Présentation de l'oeuvre

Le Horla, écrit par Guy de Maupassant, est une nouvelle fantastique, parue en 1886 dans une première version, puis en 1887 dans une seconde. Le récit tire son origine d'une autre nouvelle de Maupassant, intitulée Lettre d'un fou, que l'auteur a signé du nom de Maufrigneuse, en 1886 et parue dans le quotidien Gil Blas. Il en reprend les principales péripéties pour les deux versions du Horla. Les trois versions sont formellement différentes :

  • Lettre d'un fou est une forme épistolaire
  • Le Horla de 1886 est un récit-cadre (c'est-à-dire un récit où sont imbriqués plusieurs autres récits)
  • Le Horla de 1887 est rédigé sous la forme d'un journal intime inachevé

Ce sera cette dernière version qui nous intéressera en cours de français. La rédaction de l'oeuvre est concomitante des premiers signes de la folie de Maupassant, souffrant d'hallucinations et de dédoublements de la personnalité, qui lui vient de la syphilis.

Quelle fut la carrière de Maupassant ? Portrait de Guy de Maupassant, 1888

Résumé du Horla (1887), par dates

8 mai

On découvre que le narrateur réside dans la maison où il a grandi, située entre Rouen et Le Havre. Il se prélasse toute la matinée sur l'herbe, et il regarde les bateaux qui passent sur la Seine, dont un trois-mâts brésilien.

12 mai

La narrateur est sujet à de la fièvre. 16 mai Ressentant de plus en plus la fièvre, le narrateur commence à s'inquiéter : il éprouve une étrange sensation de danger. 18 mai Le médecin qu'il va consulter le trouve nerveux mais ne trouve rien d'inquiétant en lui ; il lui conseille alors de boire du bromure de potassium (cours de français). 25 mai Le traitement prescrit ne l'aide en rien. Tous les jours, quand vient le soir, l'angoisse le prend ; et la nuit, il lui semble être étranglé dans son sommeil. 2 juin L'état du narrateur empire. Il décide alors, pour se revitaliser, d'aller se promener en forêt. Durant la promenade, il souffre d'un vertige et finit par se perdre. Finalement, il retrouve son chemin. 3 juin Sa dernière nuit ayant été particulièrement éprouvante, il décide de partir en voyage. 2 juillet Revenu de son voyage, le narrateur sent qu'il est guéri. Il détaille son excursion au Mont-Saint-Michel et restitue une discussion eue avec un moine au sujet du surnaturel. 3 juillet Le narrateur a de nouveau mal dormi. Il apprend que son cocher a les mêmes problèmes, tandis que les autres domestiques n'ont rien. 4 juillet La maladie réapparaît, avec les mêmes symptômes. 5 juillet A la suite d'un nouveau cauchemar, il découvre que la carafe d'eau qu'il pose près de son lit est entièrement vide. Puisqu'il dort avec la porte fermée à clef, il s'imagine être somnambule. 6 juillet Au petit matin, la carafe est de nouveau vide. 10 juillet Pendant plusieurs nuits de suite, la narrateur dépose près de son lit du vin, du lait, du pain et des fraises, pour découvrir que tout disparaît. Il pense alors en être la cause. Un nouveau soir, il entoure la nourriture de mousseline blanche tout en se recouvrant de mine de plomb ; mais le lendemain, les aliments ont à nouveau disparu, sans qu'il n'y ait aucune trace de mine de plomb. Appeuré, il décide de s'enfuir à Paris (cours de français en ligne). 12 juillet A Paris, la narrateur se sent mieux et pense avec ironie à ses maux passés. Il recouvre son humeur joyeuse, sort au théâtre. 14 juillet Pour la fête nationale, il se promène seul et juge la foule avec mépris. 16 juillet Il est invité par sa cousine, Mme Sablé, à manger. Lors du dîner, le Docteur Parent, un autre convive, parle d'expériences d'hypnose et du pouvoir de la suggestion dans le cadre des soins qu'il prodigue pour les maladies nerveuses. Le narrateur en est fasciné et restitue toute la séance d'hypnose dont Mme Sablé a fait l'objet. 19 juillet Le narrateur n'est cru par personne quand il tente de raconter l'hypnose de Mme Sablé. 21 juillet Il assiste au bal des canotiers. 30 juillet La veille, il est retourné dans sa maison. 2 août La tranquillité règne. 4 août Les domestiques s'accusent mutuellement des verres cassés pendant la nuit.

Quels sont les thèmes principaux de Maupassant ? La nouvelle Le Horla fut publiée sous deux versions, en 1886 et 1887, toutes deux racontant les angoisses d'un homme suivi par un être surnaturel !

6 août Le narrateur est terrifié : il est certain d'avoir vu une rose être cueillie par une main invisible. Ce n'est en effet pas une hallucination, puisque la tige est belle et bien brisée ; il en déduit, non moins effrayé, qu'un être invisible a investi son foyer. 7 aout La carafe d'eau est à nouveau vidée. Le narrateur s'interroge : est-il fou ou bien malade du cerveau ? Ces hallucinations sont-elles pathologiques ? 8 août Le narrateur a la désagréable impression d'être observé. 9-11 août Bien que rien ne se soit passé de particulier, le narrateur a peur et réfléchit à de nouveau quitter sa maison. 12 août (22 heures) Il se demande pourquoi il n'est pas parti. 13 août Le narrateur établit, impuissant, son manque de volonté et de force. 14-15 août Il déclare être possédé par quelqu'un d'invisible, qui le bloque dans ses mouvements. 16 août Il réussit à s'enfuir, pour deux heures, et va à la bibliothèque. Il y prend un livre sur « les habitants inconnus du monde antique et moderne ». Alors qu'il voulait demander au voiturier de l'emmener à la gare, il comprend qu'il a crié : « A la maison ! » ; c'est le retour, pense-t-il, de cet invisible qui le possède. 17 août Il lit avec plaisir le livre de la bibliothèque. Sans tomber sur une description qui pourrait correspondre à son propre démon, il mène néanmoins une réflexion sur l'invisible pour l'humain, et les extraterrestres. S'étant endormi, il est brusquement réveillé par les pages qui tournent toutes seules, sans courant d'air. Il essaie alors de frapper son persécuteur invisible, mais ne touche personne, et voit, comme si celui-ci s'enfuyait, les meubles tomber. 18 août Il décide de se laisser faire dans un premier temps, pour mieux se révolter ensuite. 19 août Il découvre, à la lecture d'une revue, qu'à Rio se répand une épidémie. Il pense alors au bateau brésilien qu'il avait salué le 8 mai et croit que l'être invisible provient de ce moment. Le narrateur semble alors être pris par un délire mystique et se convainc qu'il existe une race invisible destinée à remplacer les hommes. Enfin, il donne un nom à son oppresseur : le Horla. 19 août Las, le narrateur décide de tuer son Horla. Il explique alors comment il se tient aux aguets pour saisir l'un de ses mouvements. Mais son ennemi lui échappe. Et, terrifié, il découvre que son reflet n'apparaît plus dans le miroir... Mais, après quelques instants, il revient. 20 août Le narrateur s'interroge sur la meilleure manière de tuer le Horla, en rejettant l'empoisonnement. 21 août. Il fait poser, par un serrurier, des persiennes en fer, à sa porte et sur ses fenêtres. 10 septembre Le narrateur relate les faits de la veille alors qu'il se trouve à Rouen, à l'hôtel Continental : sa chambre était ouverte de toutes parts tandis qu'il attendait le Horla. Il a finalement senti sa présence et a fermé toutes les issues (les fenêtres, la porte). L'ennemi emprisonné, il a versé de l'huile dans la maison entière et y a mis le feu. Lui dans le jardin, il contemplait le brasier tandis qu'une pensée l'a pris : si le Horla avait un corps intangible, peut-être est-il aussi indestructible. Ses derniers mots sont emplis de ce désespoir :

«Non… non… sans aucun doute, sans aucun doute… il n’est pas mort… Alors… alors… il va donc falloir que je me tue, moi!...»

Le narrateur face au Horla : étude des personnages

Le narrateur : personnage double

Le Horla est un récit à la première personne dont le narrateur n'est jamais nommé ; cela doit aider le processus d'identification du lecteur. Toute l'action se concentre autour de lui, alors même que l'on apprend, certes tardivement, qu'il vit en compagnie de ses domestiques. De manière générale, il n'interragit que très rarement avec d'autres personnages ; sa solitude est la plus manifeste le jour du 14 juillet où il demeure seul au milieu de la foule. Plus le récit avance, plus le narrateur semble sombrer dans la folie, avec, en sous-jacence, un état maladif, fragile. Sa situation le porte vers une réflexion de l'intime, sur le statut de son intellect et celui de l'homme. Différentes étapes se font jour :

  • les sens incomplets (12 mai, 14 juillet)
  • la fragilité de l'équilibre mental (25 mai)
  • la puissance du subconscient (5 juillet)
  • la dangerosité de la solitude pour l'esprit (12 juillet)
  • l'humeur influencée par l'environnement (21 juillet)

Les péripéties qu'il subit l'amènent à envisager toute chose sous l'aspect de l'étrange. Par exemple, quand il visite le Mont-Saint Michel, la description est marquée par l'inquiétude, le dérangeant (sans compter la discussion qu'il tient avec le moine) :

« les escaliers tordus […] qui lancent dans le ciel bleu des jours, dans le ciel noir des nuits, leurs têtes bizarres hérissées de chimères, de diables, de bêtes fantastiques, de fleurs monstrueuses »

Sa supposée folie l'engage dans un dialogue avec lui-même, ce qui contribue en soi au dédoublement de personalité. Il prend sa démence pour objet d'étude et, au fur et à mesure, il s'enferme dans sa solitude, devient déconnecté du monde, ne perçoit même plus les autres (on peut d'ailleurs se demander ce que deviennent les domestiques lorsque sa maison brûle...). Formellement, le délire est marqué par les répétitions et les points de suspension. Finalement, le narrateur accepte son « aliénation », dans les deux sens :

  • il lui semble être l'esclave d'un autre
  • il lui semble devenir fou

«Je ne peux plus vouloir ; mais quelqu’un veut pour moi, et j’obéis […]. Je suis perdu. Quelqu’un possède mon âme et la gouverne.»

13 et 14 août

De quelle folie Le Horla parle-t-il ? Gustave Courbet : Le Désespéré, 1843

Le Horla : personnage fantastique

En tant qu'il est au centre des inquiétudes du narrateur, ce personnage est omniprésent ; pourtant, il n'apparaît pas une fois dans le récit. Ce ne sont que les retranscriptions du narrateur qui lui donnent sa réalité ; le lecteur, lui, est dans un doute permanent : c'est, par définition, le sens du fantastique. De la même manière, le nom qu'il lui donne joue de cette ambiguïté. Le Horla ne se rapporte à rien de connu : ainsi, il reste insaisissable. Phonétiquement, c'est un nom qui éclate, qui surgit, comme le fait sa présence pour le narrateur. De plus, c'est la juxtaposition de « hors » et de « là », qui témoigne d'une sorte de présence-absence, et qui ajoute encore au caractère nébuleux du personnage.

Pistes d'analyse

Le genre fantastique

Le fantastique se définit comme l'avénement d'un phénomène étrange, inexplicable, dans le domaine de la réalité ; le lecteur, démunit, doit trouver seul les explications, mais balance entre deux voies :

  • une hypothèse rationnelle : l'enjeu est de rétablir le réalisme du récit, et alors, le narrateur est réellement fou, ou se trompe, etc.
  • une hypothèse surnaturelle : ici, on accepte l'irruption de l'irréel, avec un trouble dans l'ordre naturel du monde

Cette impossibilité de la résolution, ce tiraillement, caractérise le genre fantastique. Le Horla représente parfaitement les enjeux du genre : il est certain que le narrateur est fou ; mais cette folie vient-elle d'un objet naturel ou bien surnaturel ? Autrement dit, le Horla existe-t-il réellement (ou surnaturellement) ? L'abscence d'un regard extérieur - puisque nous ne connaissons l'histoire que par ce que le narrateur nous en dit - rend impossible l'élaboration d'une réponse à ces questions. Les hypothèses restent invérifiables.

La folie

Maupassant est touché par la folie dans sa sphère privée, puisque son frère Hervé a été interné en 1889. De même, sa mère souffrait d'un équilibre mental fragile. Cela a peut-être influencé ses peurs et l'interprétation de sa personne. De fait, il a beaucoup traité ce thème dans son oeuvre. Entre août 1882 et septembre 1885, cinq nouvelles contiennent dans leur titre le mot « fou » : Fou ?, La Folle, Un fou ?,  Lettre d’un fou et Un fou.

La maison

La maison se veut être, par excellence, le lieu organisé pour notre vie, où rien n'est laissé au hasard. Elle protège, en outre, des dangers de l'extérieur ; c'est un abri où l'Homme laisse libre cours à son intimité, ses idées, dans le calme et la quiétude. La maison, ou le siège de la raison. Néanmoins, dans Le Horla, le narrateur a le sentiment d'être indésirable dans sa maison. C'est à cet endroit que les symptômes apparaissent et, de manière troublante, disparaîssent lorsqu'il en est loin.

Où se déroule l'intrigue du Horla ? Rouen est l'une des villes qui circonscrit la maison du narrateur

Le narrateur est donc condamné à errer, sans domicile, sans lieu de repos. Ses pensées, en conséquence, sont elles-mêmes épuisées, puisque sans jamais d'espace pour se tranquiliser.

La morale

Le Horla peut être, finalement, vu comme une créature surnaturelle qui perturbe la raison humaine. Pour autant, il peut également être perçu comme le double du narrateur, la face qu'il veut se cacher à lui même, son instinct dépressif et meurtrier (on repensera aux domestiques enfermés dans la maison), son envie suicidaire. Dans les deux cas, la raison est mise à l'épreuve, dans une époque où l'explication scientifique prime sur tout.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,24/ 5 pour 41 votes)
Loading...

Nathan

Ancien étudiant de classe préparatoire b/l (que je recommande à tous les élèves avides de savoir, qui nous lisent ici) et passionné par la littérature, me voilà maintenant auto-entrepreneur pour mêler des activités professionnelles concrètes au sein du monde de l'entreprise, et étudiant en Master de Littératures Comparées pour garder les pieds dans le rêve des mots.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide