Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Quels sont les tableaux les plus célèbres de l’histoire de la peinture ?

De Isaline, publié le 08/04/2019 Blog > Art et Loisirs > Dessin > Le top 10 des Peintures à Connaître Absolument !

« La science de la peinture est tellement divine qu’elle transforme l’esprit du peintre en une espèce d’esprit de Dieu. » Léonard de Vinci

Chaque jour, entre 15 000 et 20 000 personnes viennent visiter la Joconde au musée du Louvre. Il s’agit peut-être de l’œuvre la plus connue dans le monde. Pourtant de nombreux autres artistes ont marqué l’histoire de la peinture. Degas, Renoir, Kandinsky, Rembrandt, Vermeer, Courbet, Seurat, Klimt, Pissarro, Mondrian, Le Caravage, Warhol, Caillebotte, Goya, les peintures célèbres ne manquent pas à l’appel.

Voici les dix plus grands tableaux de l’histoire.

La Joconde de Léonard de Vinci

Qui ne connaît pas la fameuse Joconde ? Sans même l’avoir observée au musée du Louvre, il est impossible de ne pas connaître cette œuvre reproduite dans tous les manuels scolaires. Peinte par Léonard de Vinci au début du XVIème siècle, l’oeuvre représente le portrait d’une femme qui serait l’épouse de Francesco del Giocondola, une Florentine prénommée Lisa Gherardini.

Quelle est la particularité de Mona Lisa ? Un incontournable du Louvre !

L’histoire raconte que Léonard de Vinci, appelé par le roi François 1er en France, l’aurait embarqué dans ses valises pour venir s’installer au château du Clos Lucé à Amboise, près de l’une des résidences du roi. La peinture à l’huile fut ensuite exposé au château de Versailles, et est aujourd’hui exposée au Louvre et extrêmement protégée pour éviter que les visiteurs ne l’abîme.

Sa célébrité est notamment due au fait que l’oeuvre ait été volée en 1911 par un Italien souhaitant renvoyer l’œuvre dans son pays d’origine.

De plus, la composition du tableau attire particulièrement les amateurs d’art. En effet, le portrait est cadré d’une façon originale pour l’époque. Un peu comme une photo d’identité de nos jours. Mais en plus du cadrage, il a été remarqué que la Joconde nous suivait du regard, quel que soit l’endroit où nous l’observions. Un mystère encore étudié aujourd’hui et qui montre bien tout le génie de Léonard de Vinci.

Guernica de Pablo Picasso

Grande œuvre de Picasso, exposée au musée Reina Sofia de Madrid, Guernica mesure pas moins de 3,5 mètres sur 7,8 mètres. Elle fait partie des œuvres les plus importantes du Xxème siècle et témoigne d’un terrible événement ; le bombardement allemand de la ville du même nom que le tableau en 1937. Pablo Picasso souhaite alors retranscrire l’horreur mais surtout la souffrance des habitants espagnols ressentie lors de la guerre civile du pays. Le bombardement fera près de 2000 morts.

La composition du tableau et sa taille en font une oeuvre impressionnante et bouleversante. La toile fut longtemps gardée au MoMA de New York selon le souhait du peintre. Celle-ci ne reviendra en Espagne qu’en 1981, une fois le général Franco décédé.

La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix

Il est sans doute l’un des tableaux les plus connus du musée du Louvre. La Liberté guidant le peuple a été peint par le peintre romantique Eugène Delacroix en 1830, puis exposé au Salon de Paris de 1831. Le titre du tableau était alors « Scènes de barricades » en référence à la révolution des Trois Glorieuses qui suivra la Révolution Française. Durant la Restauration, et sous la règne de Charles X, des émeutes éclates à Paris et des barricades se lèvent pour défendre les libertés du pays. C’est ainsi que se met en place la Monarchie de Juillet.

Delacroix choisi de représenter la liberté sous la forme d’une femme portant le bonnet phrygien, symbole de la révolution, et tenant le drapeau français. Sa posture rappelle alors les statues antiques.

Le tableau est souvent repris comme symbole de la république et de la démocratie. Il est exposé au Louvre depuis 1874.

Qui a peint la Liberté guidant le peuple ? Le peintre romantique se sert de codes antiques pour représenter la liberté.

Le Radeau de la Méduse de Théodore Géricault

Premièrement appelé « Scène d’un naufrage » par son auteur, Théodore Géricault, le « Radeau de la Méduse » est l’une des peintures les plus célèbres du mouvement romantique, mouvement artistique dans lequel les événements d’actualité de l’époque ont toute leur place. Ce tableau de 491 cm de hauteur et 716 cm de largeur, peint entre 1818 et 1819, représente alors un triste événement survenu en 1816, au large des côtes sénégalaises.

Une frégate de la marine royale fait alors naufrage au bord des côtes africaines. Son capitaine, peu expérimenté, n’arriva pas à redresser l’embarcation. Les chaloupes n’étant pas suffisantes pour le nombre de marins, les officiers restant ont dû construire un radeau avec les moyens du bord. Sur les 150 hommes partis sur le radeau, seuls 10 survécurent aux tempêtes et épisodes de cannibalisme qui affecta l’équipage.

Pour réaliser cette œuvre, le peintre Géricault fit un véritable travail d’enquêteur en cherchant toutes les informations nécessaires pour coller le plus possible à la réalité. En arrière-plan, un bateau de sauvetage est même dessiné donnant de l’espoir aux échoués, mais en vain puisque celui-ci ne les verra pas.

Pourquoi ne pas prendre des cours de dessin en ligne ?

Impression, soleil levant de Claude Monet

Peint en 1872 par Claude Monet, « Impression, soleil levant » marqua l’histoire de l’art en créant le mouvement impressionniste. Claude Monet, reproduit à cette époque le port du Havre dans un style totalement étranger pour l’époque. Aux thèmes sérieux et actuels du romantisme, Monet préfère mettre en avant les scènes quotidiennes comme le lever du soleil.

Le nom « impressionniste » vient alors des critiques d’art de l’époque qui se moquent de ce nouveau style annoncé par « Impression, soleil levant ». C’est notamment dans le journal satirique Le Charivari, que les critiques s’amusent à moquer les artistes comme Renoir, Pissaro et bien sûr, Monet.
Le journal dira notamment :

« Messieurs Monet et Pissaro et Mademoiselle Morisot semblent avoir déclaré la guerre à la beauté. »

Cette critique de l’époque donna donc naissance au grand mouvement des impressionnistes. Se détachant des œuvres très académiques de l’époque, les peintres impressionnistes prennent plaisir à peindre des instants de la vie quotidienne faits de couleurs plutôt vives. Avec ce tableau, Claude Monet est donc considéré par les historiens de l’art, comme un véritable chef de fil pour le mouvement.

Déjeuner sur l’herbe d’Édouard Manet

« Le Déjeuner sur l’herbe » est une œuvre majeure de l’histoire. Considérée comme l’une des premières œuvres de la peinture moderne, elle est à l’époque, rejetée par le jury du Salon de 1863. Le tableau est alors exposé au Salon des refusés la même année, puis l’année suivante, suscitant l’indignation des visiteurs.

La femme nue du premier plan, accompagnée de deux hommes habillés, choque les Parisiens. L’œuvre est largement critiquée tant par son sujet que par son style. Édouard Manet, en réalisant cette peinture, se détache définitivement des codes de la peinture de l’époque. La perspective n’est pas respectée et les ombres et lumières détachent les personnages du sous-bois. Une façon de peindre très peu appréciée à l’époque mais qui fait de Manet l’un des plus grands peintres de notre histoire. Il est souvent étudié en cours de dessin.

Pourquoi Manet est-il célèbre ? Le tableau a choqué de nombreux Parisiens.

La Grande vague de Kanagawa de Hokusai

Cette œuvre du peintre japonais Hokusai a très largement inspiré les peintres impressionnistes de l’époque. Réalisée en 1830 ou 1831 durant l’époque d’Edo, l’oeuvre est une estampe japonaise plus connue sous le nom de « La Vague ».

Elle fait partie d’une grande série de l’artiste intitulée « Trente-six vues du mont Fuji », connue pour l’utilisation du bleu de Prusse. L’oeuvre est notamment célèbre à l’époque grâce au mélange des caractéristiques de l’estampe japonaise traditionnelle accompagnée des traits de perspective plutôt occidentaux.

Largement appréciée au Japon, comme en Europe, La Vague est une œuvre majeure de l’histoire de l’art international. Plusieurs versions sont conservées par les musées Guimet, le Metropolitan Museum of Art, le British Museum, ainsi que la Bibliothèque nationale de France.

Le Cri d’Edvard Munch

Le Cri, peint en 1893, est l’oeuvre majeure du peintre norvégien Edvard Munch. Figure de la peinture expressionniste et de l’art moderne, il s’inscrit dans la même lignée que des artistes comme Van Gogh ou Gauguin.

L’oeuvre le Cri représente une forme humaine, regardant le spectateur d’un air horrifié. L’arrière-plan n’est pas très net mais on peut observer la rambarde d’un pont dans des couleurs orangées et bleues. On distingue également d’autres silhouettes.

Cette œuvre de Munch inspire la peur et l’angoisse. Munch est souvent décrit comme un artiste torturé. De nombreux drames ont façonnés sa vie comme la mort prématurée de sa sœur aînée ou de sa mère. Des troubles mentaux sont aussi détectés au sein de sa famille.

L’oeuvre est connue dans le monde entier et à été détournée de nombreuses fois, rendant le tableau très populaire. On peut notamment imaginé que l’oeuvre ait inspiré le masque du film Scream.

Les Demoiselles d’Avignon de Pablo Picasso

Premièrement intitulé « Le Bordel d’Avignon » ce tableau de Pablo Picasso marque le début de la déconstruction et l’arrivée du cubisme. Peint en 1907, Les Demoiselles d’Avignon est le résultat d’une expérimentation menée par Picasso et par son ami Georges Braque.

À l’époque, Picasso reçoit une lettre de Cézanne faisant référence à l’aspect du monde fait de ronds et de carrés. L’artiste décide alors d’utiliser ces termes pour représenter le monde selon les formes géométriques. Il fait ainsi de nombreuses esquisses avant d’arriver au résultat tel qu’on le connaît.

Les personnages du tableau paraissent alors déformées et géométriques. Un tableau qui créé encore une fois un véritable scandale dans le milieu de l’art mais introduit le début de l’art contemporain du XXème siècle.

Qui a inventé le cubisme ? Le tableau annonce le mouvement cubiste.

Persistance de la mémoire de Salvador Dali

Grand peintre du mouvement surréaliste, le tableau « Persistance de la mémoire » est l’une des plus grandes œuvres de l’artiste. Peint en 1931, l’huile sur toile représente la plage de Portlligat sur laquelle des montres semblent fondre au soleil. Dali semble ici partager l’idée du temps qui passe et son angoisse devant cette réalité. L’oeuvre est plus connue du grand public sous le nom « Les Montres molles ». L’artiste se serait inspiré de camemberts fondus lors d’un repas. Pour admirer l’oeuvre, il est nécessaire de se rendre au Museum of Modern Art à New York.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar