« La langue arabe est la langue la plus facile au monde. Il est inutile de créer une méthode pour faciliter et éclaircir une chose qu’il l’est déjà. » George Sarton

D’après un rapport publié par le ministère de la culture, plus de trois millions de personnes pratiquent quotidiennement l’arabe en France. Dans le monde, ce sont plus de 420 millions de personnes qui parlent arabe. Pourtant, cette langue est encore très peu enseignée en France. En proie aux polémiques, l’apprentissage de la langue arabe peut pourtant apporter bien plus que des points en plus pour la moyenne.

Voici comment commencer les cours d’arabe à l’école.

L’arabe : une langue mise à l’écart ?

L’apprentissage de la langue arabe est un sujet à polémique en France. Alors que certains craignent une voie ouverte à la promotion de la religion musulmane et revendiquent l’école laïque, d’autres y voient un incroyable pont culturel et le moyen de recadrer les dérives de l’apprentissage de la langue.

Quoi qu’il en soit, les cours d’arabe font parler d’eux dans tout l’hexagone. Pourtant, la langue arabe est loin d’être répandue au sein des établissements scolaires. Il n’est pas très courant de voir l’arabe comme langue étrangère proposée aux élèves.

Pourquoi apprendre l'arabe à l'école ?
L'apprentissage de la langue arabe est souvent au coeur de polémique.

En 2017, le journal Le Monde publiait les chiffres de l’Éducation nationale. Même si le nombre d'élèves apprenant l'arabe en LV2 ou LV3 a pu doubler en l’espace de dix ans, son apprentissage reste très restreint. En 2007, on comptait 6 512 élèves étudiant l’arabe, et en 2017, ils étaient un peu plus de 11 000 en métropole. En comparaison, l’enseignement de l’allemand touche plus de 500 000 élèves en France. On ne peut donc pas dire que l’enseignement de l’arabe soit très répandu.

Cette même année 2017, plus de :

  • 500 élèves étudiaient l’arabe au primaire,
  • Plus de 4 500 élèves étudiaient l'arabe au collège,
  • Plus de 6 500 élèves l’étudiaient au lycée.

Mais ces chiffres plutôt bas sont-ils dus à un manque d’intérêt de la part des élèves ? Ou bien à un nombre bien trop restreint de possibilités et d’offres de cours de langue venant de l’Éducation nationale ? En 2018, seuls cinq postes d’enseignants d’arabe ont été ouverts au CAPES, le concours des professeurs.

Il est très rare de pouvoir choisir l’arabe en LV2, et encore plus en LV1, l’anglais prenant une place majoritaire dans l’enseignement des langues étrangères. Une fois arrivés au collège, les élèves peuvent choisir une seconde langue. Ce choix se fait souvent entre l’espagnol et l’allemand, parfois l’italien. Il est alors très rare de voir apparaître des langues comme l’arabe ou encore le russe ou le chinois.

Les élèves ne savent souvent même pas qu’il est possible de choisir une autre langue que ces langues plus classiques.

Apprendre l’arabe à l’école primaire

Apprendre l’arabe à l’école primaire est peut-être la chose la plus rare qui puisse exister. C’est aussi l’un des grands sujets de polémique de ces dernières années ; certains parents ayant peur de voir l’enseignement arabe obligatoire dans les écoles primaires.

Bien sûr, cette situation est très loin d’arriver ! L’arabe n’est pas et ne sera pas obligatoire en école primaire, ni dans n’importe quel autre établissement scolaire.

Peut-on apprendre l'arabe en CE1 ?
Il est tout à fait possible de commencer les cours d'arabe à l'école primaire.

Une voie a cependant été ouverte pour inclure l’apprentissage de l’arabe dès le plus jeune âge, au primaire, pour ceux qui le souhaitent.

Ainsi, en 2016, plus de 48 000 élèves suivaient des Enseignements internationaux de langues étrangères (appelés EILE, autrefois ELCO) au primaire. Ces enseignements sont entièrement facultatifs et proposés à partir de la classe de CE1. À raison d’une heure et demi par semaine, les élèves peuvent bénéficier de cours d’arabe dispensés en partenariat avec des pays arabophones (l'Algérie, le Maroc et la Tunisie).

Un dispositif qui a été mise en place dans les années 1970 (pour les ELCO) en partenariat avec différents pays comme le Maroc, la Croatie, et bien d’autres encore, pour favoriser l’intégration des enfants de migrants.

Sous le gouvernement de François Hollande, ces enseignements sont devenus les EILE, exclusivement pour la langue arabe, et ouverts à tous les élèves, peu importe leurs origines. Alors que ce dispositif avait fait l’objet d’un travail de la part de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation à l’époque, l’accord avec la Tunisie vient d’entrer en vigueur avec la signature du décret par Emmanuel Macron en mai 2020.

Les cours facultatifs proposés ne sont pas que des cours de langue. Le but est aussi de faire découvrir la culture. En effet, selon les politiques, ces cours « feront référence à la culture arabe, notamment à des éléments de la culture tunisienne ». Étudier les civilisations et les différentes cultures est aussi une façon d’enseigner le respect et l’ouverture aux enfants.

Il y a fort à parier que ces enseignements auront de plus en plus de succès, bien loin de toutes polémiques politiques.

Cours d’arabe au collège : LV1 ou LV2  ?

C’est au collège que l’apprentissage des langues étrangères se fait de manière plus intensive. Les élèves continuent d’apprendre la langue LV1, aujourd’hui appelée langue A, qui est souvent la langue anglaise. En cinquième, les élèves peuvent choisir une nouvelle langue étrangère, qui sera appelée langue B, autrefois LV2. Cette deuxième langue est souvent l’espagnol ou l’allemand. En effet ce sont les deux langues les plus proposées au sein des établissements scolaires.

Qu'apprend-on en cours d'arabe ?
L'arabe peut être étudié en LV2, et plus rarement en LV1.

Cependant, certains collèges proposent aussi l’italien ou des langues encore plus atypiques comme le russe, le chinois ou bien l’arabe. Dans ce cas, l’arabe peut devenir la langue LV2.

Les élèves de cinquième apprennent alors les bases de la langue arabe et prendront le temps de progresser au fur et à mesure puisque l’enseignement continue jusqu’au baccalauréat.

Mais les établissements proposant la langue arabe en langue B sont assez rares. Une autre solution existe donc pour les élèves qui voudraient absolument suivre des cours d’arabe : le CNED. Le Centre National d’Éducation à Distance propose de suivre des cours de langue à distance. Reconnu par l’Éducation Nationale, le CNED permet alors d’apprendre la langue de son choix et d’acquérir le niveau demandé par l’État en vu de passer l’épreuve du baccalauréat dans les meilleures conditions.

Choisir le CNED peut se faire pour apprendre l’arabe, mais aussi d’autres langues comme le russe par exemple. Il faut cependant faire preuve de sérieux et de rigueur car aucun professeur ne sera derrière l’élève pour vérifier son implication. Il est donc important de réussir à se réserver des heures d’apprentissage de l’arabe en dehors de l’école. En échange, les élèves qui choisissent le CNED auront quelques heures en moins sur leur emploi du temps puisqu’ils ne vont pas en cours de langue B.

Dans de très rare cas, des collèges proposent des classes bilangues en sixième. C’est notamment le cas du collège Georges Pompidou à Villeneuve La Garenne qui propose une classe bilangue anglais-arabe. Dans ce cas bien précis, les élèves peuvent ensuite choisir entre l’anglais et l’arabe pour l’enseignement de la LV1.

Quelles sont les possibilités d’apprendre l’arabe au lycée ?

L’enseignement des langues continue au lycée en langue A comme en langue B. Les lycéens continuent alors de progresser dans les deux langues choisies notamment en apprenant à s’exprimer sur certains sujets actuels et à pousser la réflexion dans une langue étrangère tout en continuant à découvrir la culture qui y est associée.

En langue A, les élèves atteignent un bon niveau : un niveau B2 selon le CECRL (le Cadre européen commun de référence pour les langues). En ce qui concerne la langue B, les élèves doivent atteindre le niveau B1 pour le bac.

Pourquoi choisir l'option arabe au lycée ?
Peut-être pourrez-vous bénéficier d'un voyage scolaire dans le cadre des cours d'arabe ?

Mais tout n’est pas perdu pour les élèves qui aimeraient commencer à apprendre l’arabe au lycée. En effet, plusieurs lycées proposent la langue arabe en option. L’arabe devient alors la LV3 ou langue C.

Il existe plus de lycées proposant l’arabe en option que de collèges proposant l’arabe en LV2. C’est pourquoi le nombre d’élèves apprenant l’arabe est aussi plus élevé au sein des lycées que des collèges.

En choisissant l’arabe, les élèves ne renoncent pas à d’autres options comme l’option musique, danse, ou encore latin, car chacun peut choisir deux options.

Apprendre l’arabe au sein d’une option au lycée est idéal pour ceux qui veulent apprendre la langue sans se mettre la pression. Bien que les notes comptent désormais pour le contrôle continu (on ne compte plus les points au dessus de la moyenne lors de l’épreuve finale), le niveau demandé en LV3 est bien moindre que pour les deux premières langues. Et pour cause ! Les élèves ont très peu d’heures consacrées à la langue et sur peu d’années scolaires ; un niveau trop haut ne peut pas être demandé.

Choisir l’option arabe est une belle occasion de remonter sa moyenne si vous êtes motivés. Il est assez simple d’obtenir de bonnes notes avec un peu de travail et ainsi s’assurer une bonne moyenne pour le contrôle continu.

L’option est aussi l’occasion de découvrir toute la culture autour des langues arabes. Peut-être même que votre professeur vous préparera un voyage culturel ?

Besoin d'un professeur d'Arabe ?

Vous avez aimé l'article ?

5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Isaline

Journaliste voyageuse et ethnologue de formation, je me passionne pour tout ce qui m'entoure. Des initiatives solidaires aux comportements animaliers, en passant par la musique, la photographie et les sciences.