Dans le monde des lettres et de l'éloquence, la littérature écrite fait très bonne figure, mais il ne faudrait pas laisser de côté les allocutions orales qui font partie du patrimoine culturel mondial pour leur construction, leur impact sur le monde et le message qu'elles renvoient. Les prises de parole sont donc aussi importantes que les textes.

Superprof vous propose une fiche complète sur le discours, ses caractéristiques, comment en créer un, quelles sont les différentes formes d'allocutions et enfin quelques extraits des plus grands discours de l'histoire contemporaine. Vous n'aurez aucun mal à progresser à l'oral en vous inspirant de ces grands discours !

Le discours et ses caractéristiques

Comment écrire et prononcer un discours ? Ecrire un discours et le prononcer n'est pas une tâche facile, mais en s'entraînant on peut y arriver !

Un discours est un texte prononcé devant un public. Celui qui parle est désigné sous le nom d'orateur et ceux qui écoutent constituent l'auditoire. Le plus souvent, le discours a pour but de convaincre et/ou de persuader. Convaincre consiste à faire partager un point de vu en s'adressant au raisonnement, à la réflexion, à la logique du destinataire.

Persuader vise à obtenir l'adhésion du destinataire en s’adressant à son affectivité. S'il existe un mode d'écriture propre au discours , il n'existe pas de discours type. Chaque discours doit être écrit en fonction du contexte et des objectifs fixés par le sujet.

Il faut tout d'abord préciser le cadre dans lequel est prononcé le discours. Le sujet indique en général que le discours est prononcé dans une certaine occasion, devant un certain type de public (à l'occasion du bicentenaire de la naissance de Victor Hugo ..à l’occasion du prix décerné à la meilleure nouvelle...)

Il faut alors tenir compte de ces données : si le sujet ne précise pas ces circonstances, on aura intérêt à les imaginer et à les intégrer au propos afin de donner au discours un plus fort ancrage dans la réalité, une plus grande vraisemblance.

Attention ! Le sujet qui demande de rédiger un discours ne demande pas l'interlocution narrative ou descriptive. Les références aux conditions de l'énonciation (lieu, temps, destinataire) doivent être intégrées au discours lui-même par l'orateur :

"Chers amis, puisque nous voici réunis pour fêter les dix ans du club théâtre du lycée dans les lieux mêmes où il a vu le jour.."

Attention ! Rédiger un discours exclut que l'on intercale dans son texte des interventions du public sauf s'il s'agit d'un discours politique, en particulier le discours parlementaire, retranscrit par voie de presse. On pourra alors faire figurer les mentions "vifs applaudissements à gauche...mouvements de protestations dans l’assemblée...."

Il est nécessaire d'adapter le propos à l'auditoire à convaincre. Les sujets précisent en général devant quel public est prononcé le discours. Ces données doivent orienter votre choix dans les domaines suivants:

  • Le niveau de langage: on ne parlera pas devant un groupe de jeunes comme devant une institution officielle,
  • Les indices de la langue de l'époque à laquelle est prononcé le discours . Le "je" qui prononce le discours peut appartenir à une époque historique, à une société, différentes de celles du candidat (en 1849, vous prononcez devant l'assemblée un discours en faveur de la liberté de presse),
  • Adapter les moyens à l'objectif du discours.

Selon le sujet , le discours remplit une fonction particulière. Le contenu doit correspondre à cette visée. Ainsi on doit se poser des questions :

  • S'agit-il d'un encouragement? on utilisera la modalité impérative,
  • S'agit-il d'un souhait? on utilisera surtout la tournure hypothétique , le subjonctif,
  • S'agit-il d'une dénonciation ou d'une mise en garde? on utilisera surtout le lexique dépréciatif . Le registre sera de préférence le registre polémique,
  • S'agit-il d'un discours commémoratif? on jouera la confrontation du passé et du présent.

Les règles du genre oratoire

Quels sont les orateurs de l'histoire ? Winston Churchill fait partie des grands orateurs du XXème siècle et même de l'histoire ! (source : Youtube)

Ecrire un discours impose de respecter les contraintes d'écriture. La première consiste à faire apparaître l'implication de celui qui parle. Concrètement, cela consiste à :

  • Faire figurer les marques de l'énonciation : les pronoms, les adjectifs possessifs de la première personne,
  • Disposer les indices de l'espace et du temps qui situent l'énoncé par rapport à celui qui parle (ici, demain, il y a mille ans...),
  • Utiliser les procédés de modalisation: celui qui parle évalue ce qu'il dit en le situant dans le domaine du probable (il arrivera peut-être un jour que..), du souhaitable (si tous le pays du monde parvenaient à s'entendre..), du doute (il semble que ce ne soit pas pour aujourd'hui...), du certain (il faut absolument garder confiance...),
  • Inscrire les marques de la subjectivité, notamment dans l'emploi d'un vocabulaire valorisant (qui fait l'éloge) ou dépréciatif (qui critique, dénonce, rabaisse...),
  • Faire apparaître la présence d'un destinataire.

Un discours est censé être prononcé en public. On ne doit donc pas hésiter à solliciter l'auditoire en l'intégrant à ce qui est dit, au moyen de :

  • L'apostrophe par laquelle ou interpelle l'auditeur : mes chers amis..ces messieurs de l'opposition,
  • Les pronoms dits "de la présence" comme le "vous" (de politesse ou du pluriel),
  • Les désignations de l'auditoire par des reprises nominales ou des périphrases : l'assemblée ici présente sait bien que...Ceux qui m'écoutent se souviennent.

Il faut bien se rappeler que dans un discours, il faut assurer la progression argumentative pour convaincre. Le discours doit suivre un plan progressif. On assurera la logique interne du propos par :

  • Les procédés d'annonce et de rappel (annonce de l'idée avant son développement, rappel de l'idée après son développement)
  • Le "balisage" de la démonstration : deux cas se présentent...pour trois raisons... un double objectif,
  • Les articulations : elles permettent de relier deux idées dans une phrase, deux phrases entre elles, deux paragraphes. Ce sont par exemple les outils logiques: conjonctions de coordination (mais, donc) ou de subordination (bien que, parce que..), adverbes ou locutions adverbiales (néanmoins, par conséquent..).

Il est également important d'utiliser les procédés de la persuasion car un discours doit faire réagir l'auditoire. Pour cela on utilisera :

  • L'injonction qui donne un ordre ou qui pousse à agir,
  • L'interrogation rhétorique: l'orateur pose une question à laquelle il apporte lui-même la réponse, conduisant le destinataire à réfléchir avec lui,
  • Les hyperboles: mots ou expressions exagérées ; elles ont pour effet de renforcer le propos,
  • Les ressources du style oratoire. Par exemple: les parallélismes , les rythmes binaires ou ternaires qui retiennent l'attention en établissant un écho entre deux (binaires) ou trois(ternaires) structures dans la phrase ,le paragraphe, ou le texte ; les anaphores c'est-à-dire la reprise du même mot en début de phrase: elles produisent un effet d'insistance (la liberté qui ...,la liberté que,...cette liberté dont...).

Enfin, voici un tableau récapitulatif des contraintes d'écriture du discours :

ContrainteMoyens
Dégager la fonction du discoursModalités impératives, hypothétiques, dépréciatives, temporelles en fonction de l'objectif
Adapter le propos au publicNiveau de langage, indice temporel, adapter les moyens à l'objectif du discours
Implication du locuteurMarques de l’énonciation, indices d'espace et de temps, procédés de modalisation, subjectivité, destinataire
Solliciter l'auditoireApostrophe, pronoms, nommer l'assemblée ou périphrase
Progression dans l'argumentationAnnonce et rappel, balisage, articulations
Persuader l'auditoireInjonction, interrogation rhétorique, hyperboles, ressources oratoires diverses

Les différents types de discours

Par quel moyen peut-on écrire un bon discours ? L'art de l'allocution publique n'est pas donné à tous : il faut du courage et surtout beaucoup de préparation !

Le plaidoyer

Au sens premier , il s'agit d'un discours prononcé devant un tribunal pour défendre quelqu'un. Par extension de sens, un plaidoyer est un discours qui consiste à défendre un droit ,une cause, un principe, une opinion, le plaidoyer appartient au genre de l'éloge.

Le réquisitoire

Au sens premier, il s'agit d'un discours prononcé devant un tribunal pour accuser quelqu'un. Par extension de sens, un réquisitoire est un discours qui consiste à critiquer, à dénoncer, à sanctionner (à l'aide d'arguments) une réalité sociale , une institution.. Le réquisitoire apparient au genre du blâme.

Le speech motivant

Un discours qui vise à motiver des troupes ou une population est généralement prononcé par un responsable militaire ou par un dirigeant politique. Il appelle à se mobiliser pour une cause dans l'intérêt d'une nation ou d'un groupe donné. Les meilleurs exemples sont l'Appel du 18 Juin 1940 (Charles de Gaulle) ou encore Blood, Toil, Tears and Sweat (Winston Churchill).

Extraits de discours choisis

Quelles sont les allocutions les plus connues ? Le discours le plus célèbre de la planète est clairement I Have a Dream de Martin Luther King Jr !

Voici quelques extraits de discours sélectionnés. Ils couvrent les différents types de discours et peuvent vous donner une idée de ce à quoi ressemble une allocution publique d'ampleur relative, du groupe militant à toute une nation.

Extrait du discours de Théroigne de Méricourt de 1792, Citoyennes, Armons-Nous ! :

"Armons-nous ! Nous en avons le droit par la nature et même par la loi. Montrons aux hommes que nous ne leur sommes inférieures ni en vertu, ni en courage : montrons à l’Europe que les Françaises connaissent leurs droits et sont à la hauteur des lumières du XVIIIe siècle, en méprisant les préjugés, qui par cela seul qu’ils sont préjugés, sont absurdes, souvent immoraux, en ce qu’ils nous font un crime des vertus. […] Brisons nos fers, il est temps enfin que les femmes sortent de leur honteuse nullité où l’ignorance, l’orgueil et l’injustice des hommes les tiennent asservies depuis si longtemps".

Extrait du discours de Charles de Gaulle de 1940, L'Appel du 18 Juin 1940 :

"Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire
derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte.
Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des Etats-Unis.
Cette guerre n'est pas limitée au territoire de notre malheureux pays. Cette guerre n'est pas
tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous
les retards, toutes les souffrances n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens pour
écraser un jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons
vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.
Moi, général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se
trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs
armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialisés des industries d'armement qui se trouvent
en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.
Quoi qu'il arrive, la Flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.
Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la radio de Londres".

Extrait du discours de Winston Churchill de 1940, Blood, Toil, Tears and Sweat :

"A la Chambre des communes, je dirai comme je l'ai dit à ceux qui ont rejoint le gouvernement : " Je n'ai rien d'autre à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur ".
Nous avons devant nous une épreuve des plus douloureuses. Nous avons devant nous de nombreux et longs mois de combat et de souffrance.
Vous demandez, quelle est notre politique ? Je peux vous dire : c'est d'engager le combat sur terre, sur mer et dans les airs, avec toute la puissance, la force que Dieu peut nous donner ; engager le combat contre une monstrueuse tyrannie, sans égale dans les sombres et désolantes annales du crime. Voilà notre politique.
Vous demandez, quel est notre but ? Je peux répondre en un mot : la victoire, la victoire à tout prix, la victoire en dépit de la terreur, la victoire aussi long et dur que soit le chemin qui nous y mènera ; car sans victoire, il n'y a pas de survie".

Extrait du discours de John F. Kennedy de 1963, Ich Bin Ein Berliner :

"Il y a beaucoup de gens dans le monde qui ne comprennent pas ou qui prétendent ne pas comprendre quelle est la grande différence entre le monde libre et le monde communiste. Qu'ils viennent à Berlin !Il y en a qui disent qu'en Europe et ailleurs, nous pouvons travailler avec les communistes. Qu'ils viennent à Berlin ! Lass sie nach Berlin kommen !Notre liberté éprouve certes beaucoup de difficultés et notre démocratie n'est pas parfaite. Cependant, nous n'avons jamais eu besoin, nous, d'ériger un mur […] pour empêcher notre peuple de s'enfuir. […] Le mur fournit la démonstration éclatante de la faillite du système communiste. Cette faillite est visible aux yeux du monde entier. Nous n'éprouvons aucune satisfaction en voyant ce mur, car il constitue à nos yeux une offense non seulement à l'histoire mais encore une offense à l'humanité. […] Tous les hommes libres, où qu'ils vivent, sont des citoyens de Berlin. Par conséquent, en tant qu'homme libre, je suis fier de prononcer ces mots : Ich bin ein Berliner !".

Extrait du discours de Martin Luther King Jr. de 1963, I Have a Dream :

"Je rêve qu’un jour sur les collines rousses de Georgie les fils d’anciens esclaves et ceux d’anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.

Je rêve qu’un jour, même l’Etat du Mississippi, un Etat où brûlent les feux de l’injustice et de l’oppression, sera transformé en un oasis de liberté et de justice.

Je rêve que mes quatre petits-enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur la valeur de leur caractère. Je fais aujourd’hui un rêve !

Je rêve qu’un jour, même en Alabama, avec ses abominables racistes, avec son gouverneur à la bouche pleine des mots “ opposition ” et “ annulation ” des lois fédérales, que là même en Alabama, un jour les petits garçons noirs et les petites filles blanches pourront se donner la main, comme frères et sœurs. Je fais aujourd’hui un rêve !

Je rêve qu’un jour toute la vallée sera relevée, toute colline et toute montagne seront rabaissées, les endroits escarpés seront aplanis et les chemins tortueux redressés, la gloire du Seigneur sera révélée à tout être fait de chair".

Vous connaissez désormais la recette magique pour créer un discours et pour le prononcer de la meilleure manière. Si vous souhaitez en apprendre plus sur les textes oraux et écrits, vous pouvez consulter nos autres articles. Vous avez également la possibilité de prendre des cours particuliers de français avec un professeur sur notre site !

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (3,94/ 5 pour 18 votes)
Loading...

Mathieu

Animé par la découverte et l'acquisition des connaissances, je suis passionné par les mythes et la culture populaire. J'aime l'écriture, les jeux vidéo et la tartiflette. La dalle angevine me donne soif de savoirs !

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide