Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

La calligraphie nippone : bien plus qu’une simple écriture !

De Simon, publié le 21/12/2018 Blog > Langues > Japonais > Découvrez la Calligraphie Japonaise !

Apprendre la langue japonaise, ce n’est pas seulement lire et écrire japonais, c’est bien plus que ça…

Durant vos cours de calligraphie nippone, en plus d’apprendre la langue japonaise, votre coach vous enseignera :

  • la maîtrise de soi, 
  • le respect de l’écriture,
  • et évidemment apprendre la langue japonaise.

Au Japon, la calligraphie est assimilée à de l’Art, à un accès direct à la culture japonaise, au même titre que la peinture, la sculpture ou la danse.

Mais il est vrai qu’au premier abord, apprendre le japonais peut s’avérer insurmontable, avec ses signes et ses techniques artistiques.

Mais n’ayez crainte, apprendre le japonais avec un coach vous permettra de découvrir toutes les valeurs et les méthodes propre à cet art ancestral…

Vous pouvez, parfois, entendre ce genre de remarques :

  • « la prononciation japonaise est difficile »,
  • « écrire le japonais est presque impossible »,
  • « le vocabulaire japonais est incompréhensible »,
  • « les règles de politesse japonaises sont très rudes… »

Mais Superprof est là pour vous aider !

Contrairement aux traits des lettres romaines, les traits des caractères japonais doivent être dessinés dans le bon ordre, pas arbitrairement. Lorsque vous apprenez des caractères chinois, vous dessinez un coup après l'autre. C'est ce qu'on appelle le style carré (kaisho) de l'écriture kanji. La calligraphie (shodo: « la manière d’écrire ») est l’art d’écrire magnifiquement. La plupart des enfants apprennent la calligraphie à l’école élémentaire. C’est aussi un hobby populaire parmi les adultes.

En plus de vous renseigner grâce à cet article, notre site vous propose des dizaines de profils de professeurs qui vous enseigneront la calligraphie japonaise et vous apprendront ce beau langage qu’est la langue de Mishima…

Les premières traces de calligraphie japonaise

Où trouver des cours de japonais à Nice ? L’écriture nippone est un Art de vie, qui se transmet de générations en générations.

Chez les Japonais, l’apprentissage de la langue est particulier, car il transmet bien plus que des signes et des lettres :

  • le don de soi à travers la calligraphie,
  • toute la richesse, la profondeur et la complexité de la la culture japonaise.

La calligraphie japonaise porte même un nom : Shodo, qui signifie « la voie de l’écriture ».

Elle a dailleurs en partie permis à la langue japonaise de s’exporter à travers le monde !

Et pour rester sur ce sujet hautement important, sachez premièrement qua la tradition de la calligraphie a été inventée et développée en Chine.

Elle s’est ensuite exportée au Japon aux alentours de 710.

Par la suite, la pratique de la calligraphie japonaise s’est répandue parmi les lettrés de la cour impériale.

À partir du 10ème siècle, au cœur de l’ère Heian (794-1185), les calligraphes japonais commencèrent à inventer des styles proprement japonais sur la base de la calligraphie chinoise.

Le calligraphe trace son oeuvre d’une seule traite, et ne peut y apporter la moindre retouche.

Il s’agit de l’art de bien former les caractères d’écriture (kanji ou kana) avec un pinceau calligraphique et de l’encre noire.

De nos jours, la calligraphie reste très en vogue au Japon, et ce, dès le plus jeune âge.

La calligraphie nippone et la langue japonaise constituent d’ailleurs un art à part entière. Les outils que vous devez avoir lors de vos cours pour pratiquer l’art de Shodô sont appelés « les 4 trésors du lettré« .

En plus de ces instruments de calligraphie, il faut connaître tout un art des règles de tracé des caractères, ainsi que la position du corps.

Petit conseil technique que vous pourrez appliquer lors de vos cours de japonais en ligne : lorsque vous écrivez, tenez-vous droit, et appuyez la main gauche sur le papier !

Comme les caractères (kanji et kana) sont créés pour être écrits à la main droite, il faut utiliser la main droite pour les écrire.

Aujourd’hui encore, les Japonais écrivent avec un pinceau et de l’encre lors des cérémonies de famille importantes, comme le mariage et les funérailles.

Esthétique, émotions et discipline à travers la calligraphie japonaise

Où trouver des cours de japonais à Lille ? L’apprentissage de la calligraphie japonaise peut être pénible mais il procure un vrai bien être mental.

Enseigné dans toutes les écoles japonaises, mais aussi durant les cours de japonais, le Shodô est plus une discipline d’accomplissement qu’une simple technique artistique d’écriture…

Pratiquer la calligraphie japonaise et apprendre le japonais permettent d’acquérir :

  • un abandon de soi,
  • une maîtrise du souffle,
  • une fusion avec la nature.

Tous ces objectifs permettent d’accéder à une perfection esthétique nourrie de la philosophie Zen. L’influence du Zen est omniprésente dans cette discipline, ainsi que dans l’apprentissage du japonais. La maîtrise de soi est une idée primordiale dans la calligraphie nippone et dans l’apprentissage japonais.

Ainsi, un coach japonais qui enseignerait la calligraphie, fera connaître à son élève l’enseignement des valeurs comme la spiritualité élevée, ou la délivrance des passions. 

Autant de valeurs qui sont aussi véhiculées lorsqu’on apprend la langue en vos cours de japonais !

Découvrez en parallèle grammaire et syntaxe japonaises

Pratiquer la calligraphie japonaise rend-elle zen ?

Où trouver des cours de japonais La calligraphie nippone permet de se relaxer.

Ceux qui connaissent le Japon savent que le Pays du Soleil Levant est maître dans l’art du Zen…

De la méditation aux arts martiaux, le Japon regorge de coutumes et d’habitudes zen incroyables. Ainsi, il est tout à fait possible de ressentir une certaines plénitude dès les premiers cours de japonais avec votre professeur.

L’élève débutant doit répéter des gestes de manière à réussir à ne faire qu’un avec le caractère choisi.

Plus que la « patience », la première vertu de la calligraphie et de la langue japonaise est d’apprendre à « adapter sa vitesse ».

Avantage : avec de la pratique vous pouvez visuellement visualiser votre humeur sur la feuille blanche et les signes, pendant vos exercices calligraphiques en cours de japonais.

Vous pouvez, si vous avez beaucoup d’expérience, ressentir s’il y a des tensions dans votre trait, signes des préoccupations qui vous habitent.

Vous pouvez avoir un geste nerveux ou posé, être dans la retenue ou dans l’ampleur, ce qui compte c’est d’être conscient de votre état d’esprit.

Cette forme d’entraînement permet de révéler les ressources psychiques et énergétiques cachées de la personne…

Quelles sont les différences entre la calligraphie japonaise, chinoise ou coréenne ?

Où trouver des cours de japonais à Marseille ? Il existe des trucs et astuces pour différencier la calligraphie japonaise et la chinoise.

Beaucoup de francophones semblent un peu perdus dès qu’il s’agit de distinguer les calligraphies chinoise, coréenne ou japonaise.

Ce qui est tout à fait normal, entre nous. Ces 3 cultures étant très éloignées de nous…

C’est pourtant plus simple que ce que vous pouvez croire de prime abord !

Sans entrer dans des considérations techniques, il existe quelques « trucs et astuces» : des tips que votre professeur pourra vous inculquer lors de vos cours de japonais.

Prenons une phrase basique : « J’aime la vanille »

En coréen, cette phrase se traduit par : 난 바닐라 좋아. Les caractères ont peu de traits, et se composent majoritairement de carrés, de ronds qui se superposent de diverses manières, donnant à l’ensemble un aspect très « droit ».

Une exception ici : le 5e caractère, qui présente un aspect plus complexe. La raison ? C’est qu’une grande partie du lexique hors du langage courant est d’origine chinoise.

Les écritures coréennes et chinoises modernes ont adopté le sens de lecture occidental sur la plupart des supports, c’est-à-dire de gauche à droite et de haut en bas, tandis que le japonais moderne se lit désormais de droite à gauche et de haut en bas.

En japonais, cette même phrase s’écrit : 私はバニラのよう. Ici les caractères sont composés majoritairement d’un à deux traits, avec un aspect très fluide.

De nouveau, une exception : le 1er caractère. De nombreux vocables sont issus ou dérivés de la langue chinoise. Ils sont alors appelés kanjis, par opposition aux kanas, les autres caractères mentionnés ci-dessus.

En chinois enfin, la phrase donne 我喜欢香草. Les sinogrammes sont visiblement plus complexes et ont un aspect très carré.

Ils représentent des idées (on les appelle donc des idéogrammes), contrairement aux caractères japonais et coréens qui transcrivent principalement des sons (appelés phonogrammes).

Votre professeur de japonais vous enseignera d’autres différences entre ces trois calligraphies lors de vos cours.

Un apprentissage important pour comprendre et assimiler cet art aussi complexe que raffiné…

Découvrez comment la langue japonaise s’est diffusée grâce à sa culture

Shodo, ou la calligraphie, est l’art d’écrire des caractères chinois (connus sous le nom de kanji) ainsi que les deux syllabaires japonais (connus sous le nom de kana) en utilisant des brosses, de l’encre et du papier. Shodo a été introduit pour la première fois au Japon en provenance de Chine au 6ème ou 7ème siècle.

Comme l’écriture était autrefois la seule façon de conserver des records, Shodo était une compétence essentielle.

De nos jours, les gens n’utilisent pas Shodo à des fins pratiques, mais il reste une partie importante de la culture japonaise.

Pendant longtemps, le calligraphe le plus estimé au Japon était Wang Xizhsi, un calligraphe chinois au 4ème siècle, mais après l'invention de Hiragana et Katakana, les syllabaires japonais uniques, le système distinctif d'écriture japonais développé et les calligraphes ont produit des styles intrinsèques à Japon. La calligraphie japonaise (書 道 Shodō) est une forme de calligraphie, ou écriture artistique, de la langue japonaise.

Les gens utilisent Shodo sur plusieurs occasions de cérémonie, y compris l’écriture des cartes de voeux du Nouvel An. Il existe un certain nombre d’endroits où vous pouvez essayer la calligraphie japonaise.

Cela peut sembler compliqué, mais si vous essayez de travailler avec des personnages plus simples, vous trouverez qu’il est plus facile que vous ne le pensez.

Les différentes catégories de calligraphie japonaise

Lors d’un voyage au Japon, vous pourrez découvrir l’art de la calligraphie via des artistes qui vous montreront leurs outils (encore de chine, pinceaux, etc). L’art de la calligraphie permet de comprendre l’histoire du japon, la civilisation chinoise et s’initier à plusieurs façons de tracer et calligraphier (gravure, etc).

La calligraphie japonaise ne regroupe pas qu’une seule façon de faire. Au fil des années, cet art s’est transformé selon la société et ses coutumes. On retrouve alors différentes formes de calligraphie.

Les Kanji chinois

La plus connue des formes de calligraphie japonaise est celle qui utilise les Kanji. Les Kanji sont les pictogrammes chinois utilisés dans la langue japonaise. Etant donné l’origine chinoise de l’art calligraphique, les Kanji sont encore utilisés dans la calligraphie japonaise.

Mis côte à côte, les artistes japonais inventent des poèmes et poésies en tout genre.

Les Kanas japonais

Le Japon se détache petit à petit de la langue chinoise et invente ses propres symboles : les Kanas. Largement inspirés des Kanjis, les Kanas retranscrivent des sons et non des idées. Ces signes se rapprochent donc plus de l’alphabet latin que nous connaissons. Ils sont divisés en deux groupes : les Hiragana et Katakana.

Les Kanas, comme les Kanji, sont utilisés pour l’écriture de poèmes. Vous pourrez vous entraîner lors de cours de calligraphie afin de découvrir l’écriture japonaise.

Kindai shibunsho

Cette catégorie de la calligraphie japonaise regroupe les Kanas et les Kanjis. Ceux-ci ont été associés afin de faciliter la compréhension des textes autrefois écrits et recopiés uniquement en Kanjis. Mélanger les deux écritures a permis aux Japonais de mieux comprendre les textes.

Ce type de calligraphie est utilisé pour traduire des textes étrangers ou écrire des phrases philosophiques. Si vous prenez des cours de japonais, vous entendrez certainement parler de ce type de calligraphie.

Daijisho

Le Daijisho est un genre de calligraphie qui consiste à ne tracer qu’un ou deux caractères (les Kanjis). C’est peut-être le type de calligraphie auquel on pense en premier en tant qu’occidentaux car cela ressemble de très près au style de caractères que beaucoup de personnes se sont fait tatouer dans les années 2000. On s’amusait alors à reproduire ces caractères sur nos feuilles de dessin en fonction de leur esthétisme.

La signification de l’idéogramme n’était alors pas le principal critère de sélection. Il suffit de choisir un symbole que l’on trouve beau du fait de sa structure puis de le recopier. Si cela a du sens, alors c’est un plus. Les calligraphes jouent ensuite avec l’épaisseur des traits et le style de pinceau utilisé.

À quoi sert l'écriture japonaise ? Les calligraphie japonaise s’est répandue dans le monde entier.

Zen eisho

Ce type de calligraphie est un genre apparu dans les années 1950 parmi les créations d’artistes. Ces derniers s’inspirent alors des caractères chinois et japonais et s’en affranchissent petit à petit. Le sens n’est plus du tout pris en compte et seule la forme du symbole compte.

Le symbole en lui-même peut être complètement transformé et n’est parfois même plus reconnaissable. L’important pour les artistes et de faire passer une émotion via la façon de peindre, la force du tracé, etc. On ne cherche plus à faire passer un message, mais plutôt à plaire.

Pour apprendre la calligraphie contemporaine du pays du soleil levant, vous pourrez demander à votre professeur de vous présenter les différents styles.

Tenkoku

Le Tenkoku est un art calligraphique né des sceaux utilisés pour fermer les vieux documents. Le processus consiste à graver des symboles sur une pierre puis de tremper la pierre dans de l’encre avant de la presser sur une feuille de papier. L’encre fait alors le tour du symbole qui lui reste blanc.

Ce système de gravure prendre énormément de temps. Mieux vaut ne pas être pressé.

Les différents styles de la calligraphie japonaise

La calligraphie est incontestablement un art. Mais cet art a connu de nombreux changements. Alors que l’origine de la calligraphie se trouve dans les écrits bouddhistes, les lettres dessinées à l’encre se devait d’être tracées de manière élégante.

Ce travail rigoureux a ensuite été modulé au fil des années selon les inspirations du moment, mais aussi en fonction des outils disponibles. Les différentes variantes qui en découlent ont formé plusieurs styles de la calligraphie japonaise. Les artistes, appelés Shoka ou Shodoka, s’inspirent, s’entraînent et exposent leur façon de peindre un peu partout dans le Japon.

On recense cinq styles différents : tensho, reisho, sosho, gyosho et kaisho.

Le style Tensho

Le style tensho est le style le plus ancien. Datant de l’époque de la dynastie Qin (environ 200 av. J-C.), ce type d’écriture était utilisé pour des raisons divinatoires. On gravait alors des idéogrammes sur des carapaces de tortues.

Les lignes de ce style sont plutôt fines et régulières. Les symboles étaient alors très différents de ce qu’on connait aujourd’hui. Cela ressemble beaucoup à des sortes de hiéroglyphes ou de symboles que l’on pourrait retrouver dans les grottes.

Qu'est-ce que la calligraphie japonaise ? L’écriture japonais fait partie intégrante de l’art du pays !

Le style Reisho

Le style reisho est largement inspiré du précédent style. L’écriture du style tensho était alors trop complexe quand il s’agissait de rédiger de grands textes. L’histoire raconte que c’est le chef de prison de la dynastie Qin qui choisit alors de simplifier les symboles.

Cette écriture était alors largement utilisée par les scribes et les clercs afin de faciliter leur travail et rédiger plus vite.

Le style Sosho

Ce style est considéré comme l’un des plus difficiles de la calligraphie japonaise. En effet, celui-ci s’écrit de manière cursive, ce qui complique la tâche. Pourtant, à l’époque de son apparition, au même moment que le style Reisho, le style sosho est très utilisé par l’ensemble de la population.

La difficulté vient du fait que les symboles d’écriture sont très simplifiés. Ces derniers ne sont pas entièrement écrits, il arrive souvent qu’une partie du symbole ne soit pas tracé afin que le signe puisse être dessiné en un unique coup de pinceau.

Le style Gyosho

Le style Gyosho est un style semi-cursif inventé par un calligraphe nommé Liu De-Sheng au moment de la dynastie Han, juste après la dynastie Qin. Ce style sera ensuite amélioré quelques siècles plus tard par différents calligraphes.

Comme pour le style Sosho, les caractères sont simplifiés mais ces derniers gardent tout de même leur forme originale. Cette facilité d’écriture permet à ce style d’être encore utilisé de nos jours dans la vie quotidienne.

Le style Kaisho

Ce style est le plus récent de tous. Mis en place au 3ème siècle par certains calligraphes des dynasties Wei et Jin, il ressemble très fortement aux caractères imprimés des journaux. Les caractères sont détachés contrairement aux styles cursifs. Les symboles doivent être clairs et déchiffrables par tous. Cette écriture simple est utilisée dans l’administration afin de ne pas avoir d’erreur de compréhension.

Le rituel de première calligraphie de l’année : Kakizome

Qui n’a jamais tenté de prendre de nouvelles résolutions à la nouvelle année ? Bien au-delà de notre propre culture, les rituels du début d’année touchent presque toutes les sociétés dans le monde.

Au Japon, la nouvelle année représente le renouveau, la possibilité de tout recommencer à zéro. C’est pourquoi, la majorité des Japonais font très attention au premier rituel du thé, au premier lever du soleil, etc. Dans la même lignée, les Japonais accorde une grande importance à la première calligraphie de l’année : le Kakizome.

Le Kakizome est l’occasion d’exprimer une phrase, une idée, afin de se donner la force de suivre nos bonnes résolutions de la nouvelle année. Ces mots doivent se référer à ce que l’on souhaite. Les Japonais écrivent souvent des souhaits pour une longue vie, l’arrivée du printemps, etc.

Mais qu’est-ce que le Kakizome ?

Le Kakizome est une calligraphie tracée sur de longues bandes de papier blanc. À l’aide de pinceaux et d’encre, les Japonais s’appliquent à tracer la phrase qu’il souhaite pour le nouvel an. Bien sûr, tout cela est fait dans les règles de l’art afin que les calligraphies soient appréciées de tous et pourquoi pas exposées. Le Kakizome fait entièrement partie de la culture japonaise au point que les souvent réalisent souvent le leur à l’école.

Comment écrire les kanjis ? Faites votre propre Kakizome !

La calligraphie japonaise est effectivement enseignée à l’école primaire et à l’école secondaire. Cela fait travailler les élèves sur leur dextérité, leur personnalité artistique et les amusent puisque ceux-ci doivent trouver de bonnes résolutions. Les élèves ont alors souvent toutes les vacances pour y réfléchir avant la nouvelle année.

La Kakizome n’est pas une coutume d’aujourd’hui. Tout comme la calligraphie, le Kakizome trouve son origine dans l’Histoire chinoise. À l’époque, cette pratique était présente auprès de l’empereur. Le but était de reproduire ou de créer des poèmes pour la nouvelle année. La pratique s’est ensuite répandue jusqu’au Japon.

Mais aujourd’hui, le Kakizome n’est pas forcément un poème. Cela peut simplement être une phrase ou quelques kanjis.

Pour réaliser un Kakizome digne de ce nom, l’encre doit être fraîche et l’eau doit provenir du puit le premier jour de l’année. Le rituel du Kakizome prend beaucoup de temps. Il faut passer et repasser la calligraphie. Un processus en total adéquation avec le temps nécessaire à la méditation.

Tracer les lignes de la calligraphie permet de penser à l’année passée, mais surtout sur ce que l’on souhaite faire pour la nouvelle année. L’esprit doit donc être en accord avec ce que le corps pose sur le papier.

Chaque année au Japon, le 5 janvier, de nombreux calligraphes se réunissent à Tokyo afin de créer leur Kakizome. Toutes ces productions sont ensuite brûlées un peu plus tard dans le mois de janvier. Cette pratique est réalisée afin que les vœux se rapprochent du ciel et que les calligraphes soient prêts pour des vœux encore meilleurs l’année d’après.

Pour apprendre le japonais, par passion pour les sinogrammes ou pour partir vivre au Japon, réaliser un Kakizome est un très bon moyen de se plonger dans la culture nippone. En attendant de partir au Japon, vous pouvez aussi visiter le musée Guimet ! Une belle façon de découvrir l’art asiatique !

Qu'est-ce que la calligraphie japonaise ? L’écriture japonais fait partie intégrante de l’art du pays !

Le materiel  de calligraphie se compose de :

  • Shitajiki : Tapis noir et doux. Il fournit une surface confortable et douce.
  • Bunchin : Mettre du métal sur le papier pendant l’écriture.
  • Hanshi : Papier de calligraphie spécial et mince.
  • Fude : Brush. Il y a une plus grande brosse pour écrire les personnages principaux et un plus petit pour écrire le nom de l’artiste. La petite brosse, cependant, peut également être utilisée pour les personnages.
  • Suzuri : Récipient noir lourd pour l’encre.
  • Sumi : matériau noir solide qui doit être frotté dans l’eau dans le suzuri pour produire l’encre noire qui est ensuite utilisée pour l’écriture. Bien sûr, des « encre instantanée » en bouteilles sont également disponibles.

Où apprendre la calligraphie japonaise en France ?

Selon le site internet nippon.com, « le nombre d’étudiants en japonais est en nette augmentation« .

Prendre des cours de japonais, apprendre un alphabet, un vocabulaire, une grammaire, une prononciation différente est un vrai enrichissement.

Les écoles multiplient leurs cours de nippon, car cette langue est de plus en plus recherchée dans le monde professionnel.

Ainsi, certains établissement culturels proposent des cours de calligraphie japonaise. En voici une petite liste…

CPEA / QUARTIER JAPON

Situé 34 rue de Clichy dans le 9e arrondissement à Paris, la calligraphie nippone y est enseignée par un professeur diplômée d’État : maître Reiko.

Ce dernier propose des cours de japon les lundis, mardis et jeudis. Attention l’inscription est obligatoire !

Niveau tarifs : comptez 10€ pour les adhérents, 6€ pour les adhérents de moins de 12 ans et 20€ pour les non-adhérents.

L’association Hinodé

Située à Tours, cette association franco-japonaise a pour but de créer des échanges éducatifs, culturels et artistiques entre ses adhérents.

Hinodé propose à ses adhérents :

  • des cours de langue japonais avec une professeure diplômée d’état japonais,
  • de calligraphie japonaise par une maître japonaise,
  • d’ikebana (art floral japonais) par une maître japonaise,
  • d’Origami,
  • de dessin manga,
  • de cuisine…

Les cours ont lieu près du Musée des Beaux-Arts de Tours.

Niveau tarif : pour un cours particulier de calligraphie, comptez 22€.

Cours de calligraphie à Nice

Ici, les cours de calligraphie sont très complets. En effet, le maître vous apprendra :

Ces cours sont prodigués Petite avenue de Patrimoine.

Comptez 72€ par trimestre + 20€ de cotisation annuelle.

Vous pouvez aussi compter sur votre site Superprof, qui vous propose des profils de professeur particuliers en calligraphie japonaise.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 4,25 sur 5 pour 8 votes)
Loading...

2
Commentez cet article

avatar
1 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
2 Comment authors
michaelMarie Ducatel Recent comment authors
Les plus récents Les plus anciens Les plus populaires
Marie Ducatel
Invité
Marie Ducatel

Bonjour,
Ou puis j’en prendre des cours dans la région Nîmes-Uzès ?
Merci .

michael
Invité
michael

oui