Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

La préparation d’un boxeur avant la confrontation

De Philippe, publié le 09/11/2017 Blog > Sport > Boxe > Exercice Boxe : Comment Préparer un Combat ?

« On ne devient pas champion dans un gymnase. On devient champion grâce à ce qu’on ressent ; un désir, un rêve, une vision. On doit avoir du talent et de la technique. Mais le talent doit être plus fort que la technique. »

Mohammed Ali (1942-2016)

On peut dire que la barre est haut placée ! Avant d’atteindre les mêmes sommets que l’un des plus grands boxeurs de tous les temps, la route risque d’être longue ! Mais bon, qui ne tente rien n’a rien, et qui ne nourrit aucune ambition ne risque certes pas de devenir champion de quoi que ce soit…

Voilà, vous avez commencé à apprendre la boxe il y a de cela quelque temps déjà, sans doute plusieurs mois, et vous pensez avoir assez de technique et de connaissances fondamentales pour vous frotter à des adversaires se trouvant à peu près dans la même situation que vous.

Votre coach ou votre ami expert en boxe a validé ce désir en vous déclarant prêt à entrer dans la feu de l’action, c’est-à-dire à monter sur le ring où rien n’est laissé au hasard, où on ne fait jamais le moindre cadeau.

C’est en étant en club de boxe (affilié à la Fédération française de boxe, qui a d’ailleurs une importante branche de boxe féminine et donne la possibilité de trouver son équipement de boxe à moindres frais) que vous trouverez le plus facilement un boxeur de votre niveau à affronter, dans un cadre légal et sécurisé. Nous ne saurions trop vous conseiller d’éviter les soi-disant « bons plans » de combats clandestins entre prétendus « copains » (ils s’évanouissent dans la nature dès qu’il y a blessure grave), parfois avec paris et argent à la clef…

Rien ne vaut une licence sportive valant assurance, véritable garantie contre les bobos la plupart du temps bénins, mais sait-on jamais ! Comme au rugby, l’ITT est une réalité, et ça n’arrive pas qu’aux autres !

Maintenant que votre rencontre est programmée, regardons quels doivent être votre état d’esprit et votre programme pour aborder sereinement la collision, cet exercice de boxing qui vous fera connaître une nouvelle expérience et de nouvelles sensations fortes ! Vous verrez, vous ne pourrez plus vous en passer !

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Quels entraînements dans les jours précédant une rencontre ?

En commençant la boxe, la notion de combat réel semble relativement éloignée, même si on la désire ardemment et qu’elle nous fascine.

Tout commence avec des exercices pouvant parfois sembler puérils et rébarbatifs, sans parler des éléments théoriques que sont les règles du jeu et les différents coups ou gardes du boxeur.

Naturellement, à l’approche d’une confrontation avec un autre boxeur, le programme de vos journées sportives sera nettement différent en vue de vous préparer à votre entrée dans le grand bain.

Un combat de boxe anglaise se joue avec casque de protection pour les super-lourds de l'école de boxe. Beau coup de poing ! | L’esquive du figther n’est pas au point ; en cause : des cours collectifs d’arts martiaux mixtes pas assez ciblés par l’instructeur | source : pxhere.com

Votre premier ennemi doit être le surentraînement : l’essentiel est de monter sur le ring avec le plein d’énergie, c’est-à-dire frais et dispos. Dans cette perspective, dans les deux semaines précédant le combat (ou au moins une), ne dépassez jamais une heure d’entraînement de boxe par jour, en vous laissant un repos hebdomadaire le dimanche.

Conservez l’usage de votre corde à sauter, de votre poire de vitesse et de votre punching ball, tout en prenant des cours de boxe spécifiques.

On dit souvent que le pouvoir et la victoire militaire viennent d’un meilleur renseignement, et donc du recueil d’informations. Si vous connaissez des éléments sur votre futur adversaire, profitez-en : en fonction de sa taille, entraînez-vous à frapper haut ou plus bas sur votre sac de frappe…

De même, surtout si vous n’en êtes pas à vos premières joutes, regardez si votre challenger n’aurait pas été filmé, avec un combat disponible sur YouTube ou Facebook : vous pourrez analyser sa technique et ses « bottes » secrètes (ou pas), préparant des enchaînements qui le désarçonneront et feront mouche.

Préparer son corps à l’effort sur le ring

La préparation de son organisme est, comme dans tous les sports de combat ou autre art martial, le point le plus important à gérer avant une montée sur le ring. Vous allez vite comprendre pourquoi…

Comme vous le savez, les boxeurs sont répartis en différentes catégories en fonction de leur poids. Pour avoir un avantage sur leur adversaire, ils ont tout intérêt à flirter avec la limite maxi… mais sans la dépasser.

Si votre combat est programmé un mois à l’avance, par exemple, pour telle catégorie, surveillez attentivement votre ligne au fil du temps.

Pour ne prendre aucun risque, les médecins des sports préconisent de programmer tout match pour la catégorie correspondant à un poids de 3 kg au-dessous de celui que l’on fait réellement.

Si c’est l’inverse, au fur et à mesure que la date approche, on peut par la musculation (renforcement musculaire) faire en sorte de jouxter la frontière de sa catégorie : 3 jours avant, on pourrait même n’être que 500 g en dessous du seuil !

L’important est de conserver un réflexe pour ne pas jouer à la roulette russe le jour J : bien se peser la veille et peu avant de partir chez soi. En cas de problème, vous allez carburer aux pruneaux et au café, histoire de déféquer, ce qui permet de gagner des grammes pouvant être extrêmement précieux et de combattre l’estomac vide, ce qui est mieux pour prendre des coups…

La boxe américaine ou boxe loisir ne vaudra jamais un bon cours de boxe anglais dans un club de boxe anglaise animé par un champion de boxe. Matériel de boxe | Que l’on soit Tyson ou un boxeur français inconnu, le terrain est le même, au palais des sports ou ailleurs : le ring | source : upload.wikimedia.org

Dans certains cas, la courbe de poids sera exactement inverse : par exemple, vous projetez de la compétition pour une catégorie que vous dépassez de 2 kg. C’est beaucoup plus confortable, et le cas de figure le plus courant quand on est très sportif ou une fois que l’on a atteint l’âge adulte avec son poids de forme idéal.

De là, il faudra mincir peu à peu, sans jamais mettre en péril sa musculature. Bien sûr, il y a des limites à tout, donc ne tentez pas l’impossible…

Il ne faut jamais maigrir d’une manière telle que l’on se déshydraterait, que l’on se retrouverait régulièrement en hypoglycémie ou que l’on perdrait en souplesse/densité musculaire.

Dans l’idéal, il faudrait pouvoir faire de bonnes réserves la veille du match, histoire de faire le plein de calories à griller entre les cordes.

Sinon, on n’en parle que peu, mais cela est valable pour tous les sportifs soucieux de leurs bonnes performances : les hommes ont tout intérêt à s’abstenir de relations conjugales dans les jours qui précèdent l’effort de compétition.

Cette abstinence crée une pulsion très profitable le moment venu (libération d’énergie accrue), tandis qu’elle évite d’épuiser son énergie par un relâchement trop profond.

Avant de boxer, il faut soigner son moral

La motivation est très importante : elle constitue une part déterminante de l’issue d’un combat.

Elle doit monter au fur et à mesure qu’approche le combat, se nourrissant d’une saine impatience et d’un désir de triompher de tous les obstacles.

Il faut donc éviter de viser une catégorie de poids difficile à atteindre pour soi, car on se créerait du stress épuisant pour l’esprit. D’autant plus qu’un bon sommeil est nécessaire, aussi bien pour le corps que pour le moral !

Ne soyez pas excessivement gourmand non plus : les combats ne doivent pas être trop nombreux au cours d’une même saison. Une dizaine, c’est déjà beaucoup !

En forçant trop, vous risqueriez de vous lasser et de ne plus avoir envie de boxer… Et là, c’est le KO qui vous guette, vous n’entendrez même pas l’arbitre compter…

Pour aborder sereinement les combats, il faut savoir s’isoler pour faire une « retraite » la veille du choc. Méditation, délassement sont des valeurs sûres pour être entièrement à son combat.

Un impératif pour le boxeur avant le combat : l’échauffement

Cela ne surprendra personne : aucun sportif digne de ce nom ne se lancera dans la compétition sans s’échauffer, avec étirements.

C’est encore plus vrai pour un sport violent où l’explosivité doit être au rendez-vous. Déjà que vous allez encaisser des coups pouvant faire très mal, vous n’allez pas prendre le risque de vous fouler la cheville, de vous casser le poignet ou de vous faire une élongation/déchirure faute d’échauffement !

L’échauffement doit avoir pour but de préparer tous les muscles et articulations du corps. Pour n’en oublier aucun, le mieux est de procéder avec ordre, de haut en bas, en commençant par la tête et en finissant avec les pieds.

Tout l’organisme doit être opérationnel, mais sans se fatiguer ou avoir perdu de l’énergie, sans quoi on commencerait le combat avec un sérieux handicap : en fait, il faut à peine suer avant de monter sur le ring.

Surtout, soyez bien synchronisé : votre échauffement ne doit se terminer que quelques secondes ou petites minutes avant le lancement des hostilités, sinon vous aurez le temps de « refroidir ».

Tout cet échauffement peut être réalisé seul avant le combat de boxe.

La cas spécifique du premier combat de boxe

Tout ce que nous venons de dire peut concerner absolument tous les combats de boxe, quel que soit le niveau ou l’âge de la personne.

S’il s’agit d’une première, un besoin d’encadrement accru se fait sentir. C’est un contexte dans lequel il est bon de pouvoir compter sur le soutien et les conseils d’un prof particulier de boxe.

Ne soyez pas timide : sachez vous confier pour maîtriser à fond vos inquiétudes et vos appréhensions. L’impact sur votre moral en sera éminemment positif.

La préparation physique est presque tout en boxe anglaise, en boxe thaï, en boxe française, en boxe thaïlandais, en karaté, en full-contact, en kickboxing et en self-défense. Compétiteurs en bonne condition physique | Le corps à corps permet à l’homme de se défouler depuis l’Antiquité | source : visualhunt.com

Côté matériel, n’oubliez pas d’avoir avec vous vos gants de boxe (et des gants de rechange), des bandages dessous, des protège-dents (voire protège-tibias en cas de coup de pied traître et indigne) et votre casque de boxe : n’oubliez pas que vous êtes dans la cour des amateurs, ne jouez pas au professionnel !

Rappelez-vous que ce ne sera pas votre punching ball en face de vous mais bien un adversaire qui rendra les coups.

Choisissez aussi un short boxe, des chaussettes, des chaussures et un maillot avec lesquels vous vous sentez particulièrement à l’aise.

Peut-être avez-vous de bons souvenirs de victoires sportives avec ? Dans ce cas, c’est top pour votre moral !

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar