Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

La construction grammaticale en langue de Cervantes !

De Samuel, publié le 28/03/2018 Blog > Langues > Espagnol > Comment Construire une Phrase en Espagnol ?

« C’est assez singulier qu’aucun de nous ne sache sa grammaire et, pour être écrivain, ne veuille apprendre à écrire. » Jules Renard (1864-1910)

L’étude de la structure grammaticale est souvent la première pierre que l’on pose à l’édifice des compétences linguistiques pour apprendre une langue. Apprendre l’espagnol subit le même sort : la grammaire espagnole pour devenir hispanophone, ça ne s’invente pas !

Dans la langue espagnole, il y aurait jusqu’à 25 000 mots de vocabulaire.

Pourtant, s’appuyant sur le principe de Pareto, certains linguistes affirment que ne connaître que 5 à 7 % des mots de vocabulaire espagnol permettrait de comprendre entre 90 à 95 % de l’espagnol parlé.

Voici quelques points de grammaire espagnole pour apprendre à construire une phrase.

L’ordre et la nature des mots dans la phrase espagnole

Pour apprendre à parler espagnol, il est fondamental d’assimiler la grammaire et la syntaxe.

La bonne nouvelle, c’est que l’organigramme grammatical de la phrase espagnole y est similaire à celui de notre langue maternelle française.

Et oui car comme la France, la péninsule ibérique fut elle aussi occupée par l’empire romain. Ainsi, pendant huit siècles (-214 av. J-C – 5ème siècle), employa-t-elle le latin vulgaire comme langue de communication.

L’Espagne – Hispanie dans son acception antique – et la Gaule – France – en ont gardé un héritage culturel et linguistique important, notamment le fait de parler une langue latine.

Les éléments de comparaison dans toute langue sont très utiles. Seria feliz si era mas guapa que mi amiga…

L’ordre des mots

En typologie syntaxique, on dit que l’espagnol est une langue « SVO », dont les phrases suivent un ordre « sujet-verbe-objet« .

Par exemple, l’idiome de Cervantes écrit « Pedro trabaja en la biblioteca », phrase que l’on traduit selon le même ordre en français : « Pierre travaille à la bibliothèque ».

Cet ordre se retrouve dans la plupart des locutions et prépositions, dont voici quelques phrases d’exemple :

  • Holà ! Cuanto cuesta viajar en America Latina ? : Bonjour ! Combien cela coûte de voyager en Amérique Latine ?,
  • Maria toca la guitarra muy bien : Marie joue très bien de la guitare,
  • A qué hora podemos comer acquí ? : A quelle heure peut-on manger ici ?,
  • Podría decirme más sobre la cultura española, mexicana, argentina o colombiana ? : Pourriez-vous m’en dire davantage sur la culture espagnole, mexicaine, argentine ou colombienne ?

On remarque sur ces quelques phrases que l’ordre des mots est le même dans les deux langues.

Voilà ce qui devrait faciliter la tâche d’un apprenant débutant !

Maintenant que l’on sait cela, il faut apprendre à placer les adjectifs.

Les adjectifs – adjectif possessif, qualificatif, démonstratif – s’accordent en genre et en nombre et s’écrivent après le nom qu’ils qualifient :

  • Une belle femme : una mujer guapa,
  • Un bel homme : un hombre guapo,
  • Deux belles pommes : dos manzanas guapas,
  • Trois beaux personnages : tres personajes guapos.

La comparaison dans la phrase

En cours espagnol, tout élève apprendra aussi que dans la langue espagnole, le comparatif de supériorité ou d’infériorité se fait en ajoutant « moins » ou « plus » devant l’adjectif :

  • más fuerte (plus fort),
  • más rápido (plus vite),
  • más alto (plus grand),
  • menos guapo (moins joli),
  • menos inteligente (moins intelligent).

Avec cela, on va pouvoir faire quelques phrases simples avec l’ordre sujet + verbe + comparatif + adjectif + que + nom.

Par exemple, « Julio es menos rápido que su hermana » (Jules est moins rapide que sa sœur), et ainsi de suite.

Cette étape exige de connaître les tableaux de conjugaison espagnole, les verbes irréguliers, la terminaison de tous les verbes couramment utilisés, ainsi que la concordance des temps.

A noter qu’il n’y a pas de pronom sujet en espagnol tel que nous en avons en français (je, tu, il, elle, nous, vous, ils ou elles). Les locuteurs hispanophones marquent la terminaison du verbe pour indiquer à quelle personne ils vont conjuguer le verbe.

Les types de phrases espagnoles et leur construction grammaticale

La grammaire, dans l’apprentissage des langues vivantes est la partie la moins « fun » du processus : on bute sur certains mots, on se trompe dans l’accentuation espagnole, et on met du temps avant de pouvoir se débrouiller.

Choisir en espagnol son repas au restaurant : on commence à se débrouiller ! Comment dit-on « je prendrai la formule à 15 € s’il vous plait. » ?

Pour maîtriser la phrase espagnole, il faut apprendre les différents types de phrases, que voici.

La phrase affirmative

Dans une phrase affirmative, on suit l’ordre sujet-verbe-complément, sauf s’il y a un complément d’objet direct ou indirect, auquel cas on place l’objet direct devant l’indirect :

Pedro ha tocado el piano con sus amigos (Pierre a joué du piano avec ses amis) : sujet + verbe + objet direct + objet indirect.

Mais si l’objet direct s’accompagne d’une proposition subordonnée relative, l’ordre est inversé : Pedro ha tocado con sus amigos el piano que tenga en su casa (Pierre a joué avec ses amis au piano qu’il a dans sa maison).

La phrase négative

Afin de construire une phrase négative, il faut placer l’adverbe de négation no devant le verbe conjugué.

Ainsi écrira-t-on : Pedro no ha tocado el piano con sus amigos. 

Mais il arrive que l’on remplace le complément d’objet (le piano) par un pronom, ce qui fait changer l’ordre des mots : Pedro no lo ha tocado.

Cette règle de grammaire est utile notamment pour raccourcir la phrase, par souci de clarté, tant en expression orale qu’en expression écrite : « Lo hice sin saber si estabas allí » (Je l’ai fait sans savoir si tu étais là).

Enfin, la négation requiert d’apprendre par cœur certains pronoms :

  • Nadie : personne,
  • Ningún : aucun,
  • Nunca/jamás : jamais,
  • Tampoco : non plus,
  • Ya no : ne … plus,
  • Nada : rien.

Ces pronoms servent notamment pour exprimer la double négation : lorsque l’on veut construire une phrase négative avec personne, rien, jamais, etc., il faut aussi recourir à l’adverbe no :

  • No veo a nadie en la calle : je ne vois personne dans la rue,
  • No hay nada mas bonito : il n’y a rien de mieux,
  • Yo no lo sé tampoco : je ne le sais pas non plus,
  • Yo no he ido nunca a Sudamérica : je ne suis jamais allé en Amérique Latine.

La phrase interrogative

Comment apprendre l’espagnol sans passer par l’interrogation ?

Traduire ses pensées dans la langue de Cervantes : défi lancé ! Teotihucan, Mexique. Comment dire en espagnol : « Pourrai-je un jour visiter cette merveille ? »

Comme en français, on note plusieurs types de phrases interrogatives : l’interrogation fermée (qui commande une réponse par oui ou par non) et l’interrogation ouverte qui attend une phrase verbale en réponse.

On verra souvent le sigle « ¿ » dans les exercices d’espagnol : c’est la ponctuation qui doit marquer le début d’une question (c’est la même chose pour la phrase exclamative avec le point d’exclamation).

Pour s’interroger en espagnol, on apprend les pronoms interrogatifs suivants :

  • Quién/quiénes : qui,
  • Qué : que,
  • En qué, de qué, con qué, sobre qué : à quoi, de quoi, avec quoi, sur quoi,
  • Dónde, a dónde : où,
  • Cuándo : quand,
  • Cuál/cuáles : lequel, laquelle, lesquels, lesquelles,
  • Cuánto/cuánta/ cuántos/cuantas : combien,
  • Por qué, para qué : pourquoi,
  • Cómo : comment.

Quelques exemples de phrases simples :

  • ¿ A dónde vive José ? Vive en Colombia : Où José vit-il ? Il vit en Colombie,
  • ¿ Desde cuánto tiempo juegas la guitarra ? : depuis combien de temps joues-tu de la guitare ?,
  • ¿ Puedes hacer algo mas ? : Peux-tu faire quelque chose d’autre ?,
  • ¿ A qué hora necessitamos llegar ? : à quelle heure devons-nous arriver ?.

Avec ces quelques rudiments de base en grammaire, vous devriez pouvoir vous débrouiller en Amérique du Sud et en Espagne. Il ne reste plus qu’à s’entraîner pour enrichir votre lexique !

Cours et exercices pour progresser en grammaire espagnole

Lorsque l’on souhaite se familiariser avec l’idiome ibérique, différentes stratégies s’offrent à nous : faire un voyage en Espagne, prendre des cours particuliers (pensez à nos professeurs Superprof) ou apprendre l’espagnol en ligne.

Devenir hispanophone grâce aux leçons à domicile : nec plus ultra pour progresser. Avec son prof, on s’entraîne sur des liste de vocabulaire pour enrichir ses phrases.

Cela tombe bien : il y a pléthore de sites où faire des exercices corrigés et lire des cours espagnol pour débutants sur internet.

On note parmi eux le site de l’université d’Austin au Texas (États-Unis) : Spanish Proficiency Exercises.

Le site comprend une base de données colossale de cours de grammaire, de vocabulaire, d’exercices, de vidéos et de podcasts pour approfondir ses connaissances en fonction de son niveau (débutant, intermédiaire, avancé, supérieur).

Le site est anglophone, aussi requiert-il de pouvoir traduire l’anglais vers l’espagnol…

Nous recommandons aussi le site ver-taal.com, qui dispense des cours de français, d’espagnol, de néerlandais, d’anglais et de hongrois.

Ce site donne un accès libre à des exercices de vocabulaire (lexique thématique, mots croisés et jeux de mémoire) et des podcasts pour stimuler sa mémoire auditive.

On peut par exemple approfondir l’accent espagnol, s’entraîner à mieux prononcer les mots en espagnol à l’oral, se perfectionner en orthographe, réviser la construction de la phrase espagnole et accroître sa culture générale.

Autre portail d’apprentissage de l’espagnol en ligne : la célèbre école de langue Altissia.

De l’initiation – apprendre à dire bonjour (Buenos días), merci beaucoup (muchas gracias), etc. – aux cours intermédiaires – la grammaire, les verbes irréguliers, etc. -, Altissia revendique déployer une méthode efficace pour apprendre l’espagnol.

Si vous avez les moyens (temporels et financiers), on ne saurait que mieux recommander de partir apprendre l’espagnol en Espagne (visiter les charmes de Séville, Grenade, Tolède, Salamanque, Valencia, Barcelone, Madrid) ou dans un pays d’Amérique Latine (Pérou, Mexique, Argentine, Chili, Colombie, Cuba…).

Vous avez sans doute comme moi le goût du voyage : la culture latine est festive, conviviale et chaleureuse en sus d’avoir une jolie langue. 

Personnellement, un séjour d’un mois aux Canaries m’a permis d’apprendre à me débrouiller en espagnol à l’oral – sans passer par l’anglais -, alors que je n’ai pas pris de cours d’espagnol depuis le lycée, soit plus de dix ans !

Alternativement – on garde le meilleur pour la fin ! -, on peut solliciter un de nos enseignants sur la plateforme de Superprof dans votre ville. Il vous apprendre aussi à prononcer les diphtongues espagnoles 🙂

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar