Cours particuliers Langues Musique Soutien scolaire Sport Art et Loisirs
Partager

Quelle formation spécifique pour aider une personne à trouver sa voie professionnelle ?

De Samuel, publié le 22/11/2018 Blog > Développement Professionnel > Les Diplômes pour Devenir Coach de Carrière !

Selon un proverbe italien, « le travail du dimanche n’enrichit pas. »

Comment se réorienter, réussir sa reconversion professionnelle ou gérer son évolution professionnelle au sein d’une entreprise ? Pour atteindre ses objectifs professionnels ou s’adapter au monde de l’entreprise, nombreux sont ceux qui ont recours à un service à la mode : le coaching professionnel.

Selon une étude de l’Afpa et Opinion Way menée en 2014 , 74 % des salariés Français ont déjà envisagé de changer de vie et 60 % des actifs ont déjà connu un changement d’orientation professionnelle.

La rédac’ de Superprof s’est intéressée au cursus de formation des métiers du coaching professionnel.

Le coach professionnel, description du métier

Un coach professionnel, coach en entreprise ou coach en évolution professionnelle, est une personne dont la mission consiste en l’accompagnement professionnel d’une personne ou d’un groupe sollicitant ses services.

Faire du coaching auprès de salariés : comment faire ? Graphiste et designer, je suis aussi coach professionnel pour aider mes clients à changer de métier.

A la fois individuel et collectif, le coaching de vie professionnelle a donc pour vocation d’accompagner des personnes ou des groupes dans la réalisation de leurs objectifs, c’est-à-dire leur permettre de tendre vers leur réussite professionnelle.

Ainsi peut-il s’agir de séances individuelles pour se former sur un nouveau métier, d’un accompagnement personnel pour s’adapter à une nouvelle politique managériale, de séances pour accompagner le changement.

Cela peut également être un coaching de dirigeants, un accompagnement destiné à un cadre-dirigeant d’entreprise ou à un haut-fonctionnaire pour gérer le stress ou maîtriser la communication interpersonnelle (voix, gestes, intonation) lors d’interviews ou de conférences de presse.

Enfin, le coaching professionnel peut aussi consister en des séances de coaching d’équipe afin d’optimiser le développement des compétences professionnelles afférentes à une entreprise donnée.

Ce métier nouveau revêt encore de nombreuses finalités. En fait, il y a autant de missions du coaching professionnel qu’il n’y a de personnes car chaque situation est différente.

Le coach personnel est donc celui qui parvient à s’adapter aux demandes et à la situation de ses clients.

Le coaching en entreprise est une mesure prise par un professionnel à un moment donné de sa carrière, afin de résoudre une situation préoccupante – gestion du stress, confiance en soi, gestion des émotions, gestion des conflits, communication non violente, accompagnement au changement, etc. – ou s’adapter à un style de management.

Le public cible des coachs professionnels est donc logiquement les chefs d’entreprises, dirigeants et leurs collaborateurs.

Les chefs d’entreprises peuvent en effet éprouver des difficultés à faire face à des situations très délicates (prise de décision rapide, étude de marché, compétitivité et adaptation à la concurrence) et avoir besoin d’une spécialisation en gestion des ressources humaines (par exemple).

Toutefois, ce n’est pas forcément nécessaire d’être en difficulté pour recourir aux services d’un coach professionnel.

C’est un peu comme aller chez un psychologue : ce n’est pas parce que l’on demande une thérapie que l’on souffre d’une maladie mentale.

Pareillement, on peut s’adresser à un coach professionnel, tout simplement pour faire un bilan de compétences ou optimiser des compétences clés d’un métier donné.

C’est donc un métier un peu fourre-tout, qui peut favoriser l’environnement professionnel de toute la population active !

Formations diplômantes pour devenir coach de vie professionnelle

D’accord, mais quelles sont les compétences nécessaires, justement, pour exercer le métier de coach professionnel ?

A l’instar du cadre réglementaire régissant le domaine des cours particuliers à domicile, il n’y a pas, à l’heure actuelle, de législation spécifique sur la formation pour exercer cette profession.

Se remettre en question, un pilier du métier de coach. Petite, je savais déjà que je voulais aider les gens.

Ainsi, tout le monde ou presque (être en âge de travailler) peut s’autoproclamer coach professionnel.

Toutefois, un certain nombre d’aptitudes seront évidemment attendues par les clients.

En règle générale, les coachs enluminent leur CV de leur programme de formation : coaching, approche systémique, analyse transactionnelle, formation PNL (programmation neuro-linguistique), etc.

Il est fondamental de connaître le milieu professionnel auquel on s’adresse (l’entreprise, son environnement, ses problématiques et enjeux), aussi faut-il donc suivre une formation cohérente qui puisse à la fois légitimer la position du prestataire et éviter les dérives (arnaques et manque de sérieux).

Certaines écoles prestigieuses de grande renommée permettent de se former au métier de coach professionnel : des formations diplômantes existent au sein de l’université Paris 8 et Paris 2, à l’ENA.

Sinon, voici les formations en université :

  • Diplôme d’Etudes Supérieures d’Université (DESU) : Paris 2, 8, 10,
  • DESU Coaching : faculté d’économie et de gestion d’Aix-Marseille Université,
  • Diplôme Universitaire (DU) de Coaching de l’IAE de Toulouse,
  • DU de Coach en entreprise à l’Université de Lyon III,
  • DU Coaching Professionnel, pratiques de l’accompagnement : université Catholique de l’Ouest (Angers et Paris),
  • DU Executive Coaching : université de Cergy Pontoise.

Il y a par surcroît en France, une quarantaine de centres où se former au coaching : trouver un organisme de formation n’est donc pas difficile mais la plupart d’entre eux seront privés et les frais d’inscription seront donc souvent très élevés (4 000 ou 6 000 € pour 15 jours de formation par exemple).

On recommande par ailleurs souvent aux coachs de suivre une formation régulièrement, afin de se spécialiser et/ou de se mettre à jour sur les pratiques professionnelles en vigueur.

Le processus de certification peut donc être relativement long, même s’il n’y a pas vraiment de diplôme spécifique, ni d’accréditation émise par l’État.

Il est par ailleurs recommandé de choisir une école qui a été certifiée par une fédération ou une association.

Et oui, il faut néanmoins pouvoir prouver que l’on a suivi un certain nombre d’heures de formation, prouver son expérience en tant que coach et que l’on est compétent pour faire de l’analyse des pratiques professionnelles.

Plus de la moitié des coachs professionnels sont diplômés d’une école de commerce, de gestion ou d’ingénieurs. Par surcroît, ces prestataires sont spécialistes de la gestion des ressources humaines et/ou de l’organisation du travail dans l’entreprise.

Ils peuvent être diplômés en sciences sociales, en sciences humaines, en psychologie ou neurosciences, avoir un master ou un doctorat : les profils sont donc très hétérogènes.

Les compétences spécifiques d’un coach professionnel

Outre les diplômes et l’éventail des formations pour devenir coach certifié, il faut également savoir mobiliser des outils de coaching.

On pense notamment aux aptitudes et aux compétences qu’il/elle doit avoir afin de permettre à son client d’avoir des résultats concrets.

Accompagner ses prospects est la base d'un bon coach ! Il faut être souriant pour étoffer sa clientèle : a-t-on déjà vu un commercial acariâtre ?

Selon le processus d’accréditation de l’ICF – l’International Coach Federation -, un certain nombre de compétences sont à acquérir :

  • Comportements éthiques,
  • Établir une relation de confiance,
  • Avoir un questionnement,
  • Développer la conscience,
  • Réaliser des tâches cohérentes,
  • Suivre et évaluer les progrès.

Il faut en outre avoir un niveau suffisant de maturité mentale et émotionnelle pour exercer ce métier : on comprend aisément qu’une personne impulsive ou se laissant submerger par ses émotions, n’ayant aucune affirmation de soi ou ne parvenant pas à gérer son stress, ne pourra pas prétendre enseigner comment gérer les situations difficiles.

Souvent, le coach professionnel exerce en profession libérale : outre l’exercice du métier, il doit aussi savoir trouver des clients, gérer une comptabilité.

En sus, les compétences du coach dépendent fortement de son domaine d’intervention (TPE, PME, start-up, grand groupe, association, ONG, administration) et de son public cible (dirigeant, cadre, management d’équipe, particulier).

Voici un article très complet passant en revue les compétences du coach d’entreprise.

Le métier de coach implique une bonne connaissance de soi, ce afin de bien identifier les traits de personnalité de ses clients.

Le coaching professionnel vise à mieux intégrer une personne dans un métier ou dans une fonction. A ce titre, on vise à trouver comment atteindre ses objectifs pour gagner en performance.

Cela requiert d’inscrire le coaching dans un cadre déontologique, d’être à l’écoute active de son client et se montrer empathique pour mieux le comprendre.

Un bon coach doit s’aligner avec le mode de fonctionnement des entreprises, c’est-à-dire comprendre la culture d’entreprise et les stratégies, comprendre la nature du marché concernée (concurrence, produits, services, clients) et la structure du marché (oligopole, duopole, monopsone, monopole, etc.).

Connaître le leadership management (processus par lequel une personne influence un groupe de personnes pour atteindre un objectif commun) est un gage de professionnalisme : ce leadership doit être installé pour créer son entreprise, développer la communication interpersonnelle, collaborer auprès d’autres coachs et développer des capacités entrepreneuriales.

Une autre compétence-clé : le respect mutuel. Il est important de savoir adapter l’approche utilisée en coaching à des particularités ethniques et culturelles, c’est-à-dire ne jamais juger son interlocuteur ou le discriminer selon son origine ethnique ou sociale.

« Le coach qui réussit apporte une importante valeur ajoutée, un retour sur investissement à son client. »

Il faut également savoir se positionner en expert, convertir ses prospects en clients, mobiliser des ressources commerciales : en d’autres termes, savoir se vendre.

Coach professionnel : quelles conditions de travail ?

Face aux enjeux multiples de la vie professionnelle, on peine parfois à prendre du recul ou à gérer le stress. C’est là le rôle majeur du coach professionnel : épauler, aiguiller, accompagner et veiller au bien-être au travail.

Les conditions de travail du coach professionnel : comment se vendre ? Salarié, micro-entrepreneur, SARL, EURL… Sous quel régime exercer et à quel tarif ?

Attention, coacher professionnellement ne signifie pas s’intéresser aux causes psychosociologiques ayant mené au mal-être ou au burn-out, mais se placer dans une perspective d’évolution de carrière.

On pourrait penser que le coach pour dirigeant et cadres supérieurs d’entreprise dispose d’honoraires bien garnis et de revenus très confortables.

C’est une idée hâtive car souvent, les coachs professionnels exercent ce métier à temps partiel, en complément d’une autre activité salariée ou indépendante.

D’abord, il y a très peu de coachs professionnels salariés : la grande majorité d’entre-eux exerce donc en profession libérale ou en tant que chef d’entreprise, ce qui rend l’activité soit précaire, soit dispendieuse (il faut notamment générer beaucoup de chiffre d’affaire pour payer les cotisations et pouvoir puiser un salaire mensuel net décent).

De plus, il faut en moyenne au moins trois ans d’exercice avant de se faire un réseau de contacts et d’obtenir une clientèle stable et régulière. Cela signifie que certains mettent jusqu’à 5, 5 ou 7 ans avant de vivre du coaching.

Un bon coach gagnera bien sa vie, mais il lui faut trouver sa clientèle car les tarifs pratiqués ne garantissent pas de travailler à plein temps.

D’un point de vue monétaire en effet, le coach travaille souvent à la séance (de 150 € à 300 € la séance pour un particulier) ou sur la base d’un montant forfaitaire lorsqu’il intervient auprès d’une entreprise (400 € la journée, par exemple).

A noter que le coût des prestations varie selon la notoriété et l’expérience du coach, un peu comme un professeur de musique ou un professeur de langues.

Partager

Nos lecteurs apprécient cet article
Cet article vous a-t-il apporté les informations que vous cherchiez ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (Soyez le premier à voter)
Loading...

Commentez cet article

avatar