« La pluie est très difficile à filmer, en particulier en Irlande parce qu'elle est assez fine, si fine que les Irlandais ne savent même pas qu'elle existe. » Alan Parker

En 2019, l’Irlande a été élue « meilleure destination de voyage de toute l’Europe » par le Group Travel Awards. En effet, l’Irlande fait rêver de nombreux voyageurs par la beauté de ses paysages, connus et reconnus pour être particulièrement sauvages. Mais la personnalité de l’Irlande ne s’arrête pas à ses champs de moutons et ses cornemuses. Peu de touristes connaissent vraiment l’histoire de l’Irlande et celle de sa voisine : l’Irlande du Nord.

D’ailleurs, parle-t-on du même pays ?

Irlande et Irlande du Nord : deux pays différents

Envie de visiter l’Irlande ? Mais de quelle Irlande parlez-vous ?

L'Irlande est une île faisant partie de l'archipel des îles Britanniques. Située dans l’océan Atlantique Nord elle est la troisième plus grande île d'Europe et attire chaque année des millions de touristes. Mais quand on parle d’Irlande, il est important de faire la distinction entre l’Irlande et l’Irlande du Nord.

Que cela veut-il bien pouvoir signifier ?

À quoi correspond l'Irlande du Nord ?
La chaussée des Géants se trouve en Irlande du Nord.

L’île d’Irlande est en fait partagée en deux. Chaque partie de l’île représente alors un pays à part entière. Au nord-est, se trouve l’Irlande du Nord une nation faisait partie du Royaume-Uni, et sur le reste de l’île se trouve l’Irlande, ou République d’Irlande, un État indépendant du Royaume-Uni.

L’Irlande du Nord accompagne donc les pays de Grande Bretagne que sont l’Écosse, le Pays de Galles et l’Angleterre pour former tous ensemble le Royaume-Uni.

De son côté, la République d’Irlande est un pays indépendant de toute formation politique.

Cette scission date de la première moitié du Xxème siècle, après plusieurs conflits qui opposaient alors les républicains catholiques aux unionistes anglicans. Ces conflits donnent lieu à un accord offrant une indépendance relative à l’Irlande du Sud qui créé sa constitution en 1937.

En 1949, le sud de l’île devient officiellement une république à part entière.

Il ne faut donc pas confondre les deux pays de l’archipel puisque ses habitants pourraient mal le prendre. En effet, les relations restent tendues entre les deux nations.

Pourquoi l’île d’Irlande est partagée en deux ?

Pour mieux comprendre ce déchirement entre les deux parties de l’île, il convient de faire un petit saut dans l’histoire.

En 1801, l’île toute entière de l’Irlande se rattache au Royaume-Uni par la signature de l'Acte d'Union. L’Irlande doit désormais obéir au Royaume-Uni et sa politique qui rassemble déjà le pays de l’Angleterre et l’Écosse.

Seul hic ? La population du Royaume-Uni est majoritairement de religion protestante quand la majorité de la population irlandaise est catholique. Des hostilités éclatent entre les différentes religions et cultures. Le rejet des britanniques se fait de plus en plus fort chez les Irlandais. En 1916 éclate l'insurrection de Pâques, puis viendra la guerre d'indépendance qui débutera en 1919, un conflit particulièrement violent.

Cette guerre d’indépendance ne se terminera qu’en 1921. Pour calmer les hostilités, les autorités britanniques choisissent de couper l’île irlandaise en deux parties. Au nord de l’île se trouve une majorité de protestants et une minorité de catholiques ; il s’agit de l’Irlande du Nord et de son parlement situé à Belfast. Au sud, se trouve une majorité de catholiques : cela sera ce qu’on appellera la République d’Irlande qui se dotera elle aussi d’un parlement, mais à Dublin. La République d’Irlande naît officiellement en 1949.

Cependant, les catholiques ne voient pas cette scission comme une solution pérenne et veulent, à terme, réunifier toute l’île, tout en se séparant de la domination du Royaume-Uni. De leurs côtés, les protestants rejettent les catholiques qui seront alors largement discriminés au quotidien. Cette mésentente continuera encore de nombreuses années.

La situation se complique dans les années 1960 au sein de l’Irlande du Nord. Dans ce même pays, la population continue de se scinder en deux : d’un côté les protestants, et plus généralement, les unionistes, souhaitent être rattachés à la Grande-Bretagne au sein du Royaume-Uni, de l’autre, les catholiques et partisans de la réunification de l’île d’Irlande forment les nationalistes.

Quelle est l'histoire de l'Irlande du Nord ?
Belfast a été le terrain de guerre durant de nombreuses années.

La guerre civile plonge le pays dans des événements particulièrement brutaux et sanglants comme lors d'une manifestation pacifique organisée par la NICRA (le mouvement pour les droits civiques d'Irlande du Nord) ou encore comme le « Bloody Sunday », devenu depuis une célèbre chanson du groupe irlandais U2.

En janvier 1972, treize catholiques manifestant dans la ville de Derry se font tuer par des parachutistes de l'armée britannique. Ces personnes manifestaient alors contre une loi qui autorisait l'armée anglaise à réaliser des emprisonnements arbitraires. Un dimanche qui marquera les esprits du monde entier, et plus particulièrement de l’histoire de l’Irlande.

La guerre civile durera 30 ans et fera 3500 morts. Période durant laquelle les actes terroristes se multiplieront.

Il faut attendre la fin des années 80 pour espérer un retour au calme. Après un attentant déjoué contre la Première ministre britannique de l’époque, Margaret Thatcher, en 1984, les négociations reprennent et aboutissent à un premier accord : l'Accord de Hillsborough signée en 1985.

Le cessez-le-feu devra pourtant attendre 1997 avant d'être effectif grâce à de nouveaux accords. Le conflit se termine par la signature de l'Accord du Vendredi saint, le 10 avril 1998.

Cet accord prévoit plusieurs actions marquantes comme :

  • Le désarmement de l'IRA (auteur de plusieurs attentats),
  • La fin de la revendication territoriale de la République d'Irlande sur l'Irlande du Nord,
  • Le droit pour chaque habitant d’Irlande du Nord de s'identifier comme Irlandais, ou Britannique, ou bien les deux.

Bien que la guerre civile soit désormais du passé, le désir de réunification des deux Irlande reste très fort des deux côtés de la frontière.

Irlande et Irlande du nord : géographie, politique et économie

L’histoire des deux pays a marqué profondément le présent. L’Irlande et l’Irlande du Nord sont aujourd’hui deux nations bien différentes malgré le fait qu’elles partagent une seule et même île.

Les différentes sont bien évidemment d’abord politiques. La République d’Irlande, l’Irlande au sud de l’île, élit un président pour sept ans, bénéficie d’un premier ministre et d’un parlement à deux chambres. Cette construction est semblable à notre propre république.

Du côté de l’Irlande du Nord, les choses ne sont pas tout à fait pareil. Le pays est sous l’autorité de la Reine d’Angleterre. Il n’est donc pas possible d’avoir de président. En revanche, le pays possède une assemblée située à Belfast. Cette assemblée travaille directement avec le parlement du Royaume-Uni.

La religion est aussi bien évidemment une donnée centrale quand on cherche les différences entre les deux pays. C’est notamment les religions qui ont joué un rôle, entre autres, dans la séparation des deux Irlande. L’Irlande est à majorité catholique quand l’Irlande du Nord est majoritairement protestante, bien qu’un mélange des religions est bien évidemment présent de chaque côté de la frontière.

Autre point de différence : la monnaie utilisée. Bien que le Royaume-Uni ait longtemps fait partie de l’Union Européenne (avant le Brexit), il s’en est désormais exclu. Il est donc désormais obligatoire de posséder un passeport pour entrer en Irlande du Nord, contrairement à l’Irlande. Il est également essentiel d’échanger quelques euros contre la monnaie nationale : le pound. Aussi appelée Livres Sterling, cette monnaie est utilisé dans tous le Royaume-Uni. En revanche, si vous décidez de visiter la République d’Irlande, vos euros peuvent suffire.

Quelles sont les différences entre les deux Irlande ?
Rassurez-vous, la culture de la bière est présente dans les deux pays.

Enfin, d’un point de vue géographie et partage administratif, vous trouverez 6 comtés en Irlande du Nord alors que vous pourrez en compter 26 au Sud. La capitale de l’Irlande est Dublin, celle de l’Irlande du Nord est Belfast.

Quelle est la situation actuelle entre les deux pays d’Irlande ?

Les relations en Irlande du Nord reste encore tendues, malgré la fin de la guerre civile depuis plusieurs décennies. Le pays marche sur des œufs et fait en sorte de ne pas réveiller les vieux conflits.

De ce fait, le pouvoir est partagé de façon à retrouver au pouvoir exécutif et au Parlement, une proportionnalité juste entre unionistes (qui souhaitent être au Royaume-Uni) et nationalistes (qui souhaitent se rattacher à l’Irlande).

Pourtant, le Brexit a réveillé de vieux démons. En effet, si le Royaume-Uni quitte l’Union Européenne, l’Irlande du Nord aussi puisqu’elle en fait partie. En revanche, l’Irlande, qui est indépendante, reste elle au sein de l’Europe. Une situation qui rend compliqué la gestion de la frontière.

La frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord n’était plus « fermée » depuis 1998. Les habitants pouvaient alors circuler librement sur l’île. Le rétablissement des frontières entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni via la frontière irlandaise est donc vu comme un retour en arrière.

Quelle est la situation actuelle en Irlande ?
Faut-il s'inquiéter de la situation en Irlande après le Brexit ?

De plus, 55,9 % des Nord-Irlandais ont voté contre le Brexit. Cependant, au niveau du Royaume-Uni, ce sont 51,9 % des Britanniques qui ont voté pour. Le vote ne prend donc pas en compte les réalités nationales de chaque pays et risque de détruire les efforts fait par l’accord du Vendredi Saint de 1998.

De récents accords ont permis à l’Irlande du Nord de conserver quelques bénéfices de l’Union Européenne avant de s’en débarrasser définitivement s’ils le souhaitent.

De son côté, l’Irlande souhaite encore la réunification des deux pays. Seulement, pour que cela soit effectif, chaque pays devrait lancer un référendum et le oui devrait être majoritaire de part et d’autre de la frontière. Une situation qui n’est prête d’arriver selon de nombreux spécialistes.

Besoin d'un professeur d'Anglais ?

Vous avez aimé l'article ?

5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Isaline

Journaliste voyageuse et ethnologue de formation, je me passionne pour tout ce qui m'entoure. Des initiatives solidaires aux comportements animaliers, en passant par la musique, la photographie et les sciences.