Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Que regarde-t-on sur le petit écran en Allemagne ?

De Alexia, publié le 01/12/2017 Blog > Langues > Allemand > Les Médias TV Allemands

Près de 30 ans après l’unification de l’ex-RDA et l’ex-RFA, le marché audiovisuel allemand est sans conteste le plus dynamique.

Cependant, bien que prévu dans le Traité d’Unification, l’unité des radios et télévisions publiques mit un certain temps à se mettre en place.

Bien sûr, comme souvent, le modèle de l’Ouest s’est imposé à l’Est mais le marché audiovisuel au moment de la chute du Mur de Berlin a subi de profondes mutations :

  • Sur le plan réglementaire, avec l’arrivée de prestataires privés,
  • Sur le plan technique, avec l’apparition du réseau câblé et la réorganisation des fréquences hertziennes.

Le lancement du premier satellite Astra par l’Ouest a également mélangé les cartes.

Voyons aujourd’hui comment se présentent les médias TV allemands et l’actualité allemande.

Albane-aurore

Nos professeurs sont tellement heureux

”Avec Superprof, j’ai pu trouver des élèves sérieux, motivés et désireux d’apprendre. Je recommande Superprof!”

Petit historique de la télévision allemande

Quelles chaînes TV regarder pour les informations ? Le gouvernement allemand n’a officiellement plus de regard sur le programmes télévisés.

Pour bien comprendre la structuration des chaînes de télévision allemandes, il faut remonter à des temps plutôt sombres de l’Allemagne nazie dirigée par Hitler.

Une liberté d’expression contrôlée

Avant la chute du Mur, le gouvernement contrôle les médias et l’information qui en émane.

La Constitution de la RDA (art. 27, al. 1) stipu­lait que « Tout citoyen de la République démocratique alle­mande a le droit d’ex­primer librement et publiquement son opinion… », mais la phrase se poursuivait ainsi : « … dans la conformité aux principes de la pré­sente Constitu­tion ».

Ces principes, vous l’aurez compris, réduisaient la liberté d’expression des médias allemands de la RDA. La censure était pratiquée avant et après diffusion. Tout journaliste contrevenant encourait un blâme et des représailles en cas de récidive. Si bien que l’auto-censure était forte…

L’organisation régionale de l’audiovisuel

L’audiovisuel public allemand est né d’une volonté des Alliés de rompre avec le système nazi. Ainsi, depuis la fin des années 1980, l’Allemagne connaît un système mixte entre public et privé très largement régionalisé. Les chaînes relèvent de la compétence des Länder.

Les programmes sont produits par des instituts de l’audiovisuel regroupés depuis 1950 au sein de l’ARD (Arbeitsgemeinschaft der öffentlich-rechtlichen Rundfunkanstalten der Bundesrepublik Deutschland). Ils sont au nombre de neuf et correspondent à un Land ou à une région plus vaste.

L’ARD produit les programmes :

  • De la première chaîne (Das Erste),
  • Régionaux, réunis sous l’appellation Die Dritten Programme (les troisièmes programmes),
  • Des chaînes numériques Tagesschau24, Einsfestival et EinsPlus.

La deuxième chaîne de télévision, ZDF (Zweites Deutsches Fernsehen), est depuis 1963 produite à Mainz, mais elle relève également des Länder. Elle produit également les chaînes numériques ZDFneo, ZDFinfo, ZDFkultur.

L’ARD et ZDF participent aux programmes d’Arte et de la chaîne culturelle 3sat.

Un système imposé par les Alliés

L’audiovisuel aujourd’hui porte les stigmates de son passé au service de l’idéologie national-socialiste. Les jalons ont été posés en contraste total avec ce passé nazi, mais cela ne signifie pas une totale indépendance vis-à-vis de l’Etat et des partis politiques.

Les négociations ont été rudes et même si les Alliés parvinrent à imposer leur modèle, la forme finale se présenta sous la forme d’un compromis avec les politiques allemands.

Wördehoff parle très justement d’un « défaut de naissance de l’audiovisuel public, celui d’être un enfant non désiré de la démocratie allemande, mal aimé, adopté de force. »

Ainsi, les médias audiovisuels relèvent de la compétence législative des Länder et les groupes importants de la société ont leur mot à dire lorsqu’il s’agit de définir les programmes.

La représentation d’un audiovisuel public indépendant de l’Etat est l’image dominante en Allemagne même si ce n’est pas tout à fait une réalité… Les conseils d’administration doivent jouer avec des représentants directs de l’Etat (dont de ministres) qui exercent ainsi une influence sur les programmes.

Découvrez aussi les 5000 nouveaux mots allemands !

Les émissions cultes de la télévision allemande

La télévision numérique terrestre est également disponible en Allemagne. La série allemande Inspecteur Derrick a traversé les frontières !

Les chaînes publiques restent en tête d’audience :

  • 13,3 % de parts de marché pour ZDF,
  • 12,5 % pour Das Erste,
  • 10,3 % pour RTL.

Cependant, on observe un vieillissement de l’âge du public des chaînes. Les 14-49 ans représentent 13,4 % de l’audience de la chaîne RTL (privée) contre 7 % pour Das Erste et ZDF.

L’audiovisuel public domine en termes d’émissions d’information, de talk-shows du soir à contenu politique et sociétal mais aussi de fictions policières :

  • Tatort, le film policier du dimanche soir est une véritable institution allemande et est constamment commenté par les médias et sur les réseaux sociaux.

Les informations télévisées sont préférées sur les chaînes publiques, notamment grâce à la grande variété des formats (journaux allemands, reportages, magazines…) :

  • Tagesschau : le plus ancien journal télévisé diffusé de 20h à 20h15 sur Das Erste, Die Dritten, 3sat et Phoenix, avec 31,4 % de part d’audience, loin devant RTL aktuell sur RTL (16,9 %) et Heute sur ZDF (15,9 %). Caractérisé par son aspect austère et son sérieux, ce fut une véritable révolution lorsque les journalistes ont changé de studio et se sont présentés en pied à l’écran.

Les chaînes privées se distinguent des chaînes publiques par leurs programmes davantage axés divertissement, avec notamment la télé-réalité.

Autant d’émission qui ont récemment parlé du changement de langue de Volkswagen !

Les chaînes de télévision allemandes publiques

La télévision reste, à l’ère du numérique, un média d’information, même si les formats de fiction ou de divertissement sont pléthore. Les quatre grandes chaînes généralistes diffusent des JT, de même que les chaînes régionales de l’ARD :

  • 3sat : ambassadeur de la culture, 3sat propose des films, des documentaires et des reportages de qualité. Créée en 1984, elle est le fruit d’une coproduction entre ZDF (deuxième chaîne de télé), ORF (radio et télé autrichiennes) et SRG (société suisse de radiodiffusion et télévision),
  • Das Erste (ARD) : première chaîne de télévision allemande, elle touche près de 38 millions des ménages allemands avec des informations et des reportages de fond,
  • Arte : co-production franco-allemande, c’est une chaîne de télévision culturelle diffusant films et documentations de qualité,
  • ZDF : deuxième chaîne de télévision allemande, elle fournit des informations de qualité. On peut également retrouver des chaînes spécifiques (ZDF Info, ZDF Neo, ZDF Kultur),
  • KIKA : c’est le canal pour enfants des chaînes ZDF et ARD. KIKA comprend des programmes comme « Rue Sésame » au « Schloss Einstein », et ce même quand le marchand de sable est passé,
  • Tagesschau24 (ARD): c’est une chaîne de reportages, d’information et d’émissions d’actualité. La diffusion de Tagesschau24 est à la charge de la NDR à Hambourg, où se trouve la rédaction du Tagesschau, ARD-Aktuell,
  • One (ARD),
  • EinsPlus : cette chaîne a disparu en 2016,
  • Phoenix : chaîne de télévision culturelle de documentaires, reportages et débats. Cette chaîne est proposée via une collaboration entre ZDF et ARD,
  • Deutsche Welle : chaîne internationale publique allemande. Les programmes sont à la fois en allemand et en anglais.

Pour apprendre l'allemand, allumez votre petit écran ! Un bel exemple de coopération franco allemande !

Outre-Rhin, regarder la télévision s’apparente davantage à regarder des informations. La télévision publique reste la plus regardée même si l’audience tend à baisser chez les plus jeunes, plus attirés par les programmes de télé-réalité de la télévision privée.

Comme pour la presse allemande, le sérieux est privilégié, ainsi que l’information locale. C’est pourquoi on retrouve également le Dritte Programme qui regroupe l’ensemble des programmes régionaux. Ce sont les « troisièmes programmes » :

  • Bayerischer Rundfunk BR (Munich, crée en 1949),
  • Hessischer Rundfunk HR (Francfort-sur-le-Main, 1948),
  • Mitteldeutscher Rundfunk MDR (Leipzig, 1991),
  • Norddeutscher Rundfunk NDR (Hambourg, 1955),
  • Radio Bremen (Brême, 1949),
  • Rundfunk Berlin-Brandenburg RBB (Berlin, Potsdam, 2003),
  • Saarländischer Rundfunk SR (Sarrebruck, 1957),
  • Südwestrundfunk SWR (Stuttgart, Mayence, Baden-Baden, 1998),
  • Westdeutscher Rundfunk WDR (Cologne, 1955).

L’apprentissage de l’allemand peut tout à fait se faire à partir d’une chaîne publique. Bien sûr, il faut commencer par les informations simples et pas directement par la chaîne parlementaire !

Les chaînes de télévision privées allemandes

Comment regarder gratuitement les chaînes allemandes ? Les programmes télévisés sont aujourd’hui adaptés à tous.

Attention : chaîne privée ne veut pas dire chaîne payante. C’est la même chose qu’en France : TF1 et M6 sont des chaînes privées alors que France Télévisions est un groupe public.

Les chaînes publiques sont financées par la redevance audiovisuelle et donc par le contribuable, tandis que les chaînes privées sont de grands groupes financés par la publicité.

  • RTL Group : premier au rang des chaînes privées, le groupe diffuse pas moins de 10 chaînes, parmi lesquelles :
    • N-TV (chaîne d’information),
    • RTL Television (première chaîne privée généraliste, fondée en 1984),
    • VOX (divertissement, avec notamment la version allemande de Sous le Soleil),
    • RTL II (destinée à un public jeune, programmes de divertissement),
    • Super RTL (chaîne familiale, en association avec Disney),
    • RTL Nitro (séries et films d’action),
    • RTL Crime (chaîne de polars chiffrée),
    • RTL Passion (feuilletons télévisés et soap opéras en crypté),
    • RTL Living (chaîne loisirs chiffrée),
    • Channel 21 (télé-achat),
  •  ProSiebenSat.1 Media :
    • Sat.1, disponible sur le câble,
    • ProSieben : chaîne généraliste de divertissement, télé-réalité et vulgarisation d’information. Les séries diffusées sur cette chaîne sont principalement américaines. C’est la seconde chaîne de télévision privée regardée en Allemagne,
    • Sixx (public féminin, diffusée par le câble),
    • Kabel eins,
    • Kabel eins classics (séries et films cultes, chiffrée),
    • N24 (chaîne d’information),
    • Sat.1 Comédie (diffusée sur le câble),
  • Viacom : 
    • VIVA (deuxième chaîne musicale après MTV, destinée à un public adolescent),
    • Comedie Central (chaîne comédie, issue de MTV),
    • Nickelodeon. 

D’autres chaînes sont bien sûr disponibles, notamment grâce à la parabole satellite. Des chaînes pas forcément allemandes comme National Geographic, Eurosport, Syfy ou encore Discovery Channel sont diffusées en Allemagne.

En synthèse :

  • La principale caractéristique de la télévision allemande est sa dualité entre chaînes publiques et chaînes privées. La réunification de l’Allemagne Est et de l’Allemagne Ouest a permis de faire naître de nouvelles chaînes et de développer des bouquets TV divers et variés.
  • L’accent est mis sur l’information mais les publics plus jeunes s’intéressent davantage aux programmes proposés par les chaînes privées et plus axés divertissement.
  • Bien évidemment, la télévision allemande a dû s’adapter à l’ère internet en proposant une télévision en ligne via les sites internet des chaînes.
Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar