Page d'accueil
Donner des cours

Stage photo Paris

Choisissez parmi 283 cours de photo

Quel est votre niveau ?

Cours particuliers avec Superprof

Notre sélection de professeurs
de photographie à Paris

Voir plus de professeurs

5.0 /5

Des professeurs stars avec une évaluation moyenne de 5.0 étoiles et plus de 74 avis.

30 €/h

Les meilleurs prix : 88% des professeurs offrent le 1er cours et l'heure coûte en moyenne 30€

6 h

Rapide comme l'éclair, nos professeurs vous répondent en moyenne en 6h.

01

Trouvez votre
professeur parfait

Consultez librement les profils et contactez votre fantastique professeur selon vos critères (tarifs, diplôme, avis, cours à domicile ou par webcam)

02

Organisez vos
cours

Echangez avec votre professeur pour lui préciser vos besoins et vos disponibilités. Programmez vos cours et réglez-les en toute sécurité depuis votre messagerie.

03

Vivez de nouvelles expériences

L'incroyable Pass Élève vous donne un accès illimité à tous les professeurs, coachs et masterclass pendant 1 an. Une année pour découvrir de nouvelles passions avec des personnes fabuleuses.

Nos anciens élèves de Paris
évaluent leurs profs de photographie

306334
4.9
Guillaume Professeur de photographie
291416
4.9
Guillaume Professeur de photographie
288226
5.0
Claude Professeur de photographie
277235
5.0
Christian Professeur de photographie
276969
4.9
Guillaume Professeur de photographie
264889
5.0
Jessica Professeur de photographie

Parcourez tous nos cours de photographie

Lancez-vous dans un stage de photographie ou cours photo à Paris

Qu’est-ce que la photographie ?


Parmi les pratiques artistiques telles que la peinture ou la musique, la photographie est un art relativement « jeune ».

En effet, l’histoire de la photographie ne remonte qu’au milieu du 19ème siècle, lorsque Nicéphore Nièpce (1765-1833), un ingénieur Français, parvint à figer le premier cliché de l’histoire : le Point de vue du Gras, en 1826.

Faire de la photographie signifie littéralement « peindre avec la lumière » : l’enjeu consiste à optimiser la lumière naturelle passant dans le trou d’une chambre noire (camera obscura), que l’on appelle sténopé.

Cette technique – les bases de la photographie – est connue depuis Aristote et l’Antiquité : on sait qu’en projetant un faisceau de lumière dans une camera obscura, l’on retrouve un reflet optique inversé de la réalité par le procédé du sténopé.

Mais les hommes avant la période contemporaine ne parvenaient pas encore à figer l’image sur une surface plane pour immortaliser un moment ou une observation.

La première moitié du 19ème siècle est une époque de tâtonnements et d’amélioration technologiques qui aboutiront à ce que l’on appelle aujourd’hui la photographie noir et blanc et couleur.

Le Point de vue du Gras fut obtenu en répandant du bitume de Judée sur une plaque d’argent après un temps de pose long de plusieurs heures.

En 1829, N. Nièpce s’associa avec Louis-Jacques Daguerre (1787-1851) pour créer le daguerréotype, l’ancêtre d’un appareil photo permettant de réduire le temps de pose et d’obtenir plus de netteté. Avec cet appareil, l’image est gravée sur une plaque métallique révélée au mercure.

Ces expériences marquèrent la naissance de la photo, et les multiples inventions consécutives eurent vocation à réduire le temps de pose – de plusieurs jours à une journée, d’une journée à quelques minutes, jusqu’à l’instantané avec la photographie numérique d’aujourd’hui -, réduire le temps de tirage photo, la mise au point et augmenter la netteté de l’image.

Le 20ème siècle voit l’apparition de la photo couleur, grâce à l’autochrome inventé par les frères Lumière.

Ensuite, l’ère de l’informatique accentue la transition de la photographie argentique avec développement de négatifs vers la photographie numérique et la retouche d’images sur ordinateur.

Les appareils numériques révolutionnent en effet la photographie en ce qu’ils permettent d’user du pixel pour prendre des photos au lieu d’utiliser des procédés physico-chimiques coûteux, peu écologiques et lents à figer.

De nos jours, tout détenteur de smartphone peut s’initier à la photographie, apprendre à cadrer et recadrer avec la règle des trois tiers, apprendre en autodidacte la photographie : prendre des photos nature, photographie de paysage urbain, photo de portrait, photo mariage, photos de famille, etc.

Mais jouer avec son appareil reflex numérique, son Polaroïd, son appareil argentique ou son smartphone ne signifie pas faire de belles photos.

Comment faire de belles photos à Paris ?


La ville de Paris est un terrain de jeu rêvé pour apprendre la photographie : ville résolument d’art et d’histoire, Paris est un musée à ciel ouvert qui ne cesse d’étendre continuellement ses galeries d’art.

Pas un recoin de la capitale française n’a jamais été filmé, chanté, peint, joué en musique et photographié.

On pourrait donc se dire qu’il n’y a plus rien à photographier.

Et pourtant, quoi de mieux que sortir dans la rue pour faire un reportage photo urbain, un portfolio pour vendre ses photos, filmer des situations insolites ou jouer avec la profondeur de champ ?

Car faire de la photo permet avant tout de raconter une histoire, de mettre toute la société dans son viseur.

Évidemment, faire des photos réussies nécessite de maîtriser les aspects techniques de son appareil photo.

Pour cela, il faut d’abord se familiariser avec le vocabulaire de base de la photo : mode manuel et mode automatique, cadrage, balance des blancs, diaphragme, vitesse d’obturation, focale, prise de vue, technique photo du flou, pose longue pour photo de nuit, autofocus, etc.

Ce n’est véritablement qu’en pratiquant partout que l’on peut se perfectionner techniquement dans la photo et exploiter sa sensibilité.

Notons que lors d’une prise de vue, le photographe peut ajuster quatre paramètres de base pour réaliser un bon cadrage et composition : la focale, l’ouverture sur l’objectif, la vitesse d’obturation et la sensibilité du capteur sur le boîtier.

L’obturateur obéit à un mécanisme à rideaux recouvrant le capteur lorsqu’il est au repos. Ce rideau s’ouvre à une vitesse plus ou moins rapide en fonction du temps de pénétration de la lumière souhaité.

Plus la vitesse d’obturation est rapide, moins le capteur reçoit de luminosité : de cette manière, le photographe va pouvoir figer un sujet en mouvement ou créer un flou de mouvement.

Quand on parle d’ouverture pour apprendre la photo, on évoque l’action de faire fluctuer le diamètre du diaphragme, laissant entrer plus ou moins de lumière.

Quant à la sensibilité ISO du capteur, elle est fondamentale pour la photo animalière ou la photo d’intérieur : plus elle est élevée, plus elle permet de photographier sans flash.

Enfin, la longueur focale représente la distance entre le capteur du boîtier et le centre optique de l’objectif. Plus la focale est courte, plus l’angle de vision sera grand.

On entend souvent dire, en photo, qu’il faut optimiser sa profondeur de champ : il s’agit de la zone de netteté de l’image.

Pour la régler, on va agir sur la focale utilisée, l’ouverture du diaphragme, la position du sujet par rapport à l’arrière-plan, la distance du sujet par rapport au photographe et enfin, la taille du capteur.

Ainsi, pour faire de la photographie de portrait, de la photo de rue, de la photo de paysage, l’on ne réglera donc pas son appareil photo reflex de la même manière.

Que faire avec la photographie à Paris ?


Indubitablement, devenir photographe à Paris est un catalyseur d’opportunités nouvelles : une formation photo de qualité aide à progresser en la matière et à libérer sa créativité.

En sus, cela peut également être un moyen de trouver une nouvelle activité professionnelle.

En découvrant le métier de photographe professionnel, vous allez pouvoir mobiliser les meilleurs trucs et astuces pour acquérir l’œil affûté, aguerri des meilleurs photographes.

Photographier sur les traces d’un Robert Doisneau ou d’un Henri Cartier-Bresson – les rois de la photo noir et blanc – va, certes, requérir énormément de travail personnel.

Cependant, c’est également un moyen pour visiter Paris autrement : si faire du tirage argentique de Notre-Dame de Paris dans la nuit est trop cliché, prenez pour sujet les catacombes de Paris, les mouvements sociaux, les voyageurs de la gare Montparnasse, etc.

Il y a une infinité de choses à faire à Paris et à photographier.

En plus, vous vous rendrez compte assez vite qu’être photographe est un travail passionnant.

Car vous serez libre de vous spécialiser et d’approfondir le type de photographie qui vous sied le mieux :

  •       Faire du light painting la nuit,
  •       S’entraîner sur la technique photo (retouche photo, traitement d’images informatisé, photo culinaire, contre jour, nature morte, etc.),
  •       Devenir photojournaliste, graphiste, styliste et photographe de mode,
  •       Enseigner vous-même les fondamentaux à nos élèves pour donner des cours d’initiation à la photographie aux débutants,
  •       Exposer vos meilleures photos à Paris (salon de la photo en novembre 2018 ou sur internet),
  •       Faire du conseil pour aider à acheter le meilleur matériel photo pour débuter, etc.
  • Comment réaliser le pari fou de pénétrer le marché très fermé des métiers de la photographie ?

    Il est vrai que Paris, la Vile Lumière, abrite 2,2 millions d’habitants intra-muros et 12,5 millions de personnes dans toute l’aire urbaine (Île-de-France et une partie des régions limitrophes de Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val-de-Loire, Grand-Est, Normandie et Hauts-de-France).

    S’il est évidemment possible de suivre des formations diplômantes pour découvrir l’art photographique et l’histoire de la photo, on peut aussi apprendre la photo par des associations ou des sites de cours en ligne.

    L’école de photographie « Graine de photographe », pour n’en citer qu’une, permet d’aborder l’ensemble de la discipline « pour shooter comme un(e) pro ».

    Nos cours de photographie sur Superprof à Paris


    Toutes les formations diplômantes ne sont pas forcément faciles d’accès ou sont parfois trop onéreuses.

    Qu’à cela ne tienne, prendre des cours particuliers de photo avec nos professeurs sera l’alternative pour aborder des cours théoriques et des exercices pratiques dans les meilleures conditions.

    Sortez en ville avec le prof ou la professeure pour un perfectionnement empirique (reportage photo ou apprendre le cadrage photo, par exemple) et entraînez-vous à retoucher les prises de vue sur Photoshop une fois rentrés à l’intérieur.

    Alors comment choisir son prof particulier de photographie à Paris ?

    Nous trouvons parmi nos professeurs 141 enseignants de photo, pour un prix moyen de 30 € par heure.

    Pour vous aider, voici quelques critères de choix :

  •       Le tarif horaire (évidemment),
  •       Le contenu des cours (types de genres abordés),
  •       Le lieu des cours : où dans Paris ?,
  •       Le public ciblé du prof : tous niveaux ou stage d’initiation, perfectionnement ou photographe pro ?
  • Choisir un ou une photographe professionnelle sera la garantie de suivre une initiation photo de qualité, de suivre un cours complet pour apprendre à faire des photos très expressives.

    Alors n’hésitez plus et magnifiez vos sorties à Paris !