Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Quelle est la meilleure manière d’enseigner à un enfant dyslexique ?

De Thomas, publié le 03/09/2018 Blog > Cours particuliers > Donner des Cours Particuliers > Comment Donner des Cours aux Élèves Dyslexiques ?

Face à cet adulte supposé capable de comprendre, l’enfant demande précisément à être compris, accepté, aimé, pour ce qu’il est, au-delà et indépendamment de ce qu’il fait. Mis en cause et en danger de dévalorisation sur le plan de ses actes, il demande tout simplement à être – Borelli & Perron

La dyslexie est un trouble que peuvent connaître les enfants au cours de leur scolarité. Il s’agit ici d’une grande difficulté d’apprentissage lors de la lecture ou de lecture, que l’on peut prévenir, mais qui est parfois hors de notre protée. Alors que l’on fête la journée nationale de la dyslexie le 10 octobre, on peut se dire que les difficultés scolaires, voire l’échec scolaire sont, pour certains, causés par ces troubles dyslexiques.

En effet, selon la Fédération Française des Dys (dysraxiques, dysphasiques, etc.), en France, 6% à 8% de la population serait concernée par les troubles « dys ». Un chiffre qui nous montre que les troubles cognitifs touchent plus de gens que l’on ne pense, et qu’apprendre à lire, à mémoriser, ou, tout simplement, la réussite scolaire de certains enfants, sont des freins à la bonne scolarisation.

Voici nos astuces pour enseigner à des élèves dyslexiques !

Comment reconnaître un élève dyslexique ?

La dyslexie est-elle contagieuse ? Un élève dyslexique ne doit pas être laissé de côté par son professeur, mais doit être accompagné par ce dernier, pour progresser et réussir grâce à lui.

La dyslexie, ce sont donc ces troubles de la fontion cognifive, qui nécessitent souvent un diagnostic avant de pouvoir passer à l’action et essayer de faire quelque chose pour aider ce décodage cérébral. En effet, la fatigabilité de l’élève augment au fil des mois, au fil des jours, et c’est au professeur de savoir l’aider également, mais aussi de savoir repérer la lenteur des élèves, leurs difficultés de déchiffrage, ou encore leur mauvaise acquisition du langage.

Le professeur est une figure d’enseignant, certes, mais est aussi humain, et doit être vigilant, et savoir repérer les troubles attentionnels lorsqu’un élève est déficitaire dans certaines matières, ou dans certains cas, quitte à lui accorder un tiers temps lors des examens. Il lui faut donc mieux comprendre ces troubles de l apprentissage, de sorte à réagir au mieux face à un élève qui se trouve dans ce cas de figure.

Un élève dyslexique se reconnaît à plusieurs critères, à plusieurs détails, qui sont, la plupart du temps, les suivants :

  • Un retard de parole notable,
  • Un retard conséquent dans le langage,
  • Une difficulté à s’organiser dans la vie quotidienne,
  • Une mémoire auditive et visuelle assez faible et peu efficace,
  • Un retard supérieur à la moyenne en phonologie et en graphisme.

Bien évidemment, la dyslexie ne se résume pas qu’à ces critères, et elle peut prendre bien d’autres formes, mais les points les plus récurrents sont probablement ceux-ci, lorsqu’il s’agit de ne pas prendre chaque enfant au cas par cas, et de mieux comprendre ce dysfonctionnement et les difficultés rencontrées à cause de ça.

Car ces difficultés vont être le moteur d’un potentiel mal être pour l’élève, mais aussi d’une potentielle déscolarisation dûe à ce mal être scolaire et, de manière plus globale, sociétale. Vaincre ceci et également le rôle du professeur, qui ne doit pas faire abstraction de ce trouble.

Phonèmes, graphèmes, psychomotricien, dyslexie dysorthographie, ou encore dyspraxie, ces termes doivent vous parler si vous faites vous mêmes face à un élève dyslexique. En effet, pour savoir comment se comporter au mieux et adapter son enseignement de la meilleure manière qui soit, pensez à vous renseigner sur ces troubles dont il souffre, et à déchiffrer, décoder et comprendre la maladresse dont il fait parfois preuve.

Vous pouvez aussi vous demander comment enseigner à des élèves en échec scolaire ?

Adapter son comportement face à un élève dyslexique

Qu'est-ce qu'un enfant dyslexique ? Qu’on soit dyslexique ou non, le professeur est ce guide qui nous mène vers nos objectifs, pour réussir.

Enseigner et donner des cours à un élève dyslexique, c’est participer à l’amélioration de sa scolarité, de son comportement vis à vis des autres, de son estime de soi, mais aussi du milieu scolaire dans lequel il évolue. Pour contrer les mauvaises ondes dont il peut faire preuve et auxquelles il pourrait être confronté, il ne faut alors pas hésiter à le prendre à part pour dépister au mieux les troubles de l’attention dont il est victime.

Car oui, être un élève dyslexique, ça n’est pas de tout repos, et tous les professeurs ne sont pas forcément au courant, ni préparés à ce type de cas de figure. Une syllabe mal assimilée, et la déficience minime de l’élève peut être considérée comme importante pour lui, si la réaction de son professeur n’est pas à la hauteur de ses attentes. Une personne dyslexique n’est pas plus bête qu’une autre, certains élèves ont juste besoin de plus de temps.

Plus de temps pour comprendre les choses, les assimiler, pour maintenir une meilleure confiance en lui, et palier à son retard mental intellectuel dont il pense faire preuve. Un enseignant pédagogue est donc la clé de tout, et permettra de soulager bon nombre de soucis dont l’élève peut être victime, ou se rendre lui même victime.

Dans quels pays y'a-t-il le plus de dyslexiques ? La dyslexie n’est pas une fatalité, mais le professeur doit savoir faire preuve de pédagogie pour enseigner à un élève.

Se comporter de la bonne manière semble alors primordiale pour le professeur, qui, au delà du fait qu’il doit être pédagogue, doit savoir adopter les bonnes formules, le bon ton, les bons mots pour mettre l’élève dyslexique en confiance, et rendre les troubles du langage, l’apprentissage de la lecture, ou encore son élocution orale plus simples, plus rapides, et plus construits.

Car oui, un enseignant donne à voir ce l’enseignement dans ce qu’il a de plus beau, dans ce qu’il a de plus ingénieux, et de plus prometteur. Comme s’il s’agissait là d’un petit oisillon tombé du nid qui ne demande qu’à être recueilli pour pouvoir voler de ses propres ailes. On ne parle pas assez de la dyslexie, et c’est pourtant un trouble dont souffrent de nombreuses personnes en France, ce qui convient d’être pris en compte par tous.

Et pourquoi ne pas faire un bilan orthophonique pour arriver à comprendre et à déceler ce qui pose problème d’une manière développementale ? En effet, allier et combiner les compétences est souvent une riche idée, et permet de donner plus de poids à une aide ou à une évolution orthographique pour un élève ou un sujet quelconque. C’est la raison pour laquelle il est important pour une personne dyslexique de connaître ses problèmes.

Connaître ses problèmes pour tenter de les maîtriser, les évoquer, en faire part à son professeur, pour que ce dernier puisse nous aider à franchir des pas supplémentaires dans nos fonctions cognitives, notre point de vue sensoriel, ou encore notre capacité orthographique. Qui a dit qu’être professeur était un métier monotone ?

Comment se comporter avec un élève autiste ?

Adopter un suivi autour de l’élève dyslexique

La dyslexie est-elle une maladie ? Écrire, apprendre, des tâches qu’un élève dyslexique doit apprendre plus que les autres, grâce à l’aide de son professeur.

Un élève dyslexique n’est pas un élève comme les autres. Même si tout est réuni, il diffère de par tout ce que l’on a évoqué au préalable. Il est alors nécessaire de procéder à un suivi, du début, jusqu’à la fin de sa vie scolaire avec vous, et pourquoi pas après encore. mais un suivi, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit tout simplement d’une présence continue de la part du professeur, pour aider et tenter de mener à bien la scolarité de l’élève, en sa compagnie. Un travail de forme, mais aussi de fond, qui permet à tout un chacun de voir son estime de soi, sa confiance en soi, monter en flèche, et ce grâce à l’aide du professeur. Ce même professeur se verra alors gratifié des progrès de l’élève, qui sont, finalement, la meilleure des récompenses !

Un suivi, c’est également savoir s’adresser à l’élève sans sévérité, et montrer qu’on le comprend, du début, jusqu’à la fin. C’est savoir parler à leurs parents, au corps professoral tout entier, pour faire prendre conscience que l’élève fait des progrès, n’est pas à l’aise avec tel exercice, ou a besoin de plus de temps pour rédiger tel texte.

Sans alarmisme ni excitation, il faut juste réaliser que l’élève a un potentiel mal exploité, dont les progrès ne demandent qu’à être visibles, qu’à augmenter de manière considérable, sous le regard patient et pédagogue de son enseignant.

Le suivi se place donc comme un point primordial pour l’élève, notamment lorsqu’on parle de la confiance qu’il peut avoir en ses capacités, en son potentiel, et en son évolution. Cette même évolution dépend aussi beaucoup de la conviction que le sujet a en sa progression, et tout ceci passe par le professeur.

Cette figure de tuteur, parfois même de guide spirituel, prend alors une place prépondérante dans la vie de l’élève, notamment parce qu’il passe la moitié de ses semaines à l’école, en la présence même de cette figure enseignante. Se sentir épaulé, pour tout un chacun, est alors une solution miracle pour se sentir soutenu, et pour progresser simplement.

Ainsi, face à un élève dyslexique, rien ne sert de s’alarmer ou d’être défaitiste, la figure du professeur est plutôt celle d’un soutien, d’un support, qui, au delà de lui enseigner les rudiments de l’apprentissage, saura le guider vers la réussite !

Comment enseigner à un élève dyspraxique ?

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar