Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Les Choses à Savoir Avant de Redoubler une Classe

De Sophie, publié le 08/12/2016 Blog > Cours particuliers > Prendre des Cours Particuliers > Pour Tout Savoir sur le Redoublement

Un tiers des Français aurait déjà redoublé.

Ce chiffre éloquent, révélé par une enquête Pisa, témoigne de la véritable tradition du redoublement qui existe actuellement au sein du système éducatif français.

Alors que certains pays comme la Corée du Sud ont littéralement supprimé le redoublement de leur politique éducative, il convient de s’interroger sur cette pratique et ses impacts sur le parcours scolaire d’un élève.

La question suscite souvent des polémiques entre ceux qui soutiennent son aspect salutaire et ceux qui le critiquent vivement.

Si l’on vient de vous faire la proposition de redoubler, il est normal que vous ayez des doutes et des questions.

Superprof a donc décidé d’enquêter pour vous sur le redoublement en France, en étudiant notamment les chiffres, son coût, ainsi que ses éventuels bienfaits et dérives.

Le Redoublement en France et en Chiffres

Durant les trois dernières décennies, le nombre d’élèves redoublants a fortement diminué en France.

Selon les chiffres fournis par le Ministère de l’Éducation Nationale, en 1993, un élève de troisième sur trois devait redoubler son année.

En 2014, le redoublement ne concernait plus qu’un élève sur quatre.

Combien coûte vraiment un redoublement ? Un tiers des français affirment avoir redoublé.

Si l’on note une véritable baisse générale du nombre de redoublements orchestrée dès le début des années 80, des disparités existent selon le type de filières :

  • 19 % des élèves de seconde générale et technologique ont déjà redoublé
  • 52 % en seconde professionnelle
  • 82 % en première année de CAP

Ces statistiques révèlent aussi que les garçons sont plus enclins à redoubler que les filles.

En effet, la probabilité d’avoir un an de retard quand on est un élève de sexe masculin est de 48 % supérieure que pour une élève de sexe féminin.

Un classement de l’OCDE révèle aussi que la France est le cinquième pays européen à avoir recours au redoublement, ce qui peut expliquer en partie pourquoi elle est le leader européen en matière de soutien scolaire.

Il est vrai que les cours a domicile particuliers peuvent véritablement permettre à un élève de surmonter ses difficultés scolaires et d’accroître sa motivation.

Le débat sur le redoublement a toujours déchaîné les passions.
Pendant que certains pensent qu’il est bénéfique pour l’élève, d’autres soutiennent qu’il se révèle inefficace.

Plusieurs études, notamment celle menée par PISA, soulignent plutôt le côté souvent infructueux de la méthode.
En effet, les pays ayant un faible taux de redoublement ont des meilleurs chiffres en matière de réussite scolaire.

Les chiffres du redoublement permettent aussi de se rendre compte des réelles inégalités sociales à l’école.

Les élèves ayant un parent au chômage ont deux fois plus de chances de redoubler que ceux dont les parents travaillent à temps plein.

Aussi, les enfants issus d’une famille monoparentale ont 37 % de probabilité de plus d’avoir une année de retard que les autres

Cependant, des solutions existent pour lutter contre le décrochage scolaire et permettre à un élève de progresser sereinement en France et ailleurs dans le monde :

  • en Italie, en Espagne et en Allemagne, la mise en place d’écoles d’été permet aux élèves de bénéficier d’un accompagnement approfondi grâce à des cours de rattrapage pour combler les lacunes
  • au Japon, un système de tutorat et de groupe de niveaux offre à l’élève la possibilité d’approfondir ses compétences en impliquant aussi ses parents
  • les cours à domicile dispensés par un professeur particulier viennent compléter efficacement l’enseignement de l’Éducation Nationale avec une pédagogie individualisée

Pourquoi Accepter un Redoublement ?

Prendre des cours à domicile et passer ou accepter le redoublement ?

Bien que certains pensent, parfois à juste titre, que le redoublement est inutile, il convient de préciser qu’il peut se révéler extrêmement bénéfique pour certains élèves.

Si durant le conseil de classe du troisième trimestre, vos professeurs vous ont conseillé de redoubler, c’est qu’ils pensent que vous pourrez en tirer profit.

Cela signifie qu’ils croient en vous et qu’ils sont persuadés que vous avez les capacités de rebondir et de suivre le chemin de la réussite scolaire.

Comment combler ses lacunes quand on est au collège ? Le redoublement doit être perçu comme une seconde chance !

Le redoublement ne doit pas être perçu comme un échec, bien au contraire.
Il s’agit plutôt de mettre en place une seconde chance afin de reculer pour mieux sauter.

Il faut que la décision d’accepter le redoublement soit mûrement réfléchie et fasse l’objet de longues discussions notamment avec vos parents et avec les membres du corps enseignant.
Pour que le redoublement soit réussi, pédagogique et accompagné de véritables progrès, l’élève doit avoir une vraie motivation pour réussir et ce dès la rentrée scolaire.

IL peut comporter de nombreux bénéfices :

  • consolider véritablement ses connaissances et acquérir les bases nécessaires à la poursuite des études
  • prendre un nouveau départ en changeant d’environnement
  • éviter de se retrouver en situation d’échec scolaire
  • accepter ses difficultés pour mieux les surmonter (avec par exemple des cours à domicile).

Le fait de redoubler ne doit surtout pas impacter sur votre confiance en vous et votre estime de soi, bien au contraire.
N’oubliez pas que vous partez avec une longueur d’avance sur vos camarades de classe : vous connaissez déjà le programme que vous allez étudier ainsi ce que l’on attend de vous.

Vous pouvez même profiter de cette nouvelle chance qui s’offre à vous pour changer d’option ou même changer d’établissement scolaire. L’important étant de commencer l’année dans une perspective sereine et dans de bonnes conditions.

Combien Coûte un Redoublement ?

Selon les économistes de l’Institut des Politiques Publiques (IPP), le redoublement coûterait 2 milliards d’euros par an.

Soyez néanmoins rassuré : si l’on propose à votre enfant de repiquer une année, ce n’est pas vous qui allez devoir sortir 2 milliards d’euros de votre poche. Ou du moins, pas directement.

Cette somme incombe bien évidemment à l’État, donc à l’ensemble de français à travers leurs impôts.

C’est peut-être d’ailleurs une des raisons pour lesquelles Najat Vallaud-Belkacem, la Ministre de l’Éducation Nationale, a annoncé récemment vouloir réduire le nombre de redoublements en France.

Le coût du redoublement en France se divise en plusieurs parties :

  • 0,4 milliards d’euros pour les redoublements à l’école primaire
  • 0,6 milliards d’euros pour les redoublements au collège
  • 1 milliard d’euros pour les redoublements au lycée

Cette différence significative entre primaire/collège et lycée traduit le désir des parents d’élèves qui souhaitent souvent que leur enfant redouble la seconde générale afin de faciliter leur admission dans une filière spécifique, notamment la filière scientifique.

Comment faire appel pour éviter de repiquer une année ? Est-ce que redoubler à l’école primaire est plus efficace ?

Le redoublement à lui seul représente plus de 3 % du budget annuel de l’éducation qui est de 65 milliards d’euros.

Depuis l’année 2000, PISA évalue les systèmes éducatifs des pays membres de l’OCDE.
L’étude de 2016 établit un constat inquiétant : un élève scolarisé dans un pays de l’OCDE sur quatre serait en-dessous du seuil de compétences requis.

Le meilleur score est attribué à la Corée du Sud, un pays qui n’a pas recours au redoublement.

Serait-ce une relation de cause à effet ?

Dans tous les cas, le plan PISA insiste aussi sur les économies considérables que ferait la France si elle supprimait le redoublement de sa politique éducative.

Les 2 milliards d’euros alloués au repiquage pourraient ainsi être investis dans d’autres branches de l’éducation.

L’alternative pourrait consister aussi à supprimer le redoublement au collège et au lycée, et le garder pour l’enseignement élémentaire où il coûte sensiblement moins cher.

De plus, l’apprentissage au primaire est l’étape de la scolarité où l’on acquiert les savoirs fondamentaux.

Plus malléable et plus réceptif, l’élève du primaire doit apprendre à lire, à écrire et à compter.

Consolider les acquis à ce moment-là peut permettre d’éviter de se retrouver en situation d’échec scolaire durant l’enseignement secondaire.

Contre toute attente, la vision des français concernant le redoublement n’est pas aussi péjorative que l’on pourrait penser.

En janvier 2015, le Conseil National d’Évaluation du Système Scolaire a révélé des chiffres éloquents :

  • 80 % des élèves considèrent le redoublement comme une seconde chance
  • 73 % des sondés le voient comme une manière d’améliorer les résultats scolaires
  • 69 % des lycéens seraient défavorables à la suppression du redoublement

Néanmoins, ces chiffres méritent d’être nuancés.
En effet, 35 % des redoublants disent avoir été tentés par le décrochage scolaire et un tiers d’entre eux ont souffert d’une mauvaise intégration dans leur nouvelle classe.

Le redoublement n’a donc pas fini de susciter des débats !

Redoublement : Qui A le Dernier Mot ?

La législation en vigueur en ce qui concerne le redoublement provient en partie de la loi Fillon de 2005,  qui fut révisée par le gouvernement actuel avec la Refondation de l’École.

Les textes du Code de l’Éducation proposent notamment la mise en place d’un dispositif d’aide comme alternative au repiquage.

Il est normal de se demander qui a le dernier mot sur le redoublement d’un élève.

Comme l’atteste l’article 26 de la Déclaration des Droits de l’Homme de l’ONU, c’est aux parents que revient le choix d’éducation pour leurs enfants.

Est-ce que redoubler est vraiment utile pour réussir ? La décision du redoublement incombe aux parents d’élèves.

Dans les faits, les personnels de l’enseignement ont aussi leur mot à dire sur la scolarité d’un élève :

  • à la fin de chaque année du primaire, un Conseil des Maîtres se réunit afin de se prononcer sur la poursuite du cursus des élèves
  • au collège, un conseil de classe a lieu chaque trimestre, mais celui du troisième trimestre comporte le plus d’enjeux en ce qui concerne la poursuite d’études
  • au lycée, les enjeux sont plus importants mais le système est le même qu’au collège

Pourtant, il faut savoir que les professeurs ne peuvent pas refuser un redoublement s’il est demandé par les parents durant l’enseignement secondaire.

Si vous n’êtes pas d’accord avec la décision du Conseil de Classe, il vous faudra demander en premier lieu un rendez-vous avec vos parents et le proviseur avant d’envisager de passer en commission d’appel.
Attention toutefois, à l’issue de la rencontre avec le chef d’établissement, les délais sont très courts pour faire appel : seulement trois jours !

Au primaire, les parents ont quinze jours pour exercer leur droit de refuser un redoublement et forcer le passage de leur enfant.

Si les parents ont véritablement le dernier mot sur la scolarité de l’élève, il ne faut pas oublier que le plus important consiste à établir un dialogue constructif qui a pour but d’aider l’élève dans son orientation.

Les professeurs, l’élève et les parents doivent réfléchir ensemble au parcours scolaire à poursuivre afin que le redoublement ait un véritable impact positif sur les résultats.

Pour augmenter les chances de réussite éducative du redoublement, cette réflexion doit être accompagnée d’un réel effort de l’élève quant à sa scolarité.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 4,50 sur 5 pour 4 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar