Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Préparer un séjour dans le Monde Arabe : mini-guide des choses à penser avant le départ !

De Samuel, publié le 19/02/2019 Blog > Langues > Arabe > Top 10 des Conseils pour Partir Etudier dans les Pays Arabes !

Selon un proverbe tibétain, « le voyage est un retour vers l’essentiel. »

Apprendre l’arabe en voyageant au sein des pays du Moyen-Orient ou dans un des pays du Maghreb est, avec les cours particuliers, l’une des meilleurs solutions pour devenir arabophone.

Selon Wikipédia, l’arabe serait le quatrième idiome le plus usité du monde, avec 538 millions de locuteurs dont 238 millions l’auraient comme langue maternelle, et 246 millions de personnes seraient arabophones en tant que langue seconde.

Apprendre l’alphabet arabe littéraire, l’arabe dialectal du pays concerné, langue et culture arabes, sont réputés difficiles.

Voici notre top 10 des conseils pour partir étudier la langue arabe du Maroc à la péninsule arabique !

Avant le départ : prendre des cours intensifs d’arabe

Partir dans le Monde Arabe implique inévitablement d’avoir quelques bonnes bases en langue arabe : les populations Arabes ou berbérophones ne parlent pas toujours/souvent l’anglais ni le français.

Trouver un professeur pour des leçons intensives, au moins pour maîtriser l'alphabet ! Prendre des cours de langue arabe avant de partir : ce sera utile pour se débrouiller sur place !

Avant toute chose, on recommande donc de prendre quelques cours de langue arabe, auprès de nos professeurs sur Superprof, à l’université si vous êtes étudiant(e) ou bien dans une école de langue (institut du monde arabe et Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), par exemple).

L’arabe est l’une des langues officielle des 22 États membres de la Ligue Arabe : savoir parler arabe – du moins un petit peu – sera apprécié de vos interlocuteurs locaux, facilitera vos démarches et cela vous évitera également d’éventuelles arnaques.

Les cours d’arabe permettront de maîtriser l’alphabet arabe, de vous familiariser avec cette langue sémitique – trilitère et gutturale -, sa prononciation, permettra d’apprendre à lire l’arabe et finalement, d’être plus à l’aise.

Identifier dans quel pays Arabe partir pour étudier

Que l’on envisage de partir étudier au Maroc, en Tunisie, en Égypte aux Émirats Arabes Unis ou à Oman, les coûts seront évidemment différents, et également les conditions d’entrée et l’apprentissage de l’arabe.

En effet, il faudra accomplir certaines démarches protocolaires pour entrer dans tel ou tel pays Arabe.

D’un point de vue linguistique, chaque pays possède son propre dialecte.

L’arabe littéraire est une forme standard qui a été uniformisée pour qu’il soit compris par toute la communauté d’arabophones. Cependant, un Arabe Marocain ne comprendra certainement pas un Arabe Syrien ou un Arabe habitant au Bahreïn.

Pareillement, certains pays sont plus progressistes que d’autres : selon le tour du monde des pays les plus progressistes publié sur le blog de Movehub, le Maroc, l’Algérie et la Jordanie sont des pays plus ouverts que les sociétés libanaise, égyptienne, ou saoudienne.

L’Arabie Saoudite est même quasiment fermée intégralement aux étudiants étrangers : on entend souvent dire que la Russie ou la Chine sont des pays fermés, mais les conditions d’entrée en Arabie Saoudite sont encore plus draconiennes.

Vérifier la sécurité dans les pays arabophones

Il est fondamental d’être au fait des conditions de sécurité et du niveau de vigilance à avoir quand on part étudier dans un pays du Maghreb ou dans la péninsule arabique.

Partir dans le Monde Arabe, mais dans les zones paisibles ! La Syrie, autrefois puissance culturelle, est meurtrie par la guerre depuis 2011…

On ne va d’ailleurs pas du tout au Yémen, en Somalie, en Syrie, en Irak, en Libye, dans toute la partie occidentale de l’Égypte et le d’une manière générale, long des frontières territoriales.

Les conflits armés et instabilités politiques qui ont émaillé cette décennie 2010 ont rendu particulièrement compliqué tout déplacement dans de vastes zones géographiques des pays du Golfe, du Levant – autrement nommé Machrek – et du Maghreb.

En cause, la menace terroriste et les groupuscules islamistes armés tels qu’Al Qaïda et Daesh, ayant recours au crime et aux attentats terroristes au nom d’un djihad islamiste.

A cela, s’ajoutent les luttes géopolitiques pour l’extraction des ressources premières (gaz et pétrole) entre les puissances occidentales (France, États-Unis, Russie) et les pays Arabes, le conflit israélo-palestinien, la guerre civile en Syrie, la guerre du Golfe américaine en Irak, les instabilités liées aux révolutions du printemps arabe (Tunisie, Libye, Égypte, Syrie), et les fondamentalismes religieux opposant sunnites et chiites.

En résumé, la vigilance est dite « normale » uniquement pour le Maroc, le Qatar, Oman et les Émirats Arabes Unis.

Chercher un visa pour le Monde Arabo-musulman

Autre formalité importante : si l’on peut séjourner pour une durée de 90 jours sans demander aucun visa d’entrée au Maroc, en Tunisie et aux Émirats Arabes Unis, il est nécessaire d’avoir un visa étudiant pour séjourner plus longuement sur le territoire.

Le visa est obligatoire même pour un séjour touristique dans tous les autres pays du « Monde Musulman Arabe ».

S’expatrier pour étudier dans la ville de Dubaï, à Abou Dabi ou à Fujaïrah est fréquemment décrit comme le moyen de vivre une expérience unique, inoubliable. Or le pays cherche à attirer les étudiants étrangers, et ont construit des campus universitaires de grande renommée (dont notamment, La Sorbonne…).

Un sponsor est requis pour obtenir son visa étudiant à Dubaï et le coût peut grimper jusqu’à 700 €. Ce n’est rien à côté des frais d’inscription à une université émirienne, tutoyant les 10 000 € !

Et le visa étudiant pour Dubaï coûte environ 1 600 € : on mobilisera donc des sommes plutôt importantes, mais apprendre la langue arabe dotera l’apprenant de sérieuses compétences linguistiques à proposer en France ou à l’international, pour peu que l’on soit également anglophone !

Vous préférez étudier l’arabe au Maroc ?

Il existe 14 universités au Maroc, mais il faut une carte de séjour pour avoir le droit de rester sur le territoire plus de 90 jours : mais on dispose de 3 mois pour la demander sur place.

S’inscrire à une université d’un pays Arabe

Autre conseil pour étudier l’arabe dans un pays arabophone : s’inscrire à l’université permettra de suivre les cours en arabe dans une discipline donnée, pour se plonger en véritable immersion linguistique au quotidien.

Le Maroc et les Emirats Arabes Unis : les meilleurs lieux arabophones où prendre des cours ! Etudier la langue du Prophète à l’étranger ? Ici Khobar, en Arabie Saoudite, un pays presque fermé aux étudiants étrangers.

Imaginez prendre vos cours magistraux d’économie ou de médecine intégralement en langue arabe !

Que l’on se rassure, il y a des universités francophones, surtout au Maroc, au Liban et en Tunisie : ce sont les pays anciennement colonisés par la France, et où la langue française est restée usitée ou prégnante, voire incluse dans les langues officielles du pays.

Pour suivre les cours en français, mais parler arabe avec ses camarades, on trouve même une université francophone à Abou Dabi : l’université Paris Sorbonne d’Abu Dhabi, située sur l’île de Reem.

Ainsi les partenaires des universités de Paris permettent-ils de suivre des formations en sciences, langues, lettres et sciences humaines, droit, gestion et économie en langue française !

Ce sera un bon tampon pour comprendre les cours, tout en apprenant à parler arabe le reste du temps.

Au Maroc et en Tunisie, l’avantage est que le français figure parmi les langues officielles. On pourra donc suivre une formation marocaine avec des cours en français, tout en prenant des cours d’arabe – littéraire ou arabe dialectal, appelé « Darija » – en parallèle !

Attention : il faudra peut-être payer des frais d’université exorbitants ! Plusieurs milliers d’euros aux Émirats Arabes Unis, mais beaucoup moins en Tunisie ou au Maroc.

Demander une bourse ou un prêt étudiant

Il faut bien financer son séjour à l’étranger, vous n’allez quand-même pas arriver les poches vides !

Si vous n’avez pas assez d’épargne, si les frais d’inscriptions dépassent le prix d’une voiture d’occasion, une solution réside dans l’endettement…

Il est essentiel de calculer son budget, par exemple le coût pour étudier à Dubaï, qui peut être très élevé : 10 000 € à 16 000 €, 700 € pour l’avion, 1 600 € par mois pour vivre sur place.

On ne pourra sans doute pas se permettre un budget de 3 500 € par mois – en incluant les frais de scolarité lissés sur l’année -, alors les étudiants ont souvent recours à l’emprunt bancaire ou à la bourse d’études.

Sachez que travailler sur place peut aider à financer le voyage d’études : le salaire moyen à Dubaï s’élève à environ 3 000 $ par mois, même si le marché du travail est très flexible (on peut être licencié du jour au lendemain !).

Chercher un appartement et un billet d’avion

Un conseil : pour obtenir vos billets d’avion au meilleur prix, rendez-vous sur le comparateur Skyscanner.

Partir étudier au Maghreb : dans quelle zone de Marrakech habiter ? Une fois sur place, il faut bien cibler le quartier où loger : animé, et proche de son école de langue !

Le site compile les vols low cost au départ de tous les aéroports et à dates flexibles.

A ce jour du 14 février 2019, on peut par exemple trouver des allers simples et vols directs au départ de Paris, Lyon ou Marseille à moins de 200 € pour septembre 2019.

Se loger à Casablanca ou à Marrakech ou à Tunis peut être très bon marché. En revanche, trouver un appartement à Dubaï, ça peut coûter cher.

Les niveaux de vie comparés étant très variables, il est préférable de démarcher avant le départ pour trouver un logement sur place.

Comment faire ?

Commencez par consulter les annonces immobilières pour chaque pays d’accueil sur internet.

On vous conseille de louer une chambre d’hôtel ou un appartement – par Airbnb par exemple – pour la première semaine, le temps de visiter les logements une fois sur place.

Prenez bien en considération le fait qu’à la signature du bail pour loger à Dubaï, il faudra sans doute payer en avance la totalité du loyer pour un an. Il faut donc prévoir ce budget en conséquence.

Selon le site Expat.com, se loger au Maroc est similaire aux conditions de location en France : on peut louer une maison ou un appartement tout au long de l’année, avec un bail stipulant des paiements de loyers mensuels…bien moins élevés qu’en France !

Assurément, étudier l’arabe au Maroc ou en Tunisie est moins cher qu’aux Émirats Arabes Unis !

Réunir les documents les plus importants

On ne pense pas forcément à réunir tous les documents importants la veille du départ. Voici nos conseils pour être sûr(e) de partir sereinement et de pouvoir embarquer à l’aéroport.

Toujours veiller à ses papiers d'identité lorsque l'on est en-dehors des frontières françaises ! Le passeport : meilleur ami de l’étudiant en séjour à l’étranger !

Les documents les plus importants à réunir sont :

  • Le Passeport,
  • Le visa,
  • Le permis de conduire national ET international,
  • Le carnet de santé,
  • L’attestation d’assurance internationale.

Attention : bien vérifier que votre passeport est valables 3 à 6 mois après la date de retour envisagée.

On vous conseille de numériser tous ces documents, surtout le passeport et de les envoyer par courriel à votre propre adresse électronique : en cas de vol ou de perte, imprimer tel ou tel document d’identité permet de faciliter le renouvellement du document.

Vous devez revenir en France en urgence mais vous n’avez plus de passeport ?

Pas de panique !

L’ambassade de France à l’étranger ou le Consulat peut délivrer un laisser-passer uniquement pour le retour en France.

Prévenir les autorités françaises

On le répète : certaines zones des pays Arabes sont dangereuses.

Ainsi vaut-il mieux prévenir les autorités françaises d’un long séjour dans un des pays arabo-musulmans, afin d’être pris(e) en charge en cas de problème sérieux.

Inscrivez-vous pour ce faire sur Ariane, un service du Ministère des Affaires Étrangères français. Cela permettra :

  • De recevoir les indications de sécurité et de vigilance requises pour le pays,
  • D’être contacté en cas de crise survenue dans le pays,
  • De désigner une personne en tant que contact d’urgence.

A noter que les services consulaires peuvent aider un étudiant étranger parti au Moyen-Orient ou dans un pays Maghrébin :

  • Permettre à la famille de faire des dons monétaires,
  • Être couvert juridiquement en cas d’arrestation,
  • Contacter un médecin en cas de problème de santé,
  • Être accompagné (avocat, interprète, etc.) en cas de problèmes avec les autorités locales,
  • Se faire rapatrier gratuitement,
  • Se faire payer des dépenses de soins, etc.

Les accidents sont rares, mais le risque n’est jamais inexistant.

Respecter la culture arabe et la religion musulmane

Enfin, dernier conseil pour partir étudier dans un pays de religion musulmane : évidemment, respecter les us et coutumes locaux !

Vous êtes invité à boire un verre chez la famille ? Acceptez, c'est presque une règle de politesse ! Refuser un thé à la menthe au Maroc est impoli. C’est comme ne pas dire bonjour en France !

Cela paraît évident, mais il faut le rappeler car les incivilités ne sont pas une page d’histoire.

Les pays de culture arabe et islamique répondent de codes sociaux et de pratiques culturelles très différents de ceux dans les pays occidentaux.

Par exemple, il est mal perçu de critiquer la religion musulmane, de jeter du pain comestible, de saluer quelqu’un avec la main gauche.

La convivialité et la famille sont des valeurs prédominantes dans les pays arabo-musulmans : un lien d’autorité familiale est demeuré puissant entre les jeunes et leurs aïeux.

Cela explique d’ailleurs en partie pourquoi les pays du Monde Arabe sont ceux où le taux de suicide pour 100 000 habitants figure parmi les plus faibles du monde.

Voici quelques conseils et règles de politesse à respecter :

  • Dans la rue, ne jamais s’exhiber en mini-jupe ou en short, éviter tout décolleté
  • Ne pas jeter de déchets par terre,
  • Marchander dans les souks,
  • Toujours saluer son public (Salam aleikoum),
  • Ôter ses chaussures en entrant dans une mosquée ou une maison,
  • Accepter une invitation à boire le thé ou à manger,
  • Ne pas critiquer ouvertement la monarchie (Maroc).

Enfin, voici un dernier conseil : avant de partir pour prendre des cours d’arabe, n’hésitez pas à emporter un lexique arabe de survie !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar