Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Parents : les faux pas à bannir pour aider votre progéniture dans son orientation

De Alexia, publié le 18/07/2019 Blog > Soutien scolaire > Orientation Scolaire > Le Top 10 des Erreurs à Eviter pour Bien Orienter son Enfant !

« Lorsque tout semble aller contre vous, souvenez-vous que les avions décollent toujours face au vent. » Henry Ford

En France, les conseillers d’orientation psychologues sont 3 500 aujourd’hui contre 4 700 en 2000 (source : Tonavenir). Pourtant les étudiants ont toujours besoin d’être aidés dans leur orientation quand on sait que 80 % d’entre eux se trompent dans leur choix.

L’implication des parents dans le choix de l’avenir professionnel de leurs enfants joue sa part dans la bonne orientation. Mais il n’est pas toujours facile de se positionner en tant que parent. S’impliquer mais ne pas imposer ses désirs, écouter son enfant sans juger ses choix d’orientation, accompagner sans être envahissant.

Pour mieux vous en sortir, voici le top 10 des erreurs à éviter pour accompagner votre enfant au mieux dans la construction de son projet professionnel.

Ne pas s’intéresser à l’orientation scolaire de son enfant

Comment aider sa progéniture à faire un choix d'orientation ? Votre enfant a besoin de soutien durant sa scolarité. (source : Elite)

Le premier écueil à éviter est de penser que l’orientation de votre enfant ne vous concerne pas. Certes, le choix d’études et le choix de carrière doit venir de l’étudiant. C’est un choix personnel qu’il devra prendre en connaissance de cause.

Cependant, un adolescent a besoin de se sentir soutenu par ses parents à cette période de sa vie. Ni psychologue, ni conseiller d’orientation, le parent joue un rôle à la fois de modèle et d’accompagnateur dans le processus.

Souvenez-vous que pour un collégien, un lycéen et même un étudiant, le monde du travail est abstrait et il est donc difficile pour lui de choisir quel métier il souhaitera exercer 5 ou 10 ans plus tard.

Votre rôle de parent est de lui faire découvrir le marché de l’emploi en lui parlant de votre propre expérience, en incitant vos proches à faire de même et en l’accompagnant à des journées portes ouvertes ou des forums métiers.

Croire qu’un bon élève n’a pas besoin d’aide pour son orientation

Ce n’est pas parce que votre enfant réussit en classe qu’il sait ce qu’il veut faire de sa vie professionnelle. Ce qu’on demande à des élèves au collège et le lycée est souvent très éloigné de ce qui est attendu dans le monde professionnel. Il ne suffit pas d’avoir de bonnes notes en entreprise pour réussir.

Aussi, un élève peut réussir parfaitement sa scolarité et se trouver totalement dépourvu au moment de choisir que faire ensuite.

L’aide à l’orientation scolaire et professionnelle n’est pas réservée aux cancres. Tous les élèves ont besoin d’être accompagnés dans leur choix pour pouvoir le faire en tout état de cause.

Ne pas prendre en compte les résultats scolaires de son enfant

Comment aider son enfant dans son orientation ? De bons résultats scolaires n’impliquent pas que l’élève sait ce qu’il veut faire.

Les notes des collégiens ou lycéens déterminent généralement le passage dans une classe supérieure au conseil d’orientation. Les professeurs principaux ont tellement d’élèves en même temps qu’il est impossible pour eux de tenir compte d’autre chose pour déterminer l’avenir scolaire des jeunes adultes.

Mais même si ce n’est pas le seul critère qu’il faut prendre en compte, les notes sont déterminantes pour intégrer certaines filières.

Votre enfant veut absolument devenir médecin mais il ne comprend rien à la physique ? S’il est déterminé, il va falloir y remédier avec des cours particuliers. Mais si aucun changement n’est opéré, il devra malheureusement y renoncer.

Certaines grandes écoles demandent également d’excellents résultats scolaires et une constance sur plusieurs années pour intégrer leurs bancs.

Ne pas tenir compte de la personnalité de sa progéniture

Bien sûr, il ne s’agit pas de prendre uniquement en compte ses notes. Les très bons élèves sont souvent incités à poursuivre leurs études le plus longtemps possible. Les choses sont peu à peu en train de changer mais il est vrai que l’orientation semble très binaire :

  • Bonnes notes = seconde générale, baccalauréat et études longues après le bac (master, doctorat),
  • Mauvaises notes = apprentissage, bac professionnel, BTS.

Il faut sortir de ces stéréotypes ! D’abord parce qu’il y a de moins en moins de débouchés après des études longues (en fonction des cursus choisis). Ensuite, parce qu’un bon élève pourra tout à fait vouloir se former à un métier dès la troisième comme boulanger, mécanicien ou coiffeur.

Prenez en compte la personnalité de votre enfant. Certains adoreront l’école et voudront poursuivre des études longues pour leur culture générale. D’autres voudront quitter les bancs de l’école le plus vite possible.

Ne pas écouter les envies de l’étudiant

Au-delà de la personnalité de l’étudiant, il a peut-être déjà réfléchi à son projet d’orientation. Il est parfois difficile de ne pas projeter ses propres désirs sur son enfant. Pourtant, vous ne devez pas choisir à sa place et rejeter ses idées de but en blanc.

Il aime dessiner et souhaite en faire son métier ? Au lieu de rejeter l’idée en bloc, en expliquant qu’il n’y a aucun débouché, essayez de l’orienter vers des métiers faisant appel au dessin comme architecte ou graphiste.

Elle ne voit que par la danse et veut devenir professionnelle ? Montrez-lui les alternatives (professeur de danse, psychologue en art thérapie…) et incitez-la à poursuivre des études en lien avec le domaine artistique au cas où elle se blesse.

Être intraitable sur la poursuite d’études supérieures

Quelles sons les perspectives d'avenir de votre enfant ? Il y a souvent plus d’opportunités professionnelles dans les métiers de l’artisanat.

Vouloir à tout prix que votre enfant fasse des études supérieures longues n’est pas la bonne attitude à adopter.

  • Vous risquez entrer en conflit avec lui s’il n’en a aucune envie et rompre le lien à une période déjà compliquée,
  • L’enfant risque de vous écouter pour vous faire plaisir et de ne pas s’épanouir dans ses études, quitte à devoir faire une réorientation tardive ou une reconversion professionnelle,
  • Etudes longues n’est plus synonyme de débouchés et de CDI signé à la sortie.

Sa réussite scolaire et professionnelle dépend de son épanouissement. Or, les études supérieures ne conviennent pas à tout le monde.

Ne pas anticiper l’orientation scolaire de son enfant

L’enfant doit faire un premier choix en troisième (voire en quatrième s’il souhaite se tourner vers l’apprentissage). Ce n’est pas pour ça qu’il faut réfléchir au parcours de formation à ce moment-là.

Le projet de formation se décide sur le long terme pour laisser à l’enfant le temps de faire évoluer sa réflexion et d’affirmer sa personnalité. Dès l’entrée en sixième, vous pouvez planter des graines qui germeront pour définir l’orientation de l’enfant.

Vous pouvez lui montrer les sites d’orientation, l’accompagner aux forums et aux salons de l’étudiant, lui proposer de visiter votre entreprise, lui faire rencontrer des professionnels dans des branches différentes, l’aider à trouver son stage d’observation…

Arrivé en troisième, il aura une idée plus claire de ce qu’il veut ou non faire. Continuez cette immersion dans le monde professionnel pendant le lycée afin que l’élève affine son projet professionnel et puisse choisir son orientation post bac.

Montrer son stress concernant l’orientation de son enfant

Être face à un enfant perdu dans son orientation peut effrayer certains parents qui peuvent, sans s’en rendre compte, transmettre leur stress à leur progéniture.

Faites confiance à votre enfant dans sa capacité à trouver sa voie. Souvenez-vous également qu’aucun choix n’est immuable. Il existe des passerelles entre les formations et il est toujours temps de faire machine arrière si l’étudiant se trompe.

Même si la première orientation est importante, sachez que la plupart des métiers de demain n’existe pas encore. Il y a donc de grandes chances pour que votre enfant change de métier plusieurs fois dans sa vie. Votre rôle est de le rassurer sur l’orientation plutôt que de lui montrer votre stress.

Pensez à votre propre parcours scolaire et professionnel. Vous avez certainement fait de mauvais choix d’orientation, vous avez probablement bifurqué en cours de route, vous avez sans aucun doute changé d’entreprise plusieurs fois, de poste et même peut-être de métier.

Penser que le conseiller d’orientation est inutile

Pourquoi aider son fils ou sa fille dans son choix de métier ? Un conseiller d’orientation peut aider votre enfant à trouver la formation qui lui convient.

Pour déterminer les aptitudes de votre enfant, un regard extérieur est souvent d’une grande utilité. Vous avez peut-être de mauvais souvenirs de votre rencontre avec le conseiller ou la conseillère d’orientation de votre établissement scolaire mais il existe d’autres alternatives.

Les centres d’information et d’orientation (CIO) permettent aux étudiants d’accéder à de la documentation sur les formations et les métiers, d’échanger avec un conseiller et de faire un bilan d’orientation scolaire ou un bilan de compétences en post bac.

Ce test d’orientation permet de révéler les intérêts professionnels de l’étudiant, sa personnalité et ses goûts et l’analyse des résultats permet de lui ouvrir la voie à différents métiers qu’il pourrait exercer.

Choisir un coach scolaire non indépendant

Avant de choisir un coach en orientation scolaire, veillez à vérifier qu’il soit bien indépendant, c’est-à-dire qu’il n’ait pas de conflits d’intérêts en étant affilié à une école de commerce ou autre organisme de formation.

N’hésitez pas à vous rapprocher de l’ONISEP et du centre d’orientation de votre commune pour obtenir des recommandations de coachs scolaires indépendants. Vérifiez ses diplômes, son expérience et cherchez des avis d’anciens élèves afin d’être sûr de votre choix. Demandez à le rencontrer pour lui poser toutes les questions nécessaires.

En sachant les erreurs à éviter, vous y voyez maintenant plus clair sur la manière d’accompagner votre enfant dans le choix de son orientation scolaire. A vous de jouer ! 

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...
avatar