Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Les modifications grammaticales dans la langue de Cervantes !

De Samuel, publié le 28/03/2018 Blog > Langues > Espagnol > Les Diphtongues et Triphtongues Espagnoles

« Avant de penser, il faut étudier. Seuls les philosophes pensent avant d’étudier. » Gaston Bachelard (1884-1962)

Apprendre une langue telle que l’espagnol est un exercice supposé difficile, notamment pour les règles de grammaire de la langue, ses verbes irréguliers et son accentuation.

La langue espagnole est pourtant très proche de la nôtre : héritée du latin, c’est la deuxième langue enseignée en France. En effet, selon le ministère de l’Éducation Nationale, en 2009, 39,7 % des élèves de collège-lycée choisissaient d’apprendre l’espagnol en cours de langues vivantes.

Dans cet article, nous faisons toute la lumière pour les apprenants hispanophones sur une notion phare du système grammatical espagnol : la diphtongue et la triphtongue.

Apprendre à prononcer l’alphabet espagnol

Avant d’apprendre – et comprendre – le fonctionnement de la grammaire espagnole, il faut apprendre l’alphabet espagnol et sa prononciation.

L’idiome hispanique emploie un alphabet latin similaire à notre langue maternelle française, mais qui se distingue par le nombre de lettres.

Il est essentiel de connaître la formation des mots de langue espagnole. La prononciation des diphtongues et triphtongues : essentiel pour devenir hispanophone !

Alors qu’en langue française, nous avons 26 lettres, il y en avait jusqu’à 2010, 29 dans la langue espagnole : 6 voyelles et 23 consonnes dont trois phonèmes intrinsèques à l’espagnol (« ch », « ll » et « ñ »).

L’Académie royale espagnole a en effet modifié les règles alphabétiques de la langue en 2010 pour ne plus retenir que 27 lettres, actant la suppression des lettres « ch » (prononcée « tch ») et « ll », considérés désormais comme une simple combinaison de lettres.

Comme en français, il y a donc 6 voyelles : « a », « e », « i », « o », « u » et « y ». La prononciation espagnole est la même, sauf pour « e » qui se prononce « é », et « u » qui se dit « ou ».

En espagnol, le « e » muet n’existe pas : il est toujours énoncé avec un accent aigu (« é »).

Avez-vous déjà entendu un Espagnol parler français ? Il aura très certainement des difficultés à prononcer les mots français « jeux » et « musique », car le son « u » et le « e » muet n’existent pas dans sa langue maternelle.

Inversement, nous peinons à prononcer les mots espagnols où les consonnes sont doublées ou « roulées » : « ll » et « rr » qu’il faut rouler, et « j » qui est raclé avec la gorge.

Pour apprendre à parler espagnol comme un natif d’Espagne ou d’Amérique Latine, il faut comprendre que les voyelles espagnoles sont relativement courtes, contrairement à celles prononcées en français.

Prononcer les voyelles permet de perfectionner la connaissance des règles de grammaire dans l’apprentissage de l’espagnol : les mots en espagnols contiennent en effet des combinaisons de voyelles particulières.

Tous les verbes irréguliers par exemple, associent souvent une voyelle forte ou ouverte (« a », « e », « o ») à une voyelle faible, ou fermée (« i » et « u »).

Regardez les possibilités de cours espagnol paris.

Diphtongue et triphtongue : de quoi parle-t-on ?

La langue espagnole est relativement proche des autres langues vivantes romanes (français, italien, portugais, roumain) : la langue est flexionnelle, obéissant à un ordre grammatical « SVO » (sujet-verbe-objet).

Cela veut dire que les adjectifs s’accordent en genre et en nombre avec le sujet et que l’on conjugue le verbe en conséquence. Toutefois, l’idiome ibérique impose à son apprenant une petite subtilité à mémoriser : les irrégularités et l’accent tonique.

Les irrégularités grammaticales, pour conjuguer les verbes espagnols. Le verbe « almorzar » (déjeuner) contient-il une diphtongue ?

Et oui, sinon ce serait trop facile !

Lorsqu’une voyelle faible est accolée à une voyelle forte (« pienso », la conjugaison du verbe « pensar » ,  » penser » à la première personne du singulier), ou que deux voyelles faibles s’unissent (comme dans « ciudad », ville), un son d’une syllabe est crée : on parle dès lors d’une diphtongue.

Ensuite, on marque un accent tonique sur la voyelle forte du mot.

La diphtongue est une voyelle complexe (deux voyelles à la suite) qui modifie la sonorité du mot lorsque l’on prononce la syllabe. Elle sert à adoucir la sonorité d’un mot devant les voyelles fortes.

Pour prononcer une diphtongue, il faut apprendre à dire le son de la première voyelle, puis la suivante ensuite. Voici quelques exemples de diphtongues récurrentes :

  • « ai » ou « ay »,
  • « ei » ou « ey »,
  • « ui » ou « uy »,
  • « ie », comme dans « empiezo », (je commence),
  • « io », comme dans « cielo », le ciel,
  • « ue », comme dans « cuesta » ou « puedo » (« je peux » du verbe poder).

Certains verbes en -ir, en -ar et en -er doivent faire s’appliquer la diphtongue : sachant cela, les locuteurs débutants peuvent donc procéder à la révision de la conjugaison espagnole et des verbes irréguliers.

En cours d’espagnol, aviez-vous entendu parler de la triphtongue ? Personnellement, je n’en ai pas le souvenir…

Une triphtongue est un son voyelle composé de trois éléments vocaliques au sein d’une même syllabe.

On la forme avec une voyelle ouverte – qui reçoit l’accent tonique -, prise en sandwich entre deux voyelles fermées : voyelles faible-forte-faible.

La triphtongue sert notamment à conjuguer le verbe à la deuxième personne du singulier, par exemple :

  • Despreciar : vosotros despreciáis (présent de l’indicatif),
  • Haber : vosotros habíais (imparfait de l’indicatif),
  • Estudiar : estudiáis (présent de l’indicatif),
  • Apreciar : vosotros apreciáis (présent de l’indicatif).

Vous suivez ?

Il ne reste plus qu’à multiplier les exercices d’espagnol et les exercices de grammaire impulser votre apprentissage progressif !

Vous cherchez un cours d’espagnol ?

Comment réviser pour maîtriser diphtongues et triphtongues ?

Grammaire et orthographe font peut-être partie des disciplines les plus ardues à maîtriser. Pourtant, apprendre l’espagnol facilement demeure possible !

Les lettres sont un peu le ciment des phrases. Les connaître permet de bâtir les mots, d’ériger les murs de son vocabulaire et de conjuguer sa connaissance au plus que parfait !

L’écriture espagnole requiert de porter une attention particulière à l’accentuation car un accent espagnol manquant, une faute d’orthographe sur une terminaison ou un radical peut inciter le correcteur d’une copie de bac espagnol à minorer la note.

En règle générale, une bonne orthographe sera toujours valorisée.

Cela prévaut à tout âge, qu’il s’agisse de préparer ses oraux du Capes, de réviser le bac, de réussir ses études supérieures ou de suivre une aide aux devoirs pour améliorer ses résultats scolaires.

Pour progresser, apprendre 5 locutions par jour ! Inscrire les mots de vocabulaire sur des post-it : et recouvrir les murs !

Comment bien réviser les diphtongues et les triphtongues alors ?

Bien évidemment, nous recommandons d’énumérer tous les mots de vocabulaire espagnol contenant ces fameuses petites irrégularités. Vous pourrez trouver ces dernières dans un livre de grammaire ou sur un site pour apprendre l’espagnol en ligne.

Par exemple, on ne cite plus le célèbre site Duolingo, le portail pour apprendre les langues en ligne. S’il faut se créer un compte pour s’inscrire, on peut néanmoins suivre des cours gratuits, pour un apprentissage progressif.

Traduction, exercices corrigés de vocabulaire, reconnaissance vocale et correction orthographique se trouvent ainsi stimulés dans l’application : de quoi reconnaître les mots à diphtongues et à triphtongues usuelles et passer d’un niveau débutant au niveau intermédiaire.

Autre idée pour bien réviser ses cours et exercices d’espagnol : démarcher un professeur particulier sur Superprof pour des cours à domicile.

En plus de vous conférer une éventuelle remise à niveau en orthographe et grammaire ibérique, nos professeurs dispenseront de nombreux exemples de faux-amis ainsi que des rappels de culture générale sur le monde hispanique.

Un voyage en Espagne, au Mexique, en Colombie ou au Pérou à préparer ?

Révisez avec un prof d’espagnol natif les diphtongues, les triphtongues, le pronom personnel, les tableaux de conjugaison, temps et modes (présent, futur simple, passé simple, passé composé, subjonctif, conditionnel, impératif), l’adverbe, l’adjectif possessif, etc.

Une dernière idée pour réviser sa grammaire : s’immerger dans un milieu hispanophone.

Par exemple :

  • Écouter des livres audio ou des podcasts,
  • Lire la presse espagnole,
  • Entourer les mots et verbes à diphtongue sur un texte,
  • Surligner d’une autre couleur les mots et conjugaisons à triphtongue,
  • Lire un (ou deux) livre(s) de littérature espagnole (sans nécessairement comprendre, juste pour enrichir son vocabulaire).

Si l’on ne peut pas partir faire un voyage en Amérique Latine ou en péninsule ibérique, nous avons la solution : regardez des films traduits en espagnol, sous-titrés en espagnol afin de faire son oreille à l’accentuation.

Réviser les verbes à diphtongue espagnols

On rappelle que les verbes à diphtongue sont ceux dont la voyelle de la dernière syllabe du radical va subir une modification.

On rappelle par ailleurs deux cas majeurs de diphtongue : les voyelles « o » et « u » se transformant en « ue », « e » et « i » se transformant en « ie ».

Pouvoir les identifier est essentiel si l’on souhaite faire un sans faute à sa conjugaison de verbes irréguliers et de verbes pronominaux espagnols.

Perfectionner son niveau en grammaire espagnole : diphtongues et triphtongues ! Voici une liste de verbes à diphtongue : à apprendre par cœur !

Voici une liste – loin, très loin d’être exhaustive – de ces verbes subissant des acrobaties linguistiques :

  • Absolver : absoudre,
  • Acertar : réussir,
  • Acordar : décider,
  • Acordarse : se souvenir,
  • Acostarse : se coucher,
  • Adquirir : acquérir,
  • Almorzar : déjeuner,
  • Aprobar : approuver,
  • Cocer : cuire,
  • Comenzar : commencer,
  • Comprobar : vérifier,
  • Contar : compter, raconter,
  • Costar : coûter,
  • Defender : défendre,
  • Despertar : réveiller,
  • Llover : pleuvoir,
  • Perder : perdre,
  • Pensar : penser,
  • Poder : pouvoir,
  • Soñar : rêver,
  • Sonar : sonner,
  • Tener : avoir,
  • Volver : revenir.

C’est déjà bien d’apprendre ceux-ci, mais une liste plus complète figure sur le site Quidoo.fr, qui est un conjugueur espagnol pour faciliter la mémorisation des verbes.

On recommande d’apprendre cinq à dis verbes par jour, pas plus : le cerveau va mieux mémoriser à intervalles espacées qu’en lisant tout d’un seul coup.

Voyez, la diphtongue et la triphtongue, ce n’est pas si compliqué, il suffit « juste » de se créer des automatismes et des rappels mnémotechniques !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar