Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Comment faire un dessin pour se faire tatouer ?

De Julie, publié le 25/06/2018 Blog > Art et Loisirs > Dessin > Comment Dessiner un Tatouage ?

Le tatouage est devenu tendance. S’il y a quelques années, il était encore marginal, aujourd’hui, il connait un véritable engouement.

Selon une étude Ifop publiée par le Syndicat national des artistes tatoueurs en 2017, 14 % des Français de plus de 18 ans sont tatoués, ce qui représente 7 millions de personnes.

80 % des 18-24 ans estiment d’ailleurs que le tatouage est un art. En comparaison, en 2010, seuls 10 % des Français étaient tatoués.

Envie de passer sous l’aiguille d’un tatoueur ? Ou de devenir vous-même tatoueur ? Comment dessiner dans la peau sans avoir de cicatrices ou de contrecoups douloureux ?

Voici nos idées de tatouages et nos conseils pour apprendre à dessiner un tatouage.

L’histoire du tatouage : un art multimillénaire

Tous les tatouages ont leur symbolique qui leur est propre. Et pour éviter les erreurs avant de se faire un tatouage permanent, il peut être bon d’en connaître l’histoire.

La symbolique des tatouages n'est pas la même partout ! Le tatouage maori : marque d’un rang social élevé en Nouvelle-Zélande ?

L’origine du tatouage remonterait à la période préhistorique du Néolithique : c’est dans les Alpes italiennes, dans le glacier du Hauslabjoch, que le corps momifié de l’homme de Similaun – aussi appelé Ötzi – fut retrouvé en 1991 avec des caractères stylisés et schématiques sur le corps.

Ce corps momifié remonte à 5300 avant J-C et atteste du plus vieil exemple de tatouage jamais retrouvé.

Ces tatouages auraient été réalisés dans un but thérapeutique, dans le but de prévenir une éventuelle arthrose au niveau des articulations.

Mais il est difficile de situer précisément l’origine de la pratique du tatouage, car d’autres exemples moins anciens ont été découverts en Afrique du Nord.

Le tatouage le plus vieux remontait jusqu’alors à l’Egypte antique, datant de 2200 av. J.-C : un corps complètement recouvert de motifs graphiques aurait été tatoué à l’inverse dans un but sacré et religieux.

Au fur et à mesure de son évolution, il semblerait que le tatouage servait de marqueur social pour discriminer les classes sociales des individus : marquer le passage d’un statut à un autre, stigmatiser les criminels ou les esclaves, etc.

Inversement, en Nouvelle-Zélande et en Polynésie, il symbolisait plutôt l’appartenance à un rang social élevé, servant d’ostentation de la richesse et du prestige de la noblesse.

Chaque tatouage sur les différentes parties du corps représente les hiérarchies de la stratification sociale : ainsi, la classe la plus élevée est surnommée « jambes tatouées », la deuxième « bras tatoués », la troisième « flancs tatoués ».

De nombreuses momies d’européens furent par ailleurs découvertes dans la région du Xinjiang, en Chine. Elle étaient tatouées sur les mains, les bras ou le dos et pourraient dater du 2nd millénaire avant notre ère.

Sous l’influence de la culture judéo-chrétienne, le tatouage devient un rite illégal, une déviance entraînant sa disparition en Occident durant de nombreux siècles.

Les colonisations et le développement des échanges commerciaux en Asie et en Océanie au cours du 18ème siècle réhabilitent le tatouage en Europe et ce à un tel point que même les chefs d’Etats se mettent à pratiquer le tatouage.

Parmi eux, citons notamment le tsar russe Nicolas II (se fait tatouer une épée sur la poitrine), des rois britanniques Édouard VII et George V, le roi du Danemark Frédéric IX (un dragon chinois sur le torse), le dictateur Staline (une tête de mort sur la poitrine), le Premier ministre britannique Winston Churchill (une ancre de la marine sur le bras gauche) ou encore du président américain Franklin Delano Roosevelt (un écusson familial).

Depuis l’avènement de la société de marché et de consommation au 20ème siècle, le tatouage a davantage une fonction artistique, stylisée et graphique. De plus en plus de personnes se font tatouer, à l’instar de célébrités du sport, de la musique et du cinéma.

Dessiner un tatouage : les différents styles de tattoo !

Du signe chinois au portrait réaliste en passant par le tatouage maori, l’arabesque ou la fleur de lotus, etc., le monde du tatouage est particulièrement riche.

Et quand on souhaite dessiner un tatouage, la première des choses est de déterminer un style. Vous êtes plutôt old-school ou tribal ? Faisons tout d’abord le point sur les principaux styles de tatouages pour trouver celui qui vous convient.

Le tatouage traditionnel

Le tatouage est un art traditionnel dans de nombreuses cultures ancestrales. Des symboliques fortes, des motifs ayant une signification bien particulière pour soi, sont aujourd’hui très souvent reprises dans les tatouages.

Parmi les plus connus on peut bien évidemment citer :

  • Le tatouage tribal : bien connu dans le monde du tatouage, ce style à base de grands aplats noirs et de lignes courbes a aujourd’hui perdu sa signification profonde. A l’origine, les tribus qui pratiquaient le tatouage, que ce soit en Polynésie ou en Afrique, avaient pour objectif de signifier un rang social, une appartenance à un groupe. Ces tatouages très codifiés ont une symbolique très forte encore aujourd’hui, notamment les tatouages polynésiens, sont toujours très en vogue,
  • Le tatouage asiatique : tatouage chinois ou tatouage japonais, ce style est fortement inspiré de l’art asiatique. Les Yakusas notamment optaient pour ce style de tatouage. Parmi les symboles les plus utilisés, on retrouve bien-sûr le dragon, le samouraï, la geisha, mais aussi le lotus,
  • Le tatouage celtique : composé de symboles et d’écritures celtiques, c’est un genre de tatouage tribal facilement reconnaissable avec pour motif principal la croix celtique.

Le tatouage réaliste

Le tatouage réaliste a pour objectif de reproduire fidèlement un modèle. Ces véritables œuvres d’art nécessitent une maîtrise parfaite de l’art du tatouage pour être réalisé à la perfection.

Les tatouages réalistes peuvent représenter de nombreux sujets : que ce soit un visage, une nature morte, un animal, un paysage… en noir et blanc ou en couleurs, ils reproduisent parfaitement leur modèle, comme si l’on était face à une photo.

Ces tatouages hyper réalistes ne supportent pas l’amateurisme, il faut en effet de véritables compétences pour reproduire la finesse des détails dans la peau.

Choisir le style de tatouage est une des bases avant de commencer à le dessiner. Le tatouage en 3D fait partie des nouvelles tendances. Effet garanti !

Le tatouage old school

Style rétro et imagé, avec une touche rock n’roll, le tatouage old school est né aux USA à partir des années 30, inspiré de la culture locale.

Des amérindiens aux pin-up en passant par les bikers, ce style a été popularisé par les marins qui symboliquement emmenaient avec eux à travers leurs tatouages ce qui leur était le plus cher.

Pendant longtemps, le tatouage Old School était assimilé à la délinquance et avait une mauvaise image. Aujourd’hui, il est passé dans la culture populaire.

Le tatouage graphique

Abstrait et artistique, le tatouage graphique laisse place à l’imagination.

Encore récent, ce style trouve son origine dans l’art et chaque tatoueur affiche un style qui lui est propre.

Motifs géométriques, symboliques, objets, animaux… Les inspirations sont variées et la liberté d’expression totale. Si vous aimez les œuvres d’un tatoueur et son style, faites-lui confiance pour vous faire tatouer.

Il saura réaliser pour vous un tatouage unique, une véritable œuvre d’art sur votre épiderme.

Le tatouage biomécanique

Encore une tendance très récente. Le tatouage biomécanique, comme son nom l’indique mêle éléments mécaniques et biologiques. Tourné vers le futur, et trouve son inspiration dans la science-fiction. Vous pouvez vous faire tatouer un bras bionique par exemple.

Ce style de tatouage peut consister à donner l’illusion que le motif dessiné – généralement futuriste – se trouve effectivement sous la peau.

Le tatouage dotart

Un autre style, proche de l’esprit du pointillisme en peinture. La technique consiste à tatouer en multipliant les points. Cela donne des effets de matières et de textures différentes apportant une touche d’originalité et de réalisme au tatouage.

Le lettrage ou tatouage écriture

Se faire tatouer une phrase inspirante, une citation est très commun aujourd’hui. Ce qui fait la différence entre un bon et un mauvais tatouage, mis à part les fautes d’orthographe, est lié à la calligraphie ainsi que la typographie utilisées.

Avant de faire un tatouage lettrage, il est donc essentiel de déterminer le style d’écriture souhaité.

Souvent, les tatouages se font dans un idiome autre que notre langue maternelle et les erreurs sont légion : par exemple « chacun à son goût » pour Robbie Williams au lieu de « chacun ses goûts ».

Et parmi les nouvelles tendances, on pourra citer notamment le tatouage blanc qui est de plus en plus utilisé ou le tatouage 3D permettant de créer une illusion optique sur la peau comme en cours de dessin.

Se faire tatouer une phrase fait partie des tendances actuelles du tatoo Le tatouage écriture est très actuel. Attention à bien choisir le lettrage.

Comment trouver le sujet de son tattoo ?

Avant de commencer les premières esquisses d’un tatouage, il faut bien évidement déterminer le style souhaité, mais également trouver le sujet.

Une étape très importante puisqu’une fois tatoué sous la peau, il y restera.

A moins de passer par de douloureuses séances de détatouage, l’encre est en effet indélébile… Il n’y a pas de regret autorisé en matière de tattoo. C’est une démarche réfléchie.

Au-delà de l’aspect esthétique, un tatouage exprime quelque chose d’important pour celui qui le porte.

La symbolique du tatouage : un tatouage est personnel, il doit avoir du sens pour celui qui le porte. Personnage, motif abstrait, symbole… Les possibilités sont multiples.

Pour dessiner un tatouage personnalisé, il est important de trouver l’inspiration.

  • Dans son expérience personnelle pour trouver un sujet important,
  • Dans des références artistiques : livres d’art, street art, cinéma, BD…,
  • En feuilletant les books de ses tatoueurs préférés.

De fait, trouver une idée de dessin pour un premier tatouage ne vas pas forcément de soi, d’autant plus que l’on peut avoir la crainte – légitime -, les années passant, de regretter ensuite son acte.

Le tatouage est une représentation graphique, tout comme un logo. Pour un résultat satisfaisant, il doit non seulement exprimer un message, mais aussi être parfaitement dessiné et réalisé.

Se faire tatouer, une activité qui n'est pas sans risques ! Trouver un sujet de tatouage : que faire et ne pas le regretter ?

Deux possibilités s’offrent à vous :

  1. Dessiner vous-même votre tatouage : pour cela il vous faudra avoir de bonnes bases en dessin pour proposer un tatouage esthétique à celui qui le reproduira sur votre peau,
  2. Faire appel à un tatoueur expérimenté : en fonction de vos souhaits, il vous proposera un dessin original et créatif. Un bon tatoueur est avant tout un artiste expérimenté. Pour éviter les déceptions, mieux vaut suivre ses conseils…

En somme, trouver le sujet de son tatouage est délicat : il faut choisir le motif, la police d’écriture, la couleur et la zone où sera fait le tatouage, que l’on devra assumer pour la vie entière.

Si néanmoins l’on est certain de vouloir le faire, on peut également faire ses recherches d’idées de tatouage en ligne : internet offre une mine d’or abyssale pour s’inspirer.

Le fait de consulter un site présentant des tatouages réalisés sur d’autres personnes peut faire émerger des idées.

Autre support pour trouver votre sujet : les livres d’art.

Ceux-ci vont permettre de découvrir une large gamme de dessins auxquels on n’aurait pas pensé et de plus, ce sera sûrement l’occasion de trouver un tatouage original, unique que l’on ne trouve pas ailleurs.

On peut aussi puiser l’inspiration dans les musées, la musique, la poésie, la philosophie, les courants artistiques, dans les tags de rue, les magasins d’antiquités, les souvenirs d’enfance, les souvenirs de voyage, etc.

Vous cherchez des cours de peinture acrylique ?

5 contraintes pour dessiner un tatouage

Tous les tatoueurs vous le diront : ce n’est pas parce qu’un dessin est beau qu’il fera un beau tatouage. Les raisons sont simples : un tatouage doit être conçu en tenant compte de certaines contraintes, matérielles et immatérielles.

On être un bon dessinateur, mais pour un tatouage, il faut respecter certaines contraintes. Par où commencer pour dessiner un tatouage ? Trouver l’idée originale.

1. La taille du tatouage

Cela parait évident.

Se faire tatouer un visage dans un carré de 3 cm de côté ne pourra donner un rendu réaliste. Pensez à adapter la taille de votre tatouage en fonction du dessin souhaité. Plus vous souhaitez un tatouage réaliste avec plein de détails tout en finesse, plus votre tatouage devra être grand.

Ce sera donc sûrement raté de vouloir se tatouer un aigle sur le bras gauche par exemple : ne faites pas un dessin soumis aux changements de goûts avec l’âge !

2. La morphologie

Où sera-t-il placé sur le corps ? Une autre question essentielle pour dessiner votre tatouage. Il faut tenir compte du fait que le papier c’est la peau. Un tatouage devra être conçu en fonction de la partie du corps sur laquelle il sera tatoué :

  • Bras droit et bras gauche,
  • Dans le dos (haut du dos ? Bas du dos ?),
  • Le torse et la poitrine,
  • Le mollet,
  • La cheville,
  • La nuque…

L’endroit où se tatouer est l’un des paramètres les plus importants.

Il serait dommage de recouvrir sa poitrine d’un dessin tribal énorme que l’on a fait à l’âge de 20 ans sur un coup de tête, pour le regretter ensuite à l’âge de 30 ans…

3. Les couleurs

Combien de couleurs dans votre tatouage ?

Attention à bien prendre en compte le fait que tout ne peut être reproduit comme sur un dessin quand il s’agit de tatouage.

Il ne suffit pas d’être un bon dessinateur pour dessiner un tatouage original, il faut aussi comprendre la méthode !

Comme lorsqu’on apprend à dessiner une bande-dessinée, il y a certaines contraintes à prendre en compte.

4. La cohérence

Les différents tatouages sur un corps devront s’accorder ensemble.

Un tatouage doit être cohérent et les couleurs compatibles entre elles. Hum…n’est-ce pas un peu trop ?

Comment harmoniser plusieurs tatouages pour créer un tout ? C’est également un point à ne pas négliger. Si chaque tatouage est unique, ils doivent tous trouver leur place à côté des autres.

5. Le tatoueur

C’est la question qui fait la différence.

Si vous avez une idée précise de dessin, que vous avez réalisé vous-même votre croquis de tatouage, il faut trouver le tatoueur qui saura le respecter le plus fidèlement possible.

Chacun a son propre coup de patte, son style et ses techniques.

Si votre dessin est trop détaillé, compte trop de couleurs ou d’effets, il est possible que des adaptations soient nécessaires pour en faire un tatouage.

Besoin de cours de dessin nantes ?

Comment trouver un tatoueur ?

Que vous sachiez dessiner ou non, la clé d’un tatouage réussi reste indissociable de celui qui va le réaliser. Trouver le bon tatoueur n’est pas toujours simple.

Prenez le temps de découvrir leurs réalisations, leur style avant de vous lancer.

Faire confiance à son tatoueur est une des bases pour un tatouage réussi. Un tatoueur est un professionnel expérimenté, un véritable artiste qui saura vous conseiller.

Vous pouvez aussi prendre des cours de dessin pour dessiner votre propre motif.

Certains vous montreront d’ailleurs leur catalogue de tatouage, regroupant des modèles de tatouage originaux et uniques. C’est le flash ! N’hésitez pas à parcourir les studios de tatouage pour voir si vous trouvez le modèle de tatouage idéal.

Vous n’êtes pas à l’abri d’un coup de cœur ! Votre futur tatouage a peut-être déjà été imaginé par un artiste tatoueur.

Si ce n’est pas le cas, certains artistes proposent de dessiner pour vous un tatouage sur mesure. Il faut en tout cas maîtriser le dessin comme celui d’une main.

Vous expliquez votre démarche, ce que vous voulez symboliser avec votre tatouage, ce qu’il représente pour vous, une idée originale… Et le tatoueur, ou la tatoueuse, pourra vous proposer un motif tatouage original.

Dans tous les cas, n’oubliez pas qu’un tatouage est indélébile, donc définitif.

Si vous avez peur de le regretter, commencez par le tatouage temporaire personnalisé, ou le tatouage semi-permanent pour vous faire une idée concrète avant de passer sous le dermographe.

Découvrez également comment prendre des cours de dessin en ligne !

Pour choisir un tatoueur, il faut questionner un ensemble de paramètres tous aussi importants les uns que les autres : quel est le prix, comment juger de l’expérience et de la compétence technique du prestataire, les règles d’hygiène et de salubrité seront-elles respectées, le tatoueur sera-t-il suffisamment polyvalent pour s’adapter au style souhaité, etc. ?

Suivant l’endroit où on habite, il peut être compliqué de trouver un tatoueur compétent, polyvalent et disponible : on aura peut-être à traverser la France pour aller se faire tatouer.

Des frais de déplacement seront donc à prévoir.

Autre critère : choisissez un prestataire inscrit au syndicat national des artistes tatoueurs (SNAT). Cela sera un gage de qualité et de respect de la réglementation en vigueur dans le domaine du tatouage.

Car les membres de ce syndicat obéissent à une charte déontologique prévenant une réglementation d’hygiène aux règles sanitaires très strictes.

En entrant dans le cabinet de tatouage, observez les murs et le matériel visible : les plans de travail sont-ils en bois ou en inox ? Y a-t-il du matériel médicalisé pour prévenir le risque infectieux ?

Les murs et le sol sont-ils lessivables ? On imagine mal se faire tatouer dans un studio recouvert de moquette…

Quel est le matériel de tatouage nécessaire ?

Pour dessiner un tatouage sous la peau, que ce soit des tatouages éphémères ou un tatouage permanent, il est essentiel d’être bon en dessin et d’avoir le matériel adéquat.

Les dermographes, un engin dangereux ? Faire un tatouage : quel matériel et quel professionnel ?

Ne pas avoir ce qu’il faut pour travailler en effet, est le meilleur risque de blesser le derme, de contracter une infection, ce qui peut être très douloureux.

Il est fondamental d’acquérir une machine à tatouer – le dermographe -, dont les options et la marque vont faire varier les tarifs, le prix moyen étant d’environ 500 €.

Cartouches d’encre, aiguilles, gants, verres grossissants figurent aussi dans la caisse à outils du tatoueur.

Faire un tatouage peut également prendre un certain temps.

Pour cette raison, le client doit être assis confortablement : on n’y pense pas, mais un siège comme celui d’un salon de coiffure peut faire partie des achats prioritaires du tatoueur.

Il existe de nombreux modèles de machines à tatouer. De fait, choisir un pistolet de tatouage peut s’avérer être compliqué.

Il existe en effet des dermographes à bobines, des machines à tatouer rotatives, des machines pneumatiques, des machines de contour et d’ombre.

On comprend donc aisément pourquoi il faut absolument définir ce que l’on souhaite de façon nette et précise : on ne tatoue pas le contenu d’un motif avec une machine de tatouage d’ombre !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 4,00 sur 5 pour 5 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar