Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Comment apprendre le lexique de la langue française aux cycles 2 et 3 de la scolarité ?

Blog > Soutien scolaire > Français > Le Vocabulaire à Connaître à l’Ecole Primaire !

« Plus une société devient démente, plus le langage a pour charge de planquer cette démence derrière un lexique fréquentable. » Daniel Pennac.

Pour apprendre le français, les enfants d’école primaire doivent s’approprier une grande quantité de compétences linguistiques, bien que le français soit leur langue maternelle : apprentissage de la lecture, étude grammaticale, exercices de français écrit, expression orale et vocabulaire.

Le français usuel contiendrait environ 32 000 mots. Pourtant, le dictionnaire français Larousse recense quelques 59 000 mots, et le Littré, plus de 132 000 mots actifs.

Tout au long de la scolarité, les élèves étendent leur lexique du français : en classe de 6ème, un élève est censé connaître jusqu’à 6 000 mots (un adulte ayant un haut niveau d’éducation en connaîtrait entre 25 000 et 40 000).

Comment apprendre le vocabulaire français à l’école élémentaire ? Voici un panorama de quelques astuces aux écoliers.

Quels intérêts d’apprendre le vocabulaire français en enseignement primaire ?

Il existe une relation réciproque entre le vocabulaire français et l’apprentissage de la lecture : plus l’élève est habile en lecture, plus il va acquérir de vocabulaire et plus sa progression sera rapide.

La lecture dès le plus jeune âge aide à la scolarité. Lire : la solution numéro une pour enrichir son vocabulaire !

L’apprentissage du français langue maternelle ne commence pas avec l’entrée en petite section de maternelle, mais dès l’âge de deux ans.

Lorsque le bébé acquiert la parole, il reproduit les mots énoncés par les membres de sa famille et apprend ses 50 premiers mots. En classe de maternelle, l’école oeuvre à une découverte du monde et à faire une différenciation entre le langage oral et le langage écrit.

En petite section, le jeune apprenant découvre ses 750 premiers mots, puis il doit mémoriser jusqu’à 1500 mots en moyenne section, et arriver à la connaissance de 2500 mots de vocabulaire en grande section de maternelle : c’est la découverte du principe alphabétique.

Tout au long des cycles 2 et 3 – classes de CP CE1 CE2, CM1 et CM2 -, l’étude de la langue se poursuit par l’acquisition des aptitudes permettant d’enrichir son vocabulaire et d’apprendre à lire et écrire.

Ainsi est-il demandé aux élèves d’apprendre entre 2500 mots et 6000 mots entre le cours préparatoire (CP) et le CM2.

Cela représente, pour l’enfant, un grand gouffre dans lequel il faut sauter mais rassurez-vous : il sera toujours, à l’école, accompagné de la pédagogie de son professeur des écoles.

La phase des apprentissages fondamentaux du cycle 2 concerne les classes du CP, CE1 et CE2.

Éduquer un enfant pour qu’il connaisse un maximum de champs lexicaux revêt plusieurs enjeux :

  • Enjeux philosophique et sociologique : apprendre à nommer et imagier le monde, se faire une appropriation du monde pour exprimer une pensée, agir et interagir, communiquer,
  • Enjeux linguistiques : augmenter son lexique et comprendre le sens de chaque mot appris.

L’acquisition du vocabulaire par l’enfant dès l’école maternelle, puis au cycle primaire, vise à classer les mots au sein des types de phrases et parvenir à les écrire dans l’ordre grammatical (sujet, verbe, objet et adjectif).

En outre, l’élève se constitue un répertoire syntaxique par le truchement de l’étude de textes, de documents, comptines et supports multivariés.

Acquérir le langage est aussi un outil de socialisation contribuant à l’intégration sociale de l’enfant : plus il va manipuler un nombre croissant de mots et assimiler le sens des mots, plus il sera doué en lecture-écriture, et plus son cerveau sera rapide intellectuellement parlant.

Ainsi évitera-t-il les situations d’échec scolaire.

Mais comment enseigner le vocabulaire aux enfants ? La lecture est un excellent moyen d’améliorer son vocabulaire…

Enseigner le vocabulaire en français primaire : les programmes scolaires

Le cours de français et les exercices de vocabulaire occupent une place prépondérante dans le système scolaire.

Ceci est bien normal, car chaque mot français inconnu de l’élève met un frein à la bonne compréhension de texte ou à la compréhension orale.

Comment donner un bon niveau lexical à tous les enfants du pays ? Voici les thèmes au programme pour enseigner le français aux écoliers.

Mais l’acquisition du vocabulaire et l’aptitude à parler avec une certaine acuité ne se cantonne pas au cours de français : l’histoire-géographie et les mathématiques impliquent également de progresser dans un vocabulaire technique et spécifique.

D’après une étude de 2007, les enfants en fin de CE1 dont le vocabulaire est le plus pauvre connaissent 3 000 mots en moyenne tandis que les élèves ayant le moins de difficultés scolaires atteignent 8 000 mots connus.

Dans le même rapport, il est lu qu’afin de ne pas exclure les élèves de la communauté des locuteurs, le ministère de l’Éducation Nationale porte l’ambition de « distribuer de manière plus équitable le pouvoir des mots afin que certains ne soient pas exclus de la communauté de parole, de lecture et d’écriture. »

Les programmes scolaires du cycle 2 de l’école primaire – en vocabulaire – visent à un perfectionnement des initiations suivies en maternelle par la pratique d’activités de lecture et d’écriture récurrentes au cours de l’année scolaire.

Pour ce faire, l’Éducation Nationale demande au professeur de français primaire de respecter le projet éducatif implémenté par le bulletin officiel.

Ce dernier doit donc s’efforcer de déployer des ressources pédagogiques permettant la régularité, la répétition et la clarification des apprentissages des élèves.

Au cycle 2, on incite les élèves à faire une analyse différenciée des mots de façon de plus en plus aisée, à pratiquer la lecture à voix haute et, entre autres, à écrire.

L’objectif est d’arriver à faire mémoriser l’orthographe de mots fréquents ou de mots irréguliers, d’identifier avec cohérence sémantique l’ordre des mots d’une phrase simple et enfin, d’apprendre et assimiler des mots nouveaux.

Les parents d’élèves attendent donc de l’école qu’elle permette à leurs enfants d’acquérir un savoir-faire méthodologique.

Au cycle 3 – CM1, CM2 et sixième -, les élèves poursuivent la consolidation des aptitudes censées acquises au niveau scolaire précédant. Les nouveaux programmes publiés dans les textes officiels visent à « former l’élève lecteur ».

Ils introduisent l’analyse et la compréhension de textes et d’écritures, et ajoutent :

  • Maîtriser la forme des mots en lien avec la syntaxe,
  • Observer le fonctionnement du verbe et l’orthographier.

Tous les enfants sont, en théorie, amenés à maîtriser le socle commun de connaissances que les établissements scolaires ont pour mission de dispenser.

Cependant, un certain nombre d’élèves ne parviennent pas à suivre la rapidité des rythmes scolaires imposés :

En 2008, en France, 15 % des élèves de niveau primaire dans l’enseignement public étaient en grande difficulté.

Malgré ce constat, le système éducatif peine toujours à parvenir à ses ambitions de conférer à nos élèves Français un langage oral et écrit riche et varié, organisé et compréhensible…

Améliorer sa grammaire française est indispensable à l’école primaire.

Cours de français primaire : comment enseigner le vocabulaire ?

Lire des œuvres de littérature contribue fortement à enrichir le vocabulaire des élèves.

Mais peut-on faire lire et comprendre du A. Camus, E. Zola ou J-P Sartre à des enfants de 8-9 ans ? Rien n’est moins sûr, à moins d’enseigner à des enfants prodiges.

Chaque élève n’a pas, rappelons-le, le même type de mémorisation. Certains ont une mémoire visuelle, auditive ou kinesthésique.

Etudier le vocabulaire de sa langue maternelle : comment s'appelle ce cercle de savon ? Certains enfants ont besoin de s’amuser et de visualiser pour mémoriser les mots français.

Mobiliser les types de mémoire

Dans la mémorisation par approche visuelle, on peut :

  • Ecrire le mot que l’élève doit apprendre,
  • Faire lire le mot à voix haute par l’élève,
  • Faire épeler le même mot,
  • Faire écrire ou recopier le mot sur une feuille,
  • Demander à l’élève de « photographier » le mot avec ses yeux,
  • Demander à l’enfant de fermer les yeux et d’épeler le mot à voix haute,
  • Demander à l’apprenant d’écrire le mot,
  • L’adulte corrige ensuite l’orthographe du mot.

On pourra demander à l’élève de distinguer les voyelles et les consonnes du même mot.

L’opération est différente pour enseigner le français avec la mémoire auditive :

  • Le mot est écrit sur une feuille vierge,
  • L’élève écrit le mot en prononçant chaque lettre à voix haute,
  • L’élève nomme le mot,
  • Ensuite, il réécrit le mot et le relit à deux ou trois reprises,
  • Le mot est ensuite caché, mais l’élève doit l’écrire de mémoire.

La mémoire kinesthésique allie les approches auditive et visuelle :

  • L’enfant prononce le mot à voix haute,
  • Il écrit et redit le mot,
  • Il vérifie le mot et le corrige si besoin,
  • Il trace le mot avec son doigt dans le vide ou sur une surface (un mur ou dans le dos de l’adulte),
  • Il redit le mot à nouveau à voix haute,
  • Il écrit le mot de mémoire, le vérifie et le corrige.

Bon, c’est bien pour un seul mot, mais lorsqu’une page entière de texte demeure incomprise, on ne peut faire cet exercice pour chaque mot !

L’enseignant pourra compléter par la dictée, le dessin ou le jeu.

Des jeux pour apprendre le vocabulaire

Les outils pédagogiques à disposition des professeurs sont en effet majoritairement constitués de jeux pour apprendre et de dictée.

Avant la petite section de maternelle, le vocabulaire appris demeure rudimentaire. Victoire ! Mon enfant a réussi à prononcer son 50ème mot aujourd’hui !

Et oui, il ne faut pas dégoûter les plus jeunes de la langue française, le moyen le plus efficace pour capter leur attention est donc d’apprendre sans contrainte.

Voici quelques jeux que l’on peut faire avec un élève en classe ou son enfant :

  • Chercher les familles de mots : pour le mot « territoire » par exemple, on pourra demander à l’élève si d’autres mots lui viennent à l’esprit (on attendra « terrain » ou « terre »),
  • Faire écrire ailleurs que dans le cahier : sur un tableau blanc, des feuilles de couleur, etc., pour libérer la créativité,
  • Réviser les mots de la vie courante (vêtements, objets de la maison, couleurs, animaux, etc.) et les catégoriser pour apprendre le champ lexical,
  • Créer des listes de mots de vocabulaire et les faire lire à voix haute par l’élève,
  • Faire lire les mots à l’enfant pendant que l’adulte les écrit (inversion des rôles) : c’est l’enfant qui va se former lui-même et sans le savoir !,
  • Jouer au jeu des capitales du monde et épeler les villes : en même temps que d’apprendre la géographie physique, on apprend l’orthographe des noms propres.

En variant la méthodologie, apprendre le vocabulaire peut être une activité amusante pour les jeunes enfants.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar