Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

A quoi correspond le Français Langue Etrangère ?

De Alexia, publié le 02/10/2017 Blog > Langues > FLE > Qu’est-ce que le FLE ?

Chaque année, les étudiants de FLE sont de plus en plus nombreux. Ainsi, à la rentrée 2016, ils étaient 14500 répartis dans 47 établissements différents.

L’apprentissage du français prend tout son sens quand on souhaite s’intégrer en France, trouver un emploi et pouvoir remplir des papiers administratifs par exemple.

Superprof vous explique ce qu’est le FLE et dans quoi il s’inscrit.

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Définition du FLE en opposition aux autres sigles

Quelle définition donner au français langue étrangère ? L’apprentissage de la langue française permet une meilleure intégration des enfants réfugiés.

En France, on aime beaucoup les sigles et les abréviations mais alors que signifie FLE ?

FLE veut dire Français Langue Étrangère. Les cours de FLE sont donc des cours de français donnés à des apprenants non-francophones en France ou à l’étranger. C’est donc une discipline à part entière pour laquelle il existe certaines méthodes.

Les institutions impliquées dans l’enseignement du FLE sont les suivantes : Ministère des Affaires Etrangères, Ministère de l’Education Nationale, départements d’université, centres spécifiques, Alliances Françaises, lycées franco-étrangers ou encore centres culturels français à l’étranger.

Il ne faut pas le confondre avec le FLM, le FLS ou encore l’alphabétisation. Le FLM est le contraire du FLE. Il s’agit du Français Langue Maternelle, parlé par des locuteurs natifs et appris généralement dès la petite enfance au sein du milieu familial.

Le FLS est le Français Langue Seconde, c’est-à-dire une langue apprise dans un second temps. C’est l’usage du français à l’étranger, parlé par une partie de la population. Par exemple, au Mali, le français est une des langues officielles et il est utilisé pour les questions administratives, politiques et économiques.

FLS peut également vouloir dire Français Langue de Scolarisation et dans ce cas, il s’agit du français appris par des étrangers à l’école dans le cadre d’une langue vivante comme nos élèves en France apprennent l’anglais, l’espagnol, l’allemand ou encore l’italien.

Un étudiant francophone en FLE se prépare donc à apprendre le français à des non-francophones.

Découvrez aussi les phrases utiles en français pour votre quotidien !

Un historique du FLE

L’enseignement du FLE répond à des critères similaires à l’enseignement de n’importe quelle langue étrangère. L’enseignement des langues a toujours préoccupé en Europe et surtout au départ pour l’apprentissage des langues étrangères et notamment du latin et du grec.

Avec les voyages et les découvertes géographiques, il a fallu trouver des méthodes pour enseigner une langue à des étrangers.

La préhistoire de la didactique du FLE

Dès le 18ème et pendant toute la première moitié du 19ème siècle, on a adopté la méthodologie traditionnelle ou méthodologie grammaire-traduction. Comme son nom l’indique, elle se basait sur la lecture et la traduction de textes en langue étrangère.

La grammaire était vue comme la plus importante et l’oral était placé au second plan. Ainsi la langue soutenue était mieux considérée que le langage courant.

La langue utilisée en classe était la langue maternelle et le professeur occupait une grande place : c’est lui qui donnait la parole aux élèves, l’interaction ne marchait qu’à sens unique. Le « par cœur » était privilégié pour l’apprentissage de vocabulaire.

Etant donné la rigidité du modèle et le peu de résultats, cette méthodologie a été remise en question au milieu du 19ème siècle.

Comment apprendre le français rapidement ?Pour faire ses études en France, il est utile de connaître la langue.

La méthode directe

Dès 1870 et jusqu’au début du 20ème siècle, la méthode directe fait son apparition. Elle est basée sur trois grands principes :

  • L’apprentissage du vocabulaire sans traduction en langue source. Le professeur montre des images ou des objets,
  • L’utilisation prépondérante de la langue orale,
  • La grammaire est étudiée non pas à l’aide de règles explicites mais plutôt à l’aide d’exercices et de questions/réponses dirigés par l’enseignant.

La méthode directe interdisait tout recours à la langue maternelle des étudiants, impliquant souvent des difficultés dans le cours.

La méthodologie active

Entre 1920 et 1960, on passe à la méthodologie active, aussi appelée éclectique, mixte ou encore orale. C’est un compromis entre les anciennes techniques traditionnelles et la méthodologie directe. La langue maternelle est de nouveau autorisée en classe, l’écrit reprend sa place de support didactique.

La prononciation est enseignée à travers l’imitation. On retrouve cependant des images pour éviter la traduction en langue maternelle d’un terme.

La motivation de l’élève est mise au centre de son apprentissage, si bien que l’enseignement de la grammaire se fait au fil de l’eau selon ses besoins.

La méthodologie structuro-globale audiovisuelle (SGAV)

Après la seconde guerre mondiale et la décolonisation, la France cherche à retrouver son rayonnement international, notamment au niveau de sa langue.

Au milieu des années 1950, la méthodologie SGAV fait son apparition. Elle repose sur le triangle situation de communication, dialogue, image. Quand on apprend une langue, notre apprentissage passe par l’oreille et la vue. La grammaire, la situation et le contexte linguistique avaient ainsi pour but l’intégration des stimuli extérieurs.

La SGAV permettrait ainsi d’apprendre à communiquer rapidement avec des natifs mais pas de les comprendre entre eux ou les médias. Le coût matériel était important (magnétophones, laboratoires de langues, etc.) et la durée de l’enseignement était longue (2/3 ans).

L’approche communicative

Dans les années 1970 et jusqu’au milieu des années 1990, cette méthode se développe en réaction à la SGAV. Un nouveau public fait son entrée : des migrants adultes. Il est donc important de combiner les fruits des recherches pour répondre au mieux aux besoins de ce nouveau public.

Le but de cette approche est de s’adapter aux besoins langagiers de chacun. On utilise les codes de la langue cible pour adopter un comportement adéquat.

Ainsi, les étudiants en français adultes seraient plutôt motivés par une approche fonctionnelle : ils ont besoin du français pour raisons professionnelles. L’approche communicative répond ainsi à un besoin urgent du public.

L’approche actionnelle

Quel professeur de français langue étrangère choisir ? Une schématisation de la méthodologie actionnelle.

L’approche actionnelle fait son apparition au milieu des années 1990. L’accent est mis sur les tâches à réaliser au sein d’un projet global. L’interaction est privilégiée pour développer des compétences réceptives. L’apprenant est acteur de son apprentissage. L’ensemble des capacités de l’individu sont prises en compte : savoir, savoir-être et savoir-faire, savoir-apprendre.

Si les actes de parole se réalisent dans des activités langagières, elles s’inscrivent également à l’intérieur d’actions en contexte social.

C’est aujourd’hui l’approche que l’on utilise encore.

Quels sont les objectifs des cours de FLE ?

Les objectifs peuvent être très divers. Les élèves non-francophones souhaitant apprendre le français langue étrangère peuvent vouloir venir habiter en France, travailler avec des français, le faire dans un but purement culturel ou touristique, etc.

Les différentes expériences des enseignants de FLE montrent que les objectifs des apprenants sont divers et variés. Les cours de FLE ont en revanche toujours pour but la meilleure intégration des individus dans une société étrangère.

Ainsi, c’est différent des cours d’alphabétisation où il s’agit principalement d’apprendre à lire et à écrire à des personnes souvent françaises, mais n’ayant pas reçu ces compétences linguistiques de bases dans leur éducation scolaire.

Que signifie le sigle FLE ? La formation des enseignants est importante pour s’adapter aux étudiants.

En cours de FLE, les objectifs sont très clairement définis pour les professeurs :

  • Sélection de notions et de paroles ciblées sur les besoins spécifiques des apprenants,
  • Priorité donnée à l’oral et à l’étude de la phonétique,
  • Mise en scène de situations de communication simulées,
  • Prise en compte des phénomènes d’interférences entre français et langue source,
  • Respect des spécificités culturelles locales,
  • Enseignement des comportements des usagers de la langue cible,
  • Enseignement dans une perspective plurilingue et pluriculturelle.

Des cours de FLE pour qui ?

Les publics cibles de l’enseignement du Français Langue Etrangère sont divers. Les professeurs doivent ainsi s’adapter à chaque groupe d’étudiants qu’ils soient :

  • Réfugiés politiques,
  • Etudiants Erasmus,
  • Public précoce,
  • Scolaire,
  • Adolescents,
  • Adultes…

Ainsi, l’enfant et l’adolescent sont des publics privilégiés pour apprendre une langue étrangère : caractéristiques psycholinguistiques, besoin de communiquer, absence de blocage cognitif font partie de leurs facultés.

Au contraire, les adultes, en fonction de leur situation et de leur âge peuvent s’avérer être un public plus difficile. En revanche, ils possèdent d’autres facultés essentiels à un apprentissage : motivation, capacité de travail et esprit théorique. Le principal problème du public adulte est de savoir si la situation est subie volontairement ou involontairement. Ainsi, la motivation peut être inexistante.

Comment faire l'apprentissage de la lecture ? Le public cible change la manière d’enseigner le français.

Là où les enfants et adolescents s’en remettront totalement à l’enseignant, le public adulte aura plus d’a priori sur ses méthodes de travail et sa méthodologie, pouvant mener à un refus total de communiquer et de s’intégrer au groupe.

En synthèse :

  • Le Français Langue Etrangère ne doit pas être confondu avec d’autres manières d’apprendre le français. Les cours de FLE sont destinés à des apprenants en difficulté. C’est différent du français appris en tant que langue vivante à l’étranger et en milieu scolaire.
  • Les chercheurs en FLE ont tâtonné quelques années et ont proposé différentes méthodologies. La matière est en constante évolution et la manière d’enseigner change en fonction du feedback des étudiants et des professeurs. Ainsi, aujourd’hui, nous utilisons l’approche actionnelle.
  • Le but premier des cours de FLE est l’intégration de l’apprenant dans une société étrangère.
  • Les publics sont très différents et la principale difficulté de l’enseignant est de s’adapter à chacun. Des enfants scolarisés n’apprendront pas de la même manière que des adultes fraîchement immigrés.
Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (moyenne de 5,00 sur 5 pour 1 votes)
Loading...

Commentez cet article

avatar
Ordre:   Les plus récents | Les plus anciens | Les plus populaires
Dangbuie mawuko
Invité
Dangbuie mawuko

c’est utile. merci

wpDiscuz