Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Quelles sont les locutions latines à connaître ?

De Alexia, publié le 05/02/2018 Blog > Soutien scolaire > Latin > Citations Latin : 20 Phrases à Retenir !

A priori, et caetera, a posteriori, alter ego, ad hoc, nota bene, mea culpa…

Savez-vous combien d’expressions d’origine latine en langue romaine ont trouvé leur place dans notre vocabulaire français ?

Nous n’avons pas la réponse mais il est sûr que cela représente plus d’une centaine d’expressions admises couramment en français.

Nous vous avons sélectionné 20 citations latines, expressions souvent utilisées ou plus rares. Combien en connaissez-vous ?

« Alea jacta est » : Le sort en est jeté

D'où viennent les expressions latines les plus connues ? Advienne que pourra une fois que le sort en est jeté !

Certainement une des citations latines les plus connues. Ce sont les paroles qu’auraient prononcé César en franchissant le Rubicon avec son armée. En effet, une loi romaine stipulait qu’il fallait licencier ses soldats avant de passer le fleuve.

César serait alors entré en conflit avec le Sénat en ne respectant pas l’interdit. « Alea » signifie « jeu de dés », ainsi en français on pourra également trouver la traduction « les dés sont jetés ». Celui qui brave le sort est fataliste et on peut rapprocher l’expression du « advienne que pourra » français.

« Ad vitam aeternam » : Pour la vie éternelle

On peut jurer un amour ou une amitié « ad vitam aeternam », c’est-à-dire à jamais, pou toujours.

Selon les croyances et les traditions, l’expression est plutôt pessimiste puisqu’elle implique que nous soyons mort. En effet, la vie éternelle est liée au Paradis pour les chrétiens méritants ou à l’enfer éternel pour les pêcheurs. Une citation qui est entrée dans l’histoire du latin !

« Amicus Plato sed major amicus veritas » : J’aime Platon mais j’aime encore plus la vérité

C’est une citation d’Aristote que l’on retrouve dans son ouvrage Ethique à Nicomaque. En tant que disciple de Platon, il était un grand admirateur du philosophe. Cependant, malgré son admiration, il ne suivait pas aveuglément les paroles de son maître mais osait remettre en question son enseignement afin de se rapprocher de la vérité.

Cette phrase peut aujourd’hui être utilisée par n’importe quelle personne remettant en question ou prenant position contre son maître, son enseignant.

« Audaces fortuna juvat » : La fortune sourit aux audacieux

Adaptée d’un ver de l’Enéide de Virgile, cette expression incite à forcer le sort et braver les difficultés. Un des sens de fortune en français est chance. En français, on dira plutôt « la chance sourit aux audacieux ».

L’audace n’est pourtant pas toujours synonyme de succès mais comme tous les proverbes, il faut savoir l’utiliser à bon escient.

« Aurea mediocritas » : Une médiocrité dorée

Tirés des Odes d’Horace, poète latin, ces vers ne sont pas péjoratifs comme on pourrait le penser. La médiocrité dorée est une image tendant à montrer que l’on peut se contenter de mener une vie paisible sans les tracas et soucis qu’une opulence pourrait amener.

On pourrait rapprocher cette expression de la française : « pour vivre heureux, vivons cachés ». Nul besoin de se montrer pour vivre une vie tranquille et éviter ses tourments.

« Ave Cesar, morituri te salutant » : Salut César, ceux qui vont mourir te saluent

Ces paroles étaient prononcées par les gladiateurs devant la loge impériale avant le début des Jeux selon Suétone. Les Romains adoraient les Jeux du Cirque et notamment les combats très sanglants opposants des condamnés à mort, des esclaves ou même des Barbares volontaires.

Si le gladiateur perdait, c’est le public qui décidait de sa vie ou de sa mort en baissant ou levant le pouce. La devise rappelle l’orgueil des gladiateurs qui n’avaient qu’une seule chose à sauver : leur vie.

« Beati pauperes spiritu » : Bienheureux les pauvres d’esprit

Tirées du Sermon sur la montagne (Evangile selon Mathieu, V, 3), ces paroles servent aujourd’hui à désigner ceux sui réussissent sans intelligence. A la base, l’expression est bien plus méliorative puisqu’il s’agissait de désigner ceux qui savent se détacher des biens du monde.

« Carpe diem » : Mets à profit le jour présent

Que signifie Carpe Diem ? L’expression est enseignée par Robin Williams dans Le Cercle des Poètes Disparus.

Tirée d’un poème d’Horace, la locution complète est « carpe diem quam minimum credula postero », littéralement « sois le moins crédule possible pour le jour suivant ». On le traduit généralement en français par « cueille le jour présent sans te soucier du lendemain » pour garder le genre poétique.

Horace était connu pour être un épicurien, et profitait donc des plaisirs de la vie qui s’offrait à lui. Cette même idée revient dans les poèmes de Ronsard et notamment Sonnets pour Hélène : « Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie ». On peut l’interpréter comme une incitation à profiter de la vie humaine si courte.

« Cogito, ergo sum » : Je pense, donc j’existe

Aussi traduite par « je pense, donc je suis », cette citation est tirée du Discours de la méthode de René Descartes en 1637 (voir cours latin college). Cela exprime la seule certitude qui résiste à un doute méthodique.

Seule l’existence de l’être humain qui pense est certaine au départ. Descartes cherche à refonder totalement la connaissance.

A la base, la formulation est en français. Ce n’est qu’en 1644 que Descartes la reprend en latin dans Les Principes de la Philosophie.

« Deus ex machina » : Dieu sort de la machine

Traduction d’une expression grecque à l’origine, elle fait référence au théâtre et à l’intervention de dieux ou déesses, amenés au-dessus de la scène par une machinerie. L’intervention divine résolvait les problèmes lors du dénouement d’une pièce.

Aujourd’hui, l’expression est employée quand une situation se résout grâce à un élément inattendu jusque là. L’expression est souvent utilisée péjorativement pour désigner un miracle invraisemblable et mal intégré au récit, dans le but de finir en happy end.

« Errare humanum est » : L’erreur est humaine

La locution complète est « errare humanum est, persevare diabolicum », ce qui signifie « l’erreur est humaine, l’entêtement [dans son erreur] est diabolique ». Elle est souvent attribuée à Sénèque mais elle existait auparavant.

Il s’agit d’une maxime philosophique visant à pardonner les erreurs des humains qui ne sont pas parfaits. Cependant, la maxime amène aussi à saisir cette erreur pour s’améliorer. La deuxième partie l’explique bien : qui s’entête dans ses erreurs est inexcusable.

On peut rapprocher la maxime d’un auteur plus récent, John Powell qui dit que « la seule véritable erreur est celle dont on ne retire aucun enseignement ».

« Ex nihilo nihil » : Rien ne vient de rien

Ces vers sont attribués à Lucrèce et ont été repris par Voltaire dans son ouvrage Dictionnaire philosophique. En parlant de dictionnaire, avez-vous déjà pensé à consulter un dictionnaire latin français pour vous aider lors de vos révisions ?

La locution complète est « ex nihilo nihil, in nihilum posse reverti », c’est-à-dire « rien ne vient de rien, ni ne retourne à rien ». Rien ne peut être créé ou anéanti.

En français, le sens a évolué bien loin de la signification première : « qui veut la fin, veut les moyens ». En effet, avec rien on ne peut rien faire.

« Fluctuat nec mergitur » : Elle tangue mais ne sombre pas

Depuis quelle année Paris a-t-elle une devise latine ? La devise de Paris a notamment été reprise après les attentats meurtriers.

Devise officielle de la ville de Paris depuis 1853, elle accompagne le navire présent sur le blason de Paris. Henri Tausin explique parfaitement pourquoi cette devise a été choisie, et on l’apprend aussi en cours de latin.

La devise rappelle « les dangers que Paris a courus, les terribles révolutions qui l’ont agité, les crises de toute nature qu’il a subies » et exprime « l’idée de vitalité, de force, de perpétuité qui caractérise la longue et glorieuse existence de cette ville ». 

« Habeas corpus » : Garde ton corps

Dans sa totalité, la locution latine signifie « que tu aies ton corps pour le présenter » (habeas corpus ad subjiciendum). C’est une institution anglo-saxonne qui sert à garantir la liberté individuelle d’un citoyen en le protégeant contre les arrestations arbitraires.

Votée en 1679 en Angleterre, l’Habeas Corpus Act est une réaction aux tentatives d’absolutisme monarchique.

« Homo homini lupus » : L’homme est un loup pour l’homme

« L’homme est un loup pour l’homme » signifie que l’homme est son pire ennemi. Cette citation latine est souvent utilisée en cours de latin.

On retrouve pour la première fois cette occurrence chez Plaute dans sa comédie Asinaria.

D’un point de vue philosophique, en cours de latin débutant, c’est une vision pessimiste de l’homme, un être sans scrupules, égoïste et individualiste, n’hésitant pas à écraser les autres pour sa réussite.

« Nosce te ipsum » : Connais-toi toi-même

Traduite du grec ancien, cette expression est l’un des trois préceptes gravés à l’entrée du temple de Delphes et le plus ancien selon Platon, et apprise en cours de latin.

C’est une formule consacrée de l’humanisme qui demande à l’homme de prendre conscience de sa propre existence et conscience. « Connais-toi toi-même » invite à une introspection pour mieux se connaître et avoir conscience de ses atouts et limites.

Une phrase assez complexe, qui souligne l’importance de bien connaître ses déclinaisons latines sur le bout des doigts !

« Panem et circenses » : Du pain et des jeux

Quelles expressions latines sont utilisées en français ? Les jeux du cirque étaient réputés sanglants.

Littéralement « pain et jeux du cirque », l’expression latine dénonce la distribution de pain pendant les jeux dans le but de s’attirer les bonnes grâces du peuple. L’expression est tirée de la Satire X de Juvénal.

Aujourd’hui, on l’utilise pour montrer la relation biaisée entre la population qui se satisfait de « pain et de jeux » sans se soucier d’enjeux plus importants et les pouvoirs politiques qui peuvent être tentés d’exploiter ces tendances de vie à court terme.

« Quae sunt Caesaris, Caesari » : Il faut rendre à César, ce qui est à César

Aujourd’hui cette citation latine est utilisée pour dire qu’il faut reconnaître la responsabilité d’un acte à une personne qu’il soit positif ou négatif.

Selon l’Evangile, c’est Jésus qui aurait déclaré « il faut rendre à César ce qui est à César » après que les Phariciens lui ont demandé s’ils devaient payer l’impôt. A la vue du denier marqué de la tête de César, Jésus aurait prononcé ces mots.

« Veto » : J’empêche

A l’origine, le veto était une manière de s’opposer à un magistrat, peu importe son rang, ou à une décision du Sénat romain.

Aujourd’hui, il garde le même sens d’opposition à une décision. Il est notamment utilisé aux Nations Unies par un pays lors d’une décision contestée. Si un pays met un veto, la proposition est rejetée.

Vous retrouverez facilement des citations similaires dans les dizaines de langues latines utilisées aujourd’hui !

« Vulnerant omnes, ultima necat » : Toutes blessent, la dernière tue

Quelle locution latine est la plus connue ? Une autre manière de rappeler le temps qui passe !

Cette expression latine est souvent inscrite sur les anciens cadrans solaires ou horloges publiques. C’est une manière de rappeler le temps qui passe et que la dernière heure peut arriver à tout moment pour chaque individu.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 2 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar