Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Couture : Couper, Piquer et Surfiler !

De Matthieu, publié le 18/08/2017 Blog > Art et Loisirs > Couture > Coudre à la Surjeteuse : le Guide

Dans tout livre de couture qui se respecte, on vous parlera de la surjeteuse, une machine permettant de réaliser différents points de couture incontournables dans le domaine de la confection textile mais aussi de belles finitions si vous aimez faire de la couture à domicile.

Il fut un temps où la couture des vêtements été réalisée avec des outils rudimentaires tels que des dés à coudre et des aiguilles en os ou en bois.

Mais les temps ont changé, à tel point que l’équipement de couture moderne est maintenant à portée de tous.

Grâce à la technologie, la couture est passée d’une tâche laborieuse et manuelle à un processus efficace et automatisé.

Des machines numériques qui permettent une manipulation rapide et facile du tissu et du fil pour créer des œuvres d’art complexes.

Superprof vous fait rentrer dans l’univers de la couturière débutante, de l’ourlet et des patrons avec cet article sur la surjeteuse, du cousu main pour apprendre la couture femme et enfant !

La surjeteuse : qu’est-ce que c’est ?

On ne peut pas l’inventer si on ne connaît rien à la couture et au point de croix. Ou au vocabulaire couture. Voici une bonne définition de la surjeteuse proposée par Wikipedia :

« La surjeteuse est un type particulier de machine à coudre. Elle permet de couper, piquer et surfiler un ou deux tissus en une seule opération. Cette opération permet à la fois d’assembler des tissus et d’effectuer les finitions. Les coutures effectuées sont élastiques et particulièrement adaptées aux tissus modernes comme le jersey et le lycra. »

Et l’action de surfiler, vous savez ce que c’est ? Mémorisez cette définition dans votre boîte à couture 😉

La surjeteuse est unique en ce qu’elle utilise un couteau ou une lame pour couper l’excès de couture, puis enveloppe plusieurs fils (qui peuvent être 2, 3, 4 ou 5) sur le bord brut du tissu pour créer un bord propre

Appréhendez-la comme un outil de finition qui co-réalise vos projets avec une finition soignée et professionnelle. Elle est même utilisée en haute couture !

Les « overlockers » (en anglais) n’étaient utilisés qu’à l’origine dans les paramètres de couture industriels.

Cependant, la technologie a permis de créer des machines plus légères et plus petites qui peuvent être utilisées à la maison et produisent la même qualité de point que leurs homologues industriels.

Pourquoi ne pas prendre des cours de couture pour découvrir le maniement d'une surjeteuse ? Zoom sur le pied et l’aiguille de la surjeteuse, qui permet de plaquer le tissu. Le couteau n’est pas visible sur cette photo.

Surfiler consiste à réaliser un « arrêt de délitement de la maille du tissu ».

En effet, lorsque ce dernier est coupé par le ciseau, les fils de chaîne et de trame sont libres et ont tendance à se désolidariser l’un de l’autre. Rappelons qu’un tissu est en entrecroisement de fils de Chaine (les fils) et de Trames (aussi appelés duites). Pour arrêter ce délitement de matière, on réalise donc un surfilage, qui peut se faire soit avec une machine à coudre spécifique ou manuellement.

En d’autres termes, la surjeteuse va venir « réparer » les bords en les recoupant légèrement puis faire un point de couture pour bien les refermer. Du cousu main, non ?

Découvrez également l’histoire de la couture

Plusieurs types de surjeteuses

2 types de machines à coudre peuvent réaliser un surfilage :

  • La surfileuse, machine dotée d’une seule aiguille qui assure le surfilage avec un point de chaînette.
  • La surjeteuse, machine utilisant 2 aiguilles et jusqu’à 5 bobines de fils, qui permet aussi de couper le tissu avant de le surfiler.

Toute couturière qui se respecte ainsi que les bons livres de couture vous expliqueront que la surjeteuse est la machine à coudre de choix pour coudre des tissus extensibles (élastiques) tels que le jersey, le molleton ou le lycra.

La surjeteuse permet aussi d’assurer une belle finition des ourlets, notamment sur les tissus fins. Si vous aimez réaliser vos propres vêtements, c’est assurément une machine intéressante à acquérir !

Certaines matières sont très difficiles à travailler avec une machine à coudre classique.

Par exemple, le jersey ou la maille qui s’étirent ou les voiles et autres matières très fines qui s’effilochent beaucoup. Le coton peut quant à lui se travailler avec une machine classique ou à la main avec du fil et une aiguille.

Le principal avantage de la surjeteuse est de pouvoir piquer des matières extensibles avec une grande facilité.

Comme l’explique Louise, accro des cours de couture paris et du travail du tissu en général, sur son blog de couture :

« Vous obtenez un point stretch qui ne casse pas et une finition digne de prêt à porter – voire plus jolie ! De manière générale, les finitions sont superbes avec la surjeteuse. Les vêtements tiennent également plus longtemps dans la durée car ils craignent moins les passages en machine. Regardez la différence entre les points réalisés à la machine à coudre, en deux passages, et à la surjeteuse en un seul passage. Pas mal n’est-ce pas ? »

Pourquoi ne pas utiliser une surjeteuse si vous cousez régulièrement du jersey ? La même couture réalisée avec une machine à coudre classique (à gauche) et une surjeteuse (à droite). La finition est bien plus jolie avec la surjeteuse !

Découvrez aussi notre article : la couture est-elle réservée aux femmes ?

Les différents points de couture avec une surjeteuse

Plusieurs points de couture peuvent être réalisé avec un surjeteuse. Voici quelques uns des points les plus fréquemment utilisés :

1. Le point de surjet 4 fils
Il permet de coudre et de surfiler les bords en même temps. La machine utilise 4 fils issus de grosses bobines (appelées cônes). C’est un point de couture fréquemment rencontré avec les tissus stretch comme le jersey.

2. Le point de surjet 3 ou 2 fils
Comme l’explique le site Etoile de Coton, « on utilise plutôt ce type de point de couture pour surfiler proprement les bords mais sans assembler 2 pièces entre elles. Il est conseillé pour des tissus fins ou des cotonnades par exemple. On peut le faire à 2 fils ou 3 fils selon le rendu que le couturier ou la couturière souhaite obtenir!

3. L’ourlet roulotté (3 ou 2 fils)
Egalement appelé ‘ourlet de finition’, il est fréquemment rencontré dans les cours de couture en ligne. Il permet de réaliser une belle finition des bords du tissu en enroulant le bord et en l’entourant d’un point bourdon. Cela permet à la couturière de « perdre » le moins de tissu possible. L’ourlet roulotté peut être réalisé à 3 ou 2 fils selon le rendu désiré : à 3 fils, vous aurez un rendu différent sur l’endroit et l’envers du tissu, à 2 fils, le rendu sera identique.

Comment bien acheter sa surjeteuse ? En consultant régulièrement les offres faites sur le web ç Différents exemples de rendus réalisés avec une surjeteuse.

4. Le flatlock
Il s’agit d’une couture à plat (flat). Il faut désactiver ou au moins écarter le couteau de la surjeteuse au maximum pour ne pas couper le tissu. Le flatlock permet de coudre 2 tissus bord à bord ou bien de réaliser une couture décorative (emmanchures, volant de petit robe, foulard, corsage,…)

5. L’ourlet classique
A 3 fils repliés, il s’agit d’un ourlet de qualité professionnelle.

Savez-vous utiliser l’entoilage thermocollant pour gagner du temps ?

Apprendre à coudre : avec ou sans surjeteuse ?

La surjeteuse va venir réaliser une coupe grâce à un élément de la machine (le couteau) puis les aiguilles vont venir assurer une couture sur les bords du tissu, qu’on appelle le surjet, pour obtenir une belle finition sur un vêtement. Cela permet aussi d’avoir une couture bien solide puisque vous n’avez plus de bords qui s’effilochent si vous tirez dessus. La couture facile et bien faite nécessite l’utilisation d’une surjeteuse !

Comme l’explique la vidéo de Modesty Couture, la surjeteuse permet de coudre du tissu jersey, un tissu très extensible très difficile à coudre avec une machine à coudre classique. Avec une surjeteuse 4 fils, la couture sera nette et solide, il n’y a aucun risque qu’elle se défasse dans le temps.

Une couturière débutante qui utilise une machine à coudre classique risque également de voir ses vêtements s’abîmer après quelques passages en machine à laver. Avec une surjeteuse, la durée de vie des vêtements sera bien plus longue.

A t-on obligatoirement besoin d’une surjeteuse pour obtenir de belles finitions ? Et bien non ! Il existe d’autres finitions comme le point zigzag ou une couture anglaise pour bien finaliser vos travaux de couture.

Pour un travail rapide et facile, la réponse, c’est la surjeteuse !

Pour une couturière régulière qui réalise fréquemment des habits et des patrons de couture, c’est un achat indispensable qui sera rapidement rentabilisé. Si vous ne savez pas comment coudre ou que les mots ‘tricoter’, ‘fil à coudre’, ‘point de croix’, ‘passepoil’, ‘feutrine’ ou encore ‘thermocollant’ ne vous font ni chaud, ni froid, mieux vaut vous tourner vers des couturières expérimentées !

Vous pouvez aussi prendre des cours de couture ou vous tourner vers des associations, qui vous feront de la couture impeccable et soignée avec une surjeteuse, sans investissement onéreux de votre part dans cette machine.

Besoin d’inspiration ? Consultez les comptes couture Pinterest !

Les prix pour une bonne surjeteuse

Contrairement à la machine à coudre, la surjeteuse possède deux aiguilles et selon les modèles utilise de 2 à 5 bobines de fils simultanément. Elle peut se substituer à la machine à coudre, mais ne permet pas de réaliser des points de piqûres simples (point droit). Toutefois, elle permet un assemblage plus rapide, sans nécessité de surfilage.

Le coût d’une bonne surjeteuse est assez conséquent, de l’ordre de 500 €.

Le premier prix chez une grande enseigne d’électroménager démarre à 250 € pour une surjeteuse à contrôle par pédale avec variateur de vitesses, sans programme de boutonnière. Le modèle le plus cher de notre sélection monte à près de 2 700 € pour une surjeteuse à enfilage à air électrique, doté d’un régulateur de vitesse et assurant des tensions de fils automatiques dans les différentes bobines.

Pourquoi ne pas faire un comparatif des prix de surjeteuses sur différents sites d'électroménager ? Les prix des surjeteuses démarrent à 300 € et montent à plus de 2 500 € pour les modèles semi-professionnels.

Les marques les plus fréquemment rencontrées sur le marché sont Singer, Brother, AEG, Pfaff, Juki, Elna ou encore Bernina.

Pensez à vérifier que les surjeteuses proposent de petites automatisations non négligeables telles que l’enfile-aiguille automatique ou à air pulsé ou encore des schémas dessinés sur la coque pour vous aider à suivre les étapes d’enfilage.

Elle ne vous permettra pas de faire une couture anglaise en revanche !

Vérifiez aussi que le couteau soit rétractable ou au moins désactivable quand vous réalisez des coutures circulaires et qu’un bac récupérateur de déchets soit bien fourni avec votre machine à coudre car vous aurez rapidement plein de petits fils partout !

Besoin de cours de couture brest ou cours de couture toulouse ?

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 4,00 sur 5 pour 2 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar
Les plus récents Les plus anciens Les plus populaires
louisa - Modesty couture
Invité
louisa - Modesty couture

Bonjour, merci pour la citation 🙂

bonne continuation

Danielle
Invité
Danielle

Très judicieuse l’explication des différents points utilisés sur une surjeteuse. Dans le manuel d’utilisation du fournisseur de ma machine, décider du choix d’un point n’est pas du tout évident ! Merci à vous