Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

La genèse de l’Union Jack

De Avner, publié le 19/10/2017 Blog > Langues > Anglais > Le Drapeau Anglais : sa Grande Histoire !

Nous ne voudrions pas vexer Écossais, Gallois et Irlandais du Nord par notre titre, car nous voulons en effet moins parler du drapeau anglais (croix rouge coupée à angle droit sur fond blanc) que du drapeau du Royaume-Uni.

Habituellement, on dit « britannique », mais cet adjectif a aussi de quoi fâcher nos amis de Belfast et certains habitants d’archipels écossais (Orcades, Shetland…) ou des îles anglo-normandes (Jersey, Guernesey, etc.), car la Grande-Bretagne est la seule grande île regroupant la terre ferme de l’Angleterre, du pays de Galles et de l’Écosse ! Imaginez que l’on parle de Honshu comme s’il s’agissait de l’ensemble du Japon… !

En bonne géographie, il faudrait plutôt parler de drapeau « celto-britannique », mais ce qualificatif n’exclurait par la république d’Irlande (Eire) indépendante depuis le siècle dernier… Un vrai casse-tête, qui n’a pas besoin d’être chinois pour être inextricable !

Quoi qu’il en soit, Brexit ou pas, l’Angleterre reste l’un des territoires les plus prisés par les Européens qui cherchent à s’expatrier.

Plaque tournante internationale de la finance, de la culture et des fish & chips, c’est à Londres qu’on retrouve le plus de Français de l’étranger. Pour preuve, selon le registre consulaire de 2016, ils étaient 1 782 188 sur les rives de la « perfide Albion » ! C’est une masse dépassant de loin la population totale de nos villes de province…

En comptant ceux qui ne sont pas inscrits au registre consulaire, on estime le nombre de Français de l’étranger vivant en Angleterre à plus de 2 millions.

Un chiffre qui en dit long sur l’union entre ces deux pays marqués par tant de batailles, de conquêtes et d’histoire communes.

On pense évidemment à la défaite de Napoléon à Waterloo face à Wellington, à l’appel du 18 juin du général de Gaulle à Londres qui n’aurait rien pu faire ensuite si le grand Monclar n’était pas déjà en train de traverser la Manche avec toute sa DBLE (seul chef de corps à avoir été vainqueur de sa campagne en 1940 – en Norvège – puis à n’avoir pas accepté l’armistice, accompagné de son régiment entier) ou encore à la mort de lady Diana à Paris.

Malgré cette histoire commune avec ce pays majeur de l’histoire de l’Europe et du monde, peu d’entre nous connaissent la véritable et fantastique histoire de l’emblème de cet État rassemblant plusieurs pays : son drapeau.

On peut parfois les confondre par manque de discernement, de connaissances géographiques ou « footballistiques », mais les mots anglais et britannique ne sont pas des synonymes.

Le mot britannique Great Britain, qui signifie « Grande-Bretagne » en anglais, regroupe quant à lui plusieurs pays d’une même famille, sur une grande île.

Tentons de remettre un peu d’ordre dans nos idées pour comprendre l’histoire du drapeau anglais.

C’est toujours un bon moyen de se la jouer cultivé dans les soirées internationales ou tout simplement de ne pas passer pour plus bête qu’on ne l’est lors d’un voyage en Angleterre.

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Le drapeau britannique

Voici quelques notions que vous n’apprendrez pas forcément en cours d’anglais

Composé de deux couleurs – une croix rouge sur un fond blanc –, le drapeau de l’Angleterre porte en lui une légende qui ne ternit pas avec l’âge. Sachez qu’en héraldique on parle de « gueules » pour le rouge et d’« argent » pour le blanc : c’est sûr que ça a plus de gueule dit comme ça !

La croix de saint Georges a été choisie en hommage à l’homme et cavalier du même nom, connu pour être devenu le patron des Anglais au XIIe siècle. Sa célébrité lui vient d’avoir terrassé un dragon (représentation du diable ou de Satan, comme en témoigne le livre de l’Apocalypse) au IIIe siècle et d’être apparu aux côtés des croisés en Terre sainte au tout début du deuxième millénaire de notre ère.

C’est ce même saint Georges national, vénéré en Catalogne, en Aragon et en bien d’autres endroits, qui a été rayé du sanctoral réformé à la suite du concile Vatican II… Sympa pour nos amis d’outre-Manche qui, depuis sainte Jeanne d’Arc, pouvaient se poser des questions à cause de leurs défaites… !

De dimension 5:3, ce drapeau ornait les navires des commerçants anglais qui transportaient victuailles, marchandises et matières précieuses.

On appel les comtés qui entourent Londres "Home counties". La Grande-Bretagne est divisée en comtés : c’est un héritage de Guillaume le Conquérant.

Le choix de la couleur rouge – qui met en valeur la croix de saint Georges comme l’équipe de Manchester United ou Liverpool – est dû à plusieurs raisons :

  • la raison principale : le rouge était la couleur la plus populaire au Moyen Âge, époque où certains pigments n’existaient pas ou presque pas (le vert et le violet par exemple). Le monde artistique en raffolait et les peintres se faisaient un plaisir d’illustrer leurs tableaux avec cette couleur. Les mariées s’en vêtaient dans la plupart des cas.
  • Le rouge dans sa signification, sa connotation et son sens implicite évoque la notion d’empire, de puissance, de pouvoir.
  • Le rouge comporte une valeur spéciale pour la religion catholique. La croix rouge évoque le règne du Christ qui a racheté l’humanité par son Sang, donc l’autorité de l’Église (cf. les cardinaux et la couleur liturgique rouge pour les martyrs).

À noter que la plupart des croix héraldiques qui utilisent les mêmes formes et couleurs que la croix d’Angleterre sont des versions alternatives ou remixées de celle-ci.

  • La croix de l’Ordre du Christ ou la croix du Portugal (Templiers).
  • La croix décentrée qui figure sur les drapeaux des pays scandinaves (Danemark, Norvège, Suède, Finlande) et nordiques (Islande, Åland, îles Féroé).
  • La croix de l’Ordre de Saint-Jacques-de-Compostelle (« Santiago »).
  • La croix de Savoie.
  • La croix Bussière-Poitevine (Haute-Saône, Limousin, France).
  • La croix Gaël (Ille-et-Vilaine, Bretagne, France).
  • La croix des seigneurs de Montfort en Bretagne.
  • La croix de la ville de Sainte-Croix-du-Verdon (Provence, France).
  • La croix de la ville de Cléron (Franche-Comté de Bourgogne).
  • La croix de l’Ordre de Saint-Georges-d’Alfama (Espagne).
  • La croix de l’Ordre de Montjoie (Espagne).
  • Et sans doute bien d’autres à travers l’Europe…

Connaître l’histoire du drapeau britannique est aussi utile que de connaître les formules de politesse essentielles en anglais.

L’emblème anglais apparaît au premier plan de l’Union Jack, dont elle est le cœur, car c’est bien l’Angleterre qui est à la tête du Royaume-Uni et de l’Empire britannique : c’est un peu comme si elle avait colonisé les autres contrées, même quand il y eut un traité en bonne et due forme, comme avec l’Écosse au début du XVIIIe siècle : il devait en théorie s’agir d’un genre de « double monarchie », comme l’Autriche-Hongrie, mais dans les faits on parle volontiers d’« Angleterre » pour qualifier tout ce qui est britannique ou, même, anglo-saxon. C’est très révélateur !

L’origine historique du drapeau de la Grande-Bretagne

Pardonnez notre liberté langagière, mais vous nous aurez compris…

Si vous nous avez bien suivi, vous savez que la Grande-Bretagne à proprement parler n’a pas de drapeau : seul en a un le Royaume-Uni, puis les différentes contrées le composant : Angleterre, Écosse, Irlande du Nord et pays de Galles.

Les trois premiers ont été la source d’inspiration de l’Union Jack (rien à voir avec Jack l’Éventreur !), mais il faut avouer que l’Irlande du Nord doit directement son drapeau à l’Angleterre, qui avait jadis annexé l’entièreté de l’île d’« Hivernie » (le « pays de l’hiver » pour les Anciens).

Comme le Royaume Uni, le terme Grande Bretagne peut aussi nous poser problème. La Grande-Bretagne est le territoire principal du Royaume-Uni en Europe.

À l’instar d’un hymne, d’une armée, voire d’une gastronomie ou de chants de Noël, le drapeau de chaque pays a pour rôle principal de représenter une patrie.

« Mieux vaut porter sa croix que la traîner » : ce proverbe breton devrait être le sponsor du Royaume-Uni, tant les drapeaux de ces pays portent en eux la croix.

De proportion 1:2, ce drapeau est la superposition des trois drapeaux de trois grands États qui composent le Royaume-Uni :

  • Angleterre.
  • Écosse.
  • Irlande du Nord.

Le pays de Galles peut se consoler : le rouge et le blanc, deux de ses trois couleurs figurent dessus. Mais ce sont aussi les couleurs de l’Angleterre et de l’Irlande du Nord, ce qui explique tout ! Mais le dragon gallois, rouge, ne fait pas partie de l’Union Jack. Il aurait cependant été difficile de l’y mettre…

L’Union Jack est donc composé de la croix de…

  • Saint Georges (anglaise), saint patron de l’Angleterre. Médianes rouge sur fond blanc.
  • Saint André (écossaise), saint patron de l’Écosse. Diagonales blanches sur fond bleu.
  • Saint Patrick (irlandaise), saint patron de l’Irlande. Diagonales rouges sur fond blanc.

L’emblème du pays de Galles est donc quant à lui le grand absent de l’Union Jack. C’est pourtant la première principauté à être passée sous orbite anglaise, et les Tudor y trouvent nombre de leurs origines.

Rattaché au royaume d’Angleterre bien auparavant, au XIIe siècle, celui-ci est considéré comme une simple province d’Angleterre.

Savoir écrire la date en anglais vous sauvera peut-être lors des écrits du bac, mais, à l’oral, connaître l’historique du drapeau, ça en jette !

La première version de l’Union Jack

Lors de la mort de la reine d’Angleterre Élisabeth Ire, celle-là même qui a entériné l’anglicanisme protestant en Angleterre et dans ses dépendances, en 1603, le roi d’Écosse est devenu roi d’Angleterre. Cette prise de fonction royale s’est faite à la place de celle qu’on appelait « the Virgin Queen », « Gloriana » ou « Good Queen Bess ».

Le sceptre passait donc aux mains des Stuart.

C’est donc tout naturellement que l’Angleterre et l’Écosse se sont rassemblées sous la bannière du royaume uni de Grande-Bretagne.

Quelques années plus tard, le 12 avril 1606, les drapeaux de ces deux contrées se sont alors superposés pour n’en former qu’un seul lors d’une première utilisation en mer : c’est l’Union Flag.

La première version de l’Union Jack voyait le jour, mais elle suscitait déjà des protestations : les Écossais, fiers porteurs de kilts à tartan, furent outrés de voir la croix anglaise de saint Georges passer au premier plan, c’est-à-dire au-dessus de leur belle croix de saint André.

Ils réagirent donc en contrefaisant l’Union Flag en inversant les deux croix, histoire de passer devant !

L’officialisation du Royaume-Uni de Grande Bretagne

Un siècle plus tard, en 1707, la dynastie des Stuart forme un royaume fort et pleinement uni après de nombreux travaux de réforme – sans effet immédiat sur la teneur en couleurs, en symboles et taille du drapeau.

Le nouvel État, peut-être l’un des premiers et le plus puissant de la planète, prit le nom de « Royaume-Uni de Grande-Bretagne » – ou, pour les bilingues, de « United Kingdom of Great Britain », un siècle plus tard.

En effet, le 1er janvier 1801, la Grande-Bretagne et l’Irlande ont soudé leurs liens à travers un « Acte d’Union ». En grande partie sans le consentement des catholiques irlandais persécutés, il faut l’avouer, d’où bien des déboires et dissensions par la suite.

C’est à cette occasion que le nouveau drapeau voit le jour sous le nom d’« Union Jack » avec la petite croix rouge en forme de X (communément dite « croix de saint André ») de l’Irlande se superposant à la croix blanche elle aussi en forme de X de l’Écosse, comme en doublure.

Sans surprise, c’est toujours la croix anglaise qui occupe le devant de la scène… C’est bien à Londres que s’est fixée la Cour !

Officialisé dès le début du XIXe siècle, l’Union Jack devient un symbole de puissance, d’économie forte et de collaboration. Mais aussi de colonisation, puisque le Royaume-Uni est alors la première puissance coloniale de la Terre, se lançant à la conquête de l’Afrique après avoir pris possession de vastes territoires antillais et asiatiques !

Envie de dire cette phrase en anglais ? Pensez à réviser vos connecteurs logiques 🙂

L’origine du nom « Union Jack »

Connaître le drapeau des pays dans lesquels on a voyagé est indispensable (les drapeaux européens surtout). Savoir reconnaître les principaux drapeaux du monde est aussi un must pour briller en société et en géo au bac.

Pour les épreuves d’anglais, vous aurez tout intérêt à distinguer les différents drapeaux nationaux, en particulier les drapeaux du Royaume-Uni.

Si vous souhaitez réviser les verbes irréguliers dans une ambiance résolument « drapeaux de l’Angleterre », optez pour tous les drapeaux de table concernés (le drapeau écossais est notre petit préféré), des fanions, une banderole, un écusson, un étendard, un blason ou autres armoiries…

Le drapeau tricolore du Commonwealth sur une belle hampe rendra jaloux tous vos camarades !

Cardiff est la capitale du Pays de Galles. Edinburgh (Édimbourg) est la capitale de l’Écosse (« Scotland » en VO).

Tous les drapeaux du monde ont des secrets à nous révéler, mais aussi des mystères à conserver…

Jack l’Éventreur ? Hit the road Jack ou encore le diminutif de Jackie Chan, l’origine du mot Jack laisse perplexes les historiens qui tentent de percer ce mystère.

Forcés de s’avouer vaincus faute de preuves, ils ne peuvent qu’émettre des hypothèses quant à la nature de ce mot qui pourrait être :

  • une référence au roi Jacques Ier (1566-1625). Ancien roi d’Écosse de la famille Stuart qui devint king of England suite à la mort d’Elizabeth I. Il fut notamment le créateur d’un drapeau commun, en 1606, entre l’Angleterre et l’Écosse.
  • Une référence à un ancien mot de la langue anglaise. Jack signifiait dans l’ancien anglais British, un « paysan » ou un « homme du peuple » (pensez aux révoltes des « jacques » en France).
  • Une référence à la Royal Navy, comprenez la marine anglaise, pour qui le terme Jack signifie « pavillon ». Cette hypothèse est dans le cas qui nous intéresse la plus plausible selon les historiens, puisque les navires de la flotte anglaise sont les premiers à avoir utilisé cette bannière.

Peu de chances de trouver des infos sur l’Union Jack sur un correcteur orthographique en ligne : la culture s’apprend sur des sites plus aboutis, comme le blog de Superprof !

Les symboliques modernes de l’Union Jack

Jadis réservé au pouvoir, à la monarchie ou au royaume de Grande-Bretagne, la signification de l’Union Jack a pris une tournure tout autre durant les siècles qui suivirent.

En effet, dans notre ère contemporaine, l’Union Jack fait partie des symboles détournés, controversés, polémiques liés au rock’n roll, au mouvement punk voire à une certaine rébellion contre le système en place. Un peu comme l’argot britannique, symbole de l’émancipation d’une génération.

Comment expliquer le drapeau de l'angleterre ? L’exceptionnel groupe « The Who », qui a enflammé les scènes depuis les années 1960, annonce sa retraite et prévoit une série de derniers concerts à Las Vegas, l’été prochain.

De tous les champs artistiques et culturels, c’est dans la musique que ce symbole a été le plus promulgué avec de nombreux groupes de rock anglais comme :

  • The Who qui utilisa ce symbole dans ses clips vidéos, ses affiches et plusieurs pochettes d’albums comme Who’s Last, The kids are alright, View from a Backstage Pass.
  • Les Sex Pistols : groupe emblématique du mouvement punk, c’est le single God Save the Queen et l’utilisation de l’Union Flag sur différents supports qui donna une autre dimension à ce symbole au point de créer une polémique jusque dans les bureaux de la reine Élisabeth II.

Comme quoi, les Anglais, même révolutionnaires, ne savent pas abandonner leur patriotisme congénital !

L’Union Jack : la coqueluche des marques

Devenu tendance, stylé et rock and roll façon pop et Beatles, l’Union Jack devint vite la proie des publicitaires, industriels et grosses entreprises du monde entier qui cherchent à toucher les nouvelles générations.

Ainsi, comme c’était le cas pour l’image du Che Guevara hier – qu’on retrouve dans les magasins de t-shirts aux quatre coins du monde – ou pour la musique rap aujourd’hui – qui tend à se populariser pour devenir commerciale ou mainstream (je vous laisse méditer sur la question) –, ce symbole a connu une évolution totalement différente.

Des camions (Renault) jusqu’aux marques de sacs à main et vêtements de la fast fashion industry, toutes les marques ont adopté l’Union Jack au point d’en faire le drapeau au monde le plus utilisé par les marques à l’international.

Symbole de rébellion pour certains, de monarchie pour d’autres ou encore illustration de la machine capitaliste, l’Union Jack fait parler de lui et continue de susciter l’émotion.

Il semble avoir encore de beaux jours devant lui, mais seule l’histoire pourra nous dire ce qu’il en sera vraiment !

Du drapeau de la France au drapeau de l’Allemagne en passant par le drapeau de la Suisse, le drapeau de la Belgique ou le drapeau de l’Italie, nul ne saurait se prononcer sur l’avenir des drapeaux de l’Europe et des autres pays du monde : qui sait si le drapeau de l’Espagne ne sera pas un jour modifié en cas d’indépendance de la Catalogne… ou le drapeau Union Jack aboli à la suite d’une éventuelle indépendance de l’Écosse (Sean Connery doit avoir son idée sur le sujet) ?

L’apparition du drapeau britannique

Entendons-nous : nous évoquons le Royaume-Uni, drapeau bleu blanc rouge !

La Grande-Bretagne est donc le nom officiel illustrant l’union des royaumes d’Angleterre et d’Ecosse. La tradition veut que ce soit le drapeau royal qui flotte au-dessus du palais où la reine séjourne.

  • La statue David de Michel-Ange à Florence : qui s’est vu porteur du drapeau du Royaume-Uni durant une journée en signe de protestation au Brexit – le ridicule n’a jamais tué personne !
  • La mort de Lady Di : lors de la mort de la princesse Diana, l’ancien Premier ministre Tony Blair (un Écossais) avait voulu faire flotter le drapeau du Royaume-Uni au-dessus de Buckingham Palace.
  • Les Jeux olympiques de Londres en 2012 : l’Union Jack était de la fête pour cet événement sportif.

Les autres drapeaux au Royaume-Uni

Le drapeau national a une grande importance pour chaque pays.

Le drapeau de l’Écosse

Le drapeau de l’Écosse est une croix blanche en forme de X, qui représente la croix du saint patron de l’Écosse, « Saint Andrew » sur un ciel bleu (pour faire de la réclame touristique… ?).

Une autre différence avec les jours du Royaume-Uni est que le jour de Saint-Andrew, le drapeau de l'Union ne sera piloté que si le bâtiment a plus d'un mât - le Saltire ne sera pas abaissé pour faire place au drapeau Union s'il n'y a qu'un seul mât. Le gouvernement écossais a décrété que ce drapeau serait déployé sur tous les bâtiments publics.

Ce drapeau écossais s’appelle le Saltire (« sautoir » en français, manière de décrire ce type de croix) ou la croix de saint André.

Le drapeau de l’Irlande

Attention : la république de la Verte Irlande est dûment indépendante et n’a plus rien à voir avec le Royaume-Uni. Seul l’Ulster de Belfast, comté à majorité protestante, est resté sous domination britannique, avec un drapeau à part.

Vert comme la couleur pour les nationalistes catholiques irlandais du sud peut avoir quelque chose à voir avec les champignons et les paysages verdoyants, mais plus important encore, le vert symbolise la révolution. La couleur orange est associée aux protestants irlandais du Nord à cause de William d’Orange (Guillaume III), roi d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande à la suite de la révolution de 1688.

Rarement un drapeau possédait une pertinence aussi importante que celle du « Tricolor », le drapeau national de la République d’Irlande. Ses trois bandes égales illustrent le paysage politique irlandais aussi précisément aujourd’hui qu’en 1848, année où le drapeau a d’abord été déployé, presque un siècle avant l’indépendance à proprement parler.

Le drapeau du pays de Galles

Une baronnie au symbole pour le moins authentique et antique !

, l'apparence du dragon a été adaptée et modifiée au cours des années et, par conséquent, plusieurs variantes différentes existent. Le drapeau se compose d’un dragon rouge, passant (debout avec un pied élevé), sur un fond vert et blanc.

Bien que faisant partie intégrante du Royaume-Uni, le pays de Galles n’est pas représenté sur le drapeau national, ou Union Flag, plus connu sous le nom d’« Union Jack ».

Apprenez également les proverbes les plus connus en anglais pour plus d’histoire de l’United Kingdom en cours d’anglais. Devenez incollable !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar
wpDiscuz