Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Comment adapter son anglais en Amérique ?

Blog > Langues > Anglais > Qu’est ce que l’Anglais Américain ?

C’est ici qu’était notre place. Dans ce pays qui ne ressemblait à aucun autre. Nous étions en Amérique et plus rien ne nous faisait peur – Laurent Gaudé

Ah, l’Amérique ! L’uns des principaux pays au monde où la langue anglaise règne en maître absolu. Les 50 États qui composent ce pays sont autant de manières différentes de parler anglais. Toutefois, des similitudes se font évidemment ressentir, de sorte à unifier linguistiquement le pays.

On dégage alors un anglais typiquement américain, qui correspond à celui qu’on voit apparaître dans les séries, dans les blockbusters, ou encore dans les magazines de mode.

Pour prendre un exemple, tous les sondages s’accordent pour le dire : le cinéma américain représente 85% des recettes mondiales dans la diffusion de la culture. Ces chiffres rendent les États-Unis premier sur le plan culturel.

En effet, qui ne connaît pas Star WarsSex and the City, ou encore The New York Times ? Tout ceci est donc rédigé en anglais, et contribue à créer cet anglais américain que l’on va étudier !

Les origines linguistiques de l’anglais américain

Qu'est-ce qui différencie l'anglais d'Amérique des autres continents ? Quand une langue naît, elle se doit d’évoluer et d’avoir sa propre identité, comme l’américain !

Il n’y a pas une Amérique progressiste et une Amérique conservatrice – il y a des États-Unis d’Amérique. Il n’y a pas une Amérique noire,une Amérique blanche, une Amérique latino et une Amérique asiatique, il y a les États-Unis d’Amérique – Barack Obama

À l’échelle de l’histoire, l’Amérique est un pays tout jeune. Sa langue l’est donc aussi, et l’anglais que l’on y parle s’est adapté à ses différents États, ses différentes époques.

C’est les Anglais qui ont initié l’expression orale anglophone aux États-Unis, au cours du 17ème siècle. Toutefois, à ce moment précis de l’histoire, d’autres locuteurs existaient déjà sur le territoire américain : français, espagnols, néerlandais, gallois, irlandais, etc, mais aussi des langues indigènes !

Au fil du temps, l’anglais a évolué, pris une place plus importante sur le continent, et a connu diverses évolutions. Selon les chercheurs, les phonologues, les événements, le vocabulaire s’est diversifié, la grammaire s’est enrichie, et apprendre à parler anglais américain est devenu une véritable matière, désormais enseignée en cours de langue anglo saxonne.

De manière concrète, c’est au moment de la colonisation que l’anglais britannique a réellement évolué, pour laisser place à un anglais américanisé, puis un anglais réellement « américain ».

Sont donc apparues ces différences de prononciation, de vocabulaire, auxquelles il faut s’habituer si on est australien, écossais, ou juste si la langue de Shakespeare n’est pas notre langue maternelle. Nous voici prêt à affronter l’apprentissage de l’anglais et à progresser rapidement n’importe où dans le monde !

Mais alors concrètement, qu’est-ce qui fait que l’anglais parlé en Amérique est « américain » ? C’est ce qu’on va voir tout de suite !

Les spécificités de l’anglais en Amérique

Qui sait le mieux parler comme les américains ? Une langue a des particularités que nulle autre langue ne peut avoir, c’est le cas de l’anglais américain !

« Sup ! », « Y’all », ces termes ne vous disent rien ? Et bien sachez qu’ils sont typiquement américains ! Le premier est la contraction de « What’s up ? », et l’autre de « You all ». Voilà un premier exemple typique de l’identité linguistique marquée par les États-Unis.

L’anglais parlé aux États-Unis est souvent considéré comme plus simple, lorsqu’il s’agit d’apprendre une langue, et notamment l’apprentissage de l’anglais. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il régit nos vies quotidiennes, nos écrans d’ordinateurs, de télévisions, bref, l’anglais américain est partout !

Sans s’en rendre compte, il est alors facile de progresser rapidement, sans forcément le vouloir. De la même manière qu’il est relativement simple de s’en sortir comme un new yorkais avec un vocabulaire basique. À force de l’écouter partout et tout le temps, l’américain deviendrait presque notre propre langue !

Il faut savoir que la grammaire est probablement la moins compliquée de toutes les grammaires anglaises. Alors évidemment, elles sont sensiblement les mêmes, mais à quelques détails près, l’anglais américain est probablement plus le simple à apprendre et à assimiler.

C’est la même chose pour l’accent, qui, au-delà du fait qu’on l’entend très très (très) souvent au quotidien, est moins marqué qu’un anglais britannique ou un anglais écossais. Ça tient à peu de choses finalement, l’expression anglaise : quelques mots et nous voilà bilingue !

Alors qu’il est le résultat d’un mélange de différents anglais de Grande-Bretagne, l’Américain est un peu plus conservateur que la langue britannique, notamment sur le plan phonologique. Un exemple typique : en Amérique du nord, on prononce le ‘R’ quasiment tout le temps, contrairement à l’Angleterre, qui a peu à peu modifié sa manière d’utiliser la consonne.

Néanmoins, des termes sont nés en Amérique, et ont su donner un souffle nouveau à une langue qui, au départ, n’est pas celle de la nation. Ces termes font partie de tous les domaines, de tous les registres linguistiques :

  • Teenager : adolescent
  • Caucus : comité électoral
  • Compact Car : petite cylindrée
  • Belittle : rabaisser
  • Waterfront : front de mer
  • Get the hang of : se familiariser avec
  • Et bien d’autres encore !

Mais, on l’aura compris, il est tout de même difficile de décrire les particularités de l’anglais américain sans évoquer la langue britannique, dont il est fortement inspiré. Et bien c’est ce qu’on va voir tout de suite !

Les différences entre l’anglais américain et britannique

Comment reconnaître un natif d'Angleterre à un locuteur anglophone de Louisiane ? Entre la Grande-Bretagne et les États-Unis, l’anglais est le même, à quelques exceptions près !

On l’a évoqué, l’anglais américain tire son origine dans la langue britannique, et est même un mélange de divers dialectes de Grande-Bretagne. Toutefois, les siècles ont passé, et l’américanisation de la langue s’est opérée, creusant le fossé linguistique entre les deux cultures.

Alors que l’apprentissage des langues est une matière scolaire un peu partout dans le monde, prendre des cours d’anglais devient de plus en plus particulier, de plus en plus précis, et permet de regarder des films en VO, voire sans sous titres.

C’est l’orthographe qui s’est vue devenir un véritable sujet de différence entre les USA et la Grande-Bretagne. En effet, l’anglais d’Amérique a peu à peu modifié une lettre, une syllabe, un son, marquant, de fait, une identité américaine :

AméricainBritannique
ColorColour
TheaterTheatre
OrganizeOrganise
BehaviorBehaviour

L’orthographe est donc un élément capital dans la distinction entre américain et britannique. Mais le vocabulaire a également su devenir marqué pour un pays comme l’autre. Véritable moyen de se familiariser avec une culture, de découvrir des règles du jeu linguistiques, il a marqué un écart entre les deux nations :

AméricainBritanniqueFrançais
The moviesThe cinemaCinéma
SweaterJumperPullover
ApartmentFlatAppartement
VacationHolidayVacance
(French) FriesChipsFrites

Sur le plan grammatical, il y également quelques petites choses qui diffèrent, même si tout le monde se comprend en soi. Aux États-Unis, on utilise beaucoup le passé simple pour décrire quelque chose qui s’est passé il y a peu. En Angleterre, par exemple, on est tenté de se servir du « present perfect« , qui pourrait correspondre au passé composé ou à l’imparfait en français.

Par exemple, pour dire qu’il est allé au magasin, alors qu’un américain dira « I went to the shore », un britannique annoncera « I’ve been to the shop ». C’est simple, ça tient à peu chose, mais l’américain s’impose dans notre compréhension orale et notre grammaire anglaise.

Même principe pour le verbe « get », qui se conjuguera, en Amérique, sous la forme « get-got-gotten », alors qu’on le retrouvera avec le trio « get-got-got » en Grande-Bretagne. Quelques exercices d’anglais, et ça rentrera, pas d’inquiétude !

Encore une fois, rien ne vaut une formation anglais pour progresser, s’immerger et se perfectionner en anglais américain. Il se trouve que certains supports peuvent être de bons outils pour comprendre l’anglais américain, penser en anglais américain, et pourquoi pas travailler son intonation.

Et connaissez-vous les particularités de l’anglais irlandais ?

Les supports pour apprendre l’anglais

À chaque génération, les Américains doivent définir ce que veut dire « être américain » – Bill Clinton

Qu'est-ce que l'anglais américain a apporté dans la culture populaire ? Une culture et une identité très marquées, qui s’avèrent être de très bons outils d’apprentissage de la langue.

Les États-Unis sont un pays en perpétuel mouvement, mouvement qui a su imposer une culture forte dans le monde entier. De Beyonce, en passant par la Statue de la Liberté ou Ernest Hemingway, elle n’est inconnue de personne, et parle à tout le monde.

C’est en ça que les supports audio, télévisuels, ou encore littéraires, peuvent être de véritables alliés pour comprendre l’anglais, se débrouiller avec l’anglais des États-Unis, et se sentir en immersion totale à l’américaine !

Une technique extrêmement simple, mais qui peut nous aider à progresser rapidement sont les sous-titres. Des films américains ? On en regarde tous. Des séries américaines ? On en consomme tous. Forrest Gump, Breaking Bad, The Walking Dead, c’est encore mieux lorsque c’est en langue originale, et on peut découvrir la langue américaine sous un autre aspect !

Les livres sont également une source inépuisable d’inspiration, lorsqu’on souhaite apprendre de nouveaux mots anglais, et sont la meilleure école de langue américaine. S’imprégner d’un monde, d’un point de vue, à propos de son pays, c’est tout de même plus agréable qu’une simple formation anglais.

Un véritable échange linguistique, pour se perfectionner avec William Faulkner, Jack Kerouac, ou, d’un point de vue encore plus actuel, Toni Morrison. De jolis moment en perspective, qui font également des supports de qualité pour apprendre une langue étrangère.

Le vocabulaire anglais s’acquiert aussi sur les médias de tous les jours. Accessibles, souvent gratuits, la radio, la télévision, ou bien la presse, sont des outils de taille pour assimiler l’américain, et parfois même un anglais spécifique comme l’anglais des affaires.

Regarder CNN, écouter Whtz-fm, ou bien feuilleter The Wall Street Journal ne sont désormais plus des activités banales, mais sont bien porteuses de connaissance, d’une culture, d’un pays, mais aussi et surtout, d’une langue.

Langue qui n’aura donc de cesse de faire parler d’elle, d’évoluer, et de se distinguer de tous les autres anglais. Et si c’était ça, The American Dream ?

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar