« Dans le siècle où nous sommes, on ne donne rien pour rien. »

Molière (L'École des Femmes, 1662)

Considéré comme l'un des plus grands dramaturges et écrivains français, Jean-Baptise Poquelin, plus connu sous le nom de Molière, est une référence incontournable en matière de lettres. C'est un dramaturge et comédien français, né en janvier 1622 et mort le 17 février 1673 à Paris.

Il deviendra vite, avec sa troupe de l'Illustre Théâtre, le comédien et auteur favori du roi Louis XIV et sa cour.

Créateur de nouvelles formes dramatiques, incarnant le rôle-titre de ses pièces, il a su exploité et réinventé les formes du comique, entre celui verbal, celui gestuel, ou situationnel, au travers de la farce jusqu'à la comédie de caractère.

Avec pas moins de 34 pièces de théâtre, 7 textes théoriques et 6 poèmes de circonstances, Molière est invaincu sur le terrain de l'inspiration littéraire.

Il est celui à qui l'on doit de célèbres archétypes – comme Tartuffe ou Aragon -, grâce à son talent d'observateur et de critique. Il dépeindra comme personne les mœurs de son époque et servira à remettre en cause les principes d'organisation sociale, ce qui lui vaudra l'hostilité de certains milieux.

Pour conforter un peu mieux son aura, il meurt sur scène à l'âge de 51 ans, peu après un malaise intervenu lors d'une représentation du Malade imaginaire.

Biographie de Molière

Naissance et jeunesse de Jean-Baptiste Poquelin

Qui était Molière ?
Réalisation sculpturale de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière

Fils ainé de Jean Poquelin, tapissier ordinaire de la maison du Roi, et de Marie Cressé, Jean-Baptiste Poquelin naît en 1622. Si sa lignée familiale le destine à reprendre les rennes de l'entreprise de meubles et de tapisserie, Jean-Baptiste ne l'entend pas de cette oreille. Il est plus proche d'un de ses oncles, Michel Mazuel, compositeur de la musique pour le Roi.

Molière est le contemporain d'autres illustres écrivains français, comme Cyrano de Bergerac ou Jean de la Fontaine 

Très peu de documents existent sur sa jeunesse et ses années d'études. Selon des écrits contemporains, il aurait été avocat dans un premier temps et selon d'autres, il n'aurait même pas étudié. Dans les deux cas, tous s'entendent à dire que son début de carrière n'est pas fameux.

En effet, l'année 1643 marque son entrée sur la scène du divertissement français de l'époque, lorsqu'il compose la troupe de "l'Illustre Théâtre", avec neuf compagnons. Dès les premiers mois, le succès est grandissant, même si la compétition est rude : la salle des Métayers est pleine à craquer en 1644.

À cette époque, seules deux autres troupes existent : la troupe des "grands comédiens" et "des petits comédiens" du Marais 

Cependant, très vite, les soucis d'argent le rattrapent : Jean-Baptiste est emprisonné, puis contraint de quitter Paris pour ne pas avoir honoré ses dettes.

Début d'une carrière artistique remarquée sous le nom de Molière

Comment Molière est-il connu ?
Molière fréquente notamment la Cour, et aussi le Roi Louis XIV

Mais Molière ne serait pas Molière s'il n'avait pas vécu de grandes choses et s'en était sorti, quoi qu'il arrive. Ainsi, au cours du premier semestre 1644, il emprunte un nom de scène qui deviendra ensuite son nom d'auteur, « De Moliere », sans accent. Cette signature reviendra à chaque rédaction par la suite.

Ce patronyme, déjà à l'époque, fait jaser beaucoup de monde : tout porte à croire que l'origine de ce nom n'est en fait que géographique, beaucoup d'auteurs contemporains empruntant des noms de villes champêtres pour signer leurs écrits. Pour certains, Molière n'est autre que le nom "sieur de Meulières", une ville du sud de la France.

Quoi qu'il en soit, c'est peu après la prise de ce nom fort que Molière est contraint de partir en province. S'en suit alors une longue période loin de Paris, au cours de laquelle Molière réfléchit à son style et au genre littéraire de l'époque. Entre 1645 et 1658, il fréquente plusieurs coins de France :

  • La Guyenne,
  • Le Languedoc,
  • La Bourgogne,
  • La Vallée du Rhône, notamment à Lyon,
  • Le Dauphiné.

Avec sa troupe, le mode de vie est assez précaire et les représentations sont ponctuelles. Il obtient de jouer, avec l'ensemble de sa troupe, auprès du Prince de Conti, qui lui apportera son soutien et son appui financier pour la continuation de leurs activités.

C'est durant cette période que Molière développe son intérêt pour le genre de la farce, en s'inspirant notamment de pièces italiennes. Pour lui, la "commedia dell'arte" italienne offre un mélange parfait entre drame et adaptation scénique, proposant un spectacle digne de ce nom aux admirateurs. C'est pour cela que beaucoup de personnes qualifieront Molière, à commencer par lui-même, comme "héritier français de la commedia dell'arte".

L'abnégation de Jean-Baptiste Poquelin et le renouveau du genre de leurs représentations les amènent à une certaine popularité, les convertissant en la "meilleure troupe de campagne" en 1658. C'est de cette manière, et avec le soutien de nombreuses personnalités influentes de la campagne, que Molière a finalement pu revenir sur Paris et débuter l'écriture de ses oeuvres.

Ses débuts remarqués comme "Molière" se font au Théâtre du Petit-Bourbon, alors qu'ils ont la bénédiction et le soutien du seul frère du Roi, Philippe d'Orléans. Sa troupe prend alors le nom de "la Troupe de Monsieur", en référence à leur protecteur. Jusqu'en 1659, Molière co-dirigeait la troupe avec un certain Dufresne, qui prend sa retraite cette année-là. Grâce au soutien dont il dispose et en maître totale de la troupe, Molière va commencer à la faire jouer sur un nouveau répertoire...

Comment trouver des cours de français afin de réviser ?

Les grandes oeuvres moliéristes

Qu'a écrit Molière ?
Adaptation théâtrale moderne des Fourberies de Scapin, l'une des plus grandes oeuvres de Molière

C'est ainsi qu'en novembre 1659, la première pièce écrite par Molière, Les Précieuses ridicules, était jouée devant un public parisien. Compositeur, auteur mais aussi acteur, Molière est sur tous les fronts. Sa pièce est un succès et les critiques de l'époque ne tarissent pas d'éloge, de même que les personnalités locales.

Emporté par ce tourbillon de réussite, il enchaîne les écritures et peu à peu, le style comique remplace le dramatique et le tragique, jusqu'alors prédominants dans les théâtres de Paris. En 1661, c'est la consécration avec l'accès aux salles du Palais-Royal. La même année, la pièce L'École des maris remporte un tel engouement que Molière est remarqué par la Cour.

Peu de temps après, et connaissant bien l'intérêt que porte Louis XIV aux comédies-ballet, il reprend ce genre pour écrire Les Fâcheux. À cette occasion, son contemporain Jean de la Fontaine dira de lui qu'il "charme à présent toute la Cour".

Après son mariage avec Armande Béjart en 1662, Molière connaît des temps agités sur le plan théâtral. Le succès de L'École des femmes n'est pas au rendez-vous, et Le Tartuffe est censuré, sous fond de querelle janséniste (pendant 5 ans).

De manière générale, les 10 années qui ont suivi ont été relativement stables, en comparaison : sa troupe se porte bien, son imagination est débordante et les réussites s'accumulent.  Qualifié de grand rêveur par ses pairs, il s'est éteint en 1673.

Les polémiques essuyées par Molière

En décembre 1662, la troupe représente L'Ecole des femmes, qui est la quatrième grande comédie de Molière. Il y critique les a priori sur le mariage et la condition féminine. C'est un succès ; Molière est consacré. Pourtant, certains littérateurs créent une polémique. On y voit la trace d'immoralité et d'impiété.

En mai 1664, au cours de la fête qui inaugure les jardins de Versailles, Molière et sa troupe créent une nouvelle comédie intitulée Le Tartuffe ou l'Hypocrite qu'ils donnent en représentation devant Louis XIV et ses invités. Mais le lendemain, le Roi se laisse convaincre par l'archevêque de Paris, d'une interdiction publique : cette satire de l'hypocrite dévotion, qui ridiculise en partie la religion, irrite l'Eglise. La question qui est posée est celle de la séparation de l'Eglise et de l'Etat.

Molière se faisant insulter sur la place publique, entres autres, de « démon vêtu de chair et habillé en homme » (Louis XIV, le plus glorieux de tous les Roys, curé Pierre Roullé), il répond mais n'obtient pas gain de cause ; la pièce est tout de même interdite. Molière propose alors une nouvelle version, en cinq actes, nommée L’Imposteur ; mais le résultat est le même. Une troisième version, sous le titre Le Tartuffe ou l'Imposteur, sera finalement acceptée par Le Roi, une fois terminées les tensions religieuses dans le royaume. Cette pièce, créée le 5 février 1669, sera la pièce de Molière la plus longtemps jouée et la plus lucrative (72 représentations en un an) : voilà le triomphe.

En février 1665, la troupe propose une adaptation du mythe de Don Juan, avec la pièce Le Festin de Pierre ou l'Athée foudroyé. C'est un autre triomphe. Mais il en provoque un autre : un certain sieur de Rochemont fait paraître un pamphlet contre Le Tartuffe et Le festin de Pierre, livre qui se vendra à des quantités énormes. Le Roi mettra fin à la polémique en déclarant la troupe sous sa protection.

Une mort moliéresque légendaire

Molière ne sera pas passé inaperçu, ni pendant sa vie, ni au cours de sa mort. En effet, alors qu'il avait écrit la pièce du Malade imaginaire, il y tient le rôle principal en février 1673. Malade lui-même, et ressentant des fluxions au niveau de la poitrine, il refuse d'annuler le spectacle (the show must go on, n'est-ce pas). Cela se soldera, quelques heures après le rideau final, par sa propre mort.

Rapportée dans les médias, sa mort est considérée légendaire pour son côté burlesque, presque "fait exprès". Suite à cela, la pièce remportera un succès sans équivalent, et reste encore aujourd'hui l'une des principales références à Molière.

Si bien des contemporains, et d'autres historiens après eux, ont souhaité retracer la vie de Molière, il faut savoir, qu'hormis le registre de ses pièces annotées (conservé à la Comédie Française), aucun document personnel n'a été retrouvé. Pas de mémoires, pas de lettres, pas de documents officiels, ni même notarial. Un peu comme s'il avait existé, juste comme ça.

Les meilleurs professeurs de Français disponibles
1er cours offert !
Julie
5
5 (79 avis)
Julie
75€
/h
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (94 avis)
Albane
60€
/h
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (41 avis)
Koffi felicien
20€
/h
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (46 avis)
Julien
60€
/h
1er cours offert !
Cristèle
5
5 (52 avis)
Cristèle
45€
/h
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (56 avis)
Jérémy
25€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (50 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (35 avis)
Louis
45€
/h
1er cours offert !
Julie
5
5 (79 avis)
Julie
75€
/h
1er cours offert !
Albane
4,9
4,9 (94 avis)
Albane
60€
/h
1er cours offert !
Koffi felicien
4,9
4,9 (41 avis)
Koffi felicien
20€
/h
1er cours offert !
Julien
4,9
4,9 (46 avis)
Julien
60€
/h
1er cours offert !
Cristèle
5
5 (52 avis)
Cristèle
45€
/h
1er cours offert !
Jérémy
5
5 (56 avis)
Jérémy
25€
/h
1er cours offert !
Patrick
5
5 (50 avis)
Patrick
65€
/h
1er cours offert !
Louis
5
5 (35 avis)
Louis
45€
/h
1er cours offert>

Liste complète des oeuvres de Molière

Ses oeuvres sont listées dans le tableau ci-dessous :

TitreGenreActesEn vers ?Date de créationReprésentation devant le Roi ?
Le médecin volantFarce1NonInconnueOui
La jalousie du BarbouilléFarce1NonInconnue
L'étourdi ou les ContretempsComédie5Oui1655
Le Dépit amoureuxComédie5Oui1656
Les précieuses ridiculesComédie1Non1659
Sganarelle ou le Cocu imaginaireComédie1Oui1660
Dom Garcie de Navarre ou le Prince jalouxComédie héroïque5Oui1661
L'Ecole des marisComédie3Oui1661
Les FâcheuxComédie-ballet3Oui1661Oui
L'école des femmesComédie5Oui1662
La Critique de l'Ecole des femmesComédie1Non1663
L'impromptu de VersaillesComédie1Non1663Oui
Le Mariage forcéComédie-ballet1Non1664Oui
La Princesse d'ElidieComédie galante5Mixte1664Oui
Le Tartuffe ou l'HypocriteComédie3Inconnu1664Oui
Le Festin de PierreComédie5Non1665
L'Amour médecinComédie3Non1665Oui
Le MisanthropeComédie5Oui1666
Le médecin malgré luiComédie3Non1666
MélicerteComédie pastorale héroïque21667Oui
Le ballet des Muses : Pastorale comiquePastorale comique1667Oui
Le Sicilien ou l'Amour peintreComédie1Non1667Oui
AmphytrionComédie3Oui1668
George Dandin ou le Mari confonduComédie3Non1668Oui
L'AvareComédie5Non1668
Le Tartuffe ou l'ImposteurComédie5Oui1669Oui
Monsieur de PourseaugnacComédie-ballet3Non1669Oui
Les Amants magnifiquesComédie5Non1670Oui
Le Bourgeois gentilhommeComédie-ballet5Non1670Oui
PsychéTragédie-ballet5Oui1671Oui
Les Fourberies de ScapinComédie3Non1671
La Comtesse d'EscarbagnasComédie1Non1671Oui
Les Femmes savantesComédie5Oui1672
Le Malade imaginaireComédie avec musique et danse3Non1673

Le comique de Molière

Ses sources

Molière s'est inspiré d'autres œuvres pour la plupart de ses créations.

D'abord, la commedia dell'arte l'a dirigé dans ses premières créations, en gardant des personnages typiques (tel Scapin) ou en créant ses propres sujets (Sganarelle par exemple).

Le Médecin malgré lui est une adaptation du Vilain mire ; Amphitryon et L'Avare empruntent les idées de Plaute, auteur comique latin du IIIème siècle av. J-C.

L'Ecole des maris est un mélange entre une comédie espagnole et une farce italienne.

Il en est ainsi de beaucoup d'autres.

Les formes du comique et leurs rôles

Molière a pratiqué toutes les formes de comique dans sa carrière, ne considérant pas un comique plus « bas » qu'un autre.

Son comique a pour vocation à dévoiler des défauts fréquents de la nature humaine ou à dénoncer des travers sociaux. Plutôt que de stigmatiser les pratiques malhonnêtes et conscientes, il met en garde contre les comportements inconscients qui font les Hommes s'aveugler à propos d'eux-mêmes, sans épargner de catégorie sociale, sauf le Roi et le clergé (hormis, peut-être par sous-entendus).

Il offre ainsi à la société un miroir des ridicules de son temps :

« Lorsque vous peignez les hommes, il faut peindre d’après nature. On veut que ces portraits ressemblent ; et vous n’avez rien fait, si vous n’y faites reconnaître les gens de votre siècle. »

La critique de l'Ecole des femmes, Molière

Par son comique, Molière cherche ainsi à faire rire et penser en même temps ; c'est son entreprise que d'élever l'art de la comédie là où demeurait seul auparavant le genre tragique.

Comique de mots

Le comique de mots use de la langue française pour faire émerger le rire. Molière en utilise toutes les formes :

  • Equivoque : pensée soumise à une double interprétation
  • Répétition
  • Aparté : adresse directe au public, sans que la réplique ne doive être entendue par les autres personnages
  • Quiproquo : malentendu où l'on prend une situation, un sujet pour un autre
  • Dialogue de sourds : deux interlocuteurs qui ne se comprennent pas mais persistent dans la discussion, pensant parler de la même chose
  • Eloge paradoxal : texte qui loue quelque chose habituellement condamné par la société (ex dans Dom Juan lorsque le héros fait l'éloge de l'infidélité amoureuse, à l'acte I scène 2)
  • Parodie : utilisation des procédés d'une œuvre ou d'une institution pour s'en moquer
  • Calembour : jeu de mots oral qui s'appuie sur l'homophonie. Exemple dans Les Femmes savantes :

« Bélise à la bonne : Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire ?

— Martine : Qui parle d’offenser grand-mère ni grand-père. »

  • L'amphigouri : figure de style qui consiste à rendre volontairement un discours incompréhensible. Exemple avec Sganarelle dans Le médecin malgré lui :

« Or ces vapeurs dont je vous parle, venant à passer, du côté gauche où est le foie, au côté droit où est le cœur, il se trouve que le poumon, que nous appelons en latin armyan, ayant communication avec le cerveau que nous nommons en grec nasmus, par le moyen de la veine cave, que nous appelons en hébreu cubile, rencontre en son chemin lesdites vapeurs qui remplissent les ventricules de l'omoplate; et parce que lesdites vapeurs...comprenez bien ce raisonnement, je vous prie; et parce que lesdites vapeurs ont une certaine malignité... Ecoutez bien ceci, je vous conjure (...) Ont une certaine malignité qui est causée...Soyez attentif, s'il vous plaît. (...) Qui est causée par l'âcreté des humeurs engendrées dans la concavité du diaphragmme, il arrive que ces vapeurs...Ossabandus, nequeis, nequer, potarinum, quipsa, milus. Voilà justement ce qui fait que votre fille est muette. »

Quelles sont les plus grandes pièces de Molière ?
Une illustration pour Le Médecin malgré lui

Comique de geste

Dans le comique de geste, l'acteur fait des mimiques, des grimaces ; il porte des vêtements ridicules, des accessoires extravagants ; le maître bât son employé ; etc.

Ce comique est tout particulièrement, chez Molière, hérité de la comedia dell'arte.

Comique de situation

La situation peut elle-même être propre à faire rire, par des rebondissements, des retournements, des coïncidences. Comme lorsqu'un personnage tient à voix haute des paroles démenties en aparté ou lorsque le mari quitte le foyer en ignorant l'amant qui vient d'y rentrer.

Dans L'avare, Acte II, scène 2, il y a une scène caractéristique où le père découvre que son fils est dépensier en même temps que le fils découvre que son père est usurier :

« Maître Simon montrant Cléante à Harpagon : Monsieur est la personne qui veut vous emprunter les quinze mille livres dont je vous ai parlé.

— Harpagon : Comment, pendard ! c’est toi qui t’abandonnes à ces coupables extrémités !

— Cléante : Comment ! mon père, c’est vous qui vous portez à ces honteuses actions ! »

Comique de répétition

La répétition est propre à convoquer le rire, grâce aux dialogues ou aux situations comprises par l'action. Il en est un exemple fameux dans la scène 7 de l'acte I de L'avare, avec la réplique : "Sans dot !" par Harpagon.

Comique de mœurs

Molière se moque également des caractères qui sont snobs, des médecins, des arrivistes ou des bourgeois. Le Bourgeois gentilhomme en est un exemple complet.

Besoin d'un professeur de Français ?

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) 4,30/5 - 10 vote(s)
Loading...

Nathan

Ancien étudiant de classe préparatoire b/l (que je recommande à tous les élèves avides de savoir, qui nous lisent ici) et passionné par la littérature, me voilà maintenant auto-entrepreneur pour mêler des activités professionnelles concrètes au sein du monde de l'entreprise, et étudiant en Master de Littératures Comparées pour garder les pieds dans le rêve des mots.