Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Maîtriser l’écriture russophone : toute une démarche !

De Philippe, publié le 28/08/2017 Blog > Langues > Russe > Écrire en Russe : les Étapes Indispensables !

« En la langue gît la mort ou la vie. »

Proverbe russe

Eh bien, le ton est donné : maintenant, il ne tient qu’à vous de nous démontrer que vous êtes plein de vigueur et de vitalité, prêt à en découdre avec toutes les difficultés qui pourront se présenter sur… le chemin de l’apprentissage du russe !

Très clairement, notre XXIe siècle a en grande partie perdu ou dilapidé l’héritage et l’esprit littéraires des époques précédentes : pour le langage slave comme pour toutes les autres langues vivantes, l’accent est mis – dans l’étude linguistique – sur l’oralité et sur l’opérationnel en vue d’une communication commerçante, diplomatique, marchande, professionnelle…

Aussi, les méthodes orales façon Assimil (c’est encore la plus complète et solide en la matière) font florès, pour la langue russe aussi bien que pour les langues latines.

Pourtant, si l’on veut véritablement manier un idiome comme s’il s’agissait de sa langue maternelle, être bilingue franco-russe en résumé, il est nécessaire de se pencher – très – sérieusement sur l’écrit.

Avant d’évoquer les questions de syntaxe, de grammaire et de conjugaison, concentrons-nous aujourd’hui sur les façons d’écrire le russe !

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Clavier russe : comment écrire en cyrillique avec un azerty ?

Vous avez, un peu comme tout le monde il faut le dire, un clavier français et vous souhaitez pourtant écrire en russe sur internet avec vos correspondants ? Rien de plus simple !

Les claviers de nos ordinateurs, désormais repris par tablettes BlackBerry et smartphones, parfois sous une version tactile plus ou moins aboutie, sont un fruit des bonnes vieilles machines à écrire britanniques, façon Remington portative.

Ce clavier originel a subi plusieurs déclinaisons pour s’adapter aux impératifs linguistiques de chaque culture ou État, à cause de limitations mécaniques prohibitives : actionner à la suite deux touches accolées était le meilleur moyen de bloquer l’appareil…

Bref, même si cette particularité est bel et bien révolue à l’heure de l’électronique et des microprocesseurs, le QWERTY est l’un des claviers les plus utilisés de la planète, toute-puissance de l’anglais oblige.

Mais, en France, c’est plus qu’un petit village de Gaulois, façon Astérix, qui fait de la résistance face à ce monopole : dans l’Hexagone, c’est le clavier AZERTY qui est en vigueur et disponible dans n’importe quel magasin de matériel informatique.

Il a beau être attaqué par quelques officines et groupuscules en mal de recherche, d’amélioration et de changement, c’est le périphérique – souvent USB, mais possiblement wireless – branché de série sur plus de 99% des postes informatiques de notre pays, que l’on utilise PC (Windows), Linux/Ubuntu/GNU ou Mac !

Le néophyte et l'impétrant ont divers obstacles à surmonter avant d'obtenir une autonomie rédactionnelle en russe. Se mettre à écrire le russe | Une tâche semblable à une longue route traversant les steppes eurasiatiques… | source : visualhunt.com

C’est le jour de chance des russisants : il est tout à fait possible d’accéder aux divers caractères de l’alphabet cyrillique russe avec un clavier franco-français.

Pour cela, il faut installer sur son système d’exploitation un clavier russe : vous pourrez alors passer d’une langue à l’autre, écrire en français au besoin, puis en russe en modifiant vos paramètres linguistiques (barre des langues de la barre des tâches, ou panneaux de configuration le plus souvent). Il existe aussi des raccourcis, variables et même personnalisables selon votre ordinateur.

C’est le cas du Viton, spécialement conseillé pour Windows ; en règle générale, sur les appareils Apple, un clavier russe est installé d’office, de série.

Dans ces cas-là, vous appuierez sur une touche française de l’AZERTY, mais qui ne correspondra plus du tout à vos habitudes : ce sont des graphes russes qui apparaîtront !

Pour vous aider à vous y retrouver dans ces méandres interlinguistiques, mieux vaut acquérir des stickers transparents à coller sur votre clavier AZERTY : sur chaque touche seront alors précisés le caractère latin d’origine (qui ne sera ni caché ni masqué) mais aussi la lettre cyrillique voulue.

Beaucoup moins pratiques, mais sans installation nécessaire, des claviers exclusivement virtuels sont accessibles en lignes, notamment avec Lexilogos : vous n’avez qu’à cliquer sur les lettres désirées pour taper votre texte en russe !

Certains modules, comme Translit.net, fonctionnent sur un mode phonétique : ça dépanne, mais ce n’est pas l’idéal à long terme, histoire de ne pas prendre de trop nombreuses mauvaises habitudes…

Apprendre l’alphabet cyrillique pour écrire le russe

Être numériquement équipé pour calligraphier le russe, c’est bien. Mais savoir lire la langue de Dostoïevski et la maîtriser au point de l’écrire, c’est une tout autre chose.

Or, il faut assimiler les lettres russes pour être à même de les réutiliser.

L’histoire de l’alphabet russe bicaméral est longue : celui-ci trouve ses origines dans l’époque carolingienne, et même au-delà, dans des temps immémoriaux, puisque les moines Cyrille et Méthode n’ont fait que réemployer le système graphologique grec (Empire d’Orient oblige) pour retranscrire à l’écrit les langues slaves alors uniquement orales.

Entre vieux-slave et slavon (langue liturgique de la nation russe), la langue russe moderne est née assez tardivement : au XVIIIe siècle.

Comment écrire rapidement en langue Russe ? Une chapelle orthodoxe avec des affiches écrites avec l’alphabet cyrillique.

Ses règles grammaticales et syntaxiques se sont fixées, tandis que l’orthographe du russe suit une logique strictement phonétique et non étymologique ou historique – d’où des réformes alphabétiques successives et la rareté des « exceptions » morphologiques.

En tout et pour tout, le russe contemporain s’articule – depuis les réformes bolcheviques de 1917-1918 – autour de 33 lettres (contre 26 pour nous autres latins), qu’un clavier informatique peut permettre de reproduire.

Les consonnes peuvent être palatalisées ou mouillées.

Les contours de l’écriture russe suivent des normes académiques : votre empreinte manuscrite doit s’y conformer, sous peine d’être illisible !

Sachez que du tronc commun de la méthode cyrillique sont nés et ont évolué plusieurs alphabets, servant à retranscrire jusqu’à des langues turques ou mongoles : votre familiarité avec l’alphabet russe sera donc un tremplin pour étudier des langues rares, à l’instar du tchouvache ou du doungane.

Dans votre travail assidu et vos devoirs quotidiens, tâchez de garder un objectif en tête : manier l’alphabet cyrillique avec autant d’aisance que le latin !

Quels outils pour apprendre à écrire le russe ?

Vous me direz sans doute : Vous mettez peut-être la barre un peu haut, non ?

Eh bien, c’est avec de grands desseins que l’on obtient de grands résultats !

Fort heureusement, le russophile ne peut pas dire qu’il est livré à lui-même : de nombreux outils sont à sa disposition pour dominer les difficultés de l’écriture du russe, qu’ils soient digitaux ou plus traditionnels.

Les classiques ont la vie belle, et pour cause : ils démontrent chaque jour leur efficacité.

Parmi eux, j’ai nommé… les méthodes de calligraphie : retombez en enfance, avec un cahier à lignes, où il s’agit de copier, recopier et re-recopier des lettres isolées, puis des mots, puis des textes entiers…

Il n’y a pas d’autre secret : ce sont la répétition et l’entraînement qui font la différence en promettant une assimilation rapide et profonde du dessiné de chaque élément.

Seul préalable requis : connaître un tant soit peu l’alphabet russe et les lettres le composant.

Comment comprendre le russe ? Déchiffrer les enseignes en langue russe.

Dans cette direction, deux maisons d’édition célèbres ont plus d’un titre à vous proposer :

  • Pierre Larousse ;
  • Assimil (en complément de la méthode).

L’outil le plus efficace, qui est loin d’être en contradiction avec les précédents, reste cependant le cours particulier à domicile avec un professeur certifié de russe ou, plus simplement, un natif des pays de l’Est.

L’inconvénient : c’est légèrement plus onéreux. L’avantage : vous pourrez aller infiniment plus loin que le banal maniement de l’écriture, en abordant la culture russe et la littérature slave.

Pour terminer, l’e-learning (gratuit comme payant, même si ce premier est tout de suite plus plaisant…) a de belles surprises à nous réserver, avec des manuels téléchargeables au format PDF (merci Google pour les recherches !), des portails en ligne (comme Russe-Facile.Fr) et des applications OS X, Android, etc. Ce sont les Italki et autres Memrise, dont le principe reste simple.

Écriture russe : est-ce difficile pour un francophone ?

La plupart de nos collégiens et lycéens parlent sans mal l’anglais, l’espagnol, l’italien, l’allemand… Ce sont autant d’idiomes qui utilisent l’alphabet latin et qui ont une partie de leur lexique en commun avec notre français.

On ne peut pas en dire autant de la langue de Tchekhov, qui appartient à un univers totalement différent : surgit alors la question de savoir si l’ampleur de la tâche ne serait pas trop difficile pour un Français.

Naturellement, les solutions d’apprentissage graphologique seront différentes selon le registre d’écriture voulu :

  • informatique (caractères d’imprimerie, automatisés) ;
  • manuscrit, où les plus habiles pourront confiner à l’art.

Il est nettement plus facile de taper sur un clavier d’ordinateur que de prendre sa plume pour s’appliquer.

Pourtant, cette dernière étape est indispensable pour prétendre maîtriser vraiment la langue de Pouchkine et être bilingue…

Quoi qu’il en soit, les difficultés posées par le russe écrit sont réelles :

  • système cursif totalement différent ;
  • morphologie lexicale sans aucun rapport ;
  • lettres plus nombreuses qu’en français.

Mais il y a aussi des points positifs, de rapprochement, qu’il ne faut guère négliger :

  • l’exotisme du cyrillique rend son apprentissage similaire à un jeu ;
  • le russe s’écrit comme il se prononce, et inversement ;
  • le contour des lettres est hérité du grec, lui-même cousin du latin : il y a une parenté certaine ;
  • le russe s’écrit comme le français de gauche à droite et de haut en bas.

En conclusion, si l’écriture du russe était décrétée très compliquée… que dire de l’arabe, de l’hébreu ancien, du japonais et du chinois ?!

Où et pourquoi acheter un clavier cyrillique ?

Nous avons vu qu’il était possible d’écrire russe avec un AZERTY et même de le customiser pour le slaviser.

Pour les russophones chevronnés, il y a encore mieux : l’étape suivante, c’est d’acquérir un clavier 100% russe, pour du tout numérique.

Le clavier des russophones permet de taper les trente-trois lettres de l'aphabet cyrillique en usage dans une grande partie de l'Europe de l'Est, de l'Asie centrale et de l'Asie septentrionale. Orient-Express ! | En Sibérie, on est loin d’utiliser le clavier AZERTY européen… | source : wikimedia.org

Cette démarche procède d’un état d’esprit de russisant véritable : désormais, en allant sur votre ordinateur, vous ne penserez plus en Français, mais en Slave.

Ce peut en outre être un périphérique obligé pour recevoir des Russes en tant que famille d’accueil.

USB, sans fil, Bluetooth : différents modèles existent pour se croire en Sibérie, à Moscou ou à Saint-Pétersbourg sans avoir à programmer un séjour linguistique en Fédération de Russie !

Grâce à Internet, quelques clics permettent de dénicher les bonnes affaires du moments, à l’heure de Vladivostok si besoin !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz