Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Comment étudier l’italien sur place ?

De Thomas, publié le 11/02/2019 Blog > Langues > Italien > Nos Conseils pour Partir Étudier en Italie !

Quiconque a un rêve devrait aller en Italie. Peu importe si l’on pense que le rêve est mort et enterré, en Italie, il se lèvera et marchera à nouveau – Elizabeth Spencer

Vous avez décidé d’apprendre l’italien ? Félicitations, c’est une très bonne idée, et la langue italienne saura vous combler de ses richesses. L’Italie est un pays accueillant, qui donne souvent envie de compléter un apprentissage linguistique en voyage sur place, à juste titre !

Alors que la mobilité en Italie a augmenté de 36% ces dernières années, il est souvent de bon ton de se dire qu’un petit voyage linguistique dans le pays des gondoles et du Colisée est une bonne idée. Toutefois, étudier en Italie demande une certaine préparation, de sorte que tout se passe bien une fois sur place.

Niveau de langue, formalités administratives, vie sur place, comment devenir un étudiant italien typique, qui boit des ristretto en terrasse et mange des carbonara tous les midis (comment ça c’est un cliché ?) ? Et bien c’est ce que l’on va voir tout de suite, c’est parti !

Tester son niveau son niveau d’italien avant d’aller y étudier

Comment apprendre l'italien rapidement ? Que l’on soit français, anglais ou américain, il convient de maîtriser un minimum l’italien avant d’y étudier !

Une chose importante, pour ne pas dire primordiale, avant d’entamer toute démarche pour étudier en Italie, est de connaître son niveau de langue. Et oui, si on décide de partir, il y a de fortes chances pour que la langue nous plaise, nous attire, nous intéresse, mais saura-t-on se débrouiller un minimum pour être accepté dans les universités ou un quelconque établissement d’enseignement supérieur ?

Avant de partir, les étudiants étrangers se doivent donc de connaître leurs capacités linguistiques en italien. Pour ce faire, bon nombre d’Universités italiennes organisent des tests de langue, destinés aux étudiants internationaux.

En France toutefois, les Instituts culturels sont également habilités à proposer des formations, des préparations, aux tests de langues des Universités partenaires, comme Pérugia ou Siena. Différentes méthodes qui feront de vos études à l’étranger un séjour plus simple.

Si vous souhaitez tester votre niveau directement sur place, en Italie, il est possible de suivre des cours de langue dispensés en Université, et délivrant une véritable certification, reconnue dans un dossier de candidature ! Et parmi eux, on retrouve :

Le CILS

Le CILS est un certificat d’italien connu, et reconnu partout en Italie, qui est la porte d’accès rapide aux Universités du pays. La Certificazione di Italiano come Lingua Straniera est un diplôme d’État, reconnu par le Ministère, qui nous dispense de passer le moindre test de langue italienne.

Et oui, divisé en quatre niveaux, et ne nécessitant aucun diplôme et aucun âge maximum, on peut passer le CILS dans les Instituts de culture italienne en France, mais aussi dans certaines Universités italiennes, comme celle de Sienne ou de Pérouse. Une véritable attestation de notre maîtrise de la langue !

Alors que les examens se déroulent deux fois par an (en juin et en décembre) partout dans le monde, on déboursera alors entre 105€ et 160€ pour cet outil de taille dans une scolarité et un programme Erasmus.

Le CIC

Il existe également le CIC (Certificato dell’italiano commerciale), très reconnu dans le monde professionnel. Délivré par l’Université de Pérouse, il est un atout considérable pour entrer dans les grandes écoles italiennes, ou pour se former de manière académique aux rouages d’une école supérieure.

On peut décomposer le CIC selon deux niveaux : Le CIC intermédiaire, qui correspondrait à un niveau B1, et le CIC avancé, qui s’apparente au niveau C1. Ce dernier est plus stratégique, alors que l’intermédiaire s’attèle notamment aux soucis opérationnels d’une entreprise. À noter que ce test de langue vous coûtera entre 140€ et 160€.

Via ce diplôme décliné en 5 épreuves, l’étudiant sera alors amené à montrer qu’à travers la compréhension orale, l’expression écrite, ou encore le vocabulaire et la grammaire, il maîtrise les termes techniques en italien, et est capable de s’exprimer de manière claire et concise.

Se renseigner sur l’enseignement supérieur italien

Pourquoi participer à un programme Erasmus en Italie ? Car étudier en Italie, ça n’est pas que manger des pâtes et boire des cafés !

Étudier à l’étranger, c’est aussi savoir où on va mettre les pieds, et limiter un maximum les risques d’échec ou de déception. Il est donc important de se renseigner sur ses études supérieures, notamment sur le fonctionnement d’une demande de bourse, de la vie étudiante, ou encore des droits d’inscription italiens.

Que l’on soit en 1ère année ou en fin de cursus, un séjour linguistique en Italie est une vraie expérience, et en maîtriser quelques points essentiels est toujours une bonne idée. Généralement, au sortir du bac (le diploma scuola secondaria superiore), trois choix s’imposent pour les étudiants étrangers ou italiens :

  • Les Universités
  • La haute formation artistique et musicale
  • La formation technique

Suivant sensiblement le même système LMD qu’en France, on retrouver alors la Laurea (licence), la Laurea Magistrale (master), et le Dottorato (doctorat). Pour bien préparer votre séjour à l etranger, sachez que les Universités fixent elles-mêmes leur rentrée, cette dernière se situant souvent entre septembre et novembre. 

Cette notion d’autonomie qu’ont imposé les différentes écoles, n’est pas sans nous rappeler que le cursus universitaire italien se décompose en 58 Universités publiques, de 17 Universités privées, et de 2 Universités pour étrangers (Sienne et Pérouse). On note également l’existence d’écoles supérieures, l’équivalent de nos grandes écoles françaises.

Il y a donc beaucoup moins d’Universités italiennes que dans notre belle France, c’est un fait. Toutefois, on compte tout autant d’étudiants. De ce fait, les Universités italiennes sont souvent bondées, attendez-vous donc à un tout autre schéma de cursus que dans les universités françaises.

Partir étudier en Italie : penser aux formalités

Combien coûte un visa d'études pour l'Italie ? Étudier en Italie, c’est une bonne idée, mais il ne s’agit pas là d’une promenade de santé, il faut préparer son séjour !

Et oui, parfois, l’idée de partir étudier en Italie nous emballe tellement, qu’on en oublie qu’il va falloir vivre, se soigner, se loger, manger, et s’adapter à la vie locale italienne. Quelle que soit la ville dans laquelle on décide de faire nos études, il y a fort à parier pour que le mode de vie proposé ne soit pas le même que le notre.

Se loger en Italie

Avant toute chose, il est de bon ton de penser à l’appartement qui va nous accueillir durant ces quelques semaines, ces quelques mois, voire ces quelques années. Il est souvent plus simple de trouver un logement directement sur place, mais dans le cas contraire, plusieurs solutions existent, et que votre université d’accueil pourra vous aider :

  • Les cités universitaires (case dello studente), réservées aux étudiants boursiers en place limitée,
  • Les logements publics (collegi universitari), qui proposent une pension complète, ainsi que de multiples services annexes, comme une bibliothèque, des activités sportives, etc. Il faut toutefois disposer d’un excellent dossier pour y postuler,
  • La colocation s’avère être le moyen le plus rentable de séjourner en Italie, puisqu’elle nous permet d’avoir un appartement plus spacieux, pour un prix relativement abordable (de 450€ à 600€ en moyenne). À noter que, la plupart du temps, entre 1 et 3 mois de caution seront demandés.

Pour finir, n’hésitez pas à vous rendre sur des sites comme www.casa.it, www.studenti.it, ou encore www.tecnocasa.it pour tout renseignement complémentaire.

Se soigner en Italie

On n’y pense parfois pas assez, mais savoir comment fonctionne le système de santé italien est un élément primordial avant d’aller y étudier. En effet, la première chose à savoir est que tout étudiant, inscrit dans l’enseignement supérieur italien, cotise au service de santé national (SSN). 

Vos droits seront donc les mêmes que la plupart des italiens, il vous suffit de vous inscrire auprès de la ASL (Azienda Sanitaria Locale) la plus proche de votre appartement.

S’il vous arrive d’aller chez le médecin ou chez le dentiste, sachez que les soins sont gratuits pour les étudiants étrangers comme pour les locaux, à la simple condition de consulter au préalable un médecin généraliste conventionné par la USL (Unità Sanitaria Locale, la sécurité sociale).

À noter que pour toute urgence, les services des hôpitaux sont gratuits dans les établissements publics ou conventionnés. Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à consulter le site du ministère de la santé (Ministero della Salute) : www.ministerosalute.it/

Enfin, pour les étudiants français comme pour les autres qui viennent faire leurs études à l’étranger, n’oubliez pas de prendre une carte européenne d’assurance maladie, qui couvrira certains frais médicaux et autres prises en charge. Idéal pour ne pas se retrouver en galère une fois sur place ! Partir à l’étranger, ça se prépare ! 

Travailler en Italie

Peut-être aurez vous envie de trouver un petit job, ou même de passer vos vacances scolaires en Italie, de sorte à poursuivre votre immersion jusqu’à la fin. Pour cela, il existe différents moyens de trouver un emploi, qu’on soit étudiant étranger ou non. 

Et oui, partir étudier à l’étranger implique parfois de vouloir s’insérer totalement dans la société italienne, ou tout simplement de devoir gagner de l’argent à côté. Il existe alors différents sites de petites annonces, comme Milano Bakeca, ou encore Kijiji, les équivalents du Bon Coin en France.

L’association TELI est également un bel outil, qui regroupe depuis 1992 des annonces de jobs étudiants dans le monde entier. Le site de la chambre du commerce et de l’industrie italien pourra également aide d’une grande aide dans vos démarches, grâce à la section des petites annonces.

De manière plus précise, pour les jeunes, il existe des établissement comme les informagiovanides centres d’information, qui aiguillent et préparent à la mobilité internationale de tout un chacun.

Les outils locaux sont également des alliés de taille, lorsqu’on se demande comment trouver un emploi en Italie. Par exemple, à Rome, le journal des petites annonces, le portaportesesaura vous être d’une aide précieuse.

Bien évidemment, tout comme en France, il est totalement possible de démarcher physiquement les employeurs. Écumer les terrasses des quartiers touristiques est une bonne idée, à condition de maîtriser l’anglais à la perfection, presque plus que l’italien ! Et oui, être étranger, ça peut servir !

Votre CV et votre lettre de motivation se devront d’être parfaitement traduits en anglais, ou, si vous êtes vraiment motivé, en italien ! Par ailleurs, quel que soit le job que vous cherchez, le codice fiscale est impératif, et sera le sésame pour toucher votre salaire. Salaire qui, en Italie, n’est pas fixé, attention donc aux arnaques !

Être prêt à changer de vie pendant un certain temps

Peut-on manger du pain en Italie ? Malgré les clichés que l’on connaît sur l’Italie, partir y étudier relève d’un véritable changement de vie !

Partir à l’étranger, c’est donc avoir l’assurance de ne pas vivre une vie ordinaire. Et oui, le quotidien d’étudiant expatrié est parfois déstabilisant, et il est capital de savoir s’y préparer en amont. Avant de partir, pourquoi ne pas se faire un petit carnet d’adresses, avec tous les numéros et coordonnées utiles dans votre future ville ?

Dans une perspective d’expatriation, l’organisation est le maître mot, et pour s’éviter le moindre stress, on peut alors s’imprégner de la carte des métros, de l’ambiance des quartiers, ou encore des supermarchés autour de notre domicile. Grâce à des petites choses comme celles-ci, on évitera bien des souci d’anxiété tardive, une fois sur place !

La vie d’étudiant expatrié en Italie, c’est aussi savoir profiter d’un cadre de vie agréable, accueillant et chaleureux. Qu’il s’agisse de Rome, de Venise ou de Milan, les italiens sont des gens particulièrement charmants, qu’il convient de savoir apprécier à leur juste valeur, tout comme leur mode de vie, auquel on s’acclimate généralement très vite !

Et oui, comment ne pas s’habituer à un café à 0,50€, à une place de cinéma à 5/8€, ou à un ticket de bus à 1€ ? En France, ces prix là ne sont jamais pratiqué, profitons-en ! C’est d’ailleurs l’un des avantages de l’Italie, selon les villes dans lesquelles on étudie : les prix sont souvent plus bas qu’en France.

On l’aura donc compris, qu’il s’agisse d’un stage à l’étranger, d’une année universitaire complète ou d’un semestre de dut, étudier en Italie est une très bonne idée , à condition de s’organiser un minimum. Entre logement, scolarité, ou encore bourse Erasmus, c’est tout un pan de la culture italienne qui s’ouvre à vous !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar