"Philosopher, c’est donner la raison des choses, ou du moins la chercher ; car tant qu’on se borne à voir et à rapporter ce qu’on voit on n’est qu’historien. Quand on calcule et mesure les proportions des choses, leurs grandeurs, leurs valeurs, on est mathématicien – , mais celui qui s’arrête à découvrir la raison qui fait que les choses sont, et qu’elles sont plutôt ainsi que d’une autre manière, c’est le philosophe proprement dit" - Diderot et D'Alembert, Encyclopédie, article "Philosophie"

Ainsi peut se définir la philosophie vue par les Lumières, ces penseurs politiques, sociaux, économiques et artistes qui, au XVIIIème siècle, prirent des engagements contre les oppressions politiques et religieuses, les injustices sociales et ethniques et l'obscurantisme intellectuel.

Superprof vous propose une synthèse complète concernant les philosophes des Lumières, leur combat, leurs origines et quelques extraits pour bien comprendre les thématiques majeures de ce mouvement capital aux prémisses de la Révolution Française ainsi qu'aux évolutions de l'Europe au XIXème siècle !

La Philosophie des Lumières : raison et humanisme

Qui sont les grands philosophes des Lumières en France ? Les intellectuels se réunissaient dans les salons ou cafés comme le café Procope, l'hôtel de Madame de Lambert ou, comme le montre la peinture, au salon de Madame Geoffrin.

Les Philosophes des Lumières représentent le courant intellectuel majeur de la fin du XVIIème siècle et du XVIIIème siècle.

Ce courant s'est développé dans toute l'Europe, mais a été créé en France. C'est un mouvement qui a pour but de sortir le peuple de l'obscurantisme par la connaissance.

Les Philosophes des Lumières veulent mettre en avant la raison et l'expérience pour faire face aux préjugés et aux superstitions. Ils veulent remettre de l'ordre dans le monde, ils sont obsédés par la classification et donnent de plus en plus d'importance aux voyages. Ils croient aux progrès continus de l'humanité vers le bonheur.

Pour les Philosophes des Lumières tout le monde doit pouvoir connaitre ce qui amènera le peuple vers la raison, avec des idées telles que:

  • Mettre fin aux inégalités sociales, réduire les inégalités économiques et en finir avec les inégalités ethniques,
  • Combattre l'irrationnel, l'obscurantisme et la superstition des siècles passés (notamment le Moyen Âge),
  • Ne pas laisser le fanatisme religieux dicter les décisions politiques et judiciaires,
  • Distribuer une éducation complète et nécessaire à tous,
  • Batailler contre le despotisme politique des monarchies européennes.

C'est pendant cette époque qu'est apparue l'Encyclopédie, qui est un regroupement de connaissances auxquels chacun doit avoir accès selon les Lumières. Publiée en 1772, Diderot et D'Alembert étaient chargés de sa création. L'ouvrage fut censuré par le roi et l'Église car il contenait des idées compromettantes pour leurs privilèges.

Les Philosophes de Lumières étaient donc ouverts au monde et étaient pour toute forme de liberté !

L'un des points les plus importants de leur philosophie est l'usage de la Raison. Le rationalisme comme morale affirme l’autorité souveraine et universelle de la compétence de la raison. Tout ce qui n’est pas rationnel n’est pas raisonnable et tout ce qui n’est pas raisonnable doit être supprimé.

L'usage de la raison en tant que principe intelligible assure au monde son unité que la raison ressaisit derrière l’apparence et la multiplicité. Selon la raison, les Hommes sont égaux par nature et tout peut être expliqué de façon rationnelle. Ainsi, la raison permet aux idées de transcender l'expérience.

C'est en partant de ces idées que les Lumières remirent en question les sociétés européennes modernes par leurs ouvrages, vecteurs de leurs idées, qu'ils diffusaient majoritairement par le biais des salons, lieux de rencontre intellectuelle de la bourgeoisie et des élites du XVIIIème siècle.

Enfin, les Philosophes ont inspiré les révolutionnaires de 1789, mais n'ont pas voulu la Révolution.

Les origines et précurseurs du Siècle des Lumières

Retrouvez toutes les informations essentielles sur les Lumières en littérature et philosophie ! Ce sont les grands savants novateurs comme Descartes, Newton ou Lavoisier qui inspirèrent les idées des Lumières !

Ce courant débute en 1715 c'est-à-dire à la fin du règne de Louis XIV et se termine avec 2 dates possibles, soit lors de la Révolution Française en 1789 ou soit en 1815 date de fin de l'Empire Napoléonien.

Au XVIIIème siècle, l'Europe est en pleine mutation économique, idéologique et scientifique. En Angleterre, des grands savants comme Newton permettent de se libérer des contraintes théologiques pour se concentrer sur la recherche scientifique et la nature.

Ces découvertes majeures, alliées à un rallongement de la durée de vie et à un embourgeoisement des sociétés européennes ont amenées à la création des philosophes des Lumières.

C'est aussi une période ou l'essor économique a permis à la bourgeoisie de s'émanciper. Dans le domaine culturel apparaissent de plus en plus de récit de voyage qui permettent de faire découvrir différents systèmes politiques, tel que dans le roman de Swift, Les voyages de Gulliver. On découvre aussi de nouvelles planètes grâce aux progrès de l'astronomie.

Parmi les précurseurs et influences de la philosophie éclairée du XVIIIème siècle, on retrouve notamment :

  • René Descartes,
  • Baruch Spinoza,
  • Thomas Hobbes,
  • John Locke,
  • Pierre Bayle,
  • Bernard le Bovier de Fontenelle,
  • François Rabelais,
  • Michel de Montaigne,
  • Isaac Newton,
  • Thomas Jefferson,
  • Emmanuel Kant,
  • Benjamin Franklin,
  • Nicolas de Condorcet.

Les philosophes militants tels que Beaumarchais ou Voltaire se mettent alors à fréquenter les salons, à écrire et publier leurs ouvrages et contes philosophiques en France, puis dans le monde, éclairant toute l'Europe sans connaître de frontières. Ils cherchent à diffuser la "révolution dans les esprits" !

Les Lumières : auteurs et œuvres

Découvrez les grands philosophes du courant littéraire des Lumières ! La philosophie des Lumières procède d'une idée humaniste et laïque qui cherche à placer le bonheur en tant bien suprême que l'on peut posséder !

Montesquieu (1689-1755)

Charles Louis de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu (rien que ça !) était un grand penseur politique, philosophe, écrivain et considéré comme un précurseur de la sociologie.

Dans ses Lettres Persanes (1721), il remet en cause la société et notamment les systèmes politiques et sociaux tandis que dans De l'Esprit des Lois (1748), il propose un système de séparation des pouvoirs et étudie ce qu'il est possible de faire en se basant sur les évènements passés.

Les politiques libérales actuelles trouvent notamment leurs origines dans ses idées qui ont posé les bases de la démocratie contemporaine !

Voltaire (1694-1778)

"Le droit de l'intolérance est donc absurde et barbare : c'est le droit des tigres, et il est bien horrible, car les tigres ne déchirent que pour manger et nous nous sommes exterminés pour des paragraphes" - Voltaire, Traité sur la Tolérance

Voici l'une des nombreuses réflexions du génial François-Marie Arouet, dit Voltaire, écrivain et philosophe français, probablement le plus célèbre du siècle des Lumières. De par son œuvre dense et ses nombreux combats, Voltaire a été une influence majeure du combat révolutionnaire.

Candide ou l'Optimisme, Dictionnaire Philosophique, Micromégas, Zadig ou la Destinée, L'Ingénu, La Princesse de Babylone et le Traité sur la Tolérance font partie de ses nombreux écrits qui dénoncent les despotes, critiquent les injustices et proposent une société meilleure.

Diderot (1713-1784)

Denis Diderot était un écrivain, philosophe et bien entendu encyclopédiste français qui, avec D'Alembert, a supervisé la rédaction de l'Encyclopédie (1751-1772). Son esprit critique n'avait d'égal que son génie et toutes ses œuvres ont été saluées pour leur inventivité et leur érudition.

Il est notamment l'auteur de Jacques le fataliste et son maître ou encore de l'essai Pensées sur l'interprétation de la nature dans lesquels il remet en cause la société et étudie la démarche scientifique. Il est toujours très critique et cinglant dans ses textes :

"Nous parlerons contre les lois insensées jusqu’à ce qu’on les réforme et en attendant, nous nous y soumettrons aveuglément" - Denis Diderot, Supplément au voyage de Bougainville

De son temps, Diderot était mal connu, éloigné des salons et polémiques, mais fut véritablement reconnu au XIXème siècle !

Rousseau (1712-1778)

Jean-Jacques Rousseau était un écrivain, philosophe et musicien français, penseur des Lumières mais aussi précurseur du romantisme et fondateur du contractualisme. Ce courant vise à considérer l'État comme un contrat passé entre les Hommes, acceptant de limiter leurs libertés pour garantir la pérennité du corps social et économique.

Il explique justement ces idées dans Du Contrat Social (1762) mais a également pu exprimer ses pensées dans le Discours sur les sciences et les arts (1750) et le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes (1755).

Ses autres œuvres célèbres sont Julie ou la Nouvelle Éloïse (1761), Émile ou De l'Éducation (1762) ou encore Les Confessions (1770) et il a participé à l'Encyclopédie.

Beaumarchais (1732-1799)

Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais était l'éditeur de Voltaire, mais lui aussi était écrivain, dramaturge, musicien et même homme d'affaire. Il fut à l'origine de la première loi concernant les droits d'auteur.

Plus original : Beaumarchais fut aussi espion et marchand d'arme pour le compte du roi de France !

Son œuvre la plus célèbre est très certainement Le Mariage de Figaro, une comédie en 5 actes de 1778 qui dénonce les privilèges de l'aristocratie. Beaumarchais est considéré comme l'un des annonciateurs de la Révolution Française par son message concernant l'injustice sociale !

Enfin, voici un tableau récapitulatif des philosophes des Lumières et de leurs œuvres :

PhilosopheDatesŒuvres Majeures
John Locke1632-1704Lettre sur la Tolérance, Essai sur l'Entendement Humain, Traité du Gouvernement Civil
Pierre Bayle1647-1706Dictionnaire Historique et Critique
Montesquieu1689-1755De l'Esprit des Lois, Lettres Persanes
Voltaire1694-1778Candide, Zadig, Traité sur la Tolérance, L'Ingénu, Micromégas, La Princesse de Babylone, Dictionnaire Philosophique
Rousseau1712-1778Du Contrat Social, Émile ou De l'Éducation, Les Confessions
Diderot1713-1784L'Encyclopédie, La Religieuse, Jacques le Fataliste et son Maître, Supplément au Voyage de Bougainville, Le Neveu de Rameau
D'Alembert1717-1783L'Encyclopédie
Beaumarchais1732-1799Eugénie, Le Barbier de Séville, Le Mariage de Figaro, La Mère Coupable
Marquis de Sade1740-1814Justine ou les Malheurs de la Vertu, Cent Vingt Journées de Sodome, Aline et Valcour, La Philosophie dans le Boudoir

Grands thèmes philosophiques et extraits

Qu'est-ce que le mouvement des Lumières en littérature ? Les idées des Lumières parvinrent à éclairer certains grands dirigeants de leur époque comme Frederic II de Prusse, Catherine II de Russie ou encore Joseph II d'Autriche. A croire qu'il fallait être le deuxième du nom pour comprendre la philosophie...

La contestation politique

Les philosophes des Lumières combattaient sans relâche les despotes politiques et les gouvernements abusifs, autoritaires et censeurs. Voici quelques exemples de textes mettant cette idée en lumière :

"Monarchie absolue : (Gouvernement) Forme de monarchie dans laquelle le
corps entier des citoyens a cru devoir conférer la souveraineté au prince, avec l’étendue
et le pouvoir absolu qui résidait en lui originairement et sans y ajouter de restriction
particulière, que celles des lois établies. Il ne faut pas confondre le pouvoir absolu d’un
tel monarque avec le pouvoir arbitraire et despotique ; car l’origine et la nature de la
monarchie absolue est limitée par sa nature même, par l’intention de ceux de qui le
monarque la tient, et par les lois fondamentales de son État. Comme les peuples qui
vivent sous une bonne police sont plus heureux que ceux qui, sans règles et sans chefs,
errent dans les forêts ; aussi les monarques qui vivent sous les lois fondamentales de
leur État sont-ils plus heureux que les princes despotiques, qui n’ont rien qui puisse
régler le cœur de leurs peuples, ni le leur".

Diderot et d'Alembert, Encyclopédie, Article "Monarchie Absolue".

"Le roi de France est le plus puissant prince de l’Europe. Il n’a point de mines d’or comme le roi d’Espagne son voisin ; mais il a plus de richesses que lui, parce qu’il les tire de la vanité de ses sujets, plus inépuisable que les mines. On lui a vu entreprendre ou soutenir de grandes guerres, n’ayant d’autres fonds que des titres d’honneur à vendre, et, par un prodige de l’orgueil humain, ses troupes se trouvaient payées, ses places munies, et ses flottes équipées.

D’ailleurs ce roi est un grand magicien : il exerce son empire sur l’esprit même de ses sujets ; il les fait penser comme il veut. S’il n’a qu’un million d’écus dans son trésor, et qu’il en ait besoin de deux, il n’a qu’à leur persuader qu’un écu en vaut deux, et ils le croient. S’il a une guerre difficile à soutenir, et qu’il n’ait point d’argent, il n’a qu’à leur mettre dans la tête qu’un morceau de papier est de l’argent, et ils en sont aussitôt convaincus. Il va même jusqu’à leur faire croire qu’il les guérit de toutes sortes de maux en les touchant, tant est grande la force et la puissance qu’il a sur les esprits.

Ce que je te dis de ce prince ne doit pas t’étonner : il y a un autre magicien plus fort que lui, qui n’est pas moins maître de son esprit qu’il l’est lui-même de celui des autres. Ce magicien s’appelle le pape. Tantôt il lui fait croire que trois ne sont qu’un, que le pain qu’on mange n’est pas du pain, ou que le vin qu’on boit n’est pas du vin, et mille autres choses de cette espèce".

Montesquieu, Les Lettres Persanes.

Combattre pour l'éducation et contre l'injustice sociale

Constatant que les peuples n'étaient pas assez instruits pour comprendre leur situation de soumission et que le système en place n'aidait en rien à établir une justice sociale décente, les Lumières se sont épanchés sur la question :

"La patrie ne peut subsister sans la liberté, ni la liberté sans la vertu, ni la vertu sans les citoyens : vous aurez tout si vous formez des citoyens (…). Or, former des citoyens n’est pas l’affaire d’un jour ; et pour les avoir hommes, il faut les instruire enfants. (…)".

Rousseau, Encyclopédie, Article "Économie Politique".

"Chaque homme, dans le fond de son cœur, a droit de se croire entièrement égal aux autres hommes ; il ne s’ensuit pas de là que le cuisinier d’un cardinal doive ordonner à son maître de lui faire à dîner ; mais le cuisinier peut dire: « je suis homme comme mon maître, je suis né comme lui en pleurant ; il mourra comme moi dans les mêmes angoisses et les mêmes cérémonies. Nous faisons tous deux les mêmes fonctions animales. Si les Turcs s’emparent de Rome, et si alors je suis cardinal et mon maître cuisinier, je le prendrai à mon service ». Et ce discours est raisonnable et juste ; mais en attendant que le grand Turc s’empare de Rome, le cuisinier doit faire son devoir, ou toute société humaine est pervertie".

Voltaire, Dictionnaire Philosophique, Article "Égalité".

"Vous vous fiez à l’ordre actuel de la société sans songer que cet ordre est sujet à des révolutions inévitables (…). Nous approchons de l’état de crise et du siècle des révolutions. Qui peut vous répondre de ce que vous deviendrez alors ? Tout ce qu’ont fait les hommes, les hommes peuvent le détruire, Il n’y a de caractères ineffaçables que ceux qu’imprime la nature et la nature n’a fait ni princes ni riches ni grands seigneurs (…). Celui qui mange dans l’oisiveté ce qu’il n’a pas gagné lui-même le vole. Il doit en travail le prix de son entretien : cela est sans exceptions. Travailler est donc un devoir indispensable à l’homme social. Riche ou pauvre, puissant ou faible, tout citoyen oisif est un fripon".

Rousseau, Émile

Des ennemis notoires : le fanatisme religieux et l'esclavage

En jetant un œil à l'histoire médiévale, on se rend vite compte que les doctrines religieuses abusives ont mis un cran d'arrêt aux progrès sociaux et divisées plus qu'autre chose : les Lumières ont donc prit l'engagement de dénoncer les abus, les fanatismes qui poussent le pouvoir spirituel à tout contrôler de manière insensée.

De plus, ils se rebellent face à un système malheureusement vieux comme le monde : l'esclavage, qui a connu une recrudescence spectaculaire suite aux colonisations diverses, notamment en Afrique. La raison impliquant une égalité parfaite entre les Hommes, ils ne peuvent donc laisser passer ce système déshumanisant.

"Mais quoi ! Sera-t-il permis à chaque citoyen de ne croire que sa raison, et de penser ce que cette raison éclairée ou trompée lui dictera ? Il le faut bien, pourvu qu'il ne trouble point l'ordre car il ne dépend pas de l'homme de croire ou de ne pas croire mais il dépend de lui de respecter les usages de sa patrie ; et si vous disiez que c'est un crime de ne pas croire à la religion dominante, vous accuseriez donc vous-même les premiers chrétiens vos pères, et vous justifieriez ceux que vous accusez de les avoir livrés aux supplices".

Voltaire, Traité sur la Tolérance

"Après le tremblement de terre qui avait détruit les trois quarts de Lisbonne, les sages du pays n’avaient pas trouvé un moyen plus efficace pour prévenir une ruine totale que de donner au peuple au bel autodafé ; il était décidé par l’université de Coïmbre que le spectacle de quelques personnes brûlées à petit feu en grande cérémonie est un secret infaillible pour empêcher la terre de trembler".

Voltaire, Candide

"Puis s’adressant à Bougainville, le vieillard tahitien ajouta: « Et toi, chef des brigands qui t’obéissent, écarte promptement ton vaisseau de notre rivage. Nous sommes innocents, nous sommes heureux et tu ne peux que nuire à notre bonheur. Nous suivons le pur instinct de la nature et tu as tenté d’effacer de nos âmes son caractère ; ici, tout est à tous et tu nous a prêché je ne sais quelle distinction du tien et du mien".

Diderot, Supplément au voyage de Bougainville

Vous en savez désormais beaucoup plus sur la philosophie des Lumières, un mouvement tourné vers le progrès et la raison. Pour en savoir plus, Superprof vous invite à consulter les autres articles sur la philosophie ou les courants littéraires français, ou même à prendre des cours de français !

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,71/ 5 pour 14 votes)
Loading...

Mathieu

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide