Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Le ring à l’écran : petite chronologie des 10 films cultes sur la boxe

De Samuel, publié le 23/10/2017 Blog > Sport > Boxe > Film de Boxe : Le Meilleur du 7ème et Noble Art !

Un anonyme a dit : « La boxe est comme un ballet ou il n’y aurait ni musique ni chorégraphie et où les danseurs se frapperaient. »

Trouver un film sur le 7e art – du burlesque incarné par Charlie Chaplin au drame tiré d’une histoire vraie sur le boxeur Rubin Carter, en passant bien évidemment par tous les films de cinéma hollywoodien sur Mohammed Ali – n’est pas difficile.

La boxe et les sports de combat suscitent tellement d’intérêt depuis près d’un demi-siècle, que le septième art s’est vu attribuer un genre cinématographique spécifique : le film de boxe.

Nous avons tous nos genres de films préférés : film d’action, film de guerre, film d’animation, film de science fiction, film d’horreur, blockbusters, film biographique – biopic dans le jargon…

On n’oubliera pas les bons films de l’Histoire du cinéma contemporain tels que ceux d’A. Hitchcock, Woody Allen, Martin Scorsese, Clint Eastwood, Tarantino, Polanski, Ford Coppola, les frères Coen, D. Fincher, D. Lynch, ou encore ceux de Ken Loach.

La liste des meilleurs films à voir est longue pour un cinéphile.

On peut aussi chercher un aspect didactique dans un film retraçant la vie d’un champion du monde de boxe, pour progresser avant d’enfiler les gants de boxe sur le ring.

Voici pour nos lecteurs un top 10 réalisé par nos soins des plus grands films de boxe à voir

1. Charlot boxeur

Autrement dénommé The Champion, ce film américain fut réalisé par Charlie Chaplin (1889-1977) en 1915.

Quel film regarder sur la savate boxe française ? Charlie Chaplin : monument emblématique du cinéma français, s’est illustré par son film comique sur la boxe.

On connaît toutes et tous le personnage mythique de Charles Chaplin, l’un des pivots de l’Histoire du cinéma au 20ème siècle, qui joua dans plus de 80 films durant une carrière longue de près de 70 ans.

Dans The Champion, l’on voit Charlot, un vagabond, enfiler les gants de boxe pour tenir le rôle de sparring partner – un partenaire d’entraînement pour aider un champion à préparer un match – au boxeur Bob Uppercut, ce pour gagner un peu d’argent.

Mais à voir ce dernier terrasser tous les candidats, qui tombent un à un comme des mouches, Charlot regrette un peu sa présence.

Quand vient le tour de l’illustre Charlot, on le voit glisser secrètement un fer à cheval sous son gant pour mettre au tapis les grands mastodontes.

Le vagabond devient alors boxeur, et relève acrobatiquement le défi dans un dernier combat.

Ce film ne fait pas partie de l’histoire de la boxe mais reste un bon divertissement !

2. La série « Rocky »

Devenue mythique et mondialement connue, Rocky est une série de films écrits et réalisés par l’acteur Américain Sylvester Stallone.

Au total, ce sont huit films réalisés depuis 1976, retraçant l’histoire fictive d’un boxeur italo-américain, issu des quartiers pauvres et populaires de Philadelphie, et devenu champion du monde de boxe : Rocky Balboa.

La liste complète des meilleurs films de boxe américains. Rocky gravit les échelons, jusqu’à créer la surprise et battre Apollo Creed, le fictif champion de boxe en titre.

Jouée tout au long des années Reagan (1980-1988) et jusqu’à nos jours, la trilogie devenue série réalise le pari de rendre hommage au réel boxeur Chuck Wepner – qui faillit mettre au tapis Mohammed Ali – tout en véhiculant l’image du rêve américain.

3. Raging Bull

Ce biopic – un film biographique – est l’un du top des meilleurs films éponymes, qui retrace le parcours de Jake LaMotta (1922-2017), sorti en 1980.

Le taureau enragé adapté au cinéma... Non, ce n’est pas une comédie romantique… De Niro, dans le rôle de Jake LaMotta.

Élu meilleur film de la décennie en 1990, ce chef d’oeuvre sur l’ascension du « taureau du Bronx » fut réalisé par Martin Scorcese, avec Robert De Niro dans le rôle de Jake LaMotta.

Le scénario haletant montre J. LaMotta, issu d’un milieu très modeste, monter pendant vingt ans vers la notoriété, à travers ses victoires au corps à corps, notamment contre Sugar Ray Robinson et Marcel Cerdan, devenant champion du monde des poids moyens de 1949 à 1951.

Et puis, le déclin, l’inéluctable chute du champion…

La critique du film ? L’on pourrait objecter à Scorcese de trop s’être intéressé à la vie privée du boxeur plutôt qu’à ses combats légendaires.

Presque tout critique cinéma dirait cependant qu’il s’agit là d’une des références en matière de film de boxe.

Peut-être une des raisons qui vous ont donné envie de faire de la boxe !

4. When we were kings

Les amateurs du « Noble Art » – terme évoquant la boxe anglaise – diront que ce film est l’un des meilleurs films dévoilant la puissance des grands compétiteurs.

Ali, sur le toit du monde, un documentaire très instructif. La boxe, ce sport populaire, « les dents de la mer » sur le ring !

Ce film documentaire sorti en 1996, retrace le mythique combat entre Mohammed Ali et George Fworeman à Kinshasa (ex-Zaïre, actuelle République Démocratique du Congo), le 30 octobre 1974.

Ce combat fut surnommé « The Rumble in the jungle » et c’est Mohammed Ali – Cassius Clay – qui mit George Foreman au tapis, par knockout (KO) au 8ème round.

Le film évoque, outre la finale mythique du championnat du monde, la tactique de M. Ali – qui pouvait rester au maximum dans les cordes pour mieux encaisser les coups adverses avant de frapper dur par contre-attaque en surprenant l’assaillant, par un coup de poing droit pourtant peu utilisé par les boxeurs-, et le climat dans lequel ce dernier fut organisé, notamment la dictature de Mobutu.

Le film reçut l’Oscar du meilleur film documentaire en 1997 au festival du cinéma.

5. Hurricane Carter

Réalisé en 1999, Hurricane Carter est un film biographique qui évoque le difficile parcours du boxeur Rubin Carter (1937-2014), alias Hurricane Carter.

Alors qu’il commence à se faire connaître du grand public, un boxeur international de la catégorie poids moyens va connaître l’apocalypse et la descente aux enfers.

Denzel washington dans la peau d'un boxeur de légende. R. Carter apprend la boxe en prison – incarcéré pour plusieurs délits dans sa période gangster – et devient professionnel.

Classé au top 10 en 1963, il enchaîne les victoires et parvient à réaliser l’improbable : devenir l’un des sérieux prétendants au titre mondial.

Il continue son ascension fulgurante, jusqu’à être accusé, en 1967 et en 1976 d’un triple meurtre potentiellement commis en 1966.

Prêt à enfiler vos gants de boxe ?

6. Girlfight

Réalisé par Karyn Kusama en 2000, ce film met la boxe féminine à l’honneur par le truchement d’une jeune femme au passé douloureux et issue d’une catégorie sociale défavorisée.

Diana Guzman est une adolescente de Brooklyn dont le caractère chaud lui donne des ennuis à l'école alors qu'elle se bat à plusieurs reprises avec d'autres étudiants. Girlfight a été bien reçu par les critiques lors de sa sortie.

Originaire de Brooklyn, une mère suicidée, un père alcoolique et violent, expulsée de plusieurs écoles, Diana Guzman trouve dans la boxe anglaise un refuge et un subterfuge pour s’éloigner des vicissitudes de la vie qu’elle cherche à fuir.

Elle canalise sa rage sur le sac de frappe au club de boxe et retrouve une joie de vivre en s’identifiant à d’autres groupes sociaux que ceux de son monde social, fait de désespoir et de violence.

7. Ali

Parmi la liste des films sur le Noble Art, Ali figure parmi ceux à voir absolument.

Sorti en 2001, le film raconte le parcours et la vie du plus célèbres des boxeurs, entre son sacre de champion du monde en 1964 lors de son premier combat contre Sonny Liston, jusqu’à son combat contre G. Foreman à Kinshasa en 1974.

En 1964, un boxeur pro branché, fraîchement sorti de sa victoire olympique à la médaille d'or, explose sur scène, Cassius Clay. Une biographie de la légende du sport Muhammad Ali, mettant l’accent sur ses triomphes et controverses entre 1964 et 1974.

Invaincu sur le ring de boxe, le film relate aussi le militantisme du boxeur, qui changera son nom de Cassius Clay en Mohammed Ali, s’engagea auprès de la Nation of Islam et qui fut proche de l’activiste militant pour les droits humains, Malcom X.

Incarné par Will Smith, par ailleurs acteur célèbre du film « Je suis une légende », l’on découvre à l’écran l’une des meilleures comédies réalisées autour de la boxe et Mohammed Ali.

De quoi retrouver les punchlines mythiques de ce célèbre boxeur.

8. Million Dollar Baby

Parmi les films récents, impossible de traiter des films de boxe sans évoquer un chef d’oeuvre de Clint Eastwood.

Si nos lecteurs aiment la boxe, il faut absolument voir le film Million Dollar Baby (2004).

 

Synopsis :

Ancien entraîneur de boxe réputé, Frankie (Clint Eastwood) dirige une petite salle de boxe avec son associé « Scrap » (Morgan Freeman), un ancien boxeur.

Une jeune femme – Margaret « Maggie » Fitzgerald – vient bouleverser l’équilibre du club de boxe, et pousse Frankie – dans un jeu d’acteur phénoménal -, à devenir son coach de boxe malgré sa réticence initiale.

Fort de ses entraînements intensifs et des conseils de Frankie, « Maggie » (Hilary Swank) accède à la notoriété en enchaînant les victoires par KO dès le premier round.

Frankie montre son souhait de s’arrêter, estimant que les choses vont trop loin.

Il organise un dernier combat, pour le titre mondial : un combat contre Billie (incarnée par la boxeuse Lucia Rijker), qui tourne au drame.

Une blessure irréversible met fin à la carrière de boxe de « Maggie », qui demande à Frankie de commettre l’irréparable…

Un film poignant sur une boxeuse au destin tragique, peut-être l’un des plus beaux films de boxe des vingt dernières années.

9. De l’ombre à la lumière

Sorti en 2005, ce film réalisé par Ron Howard met en scène l’histoire de James J. Braddock (1905-1974), champion du monde poids lourds Américain de 1935 à 1937.

Synopsis : 

Jim Braddock, ancien boxeur incarné par Russel Crowe, a abandonné la boxe après une série de défaites traumatisantes.

Au début des années 1930, il tente de s’en sortir financièrement alors que les États-Unis sont englués dans la Grande Dépression, et il se résout à faire des petits boulots peu gratifiants et inintéressants pour survivre avec sa femme.

Il est pourtant incité à combattre le numéro 2 mondial : match qui se solde par sa victoire tonitruante dès le troisième round.

Désormais considéré comme le challenger favori du numéro un mondial, un match décisif pour sa carrière se profile, contre Max Baer…

10. Victor Young Perez

Réalisé en 2013, ce très bon film remémore la vie de Victor Younki (1911-1945), plus jeune boxeur de tous les temps à avoir été sacré double champion de France (1931-1932) et champion du monde des poids mouches la même année.

Faire un film sur les sportifs victimes de la guerre : la Shoah n'a pas épargné la boxe non plus. Brahim Asloum, double détenteur du titre mondial et national, incarne le destin tragique du boxeur Victor Younki.

De nationalité tunisienne – la Tunisie étant encore une colonie française – et de confession juive, il s’installe à Paris au début des années 1930.

Alors que le climat politique, économique et social se détériore partout en Europe, Victor Younki ne tarde pas à subir les conséquences de l’antisémitisme et de la montée du fascisme.

Tandis qu’Hitler dirige l’Allemagne nazie depuis 1933, V. Younki accepte de jouer à Berlin, juste après la Nuit de Cristal (1938).

Voyant que le nombre de rafles de Juifs s’accélère, il songe à quitter la France au début des années 1940.

Il n’en aura jamais le temps…

Arrêté sur dénonciation par la Gestapo française à Paris, il est envoyé au camp d’extermination d’Auschwitz le 21 septembre 1943.

Surnommé « le champion », il est sommé de faire de la boxe au camp, lors de matchs arbitrés par des SS où le gagnant obtient une ration de nourriture supplémentaire, tandis que le perdant est exécuté.

Gagnant de tous ses matchs, il serait mort le 22 janvier 1945, abattu par un SS qu’il avait vaincu auparavant sur le ring de boxe.

Un film tragique, glaçant, où Brahim Asloum incarne le rôle de Victor Younki – alias Victor Young Perez -, et décrit avec punch les ravages de la barbarie nazie et de la guerre sur le talent de ses victimes.

Un bon moyen de retrouver à l’écran l’un des meilleurs boxeurs français.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar