Qu’est-ce qu’une proposition subordonnée ?

Les règles de grammaire sont importantes pour apprendre à bien parler et écrire français. Si les règles de base de grammaire ne sont pas maîtrisées, les phrases peuvent alors être faîtes de non-sens et il peut être beaucoup plus compliqué de s’exprimer.

Il est notamment essentiel de bien comprendre comment se forme une phrase. La simple construction « sujet, verbe, complément » ne se retrouve pas dans toutes les phrases. Certaines phrases peuvent contenir plusieurs propositions.

Pourquoi étudier le français ?
Connaître la structure des phrases permet de mieux s'exprimer en langue française.

Une proposition dans une phrase est faite à partir d’un verbe.

Par exemple : Je vais dîner avec une amie. Dans cette phrase, une seule proposition est présente puisque l’on trouve un seul verbe. En revanche, dans la phrase « Je vais dîner avec une amie que je connais depuis la fac », il est possible de distinguer deux propositions.

Autre exemple :

  • Je suis allé à la piscine quand il a commencé à faire nuit.

« Je suis allé à la piscine » est une proposition, et « quand il a commencé à faire nuit » en est une autre.

La première proposition est ce qu’on appelle la proposition principale. Celle-ci n’a besoin d’aucune autre proposition pour être comprise, mais d’autres propositions se rattachent à elle. La seconde proposition est donc une proposition subordonnée. En effet « quand il a commencé à faire nuit » ne peut pas être une phrase seule. Il faut d’autres éléments pour que la phrase soit comprise.

La proposition subordonné est donc une proposition rattachée à une proposition principale. Il s’agit alors d’une proposition qui dépend d’une autre. Le terme « subordonné » rappelle le fait que l’une des propositions est dépendante de l’autre.

Quelques exemples :

  • Je mange lorsque j’ai faim. (« Je mange » est une proposition principale, « lorsque j’ai faim » est la proposition subordonnée).
  • Mon animal de compagnie est content quand je rentre. (« Mon animal de compagnie est content » est une proposition principale, « quand je rentre » est la proposition subordonnée).
  • Mon frère mange le gâteau que j’ai fait ce matin. (« Mon frère mange le gâteau » est une proposition principale, « que j’ai fait ce matin » est la proposition subordonnée).

Parfois, plusieurs subordonnées se trouvent dans la même phrase :

  • Ma mère est furieuse lorsque le voisin qui fait du bruit organise une fête. (Dans ce cas « qui fait du bruit » et « lorsque le voisin organise une fête » sont deux propositions subordonnées.)

La proposition subordonnée peut très bien se positionner en début de phrase. Voici un exemple :

  • Quand je suis fatigué, j’ai envie de dormir.

La proposition « j’ai envie de dormir » peut tout à fait exister à elle seule. Au contraire « quand je suis fatigué » est une proposition qui implique un autre bout de phrase. Il s’agit alors de la proposition subordonnée. Celle-ci se trouve pourtant au début de la phrase.

Si la phrase était seulement « J’ai envie de dormir » alors on pourrait parler de proposition indépendante car celle-ci n’aurait aucune autre proposition rattachée à elle.

Les meilleurs professeurs de Français disponibles
1er cours offert !
Julie
5
5 (79 avis)
Julie
75€
/h
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (94 avis)
Albane
60€
/h
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (41 avis)
Koffi felicien
20€
/h
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (46 avis)
Julien
60€
/h
1er cours offert !
Cristèle
5
5 (52 avis)
Cristèle
45€
/h
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (56 avis)
Jérémy
25€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (50 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (35 avis)
Louis
45€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (79 avis)
Julie
75€
/h
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (94 avis)
Albane
60€
/h
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (41 avis)
Koffi felicien
20€
/h
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (46 avis)
Julien
60€
/h
1er cours offert !
Cristèle
5
5 (52 avis)
Cristèle
45€
/h
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (56 avis)
Jérémy
25€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (50 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (35 avis)
Louis
45€
/h
1er cours offert>

Quelles sont les différentes propositions subordonnées ?

En grammaire française, on compte trois différentes propositions subordonnées : les propositions subordonnées relatives, les propositions subordonnées circonstancielles, et les propositions subordonnées complétives.

Pourquoi lire des livres en français ?
La lecture aide à progresser en français.

Les propositions subordonnées relatives

La proposition subordonnée relative est reconnaissable car celle-ci est introduite par un pronom relatif. Il peut alors s’agir de différents pronoms relatifs parmi lesquels on retrouve :

  • Qui,
  • Que,
  • Dont,
  • Où.

Mais aussi :

  • Lequel,
  • Duquel,
  • Auquel.

Ces pronoms relatifs, au masculin ou au féminin, marque le début d’une proposition subordonnée relative.

Exemple :

  • Je vais visiter une maison, qui appartenait à mon grand-père. Dans ce cas, « Je vais visiter une maison » est la proposition principale », et « qui appartenait à mon grand-père » est la proposition subordonnée relative, introduite par le petit pronom relatif « qui ».
  • Je me rends au cours de yoga auquel je me suis inscrit la semaine dernière. Ici, la proposition subordonnée relative est introduite grâce au pronom relatif « auquel ».

Dans la plupart des propositions superordonnées relatives, il faut savoir que le pronom relatif remplace un nom ou un groupe nominal. Il sert à compléter le nom précédemment cité, qui est alors appelé « antécédent ». Dans la phrase précédente, le mot « yoga » est alors un antécédent.

Les propositions subordonnées circonstancielles

Tout comme les propositions subordonnées relatives, les propositions subordonnées circonstancielles complètent la proposition principale. Seulement, ce type de propositions subordonnées donnent une information de circonstance comme le temps, le but, la conséquence, la cause, la condition, etc.

Ces propositions subordonnées sont alors introduites par des conjonctions de subordination ou bien par des locutions conjonctives. On retrouve alors des mots comme :

  • Que,
  • Comme,
  • Parce que,
  • Après que,
  • Etc.

Voici quelques exemples :

  • Dès que le jour se lève, le coq se met à chanter. Dans cette phrase, « le coq se met à chanter » est la proposition principale, et « Dès que le jour se lève » est le proposition subordonnée de circonstance.
  • Je suis très heureux quand je te vois. Ici, la proposition subordonnée de circonstance est « quand je te vois ».
Qu'apprend-on en cours de français ?
Travailler la langue de Molière est essentiel pour réussir au collège.

Les propositions subordonnées complétives

La proposition subordonnée complétive ne remplace pas un nom mais complète un verbe grâce à une conjonction de subordination.

Exemple :

  • Je souhaite que tu ailles à l’école.
  • Je pense que tu devrais travailler plus.

Dans ces deux cas, la conjonction de subordination est « que » et complète un verbe.

Comment reconnaître une proposition subordonnée ?

Lors d’un exercice ou dans un texte, comment savoir si une phrase comporte une proposition subordonnée ?

Il faut dans un premier temps chercher à compter le nombre de verbes conjugués dans la phrase. Pour vous aider, vous pouvez séparer les différentes propositions par des traits.

Ensuite, il faut apprendre à repérer la proposition principale. Celle-ci peut très bien fonctionner toute seule. Autrement dit, si vous enlevez les autres parties de la phrase, celle-ci ne perd pas son sens.

Pour reconnaître ensuite la ou les propositions subordonnées, vous devez vous demander quelles propositions perdent leur sens en l’absence du reste de la phrase.

Les petits mots introductifs peuvent aider à repérer les propositions subordonnées. Conjonction de subordination, pronom relatif, etc.

Comment progresser en cours de français ?
Exercez-vous à reconnaître les différentes propositions subordonnées.

Attention à ne pas confondre la proposition subordonnée relative avec la proposition subordonnée complétive. En effet, dans les deux cas, il est possible de retrouver le petit mot « que ». Cependant, dans le cas de la proposition subordonnée relative, le « que » suit un nom, alors que pour la proposition subordonnée complétive, il suit un verbe.

Exemples :

  • Je n’aime pas les fleurs que tu m’as données. Ici, le « que » suit un nom, il s’agit alors d’une proposition subordonnée relative.
  • Ma mère souhaite que je sois là pour le dîner. Dans ce cas, le « que » suit un verbe. La proposition est donc une proposition subordonnée complétive.

Voici un récapitulatif pour vous aider :

Proposition subordonnée :Caractéristique :
RelativeComplète un nom
CirconstancielleDonne une information de circonstance (temps, cause, conséquence, but, etc)
ComplétiveComplète un verbe

La proposition subordonnée relative : exercice

Remplace l'adjectif qualificatif par une proposition subordonnée relative de même sens.

Exemple : La plastique est une matière imperméable = Le plastique est une matière qui ne laisse pas passer l'eau.

a) Le verre est une matière fragile.

b) Le match se terminera sur un résultat inattendu.

c) La réunion se déroule sur deux jours successifs.

d) Il faut relâcher ce jeune homme innocent.

e) C'est une jeune feme célibataire.


Correction

a) Le verre est une matière qui peut se casser facilement.

b) Le match se terminera sur un résultat que l'on attendait pas.

c) La réunion se déroule sur 2 jours qui se suivent.

d) Il faut relâcher cet homme qui est innocent.

e) C'est une femme qui vit seule.

Besoin d'un professeur de Français ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,23/5 - 22 vote(s)
Loading...

Isaline

Journaliste voyageuse et ethnologue de formation, je me passionne pour tout ce qui m'entoure. Des initiatives solidaires aux comportements animaliers, en passant par la musique, la photographie et les sciences.