Une phrase est une suite de mots, organisée selon certaines règles grammaticales. A l'écrit, elle commence par une majuscule et se termine par un point (« . », « ! », « ? », « ... ») : c'est ce qu'on nomme la phrase graphique.

Ce cours vous présente les diverses constructions de phrase possibles, leur utilité et la manière de les décrire.

Construction de la phrase

Une phrase s'organise généralement autour d'un ou de plusieurs verbes conjugués.

Exemples :

  • Je mange tous les jours des pommes.
  • Aimez-vous faire du sport ?
  • Hier, j'ai attrapé un papillon dans mes mains.
Que représente l'oranger ?
Paul Cézanne, Pommes et Oranges, 1900

Une phrase peut également avoir une construction particulière, sans verbe conjugué.

Exemples :

  • Tout beau, tout chaud !
  • Point du tout, monsieur !
  • Que d'idioties ici !

Enfin, une phrase peut être très courte et ne contenir qu'un seul mot : ainsi, « Ah ! » est une phrase !

Les meilleurs professeurs de Français disponibles
Cristèle
5
5 (56 avis)
Cristèle
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julie
5
5 (82 avis)
Julie
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (99 avis)
Albane
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (46 avis)
Koffi felicien
21€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chris
5
5 (132 avis)
Chris
96€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (60 avis)
Jérémy
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (49 avis)
Julien
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Patrick
5
5 (55 avis)
Patrick
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Cristèle
5
5 (56 avis)
Cristèle
50€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julie
5
5 (82 avis)
Julie
75€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (99 avis)
Albane
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (46 avis)
Koffi felicien
21€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Chris
5
5 (132 avis)
Chris
96€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (60 avis)
Jérémy
25€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (49 avis)
Julien
60€
/h
Gift icon
1er cours offert !
Patrick
5
5 (55 avis)
Patrick
65€
/h
Gift icon
1er cours offert !
C'est parti

Distinction entre phrase simple et phrase complexe

Phrase simple

Une phrase simple s'organise autour d'un seul verbe conjugué. Elle a un seul noyau verbal.

SujetVerbeComplément
Jemangedes pommes.

Phrase complexe

Une phrase complexe s'organise nécessairement autour de plusieurs verbes conjugués. Elle comprend une ou plusieurs phrases juxtaposées, coordonnées, ou subordonnées.

Phrases juxtaposées

Quand deux propositions (ou phrases) sont juxtaposées, elles sont liées avec un signe de ponctuation : une virgule, un point-virgule ou deux points.

Phrases coordonnées

Quand deux propositions (ou phrases) sont coordonnées, elles sont reliées par une conjonction de coordination ou un adverbe de liaison :

  • adverbe de liaison : en effet, puis, aussi, alors, par conséquent, enfin, cependant...
  • conjonction de coordination : mais, où, et, donc, or, ni, car

Phrases subordonnées

Quand deux propositions (ou phrases) sont subordonnées, elles sont liées ensemble avec un mot subordonnant :

  • pronom relatif : qui, que, quoi, dont, où, ...
  • conjonction de subordination : que, quand, lorsque, si, puisque, parce que, tandis que, etc.

Résumé

Type de phraseExempleLiant(s)Verbes conjugués
Phrases juxtaposéesJulie aime bien les chats, Léon aime bien les chiens. la virgule (« , »)« aime »
« aime »
Phrases coordonnéesManon est allée à la plage car il faisait très chaud tandis que sa mère est restée à la maison.« car »
« tandis que »
« est allée »
« faisait »
« est restée »
Phrases subordonnéesIl n'a pas mangé les pommes que je lui ai données.« que »« a mangé »
« ai données »
Phrases subordonnées et coordonnéesL'homme avait enlevé ses chaussettes, puis s'était endormi, tandis que le soleil se levait.« puis » (coordination)
« tandis que » (subordination)
« avait enlevé »
« s'était endormi »
« se levait »

Une phrase est simple si elle n'a qu'un seul verbe conjugué.

Une phrase est complexe si elle contient plusieurs verbes conjugués. Une phrase complexe peut contenir plusieurs phrases enchaînées par juxtaposition, coordination ou subordination.

La phrase passive

Lorsqu'un verbe est conjugué au passif, son sujet subit l'action exprimée par le verbe.

Par exemple : « Le petit garçon a été conduit par sa mère à l'école. » est la présentation passive de la phrase active « La mère conduit le petit garçon à l'école. »

Quels sont les mots invariables ?
Mère et son bébé (1933), Madeleine Carpentier (1865-1940) (MBA Reims/photo Christian Devleeschauwer)

La phrase passive se présente comme suit :

Contenus de la phrasesujetauxiliaire êtreparticipe passé du verbecomplément d'agentcompléments circonstanciels
Exemple n°1Le petit garçona étéconduitpar sa mère à l'école.
Exemple n°2La femmeestrespectéepar l'homme.
Exemple n°3Les chienssontnourris.
Exemple°4Les arbressonttailléspar le jardinierl'été.

A retenir pour la phrase passive

  • Le sujet d'un verbe au passif subit l'action exercée par le complément d'agent.
  • Le verbe au passif se construit TOUJOURS avec l'auxiliaire être.
  • Le participe passé du verbe s'accorde toujours en genre et en nombre avec le sujet du verbe.

Les types de phrase

Il existe quatre types de phrases pour exprimer des intentions ou des émotions :

  • la phrase déclarative
  • la phrase impérative
  • la phrase interrogative
  • la phrase exclamative

La phrase déclarative

La phrase déclarative exprime un fait ou une opinion ; elle peut également donner une information.

A l'écrit, elle se termine par un point (« . ») et à l'oral, par une baisse de la voix.

Exemples :

  • « Oui. »
  • « Ce soir. »
  • « Vous n'avez rien à faire ici. »
  • « Je mange trois fois par jour. »

La phrase impérative

La phrase impérative donne un ordre ou bien est utilisée pour se défendre.

A l'écrit, elle s'achève par un point d'exclamation (« ! »), ou parfois un point ; à l'oral, elle s'achève par une baisse de la voix.

Le verbe y est conjugué à l'impératif, à l'infinitif, ou bien au subjonctif.

Exemples :

  • « Parle ! » (impératif)
  • « Ne m'adresse plus la parole. » (impératif)
  • « Evite de parle si fort. » (impératif)
  • « Ne pas manger dans la salle. » (infinitif)
  • « Qu'il fasse preuve de civisme ! » (subjonctif)
« Stop ! » est une phrase impérative

La phrase interrogative

La phrase interrogative pose une question.

Elle s'achève, à l'écrit, par un point d'interrogation (« ? ») et, à l'oral, par une montée de la voix.

En outre, elle peut être totale (c'est-à-dire que la réponse est « oui » ou « non ») ou bien partielle (la réponse est ouverte).

Exemples :

  • « Peux-tu m'aider ? » (interrogation totale)
  • « Est-ce que tu vas à l'école ? » (interrogation totale)
  • « Quand arrive-t-il ? » (interrogation partielle)

La phrase exclamative

La phrase exclamative exprime un sentiment très vif, tel que la peur, la colère, la joie ou bien la tristesse.

Elle s'achève, à l'écrit, par un point d'exclamation (« ! ») et, à l'oral, par une montée de la voix.

Le verbe d'une phrase exclamative est conjugué au mode indicatif ou bien être absent.

Exemples :

  • « Ce sont là de bien tristes nouvelles ! »
  • « Quelle problème embarrassant ! »

Compléments de temps, de but, de cause, ...

Les compléments de temps, de but, de cause, etc. sont des nuances sémantiques de la phrase : ils permettent de donner des informations qui s'ajoutent aux premières indications offertes par le sujet et le verbe.

Aspects généraux des nuances sémantiques

  • Le complément qui exprime une nuance sémantique de la phrase est généralement superflu : il peut être supprimé de la phrase sans que le sens n'en soit altéré, comme dans : « Plus loin, deux enfants riaient et se balançaient sur la balançoire qui grinçait. »
  • Le complément peut souvent être déplacé à un autre endroit dans la phrase : « Plus loin, deux enfants riaient. » = « Deux enfants riaient plus loin. »
  • Le complément peut se construire indirectement grâce à une préposition : à, dans, par, pour, en, vers, avec, de, sans, sous... (retenir : Adam part pour Anvers avec deux cents sous. »)
  • Le complément peut se construire directement sans préposition : « Il a mangé toute la nuit. »
  • Le complément se classe selon la nuance sémantique : cause, but, conséquence, lieu, temps, manière, moyen, etc.
Quelles sont les exceptions de la phrase ?
Felix Valloton, Le Ballon, 1899 : ici, « L'enfant court après le ballon. »

Classe grammaticale des compléments

Il existe différentes classes grammaticales au sein des compléments circonstanciels :

Classe grammaticaleExemples
Un groupe nominalDeux enfants riaient sous l'arbre.
Un adverbeDeux enfants riaient dehors.
Une phrase subordonnéeQuand le soir venait, deux enfants riaient.
Un gérondif (en + -ant)Deux enfants riaient en se balançant.
Un groupe infinitifDeux enfants riaient avant de se balancer.

Les pronoms qui indiquent le temps ou le lieu de l'action sont appelés « compléments de verbe ».

Exemple :

  • J'allais dans la forêt où il y avait un loup.

Les principaux compléments circonstanciels

Complément circonstanciel (= nuance sémantique)CommentaireQuestions à laquelle le complément répondExemples
TempsPrécise le moment, la fréquence ou la durée de l'actionQuand ?
Combien de temps ?
Depuis quand ?
Je me couchai de bonne heure. (moment)
Je buvais tous les soirs. (fréquence)
Je m'endormais durant trois heures. (durée).
LieuPrécise le lieu de séjour, d'arrivée, de départ, de transit, etc.Où ?
D'où ?
Par où ?
Je m'assis sur la chaise. (lieu de séjour)
J'allais marcher en forêt. (lieu d'arrivée)
Je venais de chez moi. (lieu de départ)
Je traversais par l'autoroute. (lieu de transit)
CauseIndique la raison ou la cause de l'action (cf verbe)Pour quelle raison ?Je ne pouvais pas manger à cause de mes dents.
Grâce à l'amour, je survivais.
Je courus parce que j'avais froid.
ButIndique le but, qu'il soit objectif à atteindre ou danger à éviterDans quel but ?Je me dépêchais pour voir le match.
Je pleurais de peur d'avoir mal.
ManièreIndique la manière dont est réalisée l'action (cf verbe)De quelle manière ?Je mangeais lentement.
Là-bas, je réfléchissais prudemment.
Je m'amusais en chantant.
MoyenIndique le moyen de l'actionAu moyen de quoi ?Je regardais au loin avec mes jumelles.
Je trouvais le tueur par instinct.
AccompagnementIndique la personne (ou l'objet) qui accompagne l'action/l'acteurAvec qui ?Je voyageais avec ma voiture.
Je visitais la ville en compagnie de ma femme.
ComparaisonPermet de comparer l'actionComme quoi ?Je dors comme un bébé.
ConditionIndique la condition à laquelle l'action est soumiseA quelle condition ?J'irai à condition que tu ne sois pas là.
Si la fête est belle, je serai content.
ConséquenceIndique le résultat de l'actionDe sorte que quoi ?L'air était lourd si bien que j'étouffais.
L'heure est tardive donc je suis fatigué.
OppositionIndique ce qui s'oppose à l'actionMalgré quoi ?Malgré la musique, j'entends ce que tu dis.
>

La plateforme qui connecte profs particuliers et élèves

Vous avez aimé cet article ? Notez-le !

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,00 (13 note(s))
Loading...

Nathan

Ancien étudiant de classe préparatoire b/l (que je recommande à tous les élèves avides de savoir, qui nous lisent ici) et passionné par la littérature, me voilà maintenant auto-entrepreneur pour mêler des activités professionnelles concrètes au sein du monde de l'entreprise, et étudiant en Master de Littératures Comparées pour garder les pieds dans le rêve des mots.