« Les Irlandais sont des gens justes : ils ne disent jamais du bien les uns des autres. » De Samuel Johnson

L’Irlande est un pays qui fascine de par ses paysages, mais aussi de par son histoire ponctuée de Celtes et de Vikings. Une histoire compliquée entre l’île et la domination anglaise qui conduira l’Irlande du Nord dans une guerre civile et marqua plusieurs générations. De nos jours, selon un sondage de Lord Ashcroft, les électeurs nord-irlandais voteraient à 51% pour la réunification de l'île d'Irlande en cas de référendum.

Pour mieux comprendre cette situation, voici un retour sur le passé historique de l’Irlande !

La Préhistoire de l’île irlandaise

L’Irlande est connue pour ses grandes étendues de verdure mais aussi pour ses constructions tout droit sorties de l’âge de pierre.

C’est en -10 500 qu’apparaissent les premiers habitants irlandais. Auparavant, le climat de l’île était trop hostile à une quelconque installation, notamment à cause de glaciers.

Mais à cette époque, les populations sont nomades et bougent régulièrement. Il faut attendre l’apparition de l’agriculture vers -4000 pour que les habitants de l’île s’installent véritablement et deviennent sédentaires. On entre alors dans la période du Néolithique. On cultive les céréales, élève les animaux, fabrique des céramiques, etc. Tout un village se créé autour de l’activité agricole. Des maisons commencent également à faire leur apparition.

Qui vivait en Irlande à la préhistoire ?
Reconstitution du monument Newgrange en Irlande.

C’est à cette époque que les célèbres monuments comme Newgrange ont été installés. Ces tombes sont aujourd’hui de hauts lieux touristiques. Les recherches archéologiques montrent aujourd’hui que ces monuments avaient un lien très fort avec l’environnement, notamment avec les saisons et l’astronomie.

Peu à peu, les populations originaires d’Europe centrale arrivent sur l’île. De nouvelles productions apparaissent comme les mines de cuivre. De nouvelles ressources qui permettront aux habitants de l’île de réaliser, entre autres, des armes en bronze.

L’invasion des celtes en Irlande

En -700, c’est le fer qui viendra révolutionner la vie des hommes, tout comme l’arrivée des Celtes sur l’île. Ces derniers arrivent tout droit de Grande-Bretagne, aussi appelée l’île de Bretagne.

Les Celtes s’installent alors sur l’île et amènent avec eux toute leur construction sociale. La structure sociale des Celtes se compose ainsi de trois grandes parties que représentent les druides, les bardes et les vates.

Les druides s’occupent de la partie religieuse. Ce sont eux qui réalisent les sacrifices, qui rendent la justice, et s’occupent de l’enseignement et de la divination. Les bardes, eux, sont spécialistes de la poésie orale et chantée comme la louange, la satire ou le blâme. Cette tradition orale permet d’instruire les populations. Les vates sont des personnes spécialistes de la divination mais aussi de la médecine. Ils sont vus comme des devins.

L’île Celte n’attirera jamais l’empire romain qui occupe pourtant la Grande-Bretagne. L’île est trop isolée et rend compliqué la conquête.

À cette époque apparaissent plusieurs royaumes au sein de l’île : l’Ulster, le Leinster, le Munster et le Connacht (Connaught).

Saint Patrick et la christianisation en Irlande

Vous avez pris l’habitude de fêter la Saint Patrick sans même savoir à quoi cela pouvait bien correspondre ?

Saint Patrick n’est autre que le personnage qui évangélisa l’Irlande au Vème siècle. Cette christianisation marquera alors la fin de la civilisation celtique.

D’origine britannique, Patrick devient esclave sur l’île d’Irlande durant six ans. Lors de cette période, il développe sa foi et décide par la suite d’étudier la théologie. Pour cela Patrick part en Gaule. À son retour sur l’île, au moment du règne du roi Loegaire, fils de Niall, Patrick explique sa foi aux druides qu’il rencontre et tente de les convaincre. Il utilise notamment le trèfle comme symbole de la trinité, la triade étant déjà très présente dans les croyances celtes.

Pourquoi fête-on la Saint Patrick ?
Et vous ? Êtes-vous un habitué de la Saint Patrick ?

La légende de Saint Patrick raconte alors qu’il aurait réussi à faire fuir de nombreux serpents.

Peu à peu, la population irlandaise se christianise. Les druides, les bardes et les vates se convertissent et diffusent la religion chrétienne sur le territoire. Des monastères commencent à se dresser dans tous les royaumes de l’île.

La Saint Patrick se fête désormais le 17 mars.

L’invasion Vikings en Irlande

Après l’invasion celte et l’évangélisation de l’île, arrive une nouvelle vague d’habitants un peu moins coopératifs : les Vikings.

C’est au 8ème siècle qu’arrive cette nouvelle vague. Et c’est bien de vague qu’il faut parler puisque les populations Vikings arrivent par bateau. Ces Vikings ont alors soif d’expéditions et de nouveaux chemins commerciaux. Les guerres de territoires les amènent alors à conquérir d’autres régions. Ces peuples scandinaves s’implantent en Irlande et plus généralement, sur une partie des îles britanniques.

Les Vikings brûlent les églises et les monastères construits pendant la christianisation. Dans les années 820, une grande majorité des côtes irlandaises sont prises d’assaut par les populations nordiques ravageant tout sur leur passage. Quelques années plus tard, les Vikings remontent les fleuves et occupent l’ensemble des terres intérieures.

Dès les années 840, les Vikings commencent à s’installer autour de forteresses qu’ils battissent. C’est ainsi que naîtra Dublin mais aussi Cork.

L'Irlande au Moyen-Âge

La cohabitation entre Vikings et rois irlandais se construit au fil des années, entre accords et affrontements. Au 10ème siècle, à l’aube du Moyen-Âge, deux grands rois reprennent peu à peu du pouvoir : Brian Boru au Sud et Mael Sechnaill au Nord.

Brian Boru s’empare notamment de la ville viking de Limerick quand Mael Sechnaill reprend la ville de Tara des mains des Vikings en 980 puis assiège Dublin.

Cependant, chacun des deux rois tentent de prendre le pouvoir sur toute l’île. Sans aucune bataille entre les deux rois, c’est finalement Brian Boru qui prendra le dessus sur Mael Sechnaill. Brian Boru se nomme en effet roi suprême d’Irlande. Il est le premier roi de l’île toute entière, non sans mécontentement.

Le roi du Leinster, Mael Morda, s’allie alors avec les guerriers Vikings qui tuent finalement Brian Boru lors de la bataille de Clontarf en 1014. Sa succession est compliquée mais c’est finalement Mael Sechnaill qui prendra la relève. Dès lors, les massacres Vikings s’estompent peu à peu. Ces derniers se soumettent au roi d’Irlande tout en conservant un peu de pouvoir dans certaines villes irlandaises. S’en suit une succession de rois qui marqueront l’Irlande du Moyen-Âge.

Qu'ont fait les vikings en Irlande ?
Les Vikings continueront de régner quelques temps en Irlande.

Cependant, au 12ème siècle, le pape autorise la Couronne d'Angleterre a dominer l’Irlande. C’est alors Henry II d' Angleterre qui est nommé «Seigneur de l'Irlande ». Cette domination aura des conséquences sur la vie irlandaise, et sera notamment à l’origine de grandes migrations. Une domination qui continuera encore plusieurs siècles.

La fuite des comtes et les grandes migrations irlandaises

La Grande-Bretagne impose peu à peu sa domination aux Irlandais par de multiples actions. La couronne anglaise prive notamment les Irlandais de leurs terres dans la région de Ulster (aujourd’hui l’Irlande du Nord) en les accordant aux colons écossais. Cette privation des terres amènent les comtes irlandais à fuir. Ces derniers partent alors avec leurs familles en bateau pour rejoindre l’Europe continentale en 1607. C’est ce qu’on appellera « la fuite des comtes ».

De nombreux comtes décident également de fuir vers l’Amérique, et plus particulièrement vers l’île de la Barbade, dans les Antilles. Les Irlandais s’y installent alors et apprennent à cultiver le tabac. Ils quittèrent peu à peu l’île pour s’éparpiller dans les différentes îles antillaises, notamment l’île française Marie-Galante.

Le chemin vers l’indépendance de l’Irlande

En 1641 éclate la Première Révolution anglaise durant laquelle se fera tuer Charles Ier. Face à ce désordre anglais, les Irlandais tentent de profiter de cette situation pour retrouver leur indépendance. Cependant, Oliver Cromwell alors nommé par le Parlement lord-lieutenant d’Irlande fera un massacre des résistants irlandais en 1649 et 1650 et continua de retirer des terres aux Irlandais notamment avec l'Acte de pacification de 1652. Cet Acte imposa aux Irlandais de partir vivre dans le Connaught et donna les terres irlandaises à de nouveaux propriétaires.

De cet épisode naît par la suite les Patriotes Irlandais qui cherchent l’indépendance de l’Irlande et surtout le retrait de la couronne anglaise.

Interdits par l’Angleterre, les Patriotes Irlandais se radicalisent et trouvent un nouvel allier : la France, alors en guerre contre l’Angleterre.

Malgré tout, en 1801, l’île d’Irlande est officiellement rattachée au Royaume-Uni avec la signature de l'Acte d'Union. La colère des Irlandais grandit sans qu’ils puissent changer les choses. Il faut alors attendre 1916 pour qu’éclate l'insurrection de Pâques, puis la guerre d'indépendance qui commencera en 1919 pour finir en 1921.

Pourquoi y a-t-il deux Irlande ?
Plus de la moitié de l'île forme désormais l'Irlande, un pays indépendant de toute domination anglaise.

En 1921, les autorités britanniques décident de scinder l’île irlandaise en deux : au nord sera l’Irlande du Nord et de son parlement situé à Belfast, au sud sera l’Irlande et son parlement de Dublin. La République d’Irlande naît officiellement quelques années plus tard, en 1949.

L’histoire contemporaine de l’Irlande

Les conflits ne s’arrêteront pas avec l’indépendance d’une partie de l’île. Bien que l’Irlande du Sud jouit de son indépendance depuis 1949, l’Irlande du Nord, elle, plonge dans un conflit interminable. Dans les années 1960, le pays se sépare en deux camps : les unionistes (favorables au rattachement au Royaume-Uni) et les nationalistes (favorables à la réunification de toute l’île).

Une guerre civile éclate. Celle-ci durera 30 ans et sera ponctuée d’événements bouleversants comme le « Bloody Sunday », manifestation durant laquelle treize catholiques manifestant dans la ville de Derry se font tuer par des parachutistes de l'armée britannique.

Le retour au calme ne se fera qu’avec la signature de l'Accord du Vendredi saint, le 10 avril 1998.

Besoin d'un professeur d'Anglais ?

Vous avez aimé l'article ?

5,00/5 - 1 vote(s)
Loading...

Isaline

Journaliste voyageuse et ethnologue de formation, je me passionne pour tout ce qui m'entoure. Des initiatives solidaires aux comportements animaliers, en passant par la musique, la photographie et les sciences.