"Sept fois à terre, huit fois debout." Proverbe japonais

L'apprentissage du japonais risque de vous demander pas mal d'efforts. Si l'oral est plutôt accessible pour un francophone, l'écrit est un véritable casse-tête. Le japonais ne dispose pas d'un système d'écriture unique comme l'alphabet latin mais de trois alphabets syllabaires : les hiragana, les katakana et les kanji.

Selon les statistiques de la Fondation du Japon, environ 15 000 personnes apprennent le japonais en France. Vous avez peut-être décidé d'apprendre la langue japonaise en autodidacte, chez vous. Dans ce cas, vous allez avoir besoin d'un peu de soutien, surtout si vous souhaitez vous pencher sur la langue écrite.

Accrochez-vous, suivez nos conseils pour assimiler le système d'écriture japonais et faites-vous aider par l'un de nos professeurs de japonais si vous n'y parvenez pas seul-e.

Commencez par les hiragana et les katakana

Comment retenir l'alphabet japonais ?
Commencez par le plus facile pour ne pas vous décourager ! (source : Kanpai)

Il y a 46 hiragana et 46 katakana.

Les hiragana sont les symboles les plus employés pour écrire le japonais dans le langage courant. C'est souvent par là qu'on commence en étant étudiant (même les enfants japonais débutent par les hiragana).

Les katakana ne sont utilisés que pour la transformation des mots d'origine étrangère. Ainsi, le nom d'un pays ou d'une ville sera écrit en katakana et pas en hiragana.

Dans les deux cas, les caractères ne correspondent pas à une lettre (a, b, c, d...) mais à une syllabe (ke, se, re...). Par exemple, le mot chat se dit neko en japonais. Il faut quatre lettres en français pour l'écrire mais seulement deux caractères en japonais. Les seules "lettres" qui existent sont les voyelles a, e, i, o, u.

Chaque syllabe hiragana a une syllabe équivalente en katakana.

Concernant les kanji, il faut en connaître 2 000 pour pouvoir ne serait-ce que lire un journal japonais... Alors réservez cet apprentissage à plus tard et commencez par les 46 caractères hiragana, plus faciles à retenir puis par les 46 caractères katakana pour ne pas vous décourager.

Imprimez les tableaux des kana

Première bonne nouvelle : vous n'avez pas besoin d'acheter un livre particulier pour commencer à apprendre les alphabets japonais. Vous trouverez facilement en ligne les tableaux d'hiragana, de katakana et de kanji.

Affichez-les partout où vous passez un peu de temps chez vous, dans vos toilettes, à côté de votre miroir de salle de bains, dans votre cuisine...

Prenez garde à choisir un tableau indiquant l'ordre du tracé, qui a une grande importance dans la réalisation d'un kana japonais. Munissez-vous également d'un cahier de brouillon à petits carreaux qui vous sera indispensable pour reproduire les kana et apprendre à les former.

Apprenez les kana par ligne

Les idéogrammes japonais sont classés par syllabes en ligne dans les tableaux.

Chaque ligne est consacrée à une voyelle :

  • A : N, Wa, Ra, Ya, Ma, Pa, Ba, Ha, Na, Da, Ta, Za, Sa, Ga, Ka, A,
  • E : Re, Me, Pe, Be, He, Ne, De, Te, Ze, Se, Ge, Ke, E,
  • I : Ri, Mi, Pi, BI, Hi, Ni, Chi, Ji, Shi, Gi, Ki, I,
  • O : Wo, Ro, Yo, Mo, Po, Bo, Ho, No, Do, To, Zo, So, Go, Ko, O,
  • U : Ru, Yu, Mu, Pu, Bu, Fu, Nu, Zu, Tsu, Zu, Su, Gu, Ku, U.

Apprendre l'écriture japonaise par ligne vous permettra d'avoir un repère, comme lorsqu'on apprend les verbes irréguliers en anglais en les regroupant par son ou par forme similaire (cut, cut, cut, drive, drove, driven, become, became, become...).

Prenez votre temps pour apprendre l'alphabet japonais

Quand on commence l'apprentissage d'une langue étrangère, on a tendance à vouloir tout connaître rapidement : les mots japonais, la culture japonaise, la calligraphie, la prononciation...

Pourtant, lorsqu'on fait un gros repas, notre estomac a dû mal à digérer et notre foie est surchargé. C'est la même chose avec votre cerveau. Si vous le nourrissez trop, il digèrera mal les informations.

Ne brûlez pas les étapes. A trop vouloir en faire, vous risquez de ne rien retenir et donc de vous décourager. Ce serait dommage, vous ne pensez pas ?

Notre conseil : apprenez 5 nouveaux hiragana tous les jours ou tous les deux jours selon votre emploi du temps et révisez l'ensemble à la fin de la semaine avant d'en apprendre de nouveaux la semaine suivante.

Avec cette méthode, vous assimilerez durablement les hiragana et vous les connaîtrez tous en un peu plus de deux mois.

Apprenez à écrire en même temps qu'à lire

Comment améliorer sa connaissance de la langue nippone ?
Un peu d'imagination pour retenir les caractères nippons ! (source : nippon.com)

Impossible d'apprendre à lire le japonais sans apprendre à écrire. Vous mémoriserez bien mieux si vous associez la mémoire visuelle à la mémoire kinesthésique (en reproduisant le caractère).

Utilisez pour cela votre cahier de brouillon à petits carreaux. Un kana se dessine sur un carré de 4 petits carreaux, le point de jonction de ces 4 carreaux représente alors le centre du dessin. C'est une technique utilisée à l'école primaire par les élèves japonais pour apprendre à écrire en équilibrant les différents traits.

Une petite astuce : profitez-en pour ajouter des traits d'une autre couleur qui représenteront un dessin vous permettant de mieux mémoriser l'hiragana.

Par exemple,し (shi) ressemble à la chevelure d'une femme ou ふ (fu) fait penser au mont Fuji. A vous d'imaginer à quoi vous fait penser chaque kana. Laissez aller votre créativité, le tout est de faciliter votre apprentissage.

Soyez régulier dans l'apprentissage de l'alphabet japonais

Vous allez bien réussir à trouver 15 ou 20 minutes par jour pour apprendre vos hiragana, non ?

C'est sans doute le conseil le plus important, celui qui vous servira tout au long de votre apprentissage de la langue japonaise (et même de tout apprentissage).

Soyez régulier ! En consacrant au minimum 15 minutes par jour, en début ou en fin de journée pour apprendre, réviser et réécrire vos kana, vous progresserez rapidement et vous fixerez surtout vos connaissances sur le long terme.

Rien ne vous empêche de réviser en musique si cela vous aide à vous concentrer ou si cela vous permet de vous détendre. Un apprentissage quotidien sera bien plus efficace qu'un apprentissage congestionné sur une ou deux heures le week-end.

Vous avez déjà dû tester cette solution quand vous avez dû apprendre rapidement pour un devoir sur table ou pour une épreuve du baccalauréat. Résultat : quelques jours plus tard, vous avez tout oublié de la leçon apprise à la va-vite. Une mauvaise solution lorsqu'on souhaite progresser et apprendre à parler, lire et écrire japonais.

Comment reproduire les kana ?
Affûtez bien votre crayon à papier et entraînez-vous !

Révisez le soir avant de vous coucher

Selon le professeur de neurosciences Robert Jaffard, il existe un lien étroit entre la mémoire et le sommeil.

"En amont, le sommeil prépare le cerveau à apprendre. [...] Ultérieurement, il va consolider la mémoire de ces apprentissages pour en faire une mémoire stable et durable." 

Mais ce n'est pas tout : "On a longtemps pensé que le sommeil ne faisait que fixer en l’état les mémoires nouvellement formées tout en les renforçant, d’où le terme de consolidation. On sait maintenant qu’il transforme « intelligemment » leur contenu pour les rendre plus efficaces. Notoirement, le cerveau endormi effectue un tri entre les informations mémorisées qu’il conserve (ou élimine) en fonction de leur utilité future. Il les incorpore aux mémoires préexistantes ce qui permet un enrichissement et une structuration des connaissances. Concrètement, il est établi qu’une nuit de sommeil fournit la solution à un problème, affine une connaissance topographique [ou] améliore la mémoire des « choses » à faire (planification)."

Ainsi, si vous pouvez réviser vos kana avant de vous coucher en relisant vos tableaux par exemple et en cachant la prononciation, cela peut vous permettre de mieux mémoriser et assimiler les connaissances du jour.

De plus, avant de dormir, le cerveau est généralement plus reposé et calme (comme au lever), vous garantissant une plus grande attention et concentration, donc une meilleure mémorisation.

Pratiquez régulièrement en écrivant et lisant en japonais

Pour une meilleure assimilation, n'hésitez pas à utiliser vos connaissances dans vos loisirs : apprendre le japonais sera plus facile si vous mêlez l'agréable à votre apprentissage. Vous en apprendrez davantage sur le pays du soleil levant, sa grammaire et sa culture en intégrant des habitudes en langue japonaise.

Vous êtes fan de manga ? Maintenant que vous connaissez les hiragana et les katakana, vous pourrez lire les transcriptions (de droite à gauche) de vos mangas préférés. Même si vous ne comprenez pas tout, vous commencerez par saisir le sens et habituerez votre cerveau à réfléchir en japonais.

Si vous n'aimez pas lire des mangas, vous pouvez remplacer par un magazine japonais, un livre ou même une série ou un film. Dans ces deux derniers cas, activez les sous-titres en japonais pour mêler l'utile à l'agréable.

Enfin, or de question d'écrire en lettres romaines. Maintenant, vous ferez l'effort d'écrire en kana pour améliorer vos connaissances et votre dextérité.

Recommencez le même processus avec les kanji

Comment apprendre les kanji ?
Il reste encore un peu de boulot !

Parler japonais couramment implique aussi de savoir lire et écrire les kanji. C'est une autre paire de manches puisqu'il y en a 2 000 et qu'ils sont plus complexes à assimiler. Mais maintenant que vous avez appris la régularité et la méthode, rien ne pourra vous arrêter !

Alors, vous commencez quand ? 

Besoin d'un professeur de Japonais ?

Vous avez aimé l'article ?

5,00/5, 1 votes
Loading...

Alexia

Passionnée de danse, de musique et de voyages, je suis curieuse et j'aime apprendre et découvrir sans cesse de nouvelles choses.