"Le handicap ne peut pas être un handicap" - Stephen Hawking (1942-2018)

On associe souvent les personnes handicapées à des personnes dépendantes ayant besoin d'assistance dans chaque étape de leur vie.

Or, loin de ces idées préconçues, les personnes en situation de handicap, en fonction bien évidemment de leur degré de handicap,  peuvent accomplir toutes les tâches du quotidien comme conduire, faire du sport ou encore voyager par leurs propres moyens.

Obtenir son permis de conduire est d'ailleurs une étape primordiale dans le maintien de l'autonomie des personnes handicapées, leur insertion professionnelle et leurs interactions sociales.

Handicap moteur, handicap visuel ou encore dyslexie ou surdité, il est tout à fait possible de prendre le volant même en ayant un handicap !

On vous dit tout sur le déroulement du permis B pour les personnes qui souffrent de handicap.

Les meilleurs professeurs de Conduite disponibles
Ronald
4,9
4,9 (33 avis)
Ronald
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Med
4,9
4,9 (72 avis)
Med
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Stephane
4,9
4,9 (26 avis)
Stephane
38€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Meda
4,9
4,9 (58 avis)
Meda
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Alex
4,8
4,8 (23 avis)
Alex
28€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Florian
4,9
4,9 (40 avis)
Florian
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Fouad
4,9
4,9 (67 avis)
Fouad
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Mhamed
5
5 (53 avis)
Mhamed
45€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Ronald
4,9
4,9 (33 avis)
Ronald
30€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Med
4,9
4,9 (72 avis)
Med
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Stephane
4,9
4,9 (26 avis)
Stephane
38€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Meda
4,9
4,9 (58 avis)
Meda
40€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Alex
4,8
4,8 (23 avis)
Alex
28€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Florian
4,9
4,9 (40 avis)
Florian
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Fouad
4,9
4,9 (67 avis)
Fouad
35€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Mhamed
5
5 (53 avis)
Mhamed
45€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

Les modalités d'inscription au permis de conduire

Combien coûte un permis de conduire en situation de handicap ?
Je fais du vélo, de la natation, du parapente, alors pourquoi pas conduire une voiture ?

Afin de pouvoir s'inscrire à l'examen du permis de conduire, les personnes handicapées doivent remplir deux conditions préalables :

  • Avoir l'âge requis pour passer le permis de conduire dans la catégorie souhaitée,
  • Être reconnu apte à la conduite par un médecin agrée à la suite d'un contrôle médical.

Afin de connaître le centre médical où effectuer cet examen de contrôle il faut contacter le service chargé localement des examens du permis de conduire : la direction départementale interministérielle (bureau de l'éducation routière) ou la préfecture de son lieu de résidence.

Ce contrôle médical indique les aménagements nécessaires pour apprendre à conduire et donne parfois des pistes sur les auto-écoles qui dispensent des cours de conduite avec ces aménagements.

En effet, toutes les auto écoles n'étant pas aptes à aider les personnes en situation de handicap à se préparer au permis de conduire, il leur faut ensuite trouver un lieu de formation adéquat.

Pour ce faire le CEREMH  (Centre de ressources et d’innovation mobilité handicap) tient une liste à jour des auto-écoles formatrices adaptées.

La MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) peut également disposer de coordonnées à fournir.

Notez toutefois que certaines personnes gravement handicapées, pour des questions de sécurité routière, ne seront hélas pas disposées à conduire.

Le déroulé de l'épreuve du permis de conduire et ses aménagements

Une fois le certificat médical d'aptitude en poche, chaque personne atteinte d'un handicap pourra dès lors s'inscrire dans une auto-école adaptée et démarrer son apprentissage de la conduite.

Peut-on avoir accès à la conduire en étant sourd ?
J'aide les personnes malentendantes à passer leur permis de conduire depuis 5 ans.

Elle devra comme tous les apprentis conducteur réussir l'épreuve théorique du code de la route puis s'acquitter des 20h de conduites requises (avec parfois des aménagements spécifiques) pour se présenter à l'examen pratique de conduite encadré par un inspecteur agrée.

Cependant, le permis de conduire en soit demande quelques ajustements adaptés aux différents types de handicap :

  • Handicap moteur et mobilité réduite,
  • Handicap visuel,
  • Handicap auditif,
  • Handicap psychique.

En effet selon le handicap concerné cela requiert un véhicule adapté, des supports variés pour l’apprentissage du code de la route, des sessions d’entraînement au code en LSF (langue des signes française), l'aide d'un traducteur, etc.

On vous détaille ci-après comment prendre en compte le handicap de chaque personne handicapée en tant que professionnel de la conduite.

Les personnes en situation de mobilité réduite

L'épreuve du code de la route ne diffère pas vraiment de l'épreuve à laquelle sont soumis les apprenants valides.

Pour ce qui est de l'apprentissage de la conduite et de l'épreuve pratique, un véhicule adapté aux besoins de l'élève est mis à sa disposition.

En cas d’utilisation d’un véhicule de catégorie B doté d’équipements spéciaux, il doit avoir été mis pour la première fois en circulation depuis 10 ans au plus et doit également comporter :

  • Une double-commande de freinage,
  • Des rétroviseurs additionnels extérieur et intérieur,
  • Une double-commande de direction en l’absence de volant pour le conducteur.

Le jour de l'examen les vérifications extérieures du véhicule peuvent être réalisées avec l'assistance de l'expert ou de l'accompagnateur.

Un temps supplémentaire peut aussi être accordé à l'élève relatif à son installation au poste de conduite.

Les candidats sourds ou malentendants

Sauf avis médical contraire, il n’y a pas d’incompatibilité entre déficience auditive et pratique de la conduite.

Les candidats sourds ou malentendants bénéficient de sessions de code adaptées. Leur épreuve théorique est plus longue que l’épreuve classique avec une durée totale de 1h30.

Durant les deux épreuves du permis, le candidat peut recourir aux services d’un traducteur-interprète spécialisé en langage des signes, assermenté près d’une cour d’appel ou d’un groupement d’établissements de l’éducation nationale (GRETA).

Le candidat peut sinon utiliser un dispositif de communication adapté de son choix, sous réserve que ce dispositif ne contrevienne pas aux dispositions relatives à la confidentialité de l’examen (codeur en langage parlé complété).

Ces dispositifs serviront à traduire la présentation du déroulement des épreuves, les questions et réponses, les commentaires de l'inspecteur et le bilan de fin d'évaluation.

Un temps supplémentaire peut être accordé lors de l'épreuve pratique en cas de difficultés pour communiquer avec les professionnels de la route.

Quelles sont les structures qui peuvent nous aider à monter un dossier auprès d'une auto-école spécialisée ?
Avoir mon permis de conduire me permets de me déplacer comme tout le monde ! A nous les soirées filles !

En cas de déficience visuelle

Le handicap visuel est le plus complexe à mesurer pour apprendre à conduire. Avant de s'inscrire au permis, chaque candidat atteint d'un handicap visuel devra réaliser un test afin de déterminer s’il a une vision compatible avec la conduite.

Il y sera analysé:

  • L'acuité visuelle,
  • Le champ visuel,
  • La vision crépusculaire,
  • La sensibilité à l'éblouissement et aux contrastes,
  • La diplopie (la perception de deux images pour un seul objet),
  • D'autres fonctions visuelles qui peuvent compromettre la sécurité de la conduite.

Si la conduite nécessite le port de lunettes ou tout autre dispositif ce dernier sera mentionné sur le permis de conduire.

En fonction de la nature de l'altération visuelle, le médecin peut délivrer une autorisation restreinte de conduite. Par exemple, si la vision crépusculaire fait défaut au futur conducteur, la conduite de nuit lui sera interdite.

Vous cherchez des cours code de la route ?

Les candidats atteints de handicaps invisibles : la dyspraxie, la dysphasie et la dyslexie

Les candidats dysphasiques et/ou dyslexiques et/ou dyspraxiques peuvent passer l’épreuve théorique générale via des séances spécifiques à la condition de fournir l'un des trois documents suivants :

  • Une reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH) ou une reconnaissance de handicap obtenue auprès de la MDPH et un diagnostic de dyslexie et/ou de dysphasie et/ou de dyspraxie,
  • Une reconnaissance d’aménagements aux épreuves nationales de l’éducation nationale au titre des troubles de l’apprentissage du langage écrit, du langage oral et/ou écrit et/ou de l’acquisition de la coordination,
  • Un certificat médical délivré depuis moins de six mois maximum, attestant d’un trouble spécifique du langage et/ou de la lecture et/ou de l’acquisition de la coordination et nécessitant un aménagement des conditions de passage de l’épreuve théorique générale.

Les heures de conduite doivent absolument être effectuées avec un moniteur sensibilisé à ces troubles neurologiques afin de faire preuve de la pédagogie adaptée à ce genre de déficiences.

Cette forme de handicap peut générer des difficultés comme des troubles de l’attention, des difficultés pour gérer le stress, effectuer plusieurs tâches dans le même temps, gérer la droite et a gauche, passer les vitesses, etc. néfastes au bon apprentissage des règles de conduite.

Du temps, de la patience et un accompagnement adapté sont indispensables à la réussite du permis de conduire chez les personnes atteintes de ce type de handicap.

Comment trouver des cours de conduite ?

La validité du permis de conduire

Le permis est délivré uniquement sur avis médical favorable.

Combien de temps dure l'épreuve de conduite pour les personnes à mobilité réduite ?
Après le permis voiture j'ai bien envie de me lancer dans le permis moto !

En effet, le permis de conduire est attribué à une personne en situation de handicap seulement suite à un avis favorable d'un médecin agréé de son département de résidence.

Il décidera également de la durée d'attribution du permis de conduire en fonction de l'évolution de la maladie ou du handicap.

S'il s'agit d'une maladie stabilisée sans risques de dégénérescence, la validité du permis de conduire peut ne pas être limitée dans le temps.

Si le handicap n'est pas stabilisé, la durée de validité du permis est limitée et une visite médicale doit être effectuée à nouveau avant la fin de la période de validité mentionnée (de 6 mois à 5 ans).

Les codes additionnels sur votre permis de conduire précisent votre droit à conduire à l'aide de certains dispositifs :

  • Code 01 : porter un dispositif de correction : 01.01 : lunettes de vue / 01.02 : lentilles correctrices,
  • Code 02 : porter des prothèses auditives,
  • Code 10 : obtention du permis B sur une boîte de vitesse adaptée compte tenu d'un handicap physique (code 10.02 : boîte automatique).

Chaque personne dont le permis fait mention d'un ou plusieurs de ces dispositifs doit toujours être munis de ces derniers sous peine d'amende.

Pouvoir se déplacer en toute autonomie, se sentir libre de ses mouvements font partie des actes essentiels de la vie de tous.

Souvent atteinte dans leur mobilité ou leurs interactions, les personnes en situation de handicap doivent préserver leur indépendance au maximum lorsque c'est bien évidemment possible, et cela passe par la conduite.

On vous souhaite à tous de supers road trip à travers le monde !

>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

1er cours offert

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

5,00 (1 note(s))
Loading...

Caroline

Epicurienne dans l’âme, je suis passionnée par tout ce qui touche à la nutrition (de la gastronomie à la raw food), le bien-être et l’art de vivre sainement. J’aime également nourrir mon esprit d’arts modernes, de musique en tous genres et de voyages à travers le monde !