Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Guide pratique sur le folklore historique japonais

De Mathieu, publié le 09/08/2019 Blog > Langues > Japonais > Tout Savoir des Spécificités de la Culture Japonaise !

En Asie, il existe de nombreux pays possédant des histoires et des cultures très riches. Le Japon fait partie de ces pays que les occidentaux rêvent de découvrir pour sa cuisine, son art, ses paysages et son patrimoine. On estime qu’en 2020, 20 millions de touristes fouleront la terre sacrée du Shinto et si vous en faites partie, vous avez bien de la chance !

Cette culture japonaise est diversifiée, ancestrale et tournée vers le monde moderne : cultivant son folklore du samouraï, du temple et de la cuisine traditionnelle, le Japon sait aussi se renouveler avec les mangas et les nouvelles technologies. Toutefois, ce sont bien ces éléments traditionnels que les touristes apprécient le plus.

Superprof vous propose de découvrir quelques unes des traditions les plus populaires du Japon, des sports typiques du Pays du Soleil Levant aux armes utilisées à travers son histoire en passant par le monde des Geishas et celui du Sumo, sport national japonais. Préparez votre Yukata et vos sandales, nous partons à la rencontre du Japon traditionnel !

Les sports de combat typiques de l’archipel nippon

Quels sont les sports traditionnels originaires du pays du soleil levant ? Teddy Riner a été le champion du monde de Judo poids lourds 10 fois, pas mal pour un petit (grand) français !

Les sports de combat sont des activités très développées à l’internationale. Si de notre côté nous avons notamment la boxe française, les Japonais ne sont pas en reste puisqu’ils pratiquent de nombreux arts martiaux, résultat de leur histoire et de leurs traditions. Découvrez quelques uns des arts martiaux les plus populaires de l’archipel japonais !

Les sports de combat au corps à corps

Qui dit arts martiaux dit nécessairement autodéfense en utilisant son corps, que ce soit par les coups de poings, de pieds ou les prises. Les plus célèbres d’entre eux sont le Judo et le Karaté, que nous pouvons pratiquer en France dans n’importe quel club en enfilant un kimono et en serrant la ceinture (littéralement) !

Il existe bien d’autres sports de corps à corps comme par exemple le Ju-Jitsu, l’ancêtre du Judo, ou l’Aïkido, un sport basé sur l’utilisation de la force de l’adversaire contre lui. Ce sont des sports violents, mais à vocation pacifique :

« Auparavant, les arts martiaux servaient sur les champs de bataille à faire la guerre et à former des Samouraïs. Aujourd’hui les arts martiaux forment toujours des Samouraïs, mais ceux représentant la Paix. Les arts martiaux servent à cultiver la paix » – Hiroo Mochizuki

Nous pouvons également citer des sports moins connus en France comme le Shorinji Kempo et le Nippon Kempo. Ces deux sports de corps à corps ont des inspiration dans d’autres arts martiaux mais leurs spécificités autant sur le plan physique que spirituel !

La maîtrise des armes au Japon

Les arts martiaux japonais, se sont aussi les sports où l’on manie les armes. Voici une liste de quelques uns de ces sports très populaires au Pays du Soleil Levant :

  • Le Kendo : le maniement du sabre,
  • Le Jukendo : le maniement de la baïonnette,
  • Le Naginata : le maniement du Naginata (arme d’hast),
  • L’Iaido : le maniement du sabre (concentré sur le fait de dégainer et de frapper d’un seul coup),
  • Le Kyudo : le maniement de l’arc japonais.

Ils sont tous le résultat d’activités militaires réelles de l’histoire japonaise, que ce soit par la discipline des samouraïs, des ninjas, des guerriers à cheval ou encore des moines armés.

Les Geishas : ces mystérieuses artistes japonaises

Quelles sont les origines du métier de geisha au Japon ? Les Geishas étaient des artistes dont le métier était de divertir, corps et âme, les clients fortunés ! (source : Columbia Pictures)

Popularisées avec le film Mémoires d’une Geisha et mises en valeur par le gouvernement japonais comme l’un des éléments phares de la culture nippone, les Geishas ne cessent de fasciner le monde occidental comme les Japonais eux-mêmes : voici quelques informations sur les origines des Geishas au Japon !

Une courtisane, une artiste et une personne raffinée

« Elle peint son visage pour cacher son visage, ses yeux sont une eau profonde, la geisha est l’artiste d’un monde flottant, elle danse, elle chante, elle vous diverti, tout ce que vous voulez, le reste ce sont des ombres, le reste c’est un secret » – Mémoires d’une Geisha

Le mystère, c’est bien ce qui caractérise ces femmes japonaises en yukata raffiné, avec leurs chignons et leur maquillage blanc. Les Geishas sont des dames de compagnie aux activités multiples : elles sont artistes, elles ont vocation à divertir une clientèle (généralement masculine) et elles offrent souvent leurs services dans le cadre d’une activité sexuelle.

Attention cependant : ce ne sont pas des prostitués ! La distinction est claire dans la culture japonaise. Les Geishas n’avaient pas le droit de donner leur corps contre de l’argent, mais la plupart le faisaient. Leur rôle était surtout celui de jouer d’un instrument comme le Shamisen, de danser de façon traditionnelle, de tenir compagnie et de servir.

Les Geishas d’hier à aujourd’hui

Nous pouvons faire remonter l’histoire des Geishas au XIIIème siècle. Les artistes qui, à Kyoto, étaient invités à divertir l’empereur, étaient alors des hommes maquillés de poudre blanche. Plus tard, cette discipline fut exercée par des femmes jusqu’à devenir au XVIIème siècle les Geishas.

On pouvait les croiser dans les salons de thé et ryokan où elles exerçaient leurs activités artistiques ou vendaient leur corps aux clients fortunés. La virginité d’une Geisha était un bien qui pouvait s’acheter au prix fort !

L’âge d’or des Geishas eut lieu aux XIXème et XXème siècles : elles étaient alors des dizaines de milliers à pratiquer leur métier au Japon et notamment à Kyoto, dans le quartier de Gion. A la pointe de la mode et très populaires, ce business était le plus rentable de l’époque.

La Seconde Guerre Mondiale marqua la fin des Okiya pendant un an, puis les Geishas purent reprendre leurs activités mais peu revinrent exercer. Le gouvernement donna un coup de grâce au marché des Geishas dans les années 50 en interdisant aux jeunes filles de quitter leur scolarité avant 16 ans.

Aujourd’hui, il existe encore quelques Geishas, mais le nombre est dérisoire lorsque l’on regarde un siècle en arrière. La tradition se perpétue et un certain engouement pour cet art se fait sentir ces dernières années !

Le Sumo, ce sport ancestral du Pays du Soleil Levant

Quelles sont les origines du Sumo dans l'histoire japonaise ? Le Sumo est plus qu’un sport : c’est un art, c’est même une cérémonie sacrée !

Parmi les sports pratiqués au Japon, il en est un qui est vraiment très spécifique au peuple japonais : le Sumo. Il peut paraître étrange et difficile à comprendre mais il est aussi très prenant et reflète une partie de l’histoire japonaise. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le Sumo, sport national japonais !

Le Rikishi et les règles du Sumo

Ce que l’on appelle Sumotori en France n’est autre qu’un Rikishi au Japon : ces lutteurs de très grande corpulence pratiquent un art sacré en s’affrontant au milieu du Dohyô (l’arène), dans un cercle de 4 m de largeur. Chaque Rikishi possède un rang allant d’apprenti à Yokozuna (grand champion), mais aussi un Shikona (nom de combat).

Avant de combattre, les Rikishis accomplissent des rites de purification de leur corps et de leur esprit et parfois du Dohyô lui-même. Puis ils se mettent en position pour commencer le combat. Ils doivent alors faire tomber l’autre combattant ou le sortir du cercle pour gagner le combat.

Le Sumo compte 6 grands tournois par an dont 3 ont lieu dans la capitale, Tokyo. C’est un sport suivi par de très nombreux japonais et dont la signification va au-delà de l’art martial : il s’agit d’une communion avec les dieux !

Histoire du Sumo à travers les âges

Selon le Kojiki et le Nihon Shoki, le Sumo aurait des origines légendaires : deux dieux se seraient battus lors d’un combat de Sumo pour le contrôle des îles du Japon. Bien plus tard, un mortel du nom de Sukune fut considéré comme le père du Sumo en battant une brute lors d’une lutte à mort.

Le Sumo fut introduit à la cour de l’empereur dès le VIIIème siècle, mais il n’était alors qu’un rite shinto. Il devint un véritable art martial au IXème siècle et fut popularisé en tant que tel dans tout le Japon, si bien que des grands seigneurs de guerre comme le terrible Nobunaga Oda en furent pris de passion.

Au XVIIème siècle, le Sumo se professionnalisa en tant que divertissement pour les bourgeois. Des mécènes apparurent pour offrir aux Rikishi une carrière. Enfin, durant la période Edo, le Sumo se tourna vers l’action de bienfaisance et l’aide publique. De plus, le système de rang apparut. Il est aujourd’hui très populaire !

Histoire du Japon : les armes de la tradition nippone

Quelles sont les armes traditionnelles de l'archipel japonais ? Le Katana est l’arme la plus symbolique du Japon ! (source : Glénat)

Le Japon est un pays qui s’est pendant longtemps développé sans aucun contact extérieur : il a ainsi pu forger une culture qui lui est propre, notamment concernant la discipline militaire. C’est la raison pour laquelle il existe de nombreuses armes traditionnelles japonaises qu’on ne peut voir qu’au Pays du Soleil Levant !

Les armes tranchantes nippones

Le Japon est bien connu pour ses sabres japonais : ils sont abondamment représentés dans les œuvres culturelles évoquant l’archipel nippon, notamment l’un d’eux, le Katana. Ces épées courbées de tailles variables furent les armes principales des samouraïs avant l’arrivée des armes à feu au XVIème siècle.

Parmi les armes tranchantes japonaises les plus célèbres, nous pouvons citer :

  • Le Katana (sabre de plus de 60 cm),
  • Le Tachi (sabre plus ancien, utilisé par les samouraïs à cheval),
  • Le Wakizashi (sabre plus court, entre 30 et 60 cm),
  • Le Tanto (poignard nippon de moins de 30 cm),
  • Le Tessen (éventail de métal composé de lames coupantes),
  • Le Naginata (lance de bois avec une lame courbée au bout),
  • Le Yari (lance de 2,5 à 4 m de longueur),
  • Le Kunaï (poignard ninja),
  • Le Sai (dague à trois pointes).

Nous pouvons également citer quelques unes des armes d’Okinawa (les Kobujutsu) comme le Kama et le Kue, des sortes de serpes. Ce sont des outils agricoles utilisés à des fins guerrières pour défendre Okinawa à l’époque de l’invasion japonaise.

Les armes à distance et les armes contondantes japonaises

Les armes japonaises à distance (c’est à dire de jet ou pouvant toucher de loin) sont nombreuses au Japon. L’une des plus importantes est le Yumi, l’arc typique japonais, qui est notamment utilisé dans le Kyudô. Il existe ensuite toute une gamme d’armes de jet utilisées par les ninjas tels que les Shurikens (étoile de métal) ou le Senbon (aiguilles de métal).

Les armes contondantes (c’est à dire pour frapper, non coupantes) sont également utilisées dans la tradition japonaise : la plus célèbre est probablement le Nunchaku, popularisé par Bruce Lee dans ses films. Toutefois, nous pouvons aussi compter toute une gamme de bâtons de combat pouvant aller jusqu’à 1,80 m de taille.

Enfin, vous connaissez probablement le Tonfa, appelé au Japon Tunkunwa, qui sont des matraques à poignées adaptées dans le monde occidental par les forces de l’ordre.

Vous connaissez désormais quelques uns des éléments principaux de la culture japonaise traditionnelle. Si vous souhaitez en découvrir plus, Superprof vous propose de consulter nos autres articles sur le Japon. Vous pouvez également améliorer votre pratique du japonais oral et écrit en prenant des cours particuliers de japonais avec un professeur !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...
avatar