Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Quelles sont les bonnes questions à se poser pour bien choisir son orientation ?

De Thomas, publié le 04/12/2017 Blog > Soutien scolaire > Orientation Scolaire > Orientation scolaire: Questions et Réponses

Pour un enfant, un ado voire même un jeune adulte il est parfois difficile de se faire une idée précise du projet professionnel.

Soit l’idée et l’ambition sont claires depuis le plus jeune âge, soit on tâtonne.

Mais dans tous les cas il est important de se poser certaines questions au moment de se choisir une orientation.

Se questionner permet de faire un point sur le vécu, l’instant présent, et sur les perspectives que peuvent offrir le futur.

Et au final, cela aide à ne pas se tromper, à faire le bon choix. Certaines questions concernent l’élève lui même, et d’autre concernent le contexte plus global. Car l’élève n’est pas seul.

L’entourage, l’environnement compte aussi.

Voici donc un éventail de questions importantes à se poser au moment de choisir la voie qui guidera notre futur.

Mon rêve professionnel d’enfant est-il toujours d’actualité ?

Détrompez-vous, ce n’est pas une question à l’eau de rose. On a tous des rêves quand on est petit. Une envie. Devenir pompier, astronaute ou gendarme qui sait.

Et bien sachez que selon une étude récente du magasine « l’étudiant », 23% des étudiants en cycle supérieur suivent les ambitions qu’ils avaient étant enfant.

Au moment de choisir son orientation c’est bénéfique de savoir si l’on est proche ou éloigné de ce rêve. et si on en est près cela nous donne un fil conducteur tout fait pour le cursus futur.

Quelles sont les études qui vous correspondent le mieux ? Le rapport avec ce rêve n’est donc pas à négliger.

Et on peut même rajouter que c’est sans doute la première question à se poser.

Alors conseil très simple: posez la vous !

Et ne vous inquiétez pas si vous en êtes éloignés. Ce n’est absolument pas grave.

Quel est mon niveau à l’approche des études supérieures ?

L’auto critique est une grande preuve de maturité.

Il faut avoir conscience de ses points forts autant que de ses points faibles. C’est ce travail sur soi qui permet de ne pas se tromper dans le choix de l’orientation.

Se questionner sur son niveau scolaire est important. On départage souvent les littéraires, et les matheux.

C’est une première question à se poser. Si l’écart est creusé et visible ne nagez pas à contre courant.

Par exemple ne partez pas en médecine si vos résultats en bio, en maths et en physique sont insuffisants.

Comment anticiper sa future réussite professionnelle ? Quelque soit votre choix, il faut être sûr de soi pour choisir efficacement sa voie future.

Si votre niveau est a peu près équivalent partout vous ne vous fermez pas les portes. Mais de la même façon il faut aussi regarder le niveau moyen. Ne tentez pas de prépa en école de commerce  ou en polytechnique si vos résultats sont entre 9 et 12. Ce ne sera pas suffisant. Soyez logiques, et réalistes.

Par rapport à mon niveau, quel est mon potentiel ?

La première étape de cette introspection intellectuelle, c’est donc d’avoir conscience du niveau à l’instant T.

La deuxième, c’est d’être capable de se connaître suffisamment pour se projeter.

, Comment choisir ses études Être conscient de la marge de progression que l’on a dans un futur proche.

Et pour cela un conseil: Calculez cette marge sur vos points forts. Ce sont sur eux que vous allez baser vos études.

Par exemple si vous choisissez des études de journalisme, ne pensez pas à votre marge de progression dans les maths. Il n’y en a pas dans ce cursus.

Pensez à cette marge au niveau du français, de l’histoire, de la géo ou de la culture générale.

Ciblez donc votre marge de progression en fonction de vos souhaits, de vos préférences et de vos envies.

Quels sont mes matières préférées, et quelles nouvelles matières pourrais-je avoir envie de découvrir ?

On a tous nos matières préférées. Celles dans lesquelles on se sent à l’aise, et où le minimum de révisions sont suffisants pour obtenir de bons résultats. Elles sont du coup faciles à cibler, et doivent être les éléments incontournables au moment où on choisit sa voie.

Quelles nouvelles matières sont étudiées dans les cycles supérieurs ? En ayant une idée précises de vos forces et de vos faiblesses scolaires, vous ferez assurément le bon choix dans votre orientation.

Vos matières préférées sont celles où vous êtes à l’aise, où tout coule de source.

Celles pour lesquelles vous faîtes plus que nécessaire (recherches complémentaires, lectures annexes, intérêt supérieur).

Et ce sont ces matières que vous aimez qui doivent devenir le socle de votre future vie professionnelle et donc, de votre orientation.

Quels sont mes passe temps hors cursus scolaire ?

Dans la vie c’est important d’avoir des passions. Sport, cinéma, culture, activités diverses et variées.

Sachez donc que vous pouvez vous aider de ces passions pour orienter votre futur.

Un bon sportif à l’aise en sciences peut se diriger en STAPS par exemple.

Un fou de lecture à l’aise en français peut se diriger vers un cursus littéraire.

Aujourd’hui, le panel de formations est très important. Concilier les matières dans lesquelles on est à l’aise et les activités extra-scolaires est un gage assuré de réussite.

C’est toujours dans le but de réussir.

Et très souvent, les passes temps ne sont pas incompatibles avec les études.

Quels sont mes moyens financiers pour les études supérieures ?

Il ne faut pas se voiler la face. Les études coûtent de l’argent. Parfois même beaucoup d’argent.

Il faut avoir conscience des moyens en votre possession au moment de choisir votre cursus.

Avec des moyens financiers limités difficile d’envisager une école de commerce ou une école supérieure de magistrature. Mais il y a des parades.

Le secteur public offre tout l’éventail de formations possibles.

Parfois c’est plus difficile d’y avoir accès (beaucoup de demande pour peu d’offre) mais le prix est moindre. Par exemple, le cursus journalisme dans le public ne coute que quelques centaines d’euros.

Alors qu’une école privée peut coûter entre 4000 et 6000 euros l’année. Souvent pour un enseignement équivalent.

Et si vraiment vous n’avez pas le choix et que votre cursus coûte de l’argent (comme un cursus radio par exemple) vous pouvez toujours obtenir un prêt étudiant. Facile à rembourser par la suite en plus.

Comment est mon entourage et mon contexte familial et amical ?

Pour être épanoui il faut un contexte important. Une famille un minimum unie, des parents au minimum aimants et attentifs.

Car dans un cursus supérieur qui peut durer plusieurs années il y a des bons moments. Mais il y a aussi des moments plus difficiles.

Et c’est dans ces moments là que l’entourage joue son rôle. Soutien, moral, appui sont des milliers sur lequel vous pouvez reposer.

Et parfois ça peut faire la différence.

En cas de coup dur par exemple.

Un semestre raté, une envie de tout laisser tomber sont les cas les plus fréquents.

Comment être sûr de son choix de carrière ? Ne jamais négliger la situation personnelle au moment de choisir. Se retrouver seul, c’est se faire beaucoup de mal à la tête.

C’est le rôle de la famille, et aussi des amis de booster et de faire en sorte de garder les pieds sur terre. De faire comprendre qu’il ne faut pas lâcher, et aussi de faire en sorte de changer les idées de l’étudiant aussi. Le faire sortir, le faire souffler.

A l’inverse un déséquilibre privé est un poids de plus à supporter. On peut toujours s’en sortir bien sûr.

Mais c’est plus difficile. Et sans doute que le mérite n’en est que plus grand.

Mais il vaut mieux ne pas avoir à supporter ce fardeau là.

Qui peut m’aider à bien choisir mon orientation ?

On reste, comme abordé précédemment, dans le domaine de l’entourage.

Et pour aider à faire le bon choix on peut trouver deux catégories de personnes.

Les professionnels et les privés.

  • Pour les pros, on peut parler de l’équipe enseignante de terminale. Surtout les profs des matières importantes en vue du souhait d’orientation. Les conseillers d’orientation également (dans des structures comme les CIO par exemple).
    Les professeurs particuliers peuvent aussi être de bon conseil. Et ne pas oublier les textes d’auteurs qui sont parfois de bons appuis pour trouver la meilleure solution possible.
  • Dans le cercle privé on retrouve bien sûr les parents. C’est la base. Mais lorsqu’on élargit le cercle on trouve les amis (car eux aussi nous connaissent bien, et ont un regard pertinent). Et avec les moyens d’aujourd’hui on peut aussi retrouver les forums de discussions étudiantes. On y trouve les expériences des uns et des autres et cela peut être très enrichissant surtout en cas de doute ou d’hésitation.

    Comment se réorienter après avoir fait un premier mauvais choix ? Pleins de gens sont susceptibles de vous aider à faire le bon choix. Pensez à les écouter, même si la décision finale vous appartient.

Toutes ces questions, il faut se les poser. Le bon choix est un choix réfléchi, issu de tous ces questionnements.

Alors évidemment il y a d’autres questions que l’on peut se poser.

Mais celles-ci, elles sont primordiales. Alors avant de faire votre choix, réfléchissez, et soyez une éponge.

Prenez tous les conseils car tous les conseils sont bons à prendre.

 

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar
Les plus récents Les plus anciens Les plus populaires
schroeder gabriel
Invité
schroeder gabriel
Bonjour, Etant actuellement en seconde je doit faire un choix d’orientation ce qui sur le principe ne relève pas d’un défi insurmontable certes, mais voila qu’en réalité ce n’est pas si simple, ayant eu le verdict du conseil de classe du deuxième trimestre,je sais que je suis pris en première littéraire, mon premier choix,néanmoins, j’aurais absolument voulu redoubler cette année mais tous mes professeurs s’y opposent formellement car ils ne m’estime pas assez « nul » (je n’ai pourtant qu’un minable 11.35 de moyenne avec 3 en maths) sauf que je ne me sent de 1 pas assez mature pour aller en… Read more »