Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Comprendre le réalisme poétique et ses photographes

De Isaline, publié le 20/12/2017 Blog > Art et Loisirs > Photographie > Photographie Humaniste : Origine et Grandes Figures

L’histoire de l’art a vu passer de nombreux mouvements et courants au fil du temps. Dadaïsme, surréalisme ou encore fauvisme pour la peinture, la photographie aussi a une histoire.

Photographie de paysage, photographie de mode,… il existe de nombreuses façons de réaliser un cliché.

Mais quelques photographes célèbres français ont su se détacher et créer un style de photo qu’on appellera photographie humaniste.

Prise de vue, cadrage, sensibilité, ces photographes du XXème siècle ont su capter les émotions et les hommes au quotidien.

Des clichés qui se retrouvent aujourd’hui dans les plus grands musées d’art du monde.

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Qu’est ce que la photographie humaniste ?

Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, Robert Capa, ces noms vous disent quelque chose ?

C’est peut-être parce que vous avez déjà assisté à une exposition de photographie humaniste.

La photographie humaniste est un courant photographique français qui réunit des photographes ayant en commun un intérêt pour l’être humain dans sa vie quotidienne.

Selon cette définition de Wikipédia, la photographie humaniste est essentiellement définie par son sujet : l’Homme.

Les photographes de ce courant mettent donc en avant l’être humain comme il se présente dans la vie de tous les jours, sans poses et sans artifices. Les artistes tentent alors de retranscrire les émotions des personnes qu’ils photographient.

 

Quels sont les sujets de la photographie humaniste ? Les photographes humanistes tentent de capter les moments de la vie quotidienne.

Ce mouvement, aussi appelé réalisme poétique ou human interest, est majoritairement français.

Pour des photographes comme Cartier-Bresson ou Capa, l’environnement du sujet a autant d’importance que le sujet lui-même.

Cela donne beaucoup d’informations sur les personnes que ces derniers photographient : le lieu de vie, les lieux fréquentés en public,…

Ainsi les personnes photographiées se retrouvent souvent dans la rue ou dans les bistrots parisiens.

L’amour, l’enfance, la souffrance, la rue, les artisans, les bidonvilles, les autres cultures, les personnes à la rue, les grandes fêtes parisiennes,…

Les thèmes sont nombreux mais les photographes cherchent à chaque fois à photographier ce qui nous rend humain.

Ils cherchent alors le dénominateur commun de l’humanité.

Ces photographes sont :

  • Cartier-Bresson,
  • Doisneau,
  • Izis,
  • Ronis,
  • Van der Elsken,
  • Lorelle,
  • Sougez,
  • Ichac,
  • René-Jacques.

Ces derniers travaillent alors pour la presse ou bien pour des poètes comme Pierre Mac Orlan, Blaise Cendrars, Francis Carco, ou encore Jacques Prévert.

La photographie humaniste est aussi très proche de la photo de guerre et du photojournalisme inspiré par Robert Capa.

Les premières agences photographiques voient le jour et vendent aux plus grands journaux du monde entier, les clichés des événements internationaux.

Découvrez également ce qu’est la photographie contemporaine

Comment est née la photographie humaniste ?

Vous connaissez maintenant les grandes lignes de la photographie humaniste, mais quand et comment est né ce mouvement ?

Henri Cartier-Bresson affirmait :

« L’objet de la photo est l’homme, l’homme et sa vie si courte, si frêle, si menacée ».

C’est dans les années 30 que le photographe prononce des mots. Ils prendront tout leur sens après le carnage de la Seconde Guerre mondiale.

Car en effet, la photographie humaniste nait peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945.

A cette époque, les Hommes connaissent de réelles difficultés économiques et matérielles. Et notamment en France où l’Etat est obligé de demander de l’aide aux Etats-Unis afin de reconstruire le pays.

La photographie humaniste tente alors à ce moment là, de se concentrer sur les petits bonheurs du quotidien, loin des atrocités de la guerre.

La photographie humaniste sert aussi à dénoncer et montrer les injustices de cette période historique.

Mais alors pourquoi ce mouvement est-il majoritairement français ?

Tout simplement à cause d’une photo mondialement connue : le Baiser de l’hôtel de ville de Robert Doisneau.

Cette photo représentant deux amoureux s’embrassant en pleine rue a tout de suite connu un succès phénoménal. Cependant, beaucoup de personnes ont alors tenté de récupérer de l’argent en affirmant être présent sur le cliché.

Publiée dans le magazine Life en 1950, cette photo reste aujourd’hui encore le symbole de l’ambiance parisienne de cette époque.

Que représente le célèbre cliché des amoureux parisiens ? Le Baiser de l’Hôtel de ville est la photo emblématique du courant.

Elle permet de comprendre les codes de la photo humaniste : montrer les habitudes quotidiennes des Français dans leur environnement.

C’est avec cette photo que le mouvement de photographie humaniste a été reconnu comme étant d’origine française. Avec comme précurseurs les photographes Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau et Willy Ronis, véritables fondateurs du courant artistique.

Ce mouvement est ensuite reconnu et suivi au-delà de l’hexagone grâce à l’exposition The Family of Man d’Edward Steichen organisée à New York en 1955.

Découvrez aussi ce qu’est la photographie paysage !

Les grandes figures de la photographie humaniste

Plusieurs personnalités ont marqué l’histoire de la photographie et le courant humaniste. Voici le portrait des plus grands photographes de ce temps.

Robert Doisneau

Véritable père de la photographie humaniste, Robert Doisneau (1912-1994) est l’un des photographes français les plus connus à l’international.

Sa photo « Le Baiser de l’hôtel de ville » est le symbole de la photographie humaniste.

Ses photos en noir et blanc représentent souvent des écoliers ou des couples qui s’embrassent. Essentiellement dans la rue, ses protagonistes montrent la vie quotidienne parisienne de l’époque.

Des photos pleines de vie, de nostalgies et de poésie pour un photographe encore adoré de nos jours.

Willy Ronis

Willy Ronis (1910-2009) fait partie des représentants de la photographie humaniste qu’il définit comme « le regard du photographe qui aime l’être humain ».

Lauréat du Grand Prix national de la photographie en 1979, et du prix Nadar en 1981, il participe en 1953 à l’exposition « Five French Photographers » avec Brassaï, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau et Izis au Musée d’Arts Modernes de New-York.

De quoi le reconnaître en tant que fondateurs du courant de la photographie humaniste.

Édouard Boubat

« Je pense que les photographies que nous aimons ont été faites quand le photographe a su s’effacer. S’il y avait un mode d’emploi, ce serait certainement celui-là. »

Édouard Boubat (1923-1999), photographe de la revue Réalités pendant de nombreuses années, est lui aussi l’une des figures majeures de la photographie humaniste.

Diffusées par l’agence Gamma-Rapho, ses photos établissent un véritable portrait de la société d’après-guerre.

Jacques Prévert dira de lui :

« Boubat, un correspondant de paix ».

Fait-il partie de l’histoire de la photographie célèbre ?

Izis

De son vrai nom Israëlis Bidermanas, Izis (1911-1980) est un photographe et photojournaliste français d’origine lituanienne.
Ses travaux sont dans un premier temps publiés dans l’hebdomadaire du Parti communiste « Regards ».

Il travaille ensuite pour Paris Match.

Il y publie de nombreux reportages à la manière de la photographie humaniste réalisés en Israël, Portugal ou encore Angleterre.

Jean Cocteau, Colette, Édith Piaf, ou encore Grace Kelly passeront sous son objectif.

Henri Cartier-Bresson

Né le 22 août 1908 près de Paris et mort le 3 août 2004 dans les Alpes-de-Haute-Provence, Henri Cartier-Bresson est reconnu comme l’un des plus grands photographes du XXème siècle.

Qui sont les célèbres photographes du XXème siècle ? Les photos d’Henri Cartier-Bresson ont fait le tour du monde.

Il fait partie des fondateurs de l’agence Magnum Photos.

Ses photos sont souvent utilisées pour la presse ce qui lui vaudra le statut de photojournaliste. Il aime réaliser des reportages de rue en prenant en photo l’instant présent, sans travailler au préalable la scène.

Ses photos sont donc presque toutes spontanées.

L’agence Magnum Photos

Comment parler de la photographie humaniste sans parler de l’agence de photos Magnum ?

Créée en 1947 par Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, George Rodger et David Seymour, l’agence Magnum est la première agence de photojournalisme.

Les photographes se répartissent le travail en plusieurs zones géographiques. Alors que Cartier-Bresson s’occupe de l’Inde et de l’Extrême Orient, Capa se charge des Etats-Unis, Rodger de l’Afrique et Seymour de l’Europe.

Une nouvelle façon d’organiser le travail photographique.

Les photos de l’agence tentent alors de véhiculer l’image du monde au plus grand nombre avec des sujets comme : la famille, la religion, la guerre, la pauvreté, ou encore la famine.

L’Homme est bien évidemment au coeur de tous ces sujets.

L’organisation en coopérative permet aux photographes de choisir leurs sujets et leur façon de travailler. Une liberté rare pour l’époque.

Leurs photos sont publiées par des magazines et journaux comme « Life » ou « Paris Match ».

A quoi servent les clichés représentant les hommes ? Les photographies humanistes sont régulièrement publiées dans Life Magazine.

Les héritiers de la photographie humaniste

Avec des bureaux à Paris, New York, Londres et Tokyo, l’agence Magnum existe toujours et regroupe environ 60 photographes.

Les photographes travaillent aussi bien pour la presse que pour la publicité ou les ONG. Une limite encore plus floue entre photojournalisme et photographie humaniste.

Toutes les photos de l’agence retracent d’une manière ou d’une autre la vie quotidienne des hommes de chaque époque.

A travers leurs joies, les guerres, les loisirs, le travail, les photographes de l’agence ont su utiliser la photographie humaniste pour témoigner de leur temps.

Aujourd’hui, beaucoup de photographes et photojournalistes continuent dans cette voie.

Les plus grandes photos sont régulièrement publiées dans de grands magazines. Elle permettent de comprendre la vie des Hommes de par le monde.

Enfin, si vous le souhaitez, nous vous invitons à en découvrir plus sur la photographie culinaire…!

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar
Ordre:   Les plus récents | Les plus anciens | Les plus populaires
Atara
Invité
Atara

que ces derniers photographient *

Sinon super explications, elles m’ont bien aidée pour mon exposé de français !

Simon Azoulay
Admin
Simon Azoulay

Bonjour Atara,

Merci pour votre commentaire.

Je viens de corriger l’erreur.