Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Devenir batteur : à savoir avant de commencer

De Alexia, publié le 18/07/2018 Blog > Musique > Batterie > Le Guide de Batterie pour Débutants

« Je disais aux gens que j’étais batteur avant même d’avoir une batterie. Mentalement, j’étais déjà batteur. » Keith Moon, The Who

42 % des musiciens ont commencé l’apprentissage de leur instrument (guitare acoustique, violon, saxophone, clarinette…) entre 5 et 9 ans selon Ipsos.

Mais il n’est jamais trop tard pour s’y mettre !

Entre 5 et 9 ans, on manque souvent de maturité et la batterie ne fait pas forcément partie des instruments de musique que l’on souhaite jouer.

Avec l’âge, on gagne en patience et en rigueur pour pouvoir apprendre la batterie dans les meilleures conditions.

De quoi est composée une batterie ?

Comment monter mon drum kit ? Les batteries acoustiques standards ressemblent à celle-ci.

Jouer de la batterie, c’est avant toute chose connaître cet instrument.

Si vous arrivez en cours de batterie et que vous connaissez déjà la composition de l’instrument et sa manière de fonctionner, vous aurez davantage de facilité à comprendre votre professeur de batterie. Vous progresserez plus rapidement dans l’apprentissage du rythme binaire, ternaire et des rudiments.

La batterie est composée dans un premier temps de trois grandes catégories :

  • Les fûts : les caisses de résonance,
  • Les cymbales : au son aigu et métallique, elles donnent de la finesse et de la couleur au jeu du batteur,
  • Les accessoires : qui ne sont pas vraiment accessoires ! Ce sont les pieds et les pédales, indispensables pour fixer les éléments de la batterie.

Parmi les fûts, on fera une parenthèse particulière sur la caisse claire. Ce fût est moins profond que les autres et possède un son plus aigu grâce au timbre présent sur le fond.

Elle sert à donner la rythmique du morceau. En anglais, elle est appelée snare drum.

Les autres fûts :

  • La grosse caisse : ou bass drum en anglais. C’est le fût le plus imposant de la batterie et celui qui possède le son le plus grave par conséquent. On la pose sur le flanc et on l’utilise avec une pédale au pied,
  • Les toms : généralement au nombre de trois, ils possèdent chacun un son du plus aigu au plus grave. On s’en sert pour les roulements et pour amener de la diversité dans le morceau.

Les différentes cymbales de la batterie :

  • Le charleston : utilisé pour marquer le tempo d’un morceau, ce sont deux cymbales retournées l’une sur l’autre et actionnées ensemble par une pédale,
  • La cymbale ride : généralement sur la droite du batteur, elle peut remplacer le charley dans certains cas,
  • La cymbale crash : plus fine que la ride, le batteur l’utilise pour marquer des accents,
  • La cymbale splash : plus petite que les deux précédentes, elle est plus rare dans la composition d’une batterie.

Mais l’avantage de la batterie, c’est la possibilité de la personnaliser à l’infini !

Selon son propre goût, sa manière de jouer et le style de musique que l’on privilégie, il y aura deux grosses caisses, pas de charleston, des cloches, pas de tabouret…

Commencez sur une batterie standard puis faites-la évoluer selon vous.

Comment progresser rapidement derrière ses fûts ?

Comment améliorer son jeu à la batterie ? La scène peut vous aider à vous motiver et à progresser.

Jouer d’un instrument de percussion, de la guitare électrique ou de l’harmonica, c’est la même chose au final.

Rigueur, patience et motivation sont essentielles pour réussir.

Commencer la batterie doit être quelque chose que vous souhaitez vraiment. Pas juste une lubie soudaine ou une suggestion de l’entourage. Le plaisir de jouer est primordial, surtout lorsqu’on débute sur un instrument.

La motivation sera là au début. Le risque est de la perdre en cours de chemin.

Alors pour parer cette éventualité, mieux vaut cerner les choses qui vous motivent pour s’en servir comme levier au moment où la motivation se sera fait la malle.

Dressez une liste.

Cela peut être après 10 minutes de méditation, après être allé courir, en écoutant un groupe de musique ou un morceau en particulier, en écrivant, en marchant dans la forêt…

Et si cela ne suffit pas, voici quelques conseils tirés du livre 100 Ways to Motivate Yourself de Steve Chandler :

  • Choisissez-vous un héros, un modèle à suivre,
  • Fixez-vous des petits objectifs chaque jour,
  • Revoyez vos habitudes,
  • Partagez votre motivation autour de vous,
  • Racontez-vous un mensonge,
  • Restez assis…

Pour progresser dans le maniement des baguettes batterie, il est aussi conseillé de s’entraîner sur des morceaux débutant.

Se faire une playlist vous permettra de gagner du temps dans votre apprentissage.

Du hard rock au jazz en passant par le funk, choisissez des styles musicaux différents pour aborder différentes techniques et trouver votre style de jeu.

Se fixer des objectifs, c’est bien. L’annoncer publiquement, c’est mieux.

Cela vous oblige à vous y tenir.

Par exemple, vous rentrez chez vous et vous dites à votre compagnon/compagne : « à partir d’aujourd’hui, je fais 10 minutes de rudiments par jour ». Votre moitié vous rappellera sans doute à l’ordre si vous avez la flemme un jour…

Si la routine peut sembler barbante, elle est indispensable à tous les musiciens. C’est de cette manière que l’on progresse. En refaisant, en répétant, en cherchant à devenir meilleur.

Organiser sa semaine de batterie permet de rendre concrète votre pratique. Et gardez en tête qu’il vaut mieux pratiquer un peu tous les jours, même 10 minutes, que deux heures une seule fois par semaine.

Mais vous allez me dire : on a pas toujours la batterie sous la main !

Et ce n’est pas un problème. Travailler la batterie sans instrument, c’est possible et c’est bénéfique pour travailler ses rudiments (roulés, frisés, moulins), la synchronisation main gauche/main droite, le tempo et l’oreille.

Les avantages du solfège rythmique pour un drummer

Un batteur peut-il se passer des notes ? Ne faites pas cette tête, lire une partition batterie, c’est pas si compliqué ! (source : PureBreak)

Savoir lire une partition batterie pour un percussionniste peut ouvrir de nouvelles portes.

Même si beaucoup de batteurs sont autodidactes et se servent uniquement de leur oreille et/ou des tablatures batterie pour reproduire un morceau, le solfège rythmique possède des avantages.

  • Comprendre n’importe quelle partition batterie,
  • Lire les méthodes de batterie et ainsi progresser,
  • Connaître les notes et leur valeur,
  • Visualiser les rythmes,
  • Ecrire le rythme travaillé pour ne pas l’oublier lors d’une composition,
  • Développer sa créativité,
  • Communiquer plus facilement avec les autres musiciens.

En cours de musique, le batteur passe inévitablement par le solfège rythmique. Mais pas de panique, ce dernier est quand même plus simple à apprendre que le solfège musical.

C’est peut-être pour cette raison que l’on pense que la batterie est un instrument plus facile à jouer.

S’il n’existe pas de notation standardisée en batterie (à cause de la possibilité de personnalisation de l’instrument), il y a tout de même des bases pour s’y retrouver.

Les notes sur la portée ne servent pas réellement de notes mais de symboles pour les différents éléments de la batterie.

Par exemple, la caisse claire est représentée dans la troisième interligne (en partant du bas) marquée d’une note pleine, hampe vers le haut tandis que la grosse caisse est sur la première interligne, marquée d’une note pleine, hampe vers le bas.

Les fûts sont marqués d’une note pleine sur les différentes lignes et interlignes et les cymbales sont marquées par une croix, généralement en haut de la portée.

Le solfège rythmique permet de jouer plus facilement en groupe, notamment pour l’enregistrement studio.

Il ne faut pas oublier cette possibilité quand vous débuterez votre apprentissage de la batterie.

Un batteur ne joue pas seul. Il accompagne d’autres instruments. Il est donc parfois nécessaire d’apprendre les bases du solfège rythmique.

A quelle fréquence un batteur doit-il répéter ?

Pourquoi apprendre à frapper fort n'est pas suffisant en tant que batteur ? Travailler un peu tous les jours est primordial pour progresser ! (Cindy Blackman, batteuse de Lenny Kravitz – source : Pinterest)

Combien de temps faut-il pour devenir batteur ?

C’est une question légitime qu’un débutant se pose généralement.

Que l’on débute en école de musique, avec un professeur particulier ou chez soi en autodidacte, le travail est primordial pour progresser.

Mais attention, pour s’améliorer en batterie, il ne suffit pas de s’installer tranquillement sur son tabouret et de taper par ci, par là sur les fûts.

Il faut que la pratique soit consciente et réponde à de la pratique délibérée.

Qu’est-ce que c’est ?

La pratique délibérée, c’est sortir de sa zone de confort, des morceaux qu’on connaît par coeur, pour atteindre sa zone d’apprentissage.

La zone dans laquelle vous n’êtes pas à l’aise.

C’est par exemple augmenter la vitesse du métronome, accélérer ses frappes du pied droit, caler davantage de triolet, se servir d’une double pédale.

L’important est de se concentrer uniquement sur un élément technique à améliorer pendant 20 à 30 minutes, et de s’observer en se filmant pour corriger ses erreurs.

Ainsi, avec 10 000 heures de pratique délibérée, vous pourrez devenir un batteur international !

Ce chiffre vous fait peur ? Rassurez-vous, vous pouvez le diviser par deux ou trois et vous resterez un très bon batteur.

Pour progresser, il faut travailler tous les jours, même l’espace de 15 minutes.

En un quart d’heure, vous n’aurez pas le temps de tout faire mais vous pourrez soit faire de la pratique délibérée sur un point précis, soit jouer un morceau sans échauffement.

Mais une bonne séance de batterie doit durer une heure.

Essayez de vous dégager deux à trois sessions dans une semaine pour faire de l’échauffement corporel, cérébral, travailler de nouveaux aspects et appliquer tout cela en accompagnant un morceau.

Définitions « batterie débutant »

Le vocabulaire de la batterie est tout aussi important et fait partie de votre apprentissage de l’instrument.

Qu’est-ce que le timbre de la caisse claire ?

Le timbre est une bande de fils métalliques torsadés situé sous la caisse claire. Il touche la peau inférieure une fois qu’il est mis en tension.Comm

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar