"L'histoire est la mémoire du monde." Lacordaire  (1802-1861)

Apprendre à parler une langue étrangère est souvent considéré comme une formation linguistique essentielle dans la vie sociale et professionnelle d'un individu.

Pourtant, rares sont ceux qui connaissent l'histoire et la culture de la langue qu'ils sont en train d'apprendre.

Le catalan est aujourd'hui parlé par près de 10 millions de locuteurs en Espagne, en France et en Sardaigne, dont 6,3 millions résident en Espagne.

Parfois considéré comme un dialecte parmi les langues régionales espagnoles, le catalan est pourtant distinct du castillan, et est une langue uniformisée au même titre que l'espagnol ou le français.

Découvrez dans notre article l'histoire et l'évolution de la langue catalane !

L'origine antique de la langue catalane

L'histoire du catalan remonte à la plus haute Antiquité.

Quelle est la genèse du catalan ?
Le catalan : une langue romane grâce aux Romains !

Au néolithique, les peuples Ibères s'installent en Europe occidentale. Ceux-ci seraient originaires de la région de l'Èbre (selon certains historiens, il n'y a pas de consensus), en Catalogne.

Celle-ci s'appelant en effet Iberus, il est supposé que cette première occupation ait donné le nom au peuple ayant conquis la péninsule ibérique.

Sous la République Romaine (IIIe siècle avant J-C), les Romains nomment Hispania à la péninsule ibérique.

La conquête romaine de l'Espagne débuta en 218 avant notre ère chrétienne, durant la seconde guerre punique contre les Carthaginois.

Les troupes romaines prennent alors Emporion (Empuries), et démarrent la conquête de l'Hispania depuis Terragone (Tarragone).

Dès cette époque, le latin parlé sur la côte évolue différemment de celui usité dans l'intérieur de la péninsule : c'est l'actuelle côte catalane (Costa Brava et Costa Daurada) qui fut romanisée en premier.

Le latin parlé sur le littoral de la future Catalogne subissait donc plus rapidement les évolutions linguistiques venues de Rome.

Les influences gothiques et franques

L'Empire Romain chute en 476 de notre ère, et l'Hispania est en proie aux invasions germaniques.

Les Vandales envahissent la péninsule en 409, suivent les Alains et les Suèves.

En 414, les Wisigoths (devenus des alliés de Rome) débarquent en Hispanie et prennent Barcelone pour capitale d'un nouveau royaume.

En quelques décennies, les Wisigoths administrent toute la péninsule ibérique et le sud-ouest de la France : du détroit de Gibraltar au sud de la Loire.

Le saviez-vous ? Le nom de Catalunya, ou Catalogne, proviendrait du nom donné par les Wisigoths à la région : Gotholonia, la "terre des Goths".

Profitant de la chute de l'Empire Romain, ils occupent l'Espagne actuelle à la fin du Ve siècle, mais n'imposent pas leur langue.

Ils adoptent en effet la langue des vaincus, un latin vulgaire (variante populaire du latin de Rome), qui se transformera au cours des siècles suivants.

Sans l'école et l'administration de l'Empire Romain, le latin vulgaire dérive et perd de son uniformité. La langue devient du roman.

Les Wisigoths se sont donc progressivement assimilés (par mariages mixtes) aux populations locales, en quittant leur propre langue maternelle.

Vers le VIIe siècle, le gothique et le latin étaient devenus des langues mortes, et le roman s'impose progressivement.

Le latin vulgaire, le gothique et le francique ont fortement influencé l'espagnol castillan et le catalan.

L'influence des Maures sur la Catalogne

Les Maures débarquent à Gibraltar en 711, profitant de la chute des Wisigoths.

Quelle est l'héritage des Maures sur la Catalogne ?
Pendant plusieurs siècles, les musulmans occuperont l'Espagne et influenceront grandement les langues régionales !

La Catalogne est conquise l'année suivante, ainsi que le royaume de Valence en 714 et que Barcelone en 717.

L'arabe devient la langue officielle de la péninsule ibérique au Moyen-Âge.

Le castillan, le catalan, l'aragonais, qui sont des langues romanes alors en formation, seront donc fortement influencées par l'arabe.

Mais le catalan subit moins l'influence de l'arabe que le castillan car une partie de la population chrétienne prit la fuite et déserta les territoires occupés par les Arabes.

Aujourd'hui, on estime que la langue catalane aurait emprunté quelques centaines de mots arabes, à l'instar de duana (douane), arròs («riz»), sucre («sucre») ou encore safata («plateau»), matalàs («matelas), guitarra («guitare»).

Les Francs, vainqueurs à Poitiers des Maures en 732, effectuent des incursions au sud des Pyrénées.

Pépin le Bref (715-768) libère Narbonne et prend la Septimanie (équivalent de l'ex-Languedoc-Roussillon).

Charlemagne (742-814) prend Gérone aux Arabes en 785, reprend Barcelone en 801 et conquit toute la Vieille Catalogne, des Pyrénées jusqu'à l'embouchure du fleuve Llobregat (à Barcelone).

La Catalogne actuelle, sous Charlemagne, passe dans le giron de l'Empire Carolingien.

La naissance de la langue catalane

Pendant l'occupation musulmane, les langues européennes s'uniformisent et s'autonomisent peu à peu.

C'est le cas du castillan, de la langue d'oil au nord de la France, et de la langue d'oc, au sud de la France.

Or le catalan, au Moyen-Âge, faisait partie des langues d'oc.

Le catalan aurait émergé entre la fin du VIIe siècle et le début du VIIIe siècle : le catalan et la langue occitane n'étaient alors qu'une seule et même langue.

Le catalan s'autonomise et se distingue de l'occitan à partir du IXè siècle, mais ne s'utilisait alors qu'à l'oral.

Après la mort de Charlemagne (823), les villes catalanes étaient intégrées à la France dans des territoires nommés "Francia Occidentalis", la Francie Occidentale.

Du coup, la langue catalane a conservé un héritage culturel et linguistique plus proche de la langue d'oc (occitan) que du castillan (l'arabe, à l'époque).

En 985, Barcelone est saccagée par le Maure Al-Mansur et le comte de la ville (Raimond Borell II), vassal de la monarchique franque, ne reçoit pas l'aide espérée du roi de France Hugues Capet.

Il rompt avec la couronne de France en 995 : c'est la date retenue par les Catalans pour évoquer la naissance de la région de Catalogne.

Aux XIe et XIIe siècles, les rois de Catalogne procèdent à de vastes expansions territoriales et acquièrent des droits sur le Languedoc et la Provence. Ils prennent les Îles Baléares en 1114.

C'est le siècle où les premières traces de catalan écrit sont trouvées, dans les Greuges de Guitard Isarn, senyor de Caboet (Doléances de Guitard Isarn, seigneur de Caboet).

Le développement des villes accélère l'autonomisation du catalan vis-à-vis du latin, de l'occitan, du castillan et de l'aragonais.

L'expansion catalane au XIIIe siècle

Les XIIIe et XIVe siècles marquent l'expansion arago-catalane autour du bassin Méditerranéen.

Où est parlé le catalan aujourd'hui ?
L'aire de diffusion linguistique des Catalans s'étend de Barcelone à la Sardaigne, de Perpignan à Valencia !

Les héritages et les mariages permettent aux comtes de Catalogne de dominer d'autres régions, notamment la Cerdagne française, la Provence, les Pyrénées, le comté de Toulouse.

En Espagne, les comtes prennent Tarragone, Tordosa et Lleida.

Après avoir conquis les terres de la Vieille Catalogne, les catalans s'étendent sur Andorre, le Roussillon et le Conflent (France), le royaume de Majorque, le royaume de Valence, la Sicile, la Sardaigne, et le duché d'Athènes.

Durant tout le Moyen-Âge, le catalan est la langue véhiculaire des peuples d'Aragon, du nord des Pyrénées à la région de Catalogne, au Pays Valencien, aux Îles Baléares et à la Sardaigne.

Le déclin du catalan

Le déclin de la Généralité de Catalogne est concomitant avec la peste noire de 1348, une pandémie qui fit 25 millions de morts rien qu'en Europe.

Neuf vagues d'épidémies entre 1348 et 1401 décimèrent les deux-tiers de la population espagnole.

Les épidémies de peste, les révoltes et les instabilités politiques (le XIVe siècle est aussi celui de la résistance face aux troupes ottomanes turques), ont contribué à faire s'effondrer le pays catalan.

Les pertes colossales liées à la peste ont aussi fait fondre le nombre de locuteurs catalanophones.

La guerre civile entre l'Aragon et la Castille sous le règne de Jean II d'Aragon (1398-1479) affaiblit encore la Catalogne : suite à l'intervention de la France dans le conflit, le Roussillon et la Cerdagne, alors rattachés à la Catalogne du nord, repassaient dans le giron français.

En 1469, le mariage entre Ferdinand d'Aragon et Isabelle de Castille réunit les deux royaumes d'Aragon et de Castille, avec pour finalité de mettre fin à la dynastie catalane.

La fin de la Reconquista en 1492 marque le début de la domination du castillan sur le catalan.

L'Espagne du XVIIe siècle met la Catalogne à l'écart des affaires politiques et économiques.

La découverte du "Nouveau Monde" par les conquistadors castillans et le commerce triangulaire ont lancé un processus de marginalisation de la langue et de la culture catalane.

La renaissance du catalan

La Catalogne sera-t-elle indépendante ?
Les mouvements nationalistes catalans de nos jours : vers un succès des revendications indépendantistes ?

L'annexion de la Catalogne par Napoléon Ier en 1812 favorise le sentiment nationaliste, qui s'incarne dans un mouvement pour l'indépendance de la Catalogne.

Le début du XXe siècle voit la création de la ligue régionaliste (Lliga Regionalista), dans le but de promouvoir l'autodétermination du peuple catalan.

Ainsi l'amélioration des conditions de vie, et la promotion de la culture catalane s'immisçaient dans la volonté d'indépendance contre les Espagnols.

En 1907, l'Institut d'Estudis Catalans établit une codification de la langue catalane et publie une grammaire et un dictionnaires catalans.

La proclamation de la Seconde République espagnole en 1931 permet à la Catalogne d'être reconnue en tant que communauté autonome d'Espagne, avec le statut de langue officielle pour le catalan.

Ce renouveau de la langue accrut encore les velléités d'indépendance des indépendantistes Catalans, notamment parce que les revendications sociales des ouvriers n'étaient pas écoutées par le pouvoir central de Madrid.

La guerre civile espagnole (1936-1939) et le coup d'État de 1936 firent voler en éclats la Seconde République espagnole.

Celle-ci opposa les républicains (majoritaires en Catalogne) aux nationalistes d'extrême-droite, menés par le général Franco.

La victoire du franquisme mit fin à l'autonomie accordée à la Catalogne.

Sous la dictature de Franco, l'usage du catalan dans l'espace public dans toute l'Espagne demeura interdit jusqu'à sa mort, en 1975.

Après le retour à la démocratie en 1978, la Constitution espagnole reconnaissait l'existence d'autres langues espagnoles à travers divers statuts d'autonomie, notamment signés en 1979 et en 2006.

Même si la souveraineté émane du pouvoir espagnol, tout citoyen a droit d'apprendre et d'user de sa langue régionale.

Aujourd'hui, la société catalane est encore divisée, du département des Pyrénées-Orientales (les Pyrénées catalanes) aux Pays Valencien en passant par les Îles Baléares, à propos du nationalisme catalan.

Les partisans de l'indépendance souhaitant l'avènement d'un gouvernement catalan, souverain et légitime, tandis que le gouvernement central cherche à étouffer cette velléité indépendantiste catalane.

Cela, notamment en cherchant à interdire le référendum pour l'indépendance (en 2017) ou toute proclamation unilatérale d'indépendance.

Affaire à suivre...

Besoin d'un professeur d'Espagnol ?

Vous avez aimé l'article ?

5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Samuel

Passionné d'écriture, de voyage et de musique. Curieux, j'aime découvrir et apprendre. J'aime aussi les chats, Brassens et les coquillettes. Basé à Montpellier, j'écris des livres pour moi et pour les autres.