Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Par quel moyen étudier la langue italienne sur place ?

De Thomas, publié le 13/02/2019 Blog > Langues > Italien > Comment Apprendre l’Italien en Immersion ?

Une langue que l’on n’enseigne pas, est une langue qu’on tue. Tuer une langue est un crime – J. Jullian

La langue italienne est une langue qui en fait rêver plus d’un ! Avec 70 millions d’italophones de langue maternelle à travers le monde, apprendre l’italien via un séjour linguistique semble être une idée de plus en plus prisée. Un véritable projet de vie, qui peut se concrétiser de diverses manières, tout en développant ses compétences linguistiques.

Culture italienne, grammaire italienne, apprendre la langue italienne relève donc de multiples facettes, qu’un séjour à l’étranger peut développer de manière conséquente. Développer son expression orale et les échanges linguistiques, c’est donc possible en s’imprégnant de cette nouvelle langue.

Mais comment découvrir l’italien en s’immergeant totalement dans la culture du pays ? C’est ce qu’on va voir tout de suite !

Comment étudier en Italie grâce à Erasmus ?

Combien coûte un séjour linguistique en Italie ? Partir étudier l’italien, c’est un très bonne idée ! Et il existent certains programmes linguistiques qui s’attachent à nous rendre la culture italienne encore plus accessible, comme Erasmus !

Pour apprendre l’italien, il est possible de passer par un programme Erasmus. Ce principe d’échange linguistique facilite la vie de bon nombre d’étudiants français, qui peuvent ainsi passer un semestre ou deux à l’étranger, de sorte à tirer profit de cours, alliés à un mode de vie particulier.

De ce fait, étudier en Italie grâce à Erasmus permet à tout un chacun de venir au bout de leur projet, et d’ajouter une corde à leur arc. Dans un premier temps, il suffit de s’inscrire dans une formation qui vous intéresse, au sein d’une Université partenaire de la votre.

Neuf mois avant la date de rentrée, il est donc capital de constituer un dossier de candidature, composé de ces pièces justificatives :

  • Un duplicata de votre bac, accompagné du relevé de notes,
  • Une copies de vos diplômes post-bac (de nos jours, la réforme LMD attestera de leur équivalence en Italie),
  • Une photocopie de votre pièce d’identité,
  • Une ou plusieurs lettres de recommandation démontrant votre sérieux, de la part de vos anciens professeurs ou anciens employeurs,
  • Et c’est tout !

Selon les Universités ou les formations, des pièces justificatives supplémentaires pourront être demandées, comme comme votre CELI, votre carte européenne, ou encore votre preuve d’aides financières. Des petites choses dont vous êtes censé disposer quoiqu’il en soit !

En Italie, vous n’aurez pas à vous repérer à travers le modèle académique, puisque le système LMD est sensiblement le même qu’en France : Licence, Master, Doctorat. Une fois cela assimilé, il ne vous reste plus qu’à vous préparer à chercher un appartement, à prendre votre carte d’assurance maladie européenne, ou encore à trouver un job.

Toutes ces démarches sont souvent une source de stress évidente pour les étudiants français, mais pas de panique ! Et oui, certaines associations comme les ESN, implantées dans chaque ville, peuvent vous aider. Une entraide entre étudiants étrangers qui feront des échanges une véritable source d’informations locales.

En prenant bien en compte qu’un studio à Rome coûte, à titre indicatif, entre 400€ et 600€, prévoyez un petit pécule de départ. Car oui, la vie en Italie, si elle est parfois moins chère qu’en France, reste peu accessible à tous. Et alors que les frais de scolarité peuvent aller jusqu’à 1400€, certaines dépenses quotidiennes peuvent rapidement augmenter aussi (comptez jusqu’à 1000€ par mois de dépenses dites « basiques »).

Nos conseils pour partir étudier en Italie !

Comment partir seul étudier en Italie ? Les études sont une très belle manière de s’immerger dans la culture italienne, et de réussir à progresser efficacement !

Je voudrais vivre pour étudier, non pas étudier pour vivre – Francis Bacon

L’Italie est un pays accueillant, et partir y étudier est une très bonne idée. Toutefois, il convient de faire un petit test de niveau de langue avant de partir, de sorte à se sentir prêt, et à pouvoir être accepté par les diverses institutions et universités. Et oui, pour une immersion totale, savoir parler la langue est recommandé !

Pour tester son niveau d’italien en France,sachez que les Instituts culturels sont habilités à proposer des formations, des préparations, aux tests de langues des Universités partenaires, comme Pérugia ou Siena. En Italie des cours de langue sont dispensés en Université, et délivrant une véritable certification, reconnue dans un dossier de candidature !

Parmi eux, on retrouve le CILS et le CELI, deux diplômes connus et reconnus par l’État, qui valident, en plusieurs niveaux, votre niveau en langue italienne. Payants (entre 100€ et 160€), ces certificats sont une porte d’entrée dans les universités les plus prestigieuses pour les étrangers.

Alors que les Universités fixent elles-mêmes leur rentrée, cette dernière se situant souvent entre septembre et novembre, est donc important de bien suivre nos conseils pour partir étudier en Italie, et préparer votre séjour à l’étranger de la manière la plus pertinente possible. Et parmi ces formalités, on retrouve le logement ou la santé.

Pour le logement, diverses solutions existent : cités universitaires, logements publics, colocation, ou encore location simple. N’hésitez pas à consulter www.casa.it, www.studenti.it, ou encore www.tecnocasa.it pour tout renseignement complémentaire.

Pour se soigner, il est important de disposer le carte européenne d’assurance maladie, qui vous ouvrira les portes du système de santé italien. Il est à noter que les médecins et les soins dentaires sont gratuits en Italie. Nul besoin de vous stresser pour les finances donc, votre médecin généraliste se doit juste d’être conventionné par la USL (Unità Sanitaria Locale).

Quelles sont les formalités pour partir étudier en Italie ?

Faut-il un visa pour étudier en Italie ? Comme dans toute démarche administrative, apprendre l’italien demande quelques formalités qu’il va être nécessaire de mener pour arriver à apprendre la langue.

L’apprentissage des langues est une belle chose, une très belle chose. Et lorsqu’on n’est pas natif du pays, la mémorisation et la compréhension orale sont souvent plus compliquées. Se rendre directement dans le pays est donc la meilleure de chose à faire pour progresser. L’Italie, comme les autres pays, demande toutefois quelques démarches.

Dans un premier temps, si vous apprenez l’italien et que vous souhaitez apprendre à parler la langue sur place, munissez vous d’un visa. Visa tourisme ou visa études, cela va dépendre de la durée de votre séjour (90 jours maximum pour le tourisme), mais des pièces justificatives vous seront demandées :

  • Un passeport valide pendant encore au moins 3 mois,
  • Un billet d’avion (ou d’un quelconque moyen de transport) aller-retour attestant que vous vous rendez bien en Italie,
  • Une preuve que vous avez assez de moyens financiers pour séjourner en Italie,
  • La confirmation de votre hôtel ou de votre hébergement sur place,
  • L’assurance sanitaire dont vous allez disposer.

Associé au CILS (Certificazione di Italiano come Lingua Straniera) ou au CELI (Certificato di conoscenza della Lingua Italiana) évoqués auparavant, il vous sera beaucoup plus simple de mesurer vos compétences en langue italienne, et de vous faire entrer dans les Universités. Le combo gagnant !

Ces deux premières étapes vont vous garantir une entrée optimale sur le territoire italien, mais ça n’est pas tout, car les formalités pour partir étudier en Italie ne se résument pas qu’à une histoire de visa et de langue ! Toujours d’un point de vue administratif, il faut vous munir d’un codice fiscale.

Véritable porte d’entrée pour toutes les institutions, il complètera votre visa lorsqu’il s’agira d’ouvrir un compte en banque, de trouver un appartement ou encore un job étudiant. Gratuit, il vous suffira de vous adresser à l’Agenzia delle Entrate de votre ville d’accueil, muni de votre carte identité.

Une autre démarche primordiale concerne cette fois-ci la santé. Il va être indispensable de vous munir d’une carte européenne d’assurance maladie (CEAM), gratuite, et valable un an. Elle vous permettra, en tant qu’étudiant européen, de bénéficier de soins gratuits, presque comme un local !

Lorsque tout ceci est fait, vous voilà presque devenu un italien ! Ne reste plus qu’à vous inscrire à l’Université ! Pour cela, prévoyez des frais d’inscription aux alentours de 1000€ à 1400€ en moyenne, au-delà même de la vie sur place, quelle que soit la ville où vous serez.

Sachez qu’il existe également des systèmes de bourse, dont les demandes devront être faites au préalable. Encore une formalité, mais c’est pour votre confort ! Il existe donc, par exemple, la bourse Erasmus, distribuées aux étudiants qui partent avec le programme. Mais attention, cette bourse est délivrée sur critères sociaux !

Toutefois, le Ministère des Affaires étrangères est également habilité à vous délivrer une bourse, comme certains services privés, renseignez-vous, on ne sait jamais ! Cette mobilité internationale se pose déjà comme une vraie leçon d’italien avant même de partir. Et pour plus d’informations sur ces démarches administratives, vous pouvez consulter :

  • Le site de France diplomatie pour les formalités diverses lorsqu’on fait un séjour à l’étranger,
  • Le CLEISS pour la protection sociale à l’international
  • L’institut culturel italien de Paris pour pour avoir plus d’informations sur le CELI et le CILS, que l’on soit en programme Erasmus ou non.

Comment choisir son université en Italie ?

Comment progresser en italien en deux mois ? L’Italie est un pays riche de culture, et où partir permet de se perfectionner, bien loin d’un apprentissage des langues basique.

Loin de l’italien en ligne, apprendre la langue de Dante est souvent encore plus passionnante lorsqu’on étudie sur place. Pour cela, il faut savoir dans quelle Université aller, de sorte à s’imprégner du vocabulaire italien, et à profiter des italien cours. Différentes techniques existent pour savoir quelle université choisir.

La première, et sans doute la plus simple, est celle du programme Erasmus. En partant trois ou six mois avec votre Université en France, vous serez instinctivement dirigé vers une Université italienne partenaire. Ainsi, le choix est tout fait, et à moindres frais !

Certes, cette solution implique de ne pas réellement choisir son université d’accueil, mais grâce à la bourse Erasmsus et à d’autres petits compléments de ce type, votre formation ne sera que simplifiée, par la parcours mis en place directement par votre fac. Simple, et efficace !

Petite anecdote : en Italie, les examens sont, par ailleurs, davantage axés sur les oraux que sur les écrits. Quelle que soit l’Université choisie, les plus timides d’entre vous seront donc lésés ! À noter également que la liste des établissements partenaires de votre Université en Italie est disponible auprès du service des relations internationales de votre fac, pensez-y !

Une autre solution, lorsqu’il s’agit de choisir son Université pour apprendre l’italien rapidement, consiste à partir seul. Pour ce faire, rien de plus simple en Italie. Il vous suffit de choisir l’Université dans laquelle vous souhaitez étudier, et d’y déposer un dossier de candidature. 

Ce même dossier de candidature pourra être directement déposé après le bac (diploma di istruzione secondaria di secondo grado), et se devra d’être accompagné d’une lettre de motivation et de votre diplôme français traduits officiellement.

En cours de formation, le système de crédits européens ECTS facilite la mobilité entre la France et l’Italie. Les mêmes pièces que pour une formation bac +1 vous seront demandées, en y ajoutant des lettres de recommandations de vos anciens professeurs et/ou employeurs.

À noter que pour certaines formations, un numerus clausus est souvent appliqué, de sorte à ne pas laisser entrer tout le monde. Vous pouvez également avoir envie de choisir une Université en Italie en fonction de sa réputation. Auquel cas, n’hésitez pas à vous référer à des classements mondiaux, tels que celui de Shanghai, ou le Times Higher Education.

Les Universités anglo-saxonnes sont souvent en tête, ce qui ne signifie en aucun cas que le système italien est mauvais ! On retrouve d’ailleurs bon nombre de villes agréables à souhait, qui peuvent également devenir un critère dans le choix de son Université en Italie. Car quoi de mieux que d’étudier dans un beau cadre de vie ?

Entre Rome, la capitale, riche de culture, Milan, aux universités reconnus mondialement, ou encore Bologne ou la belle Florence, le choix est vaste ! Les langues étrangères ont cet avant de nous faire découvrir de nouveaux horizons, de nouvelles perspectives, en lien avec une vision grammaticale de la vie. Une école de langue à ciel ouvert !

Comme toutes les langues issues de la langue latine, l’italien s’inscrit parfaitement dans un cadre européen stimulant, où apprendre une langue étrangère devient possible. Lorsque parler anglais devient universel, parler italien sans Babbel, Assmil ni Toefl s’avère être une idée parfaite. Nous reste alors à partir à la découverte du pays, de sa culture et de son identité ! Avanti !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar