l’examen en marchant sur des œufs, « au feeling » comme on entend souvent de la bouche des lycéens et étudiants.

Pour bien réussir cette épreuve, voici quelques conseils.

D’abord, il est important d’être bien hydraté et bien alimenté avant de commencer une session de révisions.

S'alimenter avec des produits sains permet de bien réviser. Bien manger, la base pour bien apprendre une langue.

A l’oral, il sera demandé de traduire et de commenter un extrait de texte, aussi faut-il donc bien suivre les cours durant l’année scolaire.

L’apprentissage des langues nécessite un travail régulier, et de la volonté. La langue latine ne déroge pas à la règle.

Tout au long de l’année, nous recommandons de faire des fiches de révisions, des flash-card, tout procédé mnémotechnique est bon à prendre pour faciliter les révisions.

Quand le Temps écrase les jours et fait défiler le calendrier vers le fatidique mois de juin, l’amoncellement des choses à réviser dans toutes les matières peut mettre tout candidat latiniste en déroute.

Avec des petites fiches de mémorisation, tout ira plus vite.

S’entraîner, faire des exercices (expression latine, version, traduction, lecture, soigner l’accentuation de sa phrase latine, réciter à voix haute pour mieux parler latin, etc.) sont la clé de voûte d’une formation réussie.

Nous pensons qu’il faudrait consacrer un minimum de deux heures hebdomadaires à ses cours de latin pour approfondir ce qui a été vu en classe.

Si ce n’est pas déjà fait, il est important d‘acquérir un dictionnaire français latin : celui proposé par le philologue Félix Gaffiot (1870-1937) fait office de référence en la matière.

Un dictionnaire latin permet d’étendre son lexique latin pour présenter une sémantique enrichie le jour de l’examen, ce qui peut être rémunérateur (en termes de points bonus) pour la version.

Quelques conseils pour réussir le jour du bac de latin

A l’issue de la phase préparatoire en amont, vient la méthode à adopter le jour de l’épreuve.

On oublie souvent que la réussite tient moins dans l’accumulation de connaissances que dans la bonne préparation à l’examen.

Venir serein à l'examen, repartir avec une mention ! Pas de panique ! Un dictionnaire latin est autorisé le jour de l’épreuve.

Comme disait Rabelais, « mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine »

Pour appréhender l’épreuve de manière sereine, il faut absolument apprendre à s’affranchir de tout stress, et de toute pensée négative.

Pour cela, pratiquer la respiration lente en relâchant la ceinture abdominale peut déjà faire une bonne partie du travail de relaxation.

Se dire que les jurys ou les correcteurs ne sont pas là pour enfoncer les élèves – nous ne sommes pas à l’oral de l’Agrégation de Lettres Modernes et Classiques -, mais au contraire pour les « tirer vers le haut ».

Ce sont des enseignements optionnels : au bac, il ne s’agit donc pas non plus d’avoir un sens de la rhétorique et l’éloquence de Socrate !

Une copie bien présentée rapportera toujours des points : penser à soigner l’orthographe et l’écriture, de façon à ce que le correcteur n’ait pas à déchiffrer des hiéroglyphes, et faire l’économie des ratures qu’un œil lassé par des dizaines de copies trouverait épouvantables.

Quelques conseils conclusifs pour bien traiter le sujet donné :

  • Bien lire les textes latin et français, les énoncés et les consignes,
  • Repérer les mots clés, les passages importants, les liens logiques,
  • Enrichir sa copie par des références culturelles, des auteurs romains d’un autre genre littéraire par exemple,
  • Toujours citer le texte,
  • Éviter la traduction littérale mot-à-mot,
  • Pratiquer plusieurs lectures en cas d’incompréhension d’un texte.

Impossible de bien apprendre le latin seul après les cours ? Nos professeurs particuliers sur Superprof peuvent peut-être aider…

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar