Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Faire de la photographie son métier : le mode d’emploi !

De Alexia, publié le 31/07/2018 Blog > Art et Loisirs > Photographie > Comment Devenir Photographe Professionnel ?

« Photographier, c’est mettre sur la même ligne de mire la tête, l’oeil et le coeur. C’est une façon de vivre », disait Cartier-Bresson.

Métier passion, on ne décide pas de devenir photographe pro du jour au lendemain.

C’est généralement un rêve d’enfant, une grande capacité d’observation et une fibre artistique qui poussent quelqu’un à faire de la photographie son métier.

Le métier de photographe apparaît, selon une étude d’Orientation Education en 2013, en première position des métiers préférés en France.

Quoi de mieux que de pouvoir vivre de sa passion ?

Superprof décrit pour ses lecteurs la marche à suivre pour faire de la photographie votre métier !

La nature du métier de photographe professionnel

Avant toute chose, il est important de connaître les spécificités d’un métier avant de se lancer dans la poursuite d’études dans ce domaine et d’en faire un métier-passion.

Trois missions principales régissent le métier de photographe professionnel.

Comment devenir photographe pro ? Prendre des cours photo est primordial pour améliorer sa technique.

La réalisation de prises de vue

Que l’on choisisse d’être un photographe de mode, d’être reporter photographe ou photographe studio, l’essentiel du travail passe évidemment par la prise de vue.

La préparation peut être importante avant de prendre en photo un sujet ou un paysage en photo. Prendre des photos est tout un art et demande une grande réflexion pour bien choisir la lumière, l’angle ou encore le cadrage.

De même, la photo peut avoir un thème, répondre à un sujet d’actualité, mettre en scène plusieurs personnes… La préparation peut parfois être longue avant d’appuyer sur le déclencheur.

Le développement, le tirage et la vente

Même si aujourd’hui le développement est souvent confié à des laboratoires, en école de photographie, on apprend à développer ses clichés ainsi qu’à les retoucher si besoin est dans une salle noire.

Peu de photographes travaillent encore en argentique mais quand on apprend, c’est souvent un passage obligatoire. Le post traitement des images est essentiel mais est souvent confié à un laboratoire photo.

Ainsi, la vente peut elle aussi être confiée à un technicien photo mais peut-être est-il préférable de le faire soi-même ?

La retouche numérique

Bien sûr, comme la quasi-totalité des photographes d’aujourd’hui, on utilisera certainement un appareil photo reflex numérique. Les photos seront donc stockées sur ordinateur.

Il est parfois nécessaire de les retoucher à l’aide de logiciels comme Photoshop.

On ne parle pas de photoshopper les mannequins, cela doit maintenant être indiqué sur la photo si tel est le cas, mais de régler la lumière, de gommer une ombre disgracieuse…

L’apprenti photographe doit savoir manier l’ordinateur !

Quels sont les métiers de la photographie ?

En réalité, être photographe recouvre bien des métiers différents, qui n’ont pas forcément grand chose à voir les uns aux autres.

Pour chercher l'expression du visage, il faut aussi un bon appareil... Un smartphone pour se mettre photographe : est-ce vraiment sérieux ?

Un pianiste et un batteur, un violoniste et un guitariste sont tous des musiciens : pourtant, ils peuvent être musiciens professeurs, musiciens concertistes, intermittents du spectacle, etc.

De la même façon, les photographes officient dans des domaines et des structures variés (publicité, presse, photo d’art, photo de mode, etc.).

Photographe d’art

Le photographe d’art doit être créatif et innovant, pour retranscrire sur papier (ou écran) les sujets qu’il observe : photo de paysage, photo de mode, photo culinaire, etc.

C’est l’un des métiers les plus prisés dans le monde de la photographie car il fait appel à la créativité et à l’expression artistique. C’est ce domaine de la photographie qui nécessite d’avoir une bonne prise de vue, le bon coup d’œil, la meilleure lumière naturelle ou artificielle.

Peu de personnes peuvent vivre de cet art qui est souvent relégué au rang de loisir extra-professionnel : nombreux sont les photographes d’art qui exercent en effet une activité parallèle (professeur, infographiste, rédacteur web, photographe mariage, journaliste) car cette activité demeure très précaire.

C’est hélas à l’image de l’écrivain – il est quasiment impossible de vivre de sa plume lorsque l’on n’est pas repéré ou connu – et du musicien, même s’il nous apparaît plus facile de vendre ses photos que de rencontrer le succès avec la littérature…

Photographe prestataire

Pour le compte d’une entreprise privée ou des services publics, le photographe prestataire effectue des prises de vue pour ces derniers sur des sujets, bien souvent imposés.

Ce photographe indépendant agit pour le compte de ses clients et leur adresse des factures comme tout autre entrepreneur. Il se situe dans la prestation de services et donc moins dans la création artistique.

Photographe de presse

Autrement appelé photojournaliste, ce photographe travaille majoritairement auprès de groupes et agences de presse. Journaliste de formation (souvent), il dispose d’une carte de presse et réalise des reportages pour des quotidiens, de la presse magazine, etc.

Le photographe peut être amené à réaliser des plaquettes, à intégrer des photos dans un site web : à ce titre, il doit posséder une double compétence : rédacteur web, infographiste ou retoucheur sur Indesign ou Photoshop.

Les photos rencontrant le plus de demande sont celles de la presse people, où l’on est à l’affût du moindre agissement, de chaque déplacement de telle ou telle star, des hommes politiques, etc, à la recherche d’un scoop qui n’en est pas réellement un.

Photographe en laboratoire

Autrement dit « technicien de laboratoire photo », ce photographe effectue du traitement de photo (développement, tirage, finition) et travaille sur des machines à commande numérique.

Retoucheur

La retouche des images numériques a ouvert une pléthore de métiers du web : retoucheur (améliorer les négatifs, modifier une image sur ordinateur, etc.), contrôleur et réparateur d’appareils photo, etc.

Les compétences requises pour exercer le métier de photographe pro

Devenir photographe pro, pourquoi pas ?

Ce n’est pas parce que la photographie est une passion qu’elle peut devenir un métier. Les métiers de la photographie sont exigeants et requièrent une liste de compétences-clés essentielles.

Quelle formation photographe choisir ? Annie Leibovitz, reine de la photo portrait.

Technique et créativité

Lors d’une séance photo, il est évidemment obligatoire de connaître la technique. Mais photographe est un métier artistique avant tout.

Comme on exige d’une danseuse qu’elle soit technique pour bien réaliser les mouvements, on exigera de même du photographe. Mais une danseuse créative sera d’autant plus appréciée, de même pour le photographe.

Le photographe doit savoir :

  • Réaliser des prises de vue conformes à son cahier des charges,
  • Adapter lumière, cadrage et composition,
  • S’adapter à son sujet si celui-ci est une personne,
  • Commercialiser ses clichés,
  • Régler ses appareils,
  • S’adapter à l’évolution technologique du matériel de photographie.

Musées, livres, voyages, festivals… N’hésitez pas à cultiver l’image pour affiner votre regard et affirmer votre personnalité à travers vos photos.

Ne sortez jamais sans votre appareil. C’est le meilleur moyen d’apprendre la photo !

Un photographe compétent et avant-tout très polyvalent :

En témoigne Chloé, apprentie photographe :

« Actuellement en formation en BTM photographie, j’effectue mon contrat d’apprentissage dans un laboratoire. Je rencontre au quotidien des photographes professionnels, qui me livrent leurs travaux. Photos d’exposition, scolaires, de mariage… j’en fais le développement, les corrections colorimétriques, les tirages. Une ou deux fois par semaine, je réalise aussi des photos en studio : portraits de famille, portraits pour des books.

Mon passage en laboratoire m’aura permis de développer mes connaissances techniques, mais plus tard j’espère être photographe indépendante et plutôt faire de la photographie sociale, c’est-à-dire des photos de mariage par exemple. Mon plaisir, c’est quand une personne me dit qu’elle se trouve belle. Ça veut dire que j’ai réussi à la mettre en valeur. Créer des souvenirs, c’est ce qui me plaît dans mon métier. »

Avoir le sens du relationnel

Peu importe que l’on soit photographe salarié, prestataire photographe mariage, photographe indépendant ou photographe d’art, savoir communiquer est primordial.

Les aptitudes relationnelles aident forcément à obtenir des clients, des contrats, des modèles, voire une équipe (maquilleur-se, coiffeur-se, assistant-e, etc.).

Il est important de savoir communiquer avec eux avec tact et diplomatie.

Pour mettre à l’aise un modèle, déléguer des tâches ou exprimer son opinion quant à son travail, il faut être un bon communicant.

Il faut savoir se rendre disponible et ouvert d’esprit, être patient, imaginatif, cultivé et par ailleurs être doté d’une grande faculté de concentration.

Par ailleurs, il faut être à l’écoute et avoir le sens de l’empathie, surtout pour instaurer une relation de confiance avec son client.

Une bonne connaissance du matériel photographique et informatique

Acquérir du bon matériel de photographie, la base. Faire ses courses chez les antiquaires n’est pas la meilleure idée pour s’installer comme photographe…

Les outils photographiques évoluent rapidement de nos jours.

Il est important pour le photographe de se tenir au courant des dernières tendances et des possibilités de faire évoluer son matériel photo.

De même, une connaissance informatique va de pair avec le métier de photographe aujourd’hui. Ne pas se laisser dépasser est obligatoire.

Pour parvenir à dompter les aléas technologiques de son temps, il faut souvent effectuer un travail de veille pour être au courant des pratiques professionnelles en vigueur dans le métier, de celles qui au contraire, ne le sont pas.

Toutefois, les meilleurs photographes ne sont pas nécessairement ceux qui maîtrisent parfaitement la technique : à l’instar de musiciens de jazz manouche qui n’ont jamais lu une partition et qui jouent merveilleusement bien…

Il est essentiel d’acquérir un certain niveau de technique, la photographie n’étant pas un art hasardeux, mais la créativité – c’est-à-dire la capacité à se recycler, à sortir des sentiers battures, ne pas rester dans sa zone de confort – doit toujours supplanter la technicité, parfois très scolaire et académique !

Quelle formation choisir pour devenir photographe professionnel ?

Plusieurs possibilités s’offrent à l’étudiant désireux de poursuivre ses études en photographie numérique.

Que l’on veuille faire des études courtes ou des études longues, il y en a pour tous les goûts. Mais alors comment devenir photographe ? Un certain nombre de formations existent.

Comment photographier correctement un sujet ? Travailler dans un labo photo demande des connaissances en physique chimie.

Le CAP photo

Accessible sans le baccalauréat, cette formation donne droit à un diplôme d’État reconnu par l’Éducation Nationale.

Le Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP photographie) est un premier diplôme permettant d’intégrer le marché de l’emploi ou de poursuivre des études plus longues dans le domaine.

Ne pas oublier qu’outre l’apprentissage de la photo et les cours d’histoire de la photographie, figurent également au programme les enseignements de français et d’histoire-géographie, de physique-chimie ou encore d’éducation physique et sportive !

Le Bac Professionnel en photo

Autre formation de la photographie, le bac professionnel photo permet de se préparer aux métiers d’assistant photographe, de technicien de laboratoire, d’opérateur en magasin photo.

Ses apprentissages techniques majeurs concernent la prise de vues et le traitement de l’image. Réalisées en studio ou à l’extérieur, les prises de vue mènent à perfectionner ses connaissances en tirage photo argentique ou numérique.

Avec un bac pro, on peut travailler dans des agences de presse ou d’illustration, auprès de studios privés, de services photos de collectivités territoriales et d’institutions, de commerces de matériels et de photographies, ou en tant qu’indépendant (freelance).

Faire un BTS pour devenir photographe

Autre option efficace : intégrer un BTS photographie après avoir suivi un bac pro photographie ou non.

Voilà ce que résume le site Onisep pour les diplômés d’un BTS Photographie : les titulaires du BTS Photo sont capables « d’assurer la prise de vue photographique (reportage, photo scientifique, travail en studio…), le développement et le tirage, l’élaboration et la retouche d’images numériques, la vente de produits et de matériel photo. »

De bonnes connaissances en physique et chimie sont un plus pour intégrer la formation photographie, ne serait-ce que pour la sensitométrie, mais tous les bacs sont acceptés.

Le BTS photo permet de s’intégrer sur le marché du travail après deux ans de formation. Cependant la poursuite d’études en école ou en licence est toujours possible avec un bon dossier.

A l’issue des deux années d’études, les diplômés sont capables d’assurer :

  • La prise de vue photographique, le développement et le tirage,
  • L’élaboration et la retouche de photos numériques,
  • La vente de produits et de matériel photo.

En plus d’une formation technique, les étudiants sont également formés en gestion et communication pour pouvoir devenir conseiller de clientèle en magasin, photographe indépendant ou salarié, ou encore vendeur dans une boutique spécialisée.

11 établissements proposent un BTS photo en France, notamment sur Marseille (Lycée professionnel Blaise Pascal), Montpellier (Studio M) ou encore Lyon (Lycée professionnel de la SEPR).

Apprendre la photographie dans le sud du pays : un luxe ! Monpellier (34), la Place de la Comédie : la meilleure ville de France où étudier !

Choisir une licence pour devenir photographe

La formation photo peut également se faire sur trois ans en choisissant :

  • Le bachelor photographie à l’école Studio Créa Paris,
  • Le certificat supérieur de formation professionnelle de photographie à l’école MJM Graphic Design présente à Paris et Rennes,
  • Le diplôme d’école privée de photographie. Quatre écoles offrent ce diplôme : l’Ecole de Condé Arts Appliqués de Nancy, l’Ecole Privée de Communication Visuelle de Paris, Spéos Paris London Photographic Institute et Gobelins, l’école de l’image à Paris.

Toutes ces formations proposent des cours de photo et stage photo lyon pour se former au métier et entrer sur le marché du travail à l’issue des études. Chaque formation photo est inscrite au RNCP.

Les études supérieures pour devenir photographe

Si les études longues ne font pas peur, il est enfin possible de faire un master (bac+5) pour devenir photographe professionnel. Avec ces formations, il est aussi souvent possible de devenir journaliste reporter d’images ou encore reporter photographe :

  • L’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles,
  • L’Ecole Nationale Supérieure Louis Lumière spécialité photographie à Saint-Denis (stage photo paris),
  • L’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs à Paris. Ce diplôme permet également de devenir accessoiriste, architecte d’intérieur, designer graphiste ou encore styliste, en plus de devenir photographe,
  • Le Diplôme National Supérieur d’expression plastique option art à l’Ecole Supérieure d’arts et médias de Caen-Cherbourg,
  • Le Diplôme National Supérieur d’expression plastique option communication à la Haute Ecole des Arts de Strasbourg ou à l’Institut Supérieur des Beaux-Arts de Besançon.

Bien choisir ses études est essentiel quand on souhaite devenir photographe. Mais quand la passion est là, on sait qu’on fait le bon choix.

Faut-il un diplôme pour devenir photographe professionnel ?

Doit-on en effet absolument faire des études supérieures pour vivre de son art ? Après tout, ne peut-on pas être photographe autodidacte et se proposer comme professionnel ?

Si l'on a la fibre artistique, suivre une formation n'est pas nécessaire. Il n’y a pas besoin d’un haut diplôme de l’université d’Oxford pour photographier de belles choses !

Comme nos professeurs particuliers sur Superprof, le métier de photographe n’est pas une profession réglementée.

Cela signifie qu’il n’y a aucun niveau de diplôme régissant l’installation d’un photographe en tant que professionnel : on peut dès la majorité demander un numéro de SIRET et s’auto-proclamer photographe pro.

Vivre de ses photos signifie hélas être un chef d’entreprise et la seule obligation légale régie par la loi française concerne le paiement des cotisations et des impôts sur les revenus perçus.

S’il n’existe aucune disposition légale contrevenant à son installation au même titre que le métier de professeur particulier, restaurateur, boulanger ou graphiste – par exemple -, il faut toutefois attester de ses compétences auprès de prospects à convertir en futurs clients.

Ainsi, maîtriser les règles de base de la photographie (gestion de la lumière (exposition), cadrage (composition), profondeur de champ, vitesse d’obturation, etc.) demeure essentiel.

Tout comme un musicien, il faut savoir identifier son propre style photographique et disposer d’un portfolio bien rempli pour séduire ses interlocuteurs.

Quant à la légitimité, elle se fera avec le temps, au fur et à mesure des réalisations.

Alors évidemment, c’est mieux lorsque l’on sort d’une formation spécifique en photo mais il faut toujours se rappeler que tout le monde peut se mettre à la photo.

De nombreux photographes ont réussi une reconversion professionnelle : pourquoi pas vous ?

La photographie est un art pour lequel on a peut-être des talents cachés, or sitôt dévoilés, on pourrait bien avoir envie de démissionner de son emploi que l’on subit parfois pourtant depuis de trop longues années…

Quel est le salaire d’un photographe professionnel ?

Passez au mode manuel de votre appareil ! Après un bac pro photo, les débutants démarrent généralement au SMIC.

Pour un salarié en laboratoire photo, la rémunération n’excède que rarement le salaire minimum (SMIC). Son salaire évoluera en fonction de son ancienneté et de la notoriété du laboratoire photo.

Pour un indépendant, les tarifs varient de 700 à 1200 € minimum la journée de prise de vue.

Le salaire mensuel dépend donc du nombre de prises de vue réalisées mais peut rapidement devenir intéressant en fonction de la notoriété du photographe. D’où l’importance de bien communiquer et de remplir son carnet d’adresses.

Pour un salarié, le salaire débutant sera environ de 1430 €. Il évoluera en fonction de son ancienneté, de la grosseur de l’entreprise et de l’importance de la hiérarchie, pouvant atteindre 2 500 €.

Un photographe de presse débutera également au SMIC. Il a le statut d’un journaliste.

Pour un photographe animalier, ce sera souvent plus compliqué…

En synthèse : 

  • Le photographe réalise des prises de vue après un travail de réflexion sur la lumière, l’angle de vue, l’histoire qu’il veut raconter à travers sa photo. Mais il doit aussi être capable aujourd’hui de développer ses photos, de les retoucher en laboratoire ou sur ordinateur et de vendre son travail. La polyvalence est de rigueur,
  • Créativité, technique et sens du relationnel sont les trois qualités essentiels à ce métier,
  • Les formations sont nombreuses du bac au bac+5 et souvent situées à Paris. Il faut être prêt à monter à la capitale, ce qui n’est pas toujours un choix aisé lorsque l’on a tous ses ports d’attache (famille, amis, conjoint(e)) loin de Paris (Marseille, Nice, Lyon, Montpellier, Toulouse, Strasbourg, Bordeaux, Brest, etc.). Mais quand on a une passion, autant aller au bout !,
  • La mobilité internationale est également parfois une nécessité : il faut être prêt à partir pour Montréal, New-York ou Londres pour trouver du travail s’il n’y a pas de poste à pourvoir en France,
  • On peut se déclarer photographe professionnel sans suivre une formation diplômante : l’autodidacte, s’il a la fibre artistique, peut faire de belles photos,
  • Enfin, le salaire du photographe débute au SMIC et peut atteindre 2 500 € pour un salarié expérimenté. En exerçant en indépendant, la facturation se fait à la prestation et le salaire dépendra donc des négociations établies avec les clients.

Vous n’avez pas trouvé de formations diplômantes mais vous souhaitez être accompagné(e) par un professionnel avant de se lancer ?

Prendre des cours particuliers auprès de nos professeurs sur Superprof peut conférer un tremplin avant votre installation : cours intensifs ou initiation, ne serait-ce que pour se rassurer sur son niveau de compétences photographiques !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 2,40 sur 5 pour 5 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar