Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Les meilleurs conseils pour apprendre à coudre et progresser

De Samuel, publié le 14/09/2017 Blog > Art et Loisirs > Couture > Les Astuces de Couturière

« L’aiguille de la couturière picore comme une poule minutieuse ». Jules Renard (1864-1910), écrivain Français.

Qu’y a-t-il de mieux quand on débute, que des recettes et remèdes de grand-mère, des bonnes astuces de couturière pour apprendre la couture et insuffler l’envie de progresser ?

On croit toujours que coudre c’est facile quand on regarde quelqu’un faire soi-même, et ce préjugé se retrouve dans la plupart des activités manuelles.

Mais dès que l’on commence à singer les pros pour faire comme eux et voir comment coudre une jupe droite, une robe longue, un sac en tissu, des double rideaux, un ourlet de pantalon ou des petits hauts pour fillette, etc.,, on se rend vite compte que les choses deviennent bien plus complexes.

Comment confectionner une petite robe ou un très joli sac, faire un ourlet de pantalon ou faire une housse de coussin cousue main ?

La couture est – comme l’ensemble des activités manuelles – un art qui requiert précision, minutie, organisation et une grande polyvalence, et pourquoi pas quelques cours de couture en ligne.

Utiliser sa machine à coudre – machine Singer, Pfaff, Brother, surjeteuse ou non, etc. -, gérer ses chutes de tissus, utiliser des accessoires de couture, réaliser ses travaux de couture rennes sans se rater : entre tout cela, on peut rapidement se décourager.

Coudre et broder nécessitent pourtant que l’on soit juste bien équipé et bien accompagné dans sa pratique.

C’est la raison pour laquelle la rédaction de Superprof a créé un véritable tuto couture pour débutante (et débutant) : voici les meilleures astuces de couturière pour rendre ses projets de couture facile.

Les conseils rapides pour coudre

Après avoir survolé l’ensemble des magazines de couture, son blog couture préféré – les lubies de Louise, coupe couture, étoile coton, marie claire -, et pioché ci-et-là toutes les conseils couture sur le matériel pour coudre, on se rend compte qu’il y a plein de façons d’apprendre à coudre :

  • cours de couture en ligne,
  • cours de couture à domicile,
  • Livre couture,
  • Apprendre sur les sites de mercerie en ligne : aime comme marie, ma petite mercerie,
  • Lire un blog couture : les lubies de Louise, coupe couture, étoile coton, marie claire, etc.,
  • S’abonner à un magazine de couture tel que Coudre c’est facile (aux Éditions de Saxe), Burda, Passion couture créative, Modes travaux, etc.

Et oui, il faut se renseigner avant de commencer. Mais il faut surtout avoir une idée précise de ce que l’on va coudre.

Penser à ce que l'on fait en couture peut réveiller son esprit créatif. Être bien équipé et savoir ce que l’on va piquer à la machine va faire naître des idées créatives.

Car c’est le projet de couture qui va commander le volume d’articles de mercerie à mettre dans sa besace, et influer sur le choix de son coupon de tissu et de sa qualité.

Pour ne pas se décourager devant tout ce qu’il y a à faire, il faut ensuite répartir son travail, disséminer les opérations dans le temps : prendre les mesures un soir, faire le patron un autre jour, découper le tissu le lendemain, coudre le jour suivant.

Ensuite, il importe de bien s’équiper pour coudre : même si ce n’est pas la machine à coudre qui fait la couturière, il faut toujours de bons outils pour travailler.

Pour faire des vêtements, comme un pull en tissu popeline ou une jolie robe à frou frou, bien choisir son tissu et son fil à broder ou à coudre est fondamental.

Voilà, on a des tissus assortis correctement et des fils à coudre de qualité ?

Commencer par laver et décatir le tissu : le traiter pour qu’il prenne sa taille réelle et pour ne pas qu’il rétrécisse au premier lavage une fois la couture terminée.

Avec une bonne machine à coudre, on peut se faire plaisir avec de petites choses quand on débute. Pour s’initier, l’on ne va pas directement tenter la jupe évasée, ni le bustier en tissu de soie.

Faire des choses simples au début évite de coudre à l’emporte-pièce : c’est le passeport pour acquérir plus tard un niveau avancé de couture, et se perfectionner progressivement.

Comment faire un patron pour coudre ?

La boîte à couture éventrée devant nos yeux, tout est sur le tapis, seulement voilà : comment s’y prendre ?

Pour piquer des points droits et se faire coïncider deux morceaux de tissu l’un à l’autre, il faut un guide opératoire que l’on appelle patron de base.

Créer ses propres patrons : pas facile, mais pas impossible. Faire du patronage en couture, condition sine qua none pour réussir à coudre.

Il est bien rare que l’on se cherche un patron de plein gré… Et puisque nous en sommes à faire soi-même ses vêtements et objets décoratifs, autant faire aussi son propre patron.

Une dizaine d’outils fondamentaux vont permettre de construire ses patrons de couture :

  • La règle,
  • Le crayon,
  • Le critérium,
  • Du scotch,
  • Une paire de ciseaux à papier,
  • Du papier à patron (vendu par rouleaux de 10 à 15 mètres, de 4,90 € à 9,90 €) : papier à patron blanc, papier quadrillé, papier de soie, papier kraft,
  • Une règle japonaise,
  • Une équerre,
  • Un perroquet,
  • Une roulette à patron.

Première étape : la prise de mesure, pour modéliser les contours de la future pièce à coudre, c’est-à-dire prendre les cotes de la tête au bassin, de la carrure des épaules à la poitrine pour pouvoir enfiler le vêtement plus tard.

Seconde étape : dessiner le patron, en veillant à nommer les faces (devant, dos, manches, etc.), à respecter les angles droits, les marges de couture de 1cm

Quatre méthodes existent pour dessiner un nouveau patron :

  • Prendre un patron déjà fait : customiser un patron selon sa morphologie, technique la plus facile,
  • Dupliquer un vêtement : épingler chaque extrémité du vêtement et recopier sur papier à patron les contours de l’habit que l’on aime bien,
  • Faire un patron sur mesure : transposer au papier les mesures prises au mètre ruban, pour une découpe de tissu optimisée et un vêtement qui épouse bien les courbes et les formes du corps,
  • Prendre un mannequin de couture : la méthode du moulage, réservée aux couturières aguerries.

Dernière astuce : grâce au numérique, coudre est devenu plus facile. Couturiers et couturières pourront utiliser des logiciels pour créer ses patrons de couture.

Et paf ! Alors que la couturière en herbe coud, l’aiguille se casse…

Comment bien choisir ses aiguilles de machine à coudre ?

Pour éviter d’endommager la machine à coudre et le porte aiguille ou pour ne pas faire de trous dans le tissu, il faut choisir une bonne aiguille de couture, qui soit compatible et de bonne qualité.

De bonne taille, le chas recueille le fil pour des coutures impeccables. L’aiguille à coudre doit être compatible au tissu que l’on va assembler. A condition d’avoir aussi des fils qui ne s’effilochent pas…

Il ne faut surtout pas négliger le choix de l’aiguille, car c’est une des pièces maîtresses de sa machine à coudre. Une aiguille inadaptée au tissu et au fil à coudre peut faire vivre un véritable calvaire à celui/celle qui coud.

Trouver la bonne aiguille à coudre est comme trouver une aiguille dans une botte de foin ? Un écrivain a écrit que c’est facile :

Il suffit de brûler la botte de foin et de récupérer l’aiguille.

Il faut premièrement bien comprendre une loi fondamentale de la couture : à chaque tissu sa gamme d’aiguille.

Car une aiguille trop épaisse sur un tissu fin, ou un tissu trop épais cousu avec une aiguille trop fine, peut endommager le matériel.

Il existe en effet plusieurs calibres d’aiguilles à coudre « sur le marché », en particulier 7 types d’aiguilles selon les gammes de tissu :

  • L’aiguille standard,
  • L’aiguille Jersey,
  • L’aiguille Microtex,
  • L’aiguille Stretch,
  • L’aiguille Cuir,
  • L’aiguille Jeans et tissus fermes,
  • L’aiguille Patchowork.

Il importe d’envisager chaque matériau comme ayant sa fonction qui lui est propre, est sans lequel le projet couture devient irréalisable.

Comme chaque vaisseau sanguin, veine, artère, organe ou hormone possède son rôle dans le corps humain, l’aiguille, le tissu, le fil à coudre et la machine ont chacun leur finalité.

C’est pourquoi il est primordial de bien choisir ses aiguilles en fonction du tissu, mais aussi selon le type de fil de couture employé.

Puisque l’épaisseur du tissu influe sur le calibre de l’aiguille de sa machine à coudre, il faut aussi du fil compatible : un fil fin et fragile risque de se sectionner en passant dans le chas d’une aiguille pour jeans et tissus fermes pour coudre du tissu jean Denim.

Enfin, bien conserver à l’esprit que chaque nouveau projet de couture implique de savoir changer l’aiguille.

Comment se servir d’une machine à coudre ?

C’est avec une bonne machine que l’on va pouvoir véritablement laisser libre cours à ses idées créatives.

Si l’on passe plus de temps à découdre et repiquer un point zigzag sur son tissu coton qu’à customiser une housse de coussin ou un pull, c’est qu’il est temps de visionner des tutoriels de couture pour apprendre à se servir de sa machine à coudre.

Faire l'enfilage en deux minutes, et faire de belles coutures comme un pro. Maîtriser la machine à coudre libère la créativité et permet de coudre plus vite.

« Configurer » sa machine avant de coudre

Connaître « l’anatomie » d’une machine à coudre, faire sa mise en place et l’enfilage – de la bobine de fil à la canette en passant par le dévidoir, le guide fil et le chas de l’aiguille -, ne sont pas des choses innées.

« Sans technique, un don n’est rien qu’une sale manie« , écrivait Georges Brassens (1921-1981) dans Le Mauvais Sujet Repenti.

Si l’on se sent à l’aise pour utiliser une machine à coudre, il faut néanmoins connaître la technique et le rôle de chaque pièce – du porte bobine à la plaque à aiguille -, éventuellement pour pouvoir la réparer, et spécifiquement pour l’avoir bien en main.

Comment faire la mise en place d’une machine à coudre ?

Il va tout d’abord falloir installer l’aiguille à coudre, avec sa gorge dans le sens du fil, en enfonçant l’aiguille à fond dans son socle.

Ensuite, il faudra alimenter la cannette en fil : faire tourner le dévidoir jusqu’à ce qu’elle soit pleine, puis la déposer sous la plaque à aiguille (pour fournir à l’aiguille le fil du dessous).

Faire descendre le fil de la bobine vers le chas de l’aiguille : c’est l’enfilage.

Coudre de façon progressive

Pour ne pas brûler les étapes, il est important de s’entraîner sur des travaux de couture facile.

Coudre dans un premier temps avec des chutes de tissu, des coupons de tissus de piètre qualité ou qui n’ont plus d’importance, et s’initier aux différents points de couture (point noué, point droit, zigzag, point de croix, etc.).

Commencer à faire le point en marche arrière : très utile, il est souvent oublié. Et pourtant, il permet d’éviter que la couture ne s’effiloche. On coud en avant, puis on repasse en arrière pour surfiler le tissu. 

Évoluer petit à petit et procéder par étapes est la meilleure façon pour réussir ses créations, et se faire de beaux vêtements pour être « tiré à quatre épingles ».

Que faire des chutes de tissus ?

Enfin, dernière astuce pour retirer une grosse épine du pied de la couturière : la gestion des chutes de tissus.

Acheter des rouleaux dans un magasin de tissus au mètre revient à un budget assez conséquent. Surtout si la pratique de la couture est récurrente.

Plutôt que d’entasser des monceaux de coupons de tissus dans un carton au fond d’un placard en attendant, quand c’est dimanche, de les jeter, une astuce maline consiste à réduire sa facture : recycler les chutes de tissus.

Recycler les tissus permet de faire de belles choses sans racheter de matériel de couture. Ancien pantalon de velours, j’en ai fait une blague à tabac, un revêtement de porte-monnaie et un porte-clés !

Jeter en effet 20 % ou 30 % de son surplus de tissus, n’est-ce pas en effet un amer destin pour ces jolis petits bouts d’étoffe ?

On peut redonner un coup de fraîcheur à des tissus inemployés par la confection de vêtements : faire une housse de coussin avec un vieux rideau, une robe noire avec un ancien drap déchiré, recoudre un ourlet invisible, etc.

Pour cela, il faut trier soigneusement les bouts de tissus.

Les ranger par taille et par couleur, faire des tas de la très petite taille à l’étoffe de grande largeur.

Ensuite, trier du rouge au bleu, du tissu rose, au tissu noir, fond blanc cassé, fond rose, fond rouge, tissu vert, unis gris, uni bleu, bleu canard, etc.

Redessiner des patrons de couture et redimensionner les coupons de tissus pour coudre des accessoires de la vie courante, de petits habits pour enfants ou des objets décoratifs pour l’intérieur de la maison…

Des chutes de tissus, vont fleurir de nombreuses idées couture.

Voici quelques idées de customisation des tissus que l’on a mis au rebut :

  • Un doudou pour bébé,
  • Des vêtements de poupée,
  • Une balle en tissu patchwork,
  • Un marque-page personnalisé,
  • Un sac à linge sale,
  • Un revêtement d’album photos,
  • Un porte-monnaie,
  • Un plaid pour l’hiver,
  • Des oreillers,
  • Des galettes de chaises.

De quoi faire plaisir à ses proches gratuitement ou presque.

Comment recoudre un jean ?

Votre venez de vivre des années de bonheur avec votre jean préféré, et celui-ci commence à vous lâcher lamentablement ?

Il est peut-être temps de lui refaire une petite beauté. Car même si le jean est une matière plutôt résistante, l’usure fait souvent apparaître des trous au niveau des genoux ou des poches.

Mais alors de quelle manière le réparer ?

Dans un premier temps, commencez par examiner votre pantalon sous toutes les coutures pour recoudre un jean. Faites un état des lieux afin de ne pas louper des trous qui se seraient cachés.

C’est en fonction de l’emplacement des trous du jean que vous pourrez choisir la meilleure manière de réparer votre pantalon.

Tout dépend également de la technique que vous souhaitez utiliser.

Il est tout fait possible par exemple de recoudre un jean à la main.

Pour se faire, faîtes en sorte de réunir tout le matériel adéquat. Il vous faudra des outils basiques comme du fil, une aiguille, une paire de ciseaux,…

Une fois le matériel réunis, il faut pouvoir trouver un lieu pour coudre tranquillement. Une table peut faire l’affaire.

Dans votre salon, dans un bureau, ou même dans la cuisine, l’important est que la table soit dégagée afin de pouvoir vous étaler.

En fonction de l’emplacement du trou, vous pouvez recoudre simplement les deux parties du jean déchirées en faisant des points simples. Il suffit de passer d’un côté à l’autre du jean et de bien refermer en faisant un nœud. Le tour est joué !

Vous pouvez également emprunter une machine à coudre dans votre famille ou parmi vos amis. Demandez leur comment s’en servir puis utilisez-la pour recoudre votre jean.

Utiliser la machine peut être pratique pour aller plus vite et faire des coutures plus propres. En revanche, celle-ci demande un peu de pratique pour s’y habituer.

Une autre option permet de réparer son jean sans utiliser de fil ou d’aiguille. Il s’agit du thermocollant double face.

Il permet, comme un scotch, de coller deux parties du jean entre elles. Cette solution peut être utilisée si le trou n’est pas trop grand. Cela risque de ne pas être discret dans le cas contraire.

De quelle manière recoudre un pantalon ? Pour certains, cela est à la mode !

Votre pantalon peut aussi être abîmé par des trous causés par une brûlure, comme une brûlure de cigarette par exemple.

Recoudre le trou ne suffit donc pas toujours car il reste les marques de brûlures tout autour. Des écussons en tissu peuvent résoudre ce problème.

Il s’agit de motifs comme des drapeaux ou des animaux en tissu qu’il est possible de coller avec un fer à repasser ou bien de coudre pour cacher une partie du pantalon.

C’est aussi une façon de styliser son jean comme bon vous semble.

Tout comme les boutons. Il arrive fréquemment que ceux-ci rompent le contrat avec votre pantalon et quittent définitivement votre garde-robe.

Pour remplacer un bouton, rien de plus simple. Il suffit de passer le fil dans le trou du bouton puis de le coudre près de l’ancien bouton.

Faîtes bien attention à ne pas coller le bouton au jean et laisser l’espace pour accrocher l’autre partie du pantalon.

Comment coudre un nœud papillon ?

Pour une fête, un mariage, ou un déguisement, le nœud papillon se porte à différentes occasion. En avoir un sous la main peut être une excellente idée, et pourquoi pas le coudre soi-même ?

Pour cela il vous faut un certain matériel. Du matériel adapté à la couture.

Cela se trouve très facilement en grande surface, sur internet ou dans une mercerie.

Tissu de coton, morceau de thermocollant, des épingles, du fil blanc, un coupe-fil, une règle,…des outils qui ne devraient pas être trop chers.

Si vous ne comptez pas faire de la couture un passe-temps régulier, pensez à emprunter ce matériel auprès de vos proches.

Avant de commencer à découper dans le tissu, il faut commencer par connaître les dimensions et la forme de votre nœud. Sachez que les nœuds papillons peuvent être de différentes sortes.

On peut retrouver le nœud papillon à clipser, le nœud papillon pré-noué ou monté, le nœud papillon à nouer, le nœud papillon à bout plat, le noeud papillon à bout pointu,… de quoi devenir un véritable spécialiste du nœud papillon.

Pour choisir la forme que vous préférez, regarder des images sur internet afin de vous faire une petite idée et vous aider à coudre un noeud papillon.

Votre choix dépendra bien sûr de vos goûts ou de ceux de la personne à qui vous voulez offrir votre pièce, mais aussi de l’utilisation qui en est faite.

Du tissu sobre pour un événement, un tissu à motifs pour un déguisement,… à vous de voir !

Une fois le style choisi, il faut dessiner le patron. Vous pouvez également en trouver en magasin de couture ou bien sur internet. Sur la toile, certaines patrons sont mis en ligne gratuitement. Imprimez-en un puis reportez-le sur le tissu.

Les livres de coutures proposent aussi des patrons à la fin de l’ouvrage.

Une fois le tissu découpé, il n’y a plus qu’à coudre les bords des deux tissus ensemble en laissant une ouverture de quelques centimètres afin de retourner le tout à l’endroit à la fin.

Coudre un nœud papillon n’est pas un exercice réservé aux couturiers experts. Tout le monde peut s’y mettre en suivant les instructions pas à pas.

Si vous avez peur de vous y mettre vous pouvez toujours demander de l’aide à un ami ou bien participer à un stage de couture. En mercerie, dans une association ou avec un professeur particulier, cela vous permettra de connaître les bases et d’être sûr de repartir avec un nœud papillon qui ressemble à quelque chose.

En stage, ou en cours régulier, les professeurs vous apprennent à utiliser une machine à coudre, à coudre à la main, choisir la bonne aiguille, acheter le bon fil, tous les conseils pour devenir un meilleur couturier.

Des tutos et des vidéos sont aussi disponibles sur internet. Via des blogs, des sites spécialisés ou de la plateforme YouTube, des experts de la couture vous montre pas à pas comment réaliser ce fameux nœud papillon dont vous rêver tant.

Coudre une pochette en tissu facilement

Quand on commence la couture, tous les objets nous paraissent impossibles à faire. Sac à main, pochette, vêtements,… Tout cela est réservé aux professionnels de la couture.

Pourtant, il faut avoir confiance en vous. Car la plupart des pièces de coutures sont accessibles même aux débutants.

Vous pouvez par exemple choisir un façon de faire adaptée aux débutants ou bien vous appuyer sur des tutos trouvés sur internet ou dans les livres.

Vous pouvez même demander de l’aide en prenant des cours de couture. Certaines merceries proposent des heures de couture spécialisées afin de vous aider dans un projet personnel.

Alors pourquoi ne pas faire la pochette en tissu dont vous rêviez depuis longtemps ?

Réaliser soi-même ses objets permet de vraiment choisir chaque détail. Une fois que vous saurez faire et coudre une pochette, vous pourrez également en réaliser pour vos copines. De quoi faire de jolis cadeaux pour les anniversaires.

Coudre soi-même sa pochette est aussi une façon de faire des économies. Le tissu reste toujours moins cher que d’acheter sa pochette en magasin. Et vous serez fière de la montrer lorsque vous sortirez.

Les pochettes en tissu peuvent être de différents styles. Certains éléments doivent être réfléchis avant de commencer. Notamment sur les dimensions de la pochette.

Réfléchissez bien à l’utilisation que vous souhaitez en faire. Il faut qu’elle soit assez grande pour contenir vos objets et assez résistante. Le tissu doit donc aussi entrer en jeu.

Acheter le tissu en magasin spécialisé, c’est l’occasion de demander de l’aide et des conseils aux vendeurs. Ils ont souvent l’habitude de conseiller les couturiers sur le tissu le mieux adapté pour vos créations.

Il faudra également choisir d’autres caractéristiques comme le type de fermeture, ou encore si la pochette aura une bandoulière ou non.

Quant à la réalisation, à vous de choisir également entre machine à coudre et couture à la main.

Choisissez la méthode avec laquelle vous êtes le plus à l’aise.

Certains préfèrent la machine à coudre pour aller plus vite alors que d’autres ont besoin de tout maîtriser en utilisant du fil et une aiguille.

Qu’importe la méthode choisie, l’important est que vous amusiez.

Ensuite, suivez étapes par étapes les instructions données par votre professeur ou le tuto choisi.

Certaines pochettes un peu plus complexes se réalisent avec des doublures. Si vous êtes débutant vous pouvez vous contenter de coudre deux rectangles ensemble ainsi que les ourlets puis de retourner le tout.

Car pour n’importe quel type de pièces, les coutures se font toujours à l’envers.

Vous pouvez ensuite ajouter une fermeture éclaire, un bouton pression ou tout autre type de fermeture. Des éléments qu’il est aussi possible d’acheter en mercerie et qui sont très faciles à utiliser et à coudre.

Il ne restera plus qu’à personnaliser sa pochette. Avec des perles, des boutons, des dessins, tout est possible quand on créé soi-même ses objets.

N’hésitez pas à en réaliser plusieurs pour vous faire la main et devenir un pro de la pochette en tissu.

Réaliser un coussin soi-même

Les coussins font partie de la décoration de pratiquement toutes les maison. Ils sont non seulement pratiques pour reposer le dos ou la tête, mais ils sont également choisis selon nos goûts personnels afin de se sentir bien chez soi.

Seulement, vous venez d’hériter des coussins de votre grand-mère et ceux-ci ne collent pas du tout au style de votre salon, ni celui de votre chambre.

À vrai dire, ils ne collent pas au style de grand-chose.

Mais impossible de les jeter pour des raisons sentimentales évidentes.

Vous avez donc deux options. Soit les disposer malgré tout dans votre salon au risque de vous faire chambrer à chaque passage d’amis venus vous visiter, ou bien les relooker avec goût et classe.

Comment relooker un coussin ? L’héritage de votre grand-mère ?

Vous avez choisi la seconde option ?

Plusieurs astuces s’offrent à vous pour coudre un coussin.

Comme vous disposez déjà du coussin, inutile d’aller racheter de la mousse de coussin.

Cela peut être nécessaire cependant, si le vieux coussin a trop été aplati par votre défunte grand-mère. Beaucoup de coussins perdent peu à peu leur forme avec le temps.

Dans tous les cas, le plus important est de recouvrir cette horreur avec une toute nouvelle housse de coussin.

Pour cela rien de plus simple que d’acheter le tissu de vos rêves puis d’y découper deux grands carrés de tissus. Ces derniers doivent faire la taille de votre coussin et ajouter 10 cm de chaque côté afin d’avoir la place de coudre.

Coupez l’un des carrés en deux puis faites chevaucher les deux parties ensemble. Disposez-les sur le grand carré. Il ne vous reste plus qu’à coudre tous les bords du carré, les ourlets et de retourner le tout.

Vous pouvez maintenant glisser votre vieux coussin dans la toute nouvelle housse.

Ce type de housse de coussin permet de changer le coussin à l’intérieur et de pouvoir laver votre housse à n’importe quel moment.

D’autres méthodes consistent à utiliser des tissus thermocollants afin d’éviter la couture ou bien d’attacher un grand tissu tout autour en faisant des nœuds. Cependant, coudre la housse donne un aspect plus fini à votre nouveau coussin.

Il n’y aura plus qu’à le décorer à votre manière.

Certains stylos permettent de dessiner sur le tissu si vous vous sentez l’âme d’une illustratrice. Ou bien vous pouvez coudre des boutons, des perles ou coller des morceaux de miroirs afin de donner de l’originalité au coussin.

Tout cet exercice peut autant être réalisé avec une machine à coudre qu’avec du fil et une aiguille. À vous de juger avec quels outils vous vous sentez le plus à l’aise.

Et si vote grand-mère vous a légué beaucoup trop de coussins, vous pouvez toujours faire appel à vos amies afin d’organiser une après-midi couture et relooking.

L’occasion de partager vos machines à coudre et toutes vos petites astuces de couture.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 2 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar