Le registre polémique se rencontre partout où s'exprime un débat passionné entre des points de vue violemment opposés, qu'il prenne une forme écrite ou orale. Il s'exprime de façon privilégiée dans l'essai et le pamphalet, mais peut se rencontrer dans tous les genres, ainsi que dans les discussions politiques, dans la presse et à la télévision. Le registre satirique est aussi une forme de combat verbal, mais qui attaque une personne ou une thèse par le mépris et la dérision. On ne juge même pas nécessaire alors d'argumenter contre l'adversaire: le ridicule suffit à le condamner.

Le registre polémique

L'énoncé polémique instaure une relation entre trois pôles: un adversaire qui est pris pour cible, un public( locuteur ou auditeur) dont on doit faire son allié, un locuteur qui mène l'offensive. Le polémiste est donc partagé entre le recherche d'une stratégie persuasive efficace( pour toucher le destinataire) et une violence verbale qui bouscule les règles du discours argumentatif( pour attaquer l'adversaire).

Une stratégie de réfutation

-Les polémistes s'attachent à refuter les idées de l'adversaire pour une argumentation efficace. Ils soulignent les articulations logiques de leur propos pour mieux convaincre, et mettent en scène le discours adverse pour faire ressortir les failles. -L'argumentation polémique cherche à rendre le destinataire complice en s'adaptant àses valeurs et à ses attaentes, en jouant sur l'implicite et sur l'affectivité.

Une offensive violente

-Le polémiste n'hésite pas à s'attaquer à la personne de l'adversaire( par l'argument ad hominem par exemple) et à donner de lui une image dégradante, quitte à pratiquer la mauvaise foi ou l'exagération. -Le registre polémique cultive la véhémence du combat verbal. La parole polémique est une parole individualisée, qui laisse libre cours à l'expression de l'indigation et de la colère. Cette agressivité peut se manifester ous la forme de l'invective, du sarcasme ou de l'insinuation blessante.

Des valeurs de référence

-Le polémiste cherche à se mettre lui-même en scène sous un jour favorable: il incarne des valeurs positives( la raison, la justice, la vérité...) -L'argumentation polémique se fonde sur certains principes, explicites ou implicites, parfois partagés par l'adversaire et qu'il faut revendiquer contre lui: les principes du christianisme pour Pascal et ses ennemis les Jésuites dans les Provinciales; les principaux surréalistes pour Breton et ses anciens amis qu'il accuse de trahison dans le Second Manifeste du surréalisme... -Le polémiste défend ses convictions au nom des valeurs qu'il estime essentielles; Au 18ème siècle, les philosophes des Lumières mettent leur talent polémique au service des idées nouvelles. Au 19ème siècle, Victor Hugo dénonce la peine de mort des droits de l'homme.

Le registre satirique

Le registre satirique est proche du polémique: c'est un discours engagé, qui s'attaque à une personne ou à un groupe, aux moeurs, aux institutions sociales, à la nature humaine. Mais il combat par la moquerie, qui le dispense de recourir à la rigueur argumentatif.

La supériorité du satiriste

-Le satiriste, à la différence du polémiste solitaire qui doit faire effort pour convaincre, prétend représenter apriri l'humanité raisonnable et sensée, le groupe social dont l'adversaire s'exclut lui-même par son ridicule ou sa folie. -Le satiriste refuse donc le dialogue raisonné: il rejette le discours adverse dans l'absurde. Son propos peut être violent et sarcastique, mais d'une ironie tempérée.

Une visée morale actuelle

-Le registre satirique dénonce les erreurs et les vices de certains contemporains: il s'en prend aux moeurs d'une époque. -Aujourd'hui, le satirique se développe dans des genres mineurs: les sketchs des chansonniers ou des humoristes, les journaux ou les émissions satiriques qui s'attaquent aux hommes politiques (Les Guignols de l'info).

Les procédés de l'écriture polémique et satirique

Dans leur recherche d'une expressivité maximale, les registres polémique et satirique mettent en oeuvre toutes les ressources de la rhétorique. Ils empruntent aussi les procédés d'autres registres- le comique, le lyrique, l'épique, le pathétique ou le fantastique- pour mieux toucher la sensibilité du public.

Les figures de style

-Des images fortes et frappantes (comparaison et métaphores) soutiennet l'argumentation pour frapper l'imagination du lecteur. -Les figures d'opposition traduisent les jugements de valeur manichéens du polémiste. Les antithèses permettent d'opposer vigoureusement le bien et le mal, la vérite et le mensonge. Les oxymores soulignent les contradictions de l'adversaire. -Les figures d'insistance renforcent l'expressivité du discours: hyperboles, répétitions, anaphores, graduations. -L'ironie est fréquemment employée comme procédé de dévalorisation.

L'énonciation

-Le polémique dramatise la situation d'énonciation. Les adversaires sont mis en scène, grâce à tous les procédés d'interpellation: apostrophes, prosopopées, dialogues fictifs, phrases exclamatives et interrogatives. -Le polémiste cite les propos de l'adversaire en les caricaturant pour en faire ressortir les erreurs ou les contradictions.

Le lexique

-Il est fortement péjoratif ou mélioratif, selon qu'il s'applique à l'adversaire ou au locuteur et àses alliés. Volontiers manichéen, il s'organise souvent par jeux d'antonymes (bien-mal, courage-lacheté,..), soulignant les oppositions de valeurs.

Vous avez aimé l’article ?

Aucune information ? Sérieusement ?Ok, nous tacherons de faire mieux pour le prochainLa moyenne, ouf ! Pas mieux ?Merci. Posez vos questions dans les commentaires.Un plaisir de vous aider ! :) (4,43/ 5 pour 7 votes)
Loading...

Isaline

Journaliste voyageuse et ethnologue de formation, je me passionne pour tout ce qui m'entoure. Des initiatives solidaires aux comportements animaliers, en passant par la musique, la photographie et les sciences.

Vous avez aimé
cette ressource ?

Bravo !

Téléchargez-là au format pdf en ajoutant simplement votre e-mail !

{{ downloadEmailSaved }}

Votre email est invalide